Best Of Cyrillo

Page précédente

Nutella

Je marche en forêt.
Je suis en short très court qui laisse facilement deviner la forme de mon sexe. Je porte un débardeur moulant mes muscles puissants, largement échancré de façon a ce que mes pecs soient bien visibles. Mes épaules larges sont bien en évidences. Je marche depuis une heure et pas un chat. Je ne croise personne. Je continue. Tout a coup je vois, au bout de l'allée une silhouette. On dirait un mec, mais je n'en suis pas sur. Il marche comme moi. On se rapproche et je distingue que c'est un type dans la trentaine en survet gris. Je vois qu'il doit porté un slip qui le sert car je ne distingue pas la forme de ta queue. Moi, je sais que mon gland dépasse un peu hors de mon short. On se croise, il me regarde et me salue. Je lui réponds et je continue. Je quitte l'allée et je m'enfonce dans le bois en espérant qu'il va me suivre. Je ne regarde pas mais j'écoute. Je n'entends pas de pas derrière moi. Je marche encore un quart d'heure quand tout a coup je vois le mec à 20 mètres devant moi, entièrement nu appuyé contre un arbre. Il se masse la queue et les couilles. Je marche dans sa direction, j'arrive à sa hauteur:
-ca va ? tu te sturbe en pensant à qui ?
-en pensant à toi mec
-ah bon t'es pédé?
-oui, j'ai envie que tu te foute a poils et que tu me laisse te lécher la raie du cul.
-ok pas de blème.

j'ôte mon débardeur? Il me mate avec quelque chose de fou dans les yeux -putain j'ai jamais vu un mec avec des muscles aussi beaux de ma vie.
j'ôte mon short
-wouah quelle belle teub tu as, je la veux dans ma bouche il s'accroupit et ouvre sa bouche, je m'approche de lui et lui fou ma pine raide dans la gueule. Il ramasse un truc par terre. c'est du poppers. Il en snif comme un malade et me tend le flacon. Je snif aussi.
il me suce goulument le chibre. Il me malaxe les couilles. J'aime qu'un mec s'occupe de moi. Il me fout deux doigts dans le fion. J'aime ça. Je sens que j'ai envie de me faire enculer par lui,j'ai envie de sa pine d'ours dans mon trou du cul. Il se relève et commence a me tâter le torse -putain quel mec, j'ai jamais caressé un mec comme toi, je te veux, pine moi et il se retourne et écarte ses fesses, je vois son trou de balle rose et sans poils il s'ouvre et j'y plonge ma dard. Je le lime.

Tout a coup je remarque qu'on n'est pas seul. Il y a deux mecs qui regardent en se masturbant. Il y en a un jeune et un vieux. Je m'en fout j'aime qu'on m'admire. je continue a enculer le mec. Il dit -plus fort défonce moi je veux sentir tes burne me taper le cul.
Je l'encule furieusement. Les deux mecs se rapprochent. Le vieux me tâte les pecs, l'autre me fourre un doigt dans le fion.
-Putain je veux que vous m'enculiez tous les uns après les autres, je suis une salope a baiser, un trou à pine Le jeune se dessape et lui donne sa queue a sucer. Il a une queue longue et bien raide, veineuse. Il me regarde comme s'il n'avait jamais vu un homme nu.
-putain t'es trop beau toi, je veux une photo de toi pour me branler le soir quand je serai seul il se fait sucer par le mec que j'encule, le vieux me lèche le cul.

Et voilà le lapin en redingote qui passe en criant "je suis en retard, je suis en retard !" il me voit et s'arrête. Il s'approche de moi et me tend ses lèvres, je lui roule une pelle baveuse et il se transforme en camionneur Italien. Il me sucotte les tétons avec ses lèvres pulpeuses. J'aime jouir entre les mains des mecs qui aiment les muscles et ma grosse pine d'ours. L'arbre contre lequel est adossé le vieux se penche et caresse mes cuisses ciselées. Je sens une mains qui me rentre dans le cul et s'amuse avec mes tripes. j'aime ça. La main s'enfonce encore et elle se trouve entre mes poumons. Ma queue est prête a cracher son venin. Le mec que j'encule hurle de plaisir. La main me sort par la bouche, le lapin est redevenu normal et s'en va en se finissant à la main. Il est en retard, le pauvre. La nuit tombe, les elfes arrivent pour nous sucer et nous enculer. Un troll sort sa queue de 70 cm et me la fou brutalement dans le cul. Je jouis, mais c'est pas du sperme, c'est du Nuttela.

