Best Of Cyrillo

Page précédente

Mon pt'it voisin

Voilà à présent 5 ans que je suis l'heureux propriétaire d'un bel appartement dans une petite résidence calme et charmante. Toutefois, ma chère voisine (une dame âgée) étant récemment décédée, ses héritiers ont vendu l'appartement à une famille qui vient d'emménager. Cette famille se compose d'un couple ayant la cinquantaine, ainsi que leurs deux enfants, Alice 16 ans et Romain 19ans.
Évidemment, je n'ai pas failli à mon devoir de me présenter dès que l'occasion s'est présentée, afin d'obtenir en retours des informations sur ces charmants nouveaux voisins.

Je m'appelle Gérald, je suis consultant informatique, 32 ans célibataire, brun cheveux courts, yeux noisette, 1 m 82, 75 kg, sportif (natation, tennis et jogging), plutôt musclé et j'ose le dire assez bel homme ! Mon apparence est celle d'un homme soigné mais masculin. Bref, je me fais draguer régulièrement aussi bien par des femmes et que par des hommes.
Mes voisins sont donc charmants, Claude et Martine (les parents) sont des gens serviables et très sympathiques, fiers de leurs enfants et ils forment à vrai dire une famille parfaite. Ils sont tous 4 très beaux. Ma préférence va cependant au beau et jeune Romain.
Outre la beauté liée à sa jeunesse, ce garçon est réellement pourvu d'une plastique avantageuse, la pratique régulière du sport (le foot et le judo, et un peu de musculation !) lui a donné un corps taillé dans du marbre.

Néanmoins mes rapports avec mes voisins ne consistent qu'en des bonjours/bonsoirs, bref tout de ce qu'il y a de plus banals. Je pense qu'ils savent que je suis gay, je ne m'en cache pas et ils m'ont croisé à plusieurs reprises dans l'immeuble main dans la main ou bouche contre bouche avec mes petits amis du moment. Ils ne s'en sont jamais offusqués, ils ont l'air open à ce niveau là. Pour tout dire, je me fiche du regard des gens et je fais ce qui me plaît où ça me chante.
Toutefois, alors qu'ils partent en week-end prolongé, Claude et Monique me demandent s'il m'est possible de m'occuper de Zadig (le chat !) pendant leur absence, je n'ai juste qu'à lui changer la litière et lui donner à manger et à boire, c'est tout. J'accepte évidemment, j'ai d'ailleurs moi-même un chat.

Il me confit donc leur clef, et me précise au passage que Romain rentrera plus tôt de ce week-end et qu'il viendra récupérer les clefs dimanche matin vers 10 h après son retour en train.
Bref, le week-end se passe et Romain arrive comme prévu.
Je lui propose, par politesse (mais très innocemment je dois avouer !) de déposer ses affaires et de venir déjeuner chez moi vers 12 h afin de ne pas le laisser seul passer son dimanche, il accepte la proposition et me dis qu'il doit faire son jogging, je lui propose alors de l'accompagner. L'affaire est faite, à 11 heures, nous sortons de l'immeuble pour notre footing. La discussion, tourne autour de banalités, j'apprends qu'en plus d'être beau il est intelligent, il est en math spé, et vise une prestigieuse école d'ingénieur. J'apprends également qu'entre le sport et ses études, il n'a pas beaucoup de temps à accorder aux filles qui le courtisent.

Notre footing est terminé, nous prenons l'ascenseur, tous les deux en T-shirt et minishort transpirants, brûlants, haletants. J'ai devant moi le corps divin de Romain, il me regarde de ses yeux fixes, il me sourit, je lui dis :
- tu sais tu es un beau garçon ! Si j'avais quelques années de moins, je tenterai ma chance, enfin si tu étais gay bien entendu.
- Bah justement, comme tu abordes le sujet.
- Oui ???
- Bah en fait ne t'inquiètes, moi ça me gêne pas du tout ! J'ai des amis gays tu sais !
- Non sans blague ?? (Dis-je sur un ton ironique !)
- Oui, enfin, bref, tout ça pour dire que je te trouve cool et sympa et que j'aime ta compagnie.
- C'est réciproque. Allez file te doucher, et rejoins-moi pour déjeuner.
Sur ces paroles, je suis en émois, c'est un garçon open et je suis sûr qu'il ne serait pas contre une initiation. ! J'élabore donc un plan.

Comme prévu il arrive, je m'excuse de ne porter qu'une simple serviette autour de la taille car je sors de ma douche. Je lui propose de s'asseoir et de se mettre à l'aise sur le canapé. Je m'assois près de lui, et remarque son regard insistant sur mon corps.
- Tu sais je trouve que tu as un très beau corps pour ton âge, me lance t-il !
- Oui bah tu sais à 32 ans on est pas encore tout à fais foutu !, il rit et me lance,
- Enfin je veux dire que moi j'ai pas le corps que tu as.
- Tu veux rire ?? Tu es vraiment parfait, quelle est ta taille, et ton poids ?
- 1 m 81 et 72 kg. Je me trouve trop maigre, j'aimerais plutôt être taillé comme toi.
- t'inquiètes pas, tu prendras de la masse. (Et là il enlève son pull, laissant voir son torse, sculpté et imberbe)
- Tu sais, que ce que tu fais là, ça risque de m'exciter. Bredouillai-je.
- Ah oui ?? Alors j'enlève mon jeans aussi ! (Et il joint le geste à la parole !)

