Best Of Cyrillo

Page précédente

Parking isolé

Je connais Guillaume depuis 5 ans.
Il a 24 ans et j’en ai 23, il est blond cheveux courts avec de beaux yeux bleus et des muscles bien dessinés. Il est hétéro, mais n’a aucun problème avec mon homosexualité.

L’année dernière, nous sommes partis en vacances une semaine tous les deux sur la Côte d’Azur pendant le mois de Juin. Alors que nous allions à la plage en voiture, Guillaume me dit qu’il allait s’arrêter sur un parking. Il m’explique qu’il n’aime pas trop se taper la honte à mettre de l’huile sur son corps devant tout le monde à la plage, il préfère le faire avant. Aucun problème pour moi, bien au contraire…

Une fois arrêtés dans un coin tranquille, il me dit « Tiens, t’as qu’à le faire comme ça tu verras mieux que moi où il faut en mettre ». Evidemment, je n’ai pas refusé une telle opportunité. Il attrape l’huile solaire dans la boîte à gants et me donne la bouteille. Il commence alors à basculer le siège en position allongée. Il retira délicatement son T-shirt blanc un peu moulant pour laisser place à son corps qui me procurait tant de plaisir à regarder. Il était entièrement rasé (ça plaît aux filles, parait-il) et même si je préfère quelques poils, cette silhouette n’était pas pour me déplaire.

Doucement, pour profiter au maximum, je commence à verser l’huile sur son corps, en l’étalant délicatement avec ma main en dessinant chaque muscle pour le rendre plus saillant. Bizarrement, je sentais Guillaume détendu, il ne disait rien et à même fini par fermer les yeux. Rajoutant peu à peu de l’huile sur ses pectoraux, quelques glissements de mes doigts avaient tendance à caresser ses tétons qui commençaient à durcir. Alors que je m’attendais à une réaction de sa part, il restait les yeux fermés et son visage laissait paraître un léger sourire.

Au fil des passages de mes doigts, l’étalage d’huile à vite laisser place à des caresses sensuelles avec une insistance certaine sur ses pectoraux et ses abdos. J’étais aux anges, mais également inquiet car cette situation m’excite terriblement et la peur d’être arrêté en plein élan me gagnait. Cela faisait maintenant plusieurs minutes qu’il était là, sans un bruit, à se laisser caresser le corps jusqu’au bas du ventre. Inutile de dire que mon boxer commençait à être un peu trop petit. Je me suis alors décider à lui dire qu’il serait probablement utile de protéger également ses jambes, ce à quoi il ne répondit rien du tout, si ce n’est une esquisse de sourire approbateur. Délicatement, je commence à défaire la corde de son pantacourt blanc tout en continuant à lui caresser le haut du corps. Il réagit en soulevant légèrement ses belles fesses, me permettant ainsi de dégager le pantacourt et de laisser apparaître un boxer de bain rouge, plutôt prometteur en matière de contenu.

Je repris alors un peu d’huile et commença à l’étaler sur ses cuisses avec une attention particulière à l’entrejambe.
Le fait d’être dans une voiture n’aidait évidemment pas à faire le bas des jambes mais de toute façon, je me concentrais sur le haut ! Après quelques minutes et quelques brèves remontées sur les bords du boxer, il me dit, « je vais avoir l’air con si j’attrape un coup de soleil en bas des jambes ». Je répondis que ce n'était pas forcément évident à faire et il me proposa alors de monter sur lui pour que ce soit plus facile !

Ca y est, mon rêve devenait réalité et son corps commençait à m’appartenir de plus en plus. Evidemment, l’huile fût vite étalée sur le bas des jambes et je me suis rapidement remis au niveau de l’entrejambe. On voyait nettement que son paquet avait gonflé, sans être pour autant être en complète érection. Un mouvement de ma jambe pour s’approcher du bord du siège fit que son poignet toucha mon short à l'endroit exact où j'étais en pleine ébullition.

Cette fois, il ne pouvait pas dire qu’il ne savait pas ! Je remis un peu d’huile sur son bas ventre et ses jambes, tout en faisant tomber quelques gouttes sur le boxer pour l’humidifier. Mes mouvements étaient de plus en plus axés sur le boxer et je rajoutai sans cesse de l’huile pour qu’il soit un peu plus moulant. Je finis par enfin poser la main sur la partie convoitée, toujours sans aucune réaction de sa part, si ce n’est à cet endroit précis où la taille a bien augmentée.