Toute cette histoire m'est arrivée demain. Tu me reconnaitras je serai dans la forêt en short très court qui laisse facilement deviner la forme de mon sexe. Je porte un débardeur moulant mes muscles puissants, largement échancré de façon a ce que mes pecs soient bien visibles. Mes épaules larges sont bien en évidences. Je marche depuis une heure et pas un chat. Je ne croise personne. Je continue. Tout a coup je vois, au bout de l'allée une silhouette. On dirait un mec, mais je n'en suis pas sur. Il marche comme moi. On se rapproche et je distingue que c'est un type dans la trentaine en survet gris. Je vois qu'il doit porté un slip qui le sert car je ne distingue pas la forme de ta queue. Moi, je sais que mon gland dépasse un peu hors de mon short. On se croise, il me regarde et me salue. Je lui réponds et je continue. Je quitte l'allée et je m'enfonce dans le bois en espérant qu'il va me suivre. Je ne regarde pas mais j'écoute. Je n'entends pas de pas derrière moi. Je marche encore un quart d'heure quand tout a coup je vois le mec à 20 mètres devant moi, entièrement nu appuyé contre un arbre. Il se masse la queue et les couilles. Je marche dans sa direction, j'arrive à sa hauteur:
-ca va ? tu te sturbe en pensant à qui ?
-en pensant à toi mec
-ah bon t'es pédé?
-oui, j'ai envie que tu te foute a poils et que tu me laisse te lécher la raie du cul.
-ok pas de blème.
j'ôte mon débardeur? Il me mate avec quelque chose de fou dans les yeux -putain j'ai jamais vu un mec avec des muscles aussi beaux de ma vie.

j'ôte mon short
-wouah quelle belle teub tu as, je la veux dans ma bouche il s'accroupit et ouvre sa bouche, je m'approche de lui et lui fou ma pine raide dans la gueule. Il ramasse un truc par terre. c'est du poppers. Il en snif comme un malade et me tend le flacon. Je snif aussi.
il me suce goulument le chibre. Il me malaxe les couilles. J'aime qu'un mec s'occupe de moi. Il me fout deux doigts dans le fion. J'aime ça. Je sens que j'ai envie de me faire enculer par lui,j'ai envie de sa pine d'ours dans mon trou du cul. Il se relève et commence a me tâter le torse -putain quel mec, j'ai jamais caressé un mec comme toi, je te veux, pine moi et il se retourne et écarte ses fesses, je vois son trou de balle rose et sans poils il s'ouvre et j'y plonge ma dard. Je le lime.

Tout a coup je remarque qu'on n'est pas seul. Il y a deux mecs qui regardent en se masturbant. Il y en a un jeune et un vieux. Je m'en fout j'aime qu'on m'admire. je continue a enculer le mec. Il dit -plus fort défonce moi je veux sentir tes burne me taper le cul.
Je l'encule furieusement. Les deux mecs se rapprochent. Le vieux me tâte les pecs, l'autre me fourre un doigt dans le fion.
-Putain je veux que vous m'enculiez tous les uns après les autres, je suis une salope a baiser, un trou à pine Le jeune se dessape et lui donne sa queue a sucer. Il a une queue longue et bien raide, veineuse. Il me regarde comme s'il n'avait jamais vu un homme nu.
-putain t'es trop beau toi, je veux une photo de toi pour me branler le soir quand je serai seul il se fait sucer par le mec que j'encule, le vieux me lèche le cul.

Et voilà le lapin en redingote qui passe en criant "je suis en retard, je suis en retard !" il me voit et s'arrête. Il s'approche de moi et me tend ses lèvres, je lui roule une pelle baveuse et il se transforme en camionneur Italien. Il me sucotte les tétons avec ses lèvres pulpeuses. J'aime jouir entre les mains des mecs qui aiment les muscles et ma grosse pine d'ours. L'arbre contre lequel est adossé le vieux se penche et caresse mes cuisses ciselées. Je sens une mains qui me rentre dans le cul et s'amuse avec mes tripes. j'aime ça. La main s'enfonce encore et elle se trouve entre mes poumons. Ma queue est prête a cracher son venin. Le mec que j'encule hurle de plaisir. La main me sort par la bouche, le lapin est redevenu normal et s'en va en se finissant à la main. Il est en retard, le pauvre. La nuit tombe, les elfes arrivent pour nous sucer et nous enculer. Un troll sort sa queue de 70 cm et me la fou brutalement dans le cul. Je jouis, mais c'est pas du sperme, c'est du Nuttela.