Inutile de dire que mon sang ne fait qu'un tour, ce petit gars commence sérieusement à me chauffer, s'il continu il va savoir où ça lui gratte !

Le voilà donc en petit boxer blanc, fier de l'effet produit, il me lance :
- alors, qu'est ce que t'en penses ? C'est vrai que c'est pas si mal que ça .on dirait même que ta queue a gonflé.
- ouais, bah tu peux être fier ! Maintenant je vais bander pour le reste de la journée, petit con ! À toi de me calmer maintenant !
Il se jette alors sur mes lèvres et m'embrasse, me caresse et enlève ma serviette, je suis à présent à poils, je sers son corps contre moi et je sens à mon tour que je lui fait au moins autant d'effet qu'il m'en fait ! Il bande comme un âne !

Ni une, ni deux, il descend doucement, me lèche le torse, le ventre, mes couilles, et ma bite raide comme la justice ! Prête à être bouffer comme jamais par cette bouche de jeune mec pas avare du coup de langue, il lape ma tige comme un chaton laperait son lait, d'ailleurs, à ce rythme là mon lait finira pas jaillir sur sa tronche s'il ne ralentit pas le rythme, hors j'ai bien envie de goûter à son petit anus. J'ai d'ailleurs commencé à glisser ma main dans son boxer et lui caresse les fesses pendant qu'il me suce comme une sangsue, apparemment je me trompai bien sur son compte, il n'en est sûrement pas à sa première pipe, il tortille tellement du cul, que je ne serai pas le premier à avoir fait le passage de côté là non plus, ça m'excite encore plus.

Je lui travaille le cul de mes doigts experts, et je sens bien que déjà il mouille comme une petite chienne, il n'attend qu'une seule chose à présent, ma longue et belle bite.
Énergiquement, je le retourne et le couche sur le ventre dans le canapé. Je prends juste la peine d'enfilé une capote (j'en glisse toujours sous le coussin du canapé !), je ne prends pas la peine de lubrifier, et j'entame l'entrée de mes 18 cm dans son petit cul encore serré, mais plus pour très longtemps encore, il me résiste en gémissant de douleur d'abord, mais me fait signe d'un regard langoureux que cette douleur est le prémisse d'un pied d'enfer. Doucement toutefois je suis finalement entièrement dans son cul, je vais alors pourvoir commencer des petits va et vient d'abord puis plus fort et plus énergique ensuite.

A présent je le ramone, le défonce, mais il aime, il gueule son plaisir :
- Vas-y, défonce-moi le cul ! Encore ! Plus fort, à fond !!! hummmmm !!! Oui !!!!!!!
Je n'y crois pas ! je m'acharne sur son cul et il en veut encore ! Ma parole je ne sais pas ce qu'il lui faut ! Bref je décide de changer de position, je le met sur le dos et commence une nouvelle fois mon ramonage intensif, il apprécie, nous somme yeux dans les yeux. 10 minutes plus tard je jouis tout le jus que j'ai retenu depuis plus de 45 minutes à présent, et je m'écroule sur lui, heureux et repus je décule. Il me dis alors :
- Dis voir mon gars, tu t'es bien amusé, à mon tour maintenant..
C'est vrai que lui n'a pas encore joui, il place sa main sur ma rondelle heureusement de ce côté, je suis plutôt gourmand !

À mon tour,je prend position, la levrette s'impose naturellement, il me saisi par les hanches et me pénètre sans ménagement après avoir mis une capote. Je suis alors soumis à ce jeune homme qui sait manier sa baguette ! Il m'éclate le cul et m'embrasse le dos, le cou, les lèvres, il ne me baise pas, il me fait l'amour je suis aux anges. Ma bite reprend d'ailleurs de la vigueur grâce à ce corps à corps divin. Ses bras m'encerclent, il me possède et pourtant j'ai bien l'impression que c'est moi qui dirige les opérations, son souffle est haletant, insistant, sa jouissance est proche, il décule rapidement et me crache son jus sur mon torse. Il ne m'en faut pas moins pour qu'à mon tour, après une minute de branlette je lui rende la pareille sur sa poitrine et son ventre. Nous voilà donc mort de fatigue et étreint les bras dans les bras, lèvres contre lèvres !

Inutile de préciser que ce repos juste nécessaire nous a permis de remettre cela durant tout l'après midi.

Depuis ce jour je suis devenu un proche de la famille, car Romain a su vanter mes mérites et m'a introduit dans sa famille comme faisant parti de ses amis. D'ailleurs, je semble très bien accepté auprès de son père qui m'a proposé une partie de squash et m'a vanté les bienfaits du sauna et hammam de son club, il est clair que je ne tarderai pas à connaître la face cachée de ce charmant quinquagénaire.

body boy

bodyboybox-story@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.