J’étais donc là, en short, les fesses sur ses pectoraux et les mains sur son boxer, et lui ne disait rien. J’ai alors approché le visage et commencé délicatement à lécher le boxer malgré le goût désagréable de l’huile dans ma bouche. Les coups de langues se sont rapidement transformés en gobage de sexe à travers le tissu. Je commençais à sentir de légères réactions de son corps montrant qu’il appréciait le travail réalisé. Après quelques minutes, je lui ai proposé de retirer son boxer « s’il ne voulait pas risquer un coup de soleil au niveau de l’élastique ». Evidemment, il n’a rien dit…
Avec délicatesse, je fis apparaître un sexe complètement imberbe par le haut du boxer. Une fois de plus, il leva les fesses et le boxer fini au niveau de ses pieds, avec le pantacourt.

Je remis un peu d’huile sur le bas de son ventre tout en faisant glisser la main vers son sexe que je voyais et touchait pour la première fois (m’étant jusque là toujours arrêté au regard discret dans les douches du gymnase et à mes fantasmes solitaires). Les va-et-vient de ma main n’étaient maintenant limités qu’à son sexe qui n’en finissait plus de durcir pour dépasser la vingtaine de centimètres, mais également à se dresser devant moi, comme s’il venait chercher ma bouche. Je finis par donner de légers coups de langue sur le bout, avant de l’avaler d’un trait.

C’était si bon ! Il eut une légère réaction, probablement liée à l’excitation, mais n’a toujours pas parlé. Après quelques allers-retours dans ma bouche, je me suis décidé à relever la tête et enlever mes vêtements.
J’ai préféré garder mon boxer malgré tout au cas où je sois un peu trop ambitieux pour lui. Le short a atterri sur son visage, il n’a pas bougé.
On aurait pu croire qu’il était mort si sa queue ne montrait pas autant de vigueur. Je l’ai enlevé et suis vite retourné à l’essentiel.
J’ai enfourné son sexe tout en donnant des coups de langues autour. J’entendais quelques soupirs de plaisir, mais je n’arrivais pas à savoir s’il avait les yeux ouverts ou pas. De toute façon, j’étais bien trop occupée à lui astiquer la queue pour me préoccuper de son visage. Ma langue parcourait tout son entrejambe et se dirigeait par moments en direction de sa rondelle.

En m’approchant à 2 ou 3 centimètres de l'entrée, je sentis sa main se poser sur ma jambe et il me dit, « je veux bien faire un effort, mais il ne faut pas trop m’en demander non plus, je ne prendrai pas un coup de soleil là dedans ! ».
J’évitais donc la zone sensible et me concentrait sur sa queue. Au fil des minutes, je sentais sa main suivre le rythme de mes hochements de tête sur ma jambe, remontant petit à petit sur mon boxer. J’ai donc commencé à lécher uniquement son gland, ce qu’il a récompensé par une remontée jusqu’à mon paquet prêt à exploser. Sa main a alors habilement descendu mon boxer sur mes genoux, laissant mes 18cm tomber directement dans son autre main.

Je commençais alors à onduler mon corps sur sa main immobile, ce qui faisait encore gonfler sa queue, toujours dans ma bouche.
Petit à petit, je reculais mon corps pour diriger ma queue vers son visage. Arrivé au niveau de son menton, sa main fit place à sa langue qui touchait délicatement mon gland. Continuant mes va et vient autant dans ma bouche que dans les reins, ma queue finie par arriver au fond de sa gorge. Pour un débutant, il était plutôt performant, mais de toute façon j’étais déjà prêt à exploser avant même qu’il n’ait posé la main sur moi...

J’ai senti qu’il n’allait pas tarder à exploser et continuait donc de plus belle jusqu’à ce qu’une délicieuse substance envahisse ma bouche. N’étant pas particulièrement habitué à avaler, j’ai quand même fait un effort pour le remercier.

Alors que je ralentissais mes mouvements sous ses spasmes de plaisir, il s’en donnait à cœur-joie avec sa langue et je finis rapidement par approcher de l’éjaculation. Comme il est débutant (et hétéro), j’ai retiré ma queue au cas où il ne soit pas prêt à me laisser exploser. Je suis alors allé un peu plus en direction de ses pectoraux et j’ai commencé à me frotter contre eux, pour finir par étendre une mare de sperme sur son corps. Je me suis alors retourné pour avoir la tête face à lui et j’ai commencé à ramasser mon sperme avec ma langue, en insistant sur ses tétons encore durs, tandis qu'il me regardait d'un air satisfait.

Je me suis enlevé pour me rasseoir sur mon siège, épuisé et en même temps toujours excité de ce qu’il venait de m’arriver. Il me regarda alors avec un sourire et me dit, « je savais que t’en avais envie, j’ai eu envie d’essayer, je suis en vacances pour m’éclater et j’avoue que j’ai bien aimé. Mais rien à faire, je préfère les filles. Toutefois, si tu veux, j’ai un peu de crème après-soleil pour tout à l’heure… »

Inutile de préciser que cette semaine a été inoubliable, même si je n’ai pas pu aller beaucoup plus loin que ça avec lui.

JamesA

jamesa@live.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.