Toute cette histoire m'est arrivée après demain.
Je marche en forêt. Je suis en short très court qui laisse facilement deviner la forme de mon sexe. Je porte un débardeur moulant mes muscles puissants, largement échancré de façon a ce que mes pecs soient bien visibles. Mes épaules larges sont bien en évidences. Je marche depuis une heure et pas un chat. Je ne croise personne. Je continue. Tout a coup je vois, au bout de l'allée une silhouette. On dirait un mec, mais je n'en suis pas sur. Il marche comme moi. On se rapproche et je distingue que c'est un type dans la trentaine en survet gris. Je vois qu'il doit porté un slip qui le sert car je ne distingue pas la forme de ta queue. Moi, je sais que mon gland dépasse un peu hors de mon short. On se croise, il me regarde et me salue. Je lui réponds et je continue. Je quitte l'allée et je m'enfonce dans le bois en espérant qu'il va me suivre. Je ne regarde pas mais j'écoute. Je n'entends pas de pas derrière moi. Je marche encore un quart d'heure quand tout a coup je vois le mec à 20 mètres devant moi, entièrement nu appuyé contre un arbre. Il se masse la queue et les couilles. Je marche dans sa direction, j'arrive à sa hauteur:
-ca va ? tu te sturbe en pensant à qui ?
-Au lapin en redingote
-ah bon t'es pédé?
-oui, j'ai envie que tu te foute a poils et que tu me laisse te bouffer la raie du cul.
-ok pas de blème.
j'ôte mon débardeur. Il me mate avec quelque chose de fou dans les yeux -putain j'ai jamais vu un mec avec des muscles aussi beaux de ma vie.
j'ôte mon short
-wouah quelle belle teub tu as, je la veux dans ma bouche il s'accroupit et ouvre sa bouche, je m'approche de lui et lui fou ma pine raide dans la gueule. Il ramasse un truc par terre. c'est du caca. Il en snif comme un malade et me tend le caca. Je snif aussi.
il me suce goulument le menton. Il me malaxe les oreilles. J'aime qu'un mec s'occupe de moi. Il me fout deux doigts dans les narines. J'aime ça. Je sens que j'ai envie de me faire pisser dans le cul par lui,j'ai envie de sa pine d'ours dans mon trou du cul. Il se relève et commence a me tâter le genoux -putain quel mec, j'ai jamais caressé un mec comme toi, je te veux, pine moi et il se retourne et écarte ses fesses, je vois son trou de balle rose et plein de poils il s'ouvre et j'y plonge ma tête. Je le lime.

Tout a coup je remarque qu'on n'est pas seul. Il y a deux mecs qui regardent en se masturbant. Il y en a un jeune et un vieux. Je m'en fout j'aime qu'on m'admire. je continue a enculer le mec. Il dit -plus fort défonce moi je veux sentir tes burne me taper le cul.
Je l'encule furieusement. Les deux mecs se rapprochent en pètant. Le vieux me tâte les coudes, l'autre me fourre un doigt dans le nombril.
-Putain je veux que vous m'enculiez tous les uns après les autres, je suis une salope a baiser, un trou à enclume Le jeune se dessape et lui donne sa queue a sucer. Il a une queue longue et bien raide, veineuse. Il me regarde comme s'il n'avait jamais vu la tour effeil.
-putain t'es trop beau toi, je veux un buvard  de toi pour me branler le soir quand je serai seul avec mon patron et son cousin il se fait sucer les yeux par le mec que j'encule, le vieux me lèche le dentier.

Et voilà le lapin en redingote qui repasse en criant "je suis en retard, je suis en retard !" il me voit et s'arrête. Il s'approche de moi et me tend ses lèvres, je lui roule une pelle baveuse et il se transforme en camionneur Polonnais. Il me sucotte les tétons avec ses lèvres pulpeuses. J'aime jouir entre les pieds des mecs qui aiment les motos et ma grosse corde vocale. L'arbre contre lequel est adossé le vieux se penche et caresse mes cuisses ciselées. Je sens une mains qui me rentre dans le cul et s'amuse avec mes tripes. j'aime ça. La main s'enfonce encore et elle se trouve entre mes poumons. Ma queue est prête a cracher son venin. Le mec que j'encule hurle de plaisir. La main me sort par la bouche, le lapin est redevenu normal et s'en va en se finissant à la main. Il est en retard, le pauvre. La nuit tombe, les elfes arrivent pour nous sucer et nous enculer. Un troll sort sa queue de 70 cm et me la fou brutalement dans le cul. Je jouis, mais c'est pas du sperme, c'est de la moutarde de Dijon.
Toute cette histoire m'est arrivée demain.

Tu me reconnaitras je serai dans la forêt en short très court qui laisse facilement deviner la forme de mon sexe. Je porte un débardeur moulant mes muscles puissants, largement échancré de façon a ce que mes pecs soient bien visibles. Mes épaules larges sont bien en évidences. Je marche depuis une heure et pas un chat. Je ne croise personne. Je continue. Tout a coup je vois, au bout de l'allée une silhouette. On dirait un mec, mais je n'en suis pas sur. Il marche comme moi. On se rapproche et je distingue que c'est un type dans la trentaine en survet gris. Je vois qu'il doit porté un slip qui le sert car je ne distingue pas la forme de ta queue. Moi, je sais que mon gland dépasse un peu hors de mon short. On se croise, il me regarde et me salue. Je lui réponds et je continue. Je quitte l'allée et je m'enfonce dans le bois en espérant qu'il va me suivre. Je ne regarde pas mais j'écoute. Je n'entends pas de pas derrière moi. Je marche encore un quart d'heure quand tout a coup je vois le mec à 20 mètres devant moi, entièrement nu appuyé contre un arbre. Il se masse la queue et les couilles. Je marche dans sa direction, j'arrive à sa hauteur:
-ca va ? tu te sturbe en pensant à qui ?
-en pensant à toi mec
-ah bon t'es pédé?
-oui, j'ai envie que tu te foute a poils et que tu me laisse te lécher la raie du cul.
-ok pas de blème.
j'ôte mon débardeur? Il me mate avec quelque chose de fou dans les yeux -putain j'ai jamais vu un mec avec des muscles aussi beaux de ma vie.
j'ôte mon short
-wouah quelle belle teub tu as, je la veux dans ma bouche il s'accroupit et ouvre sa bouche, je m'approche de lui et lui fou ma pine raide dans la gueule. Il ramasse un truc par terre. c'est du poppers. Il en snif comme un malade et me tend le flacon. Je snif aussi.
il me suce goulument le chibre. Il me malaxe les couilles. J'aime qu'un mec s'occupe de moi. Il me fout deux doigts dans le fion. J'aime ça. Je sens que j'ai envie de me faire enculer par lui,j'ai envie de sa pine d'ours dans mon trou du cul. Il se relève et commence a me tâter le torse -putain quel mec, j'ai jamais caressé un mec comme toi, je te veux, pine moi et il se retourne et écarte ses fesses, je vois son trou de balle rose et sans poils il s'ouvre et j'y plonge ma dard. Je le lime.
Tout a coup je remarque qu'on n'est pas seul. Il y a deux mecs qui regardent en se masturbant. Il y en a un jeune et un vieux. Je m'en fout j'aime qu'on m'admire. je continue a enculer le mec. Il dit -plus fort défonce moi je veux sentir tes burne me taper le cul.
Je l'encule furieusement. Les deux mecs se rapprochent. Le vieux me tâte les pecs, l'autre me fourre un doigt dans le fion.
-Putain je veux que vous m'enculiez tous les uns après les autres, je suis une salope a baiser, un trou à pine Le jeune se dessape et lui donne sa queue a sucer. Il a une queue longue et bien raide, veineuse. Il me regarde comme s'il n'avait jamais vu un homme nu.
-putain t'es trop beau toi, je veux une photo de toi pour me branler le soir quand je serai seul il se fait sucer par le mec que j'encule, le vieux me lèche le cul.

Et voilà le lapin en redingote qui passe en criant "je suis en retard, je suis en retard !" il me voit et s'arrête. Il s'approche de moi et me tend ses lèvres, je lui roule une pelle baveuse et il se transforme en camionneur Italien. Il me sucotte les tétons avec ses lèvres pulpeuses. J'aime jouir entre les mains des mecs qui aiment les muscles et ma grosse pine d'ours. L'arbre contre lequel est adossé le vieux se penche et caresse mes cuisses ciselées. Je sens une mains qui me rentre dans le cul et s'amuse avec mes tripes. j'aime ça. La main s'enfonce encore et elle se trouve entre mes poumons. Ma queue est prête a cracher son venin. Le mec que j'encule hurle de plaisir. La main me sort par la bouche, le lapin est redevenu normal et s'en va en se finissant à la main. Il est en retard, le pauvre. La nuit tombe, les elfes arrivent pour nous sucer et nous enculer. Un troll sort sa queue de 70 cm et me la fou brutalement dans le cul. Je jouis, mais c'est pas du sperme, c'est du Nuttela.

Toute cette histoire m'est arrivée après demain.
Si tu as de la patience tu verras que tout ce texte n'est pas absolument identique. Je t'embrasse sur la couille gauche.

Pascal

pascalsport@orange.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.