Page précédente

PHILSKET

Comme chaque vendredi, je prends le train pour rentrer chez moi, après une semaine de boulot. Une petite heure de train, direct, sans arrêt. A l'heure où je le prends, il est souvent vide. D'habitude, je me mets à l'aise. Au fond du wagon, au fond du train, je peux voir tout ce qui se passe et personne ne peut me surprendre. Je me cale au fond de la banquette, j'enlève mes skets, allonge mes jambes et pose mes pieds sur la banquette opposée pour tenter de dormir un peu.

Et puis là, pour une fois, ça se passe pas comme d'hab'. Deux jeunes mecs sont installés à ma place. Un rebeu, en survet nike blanc et TN rouge. Et un petit céfran survet Lacoste noir et TN bleu. En deux deux, j'ai le barreau. Normalement, je ne suis pas du genre à me faire remarquer. Mais là, je ne sais pas ce qui me prend. Je m'installe carrément en face d'eux, alors que le wagon est vide. En un regard, je crois que ces deux mecs m'ont capté. Le rebeu commence à enlever une chaussure et pose son pied, dans sa belle sox blanche dessus. Son pote a un petit sourire en coin et se touche le paquet.
- T'en as envie ? lache-t-il.
Je ne sais pas si c'est à moi ou à son pote qu'il parle.
Je ne réponds pas, juste un sourire.

Je sens une présence dans mon dos. C'est le contrôleur. On file nos billets et il repart. On sera tranquille pendant l'heure qui vient. Cool...
- Alors, t'as envie ? relache-t-il.
Là, sûr, c'est bien à moi qu'il parle.
- Oh oui !
- Alors viens sniffer, me dit le rebeu.
Je me mets à quatre pattes. J'ai la gueule sur son pied, je lèche la sox.
Les deux mecs se tatent le paquet. Je sens qu'ils ont bien envie. Et moi, je me sens totalement soumis par ces deux petites racailles. Prêt à tout pour eux.

Le céfran a sorti sa bite et se branle doucement, tandis que le rebeu m'enfonce le nez dans sa TN avec son autre pied. Je lèche comme un fou, aspire cette odeur qui me donne une trique monstrueuse Le céfran est plutôt bien monté. Il me relève la tête, m'attrape les oreilles et enfile ma bouche sur sa teub, d'un coup tout au fond. J'en ai les larmes aux yeux et manque de m'étouffer. Il me baise la gueule et ses gémissements me font plaisir. Il prend du plaisir dans ma bouche, et moi, je déguste sa queue. J'enroule ma langue sur elle, lèche le gland et ravale la totalité des 20 cm. Quel pied. Le rebeu, Samir, ne manque rien du spectacle et je vois sa bite qui gonfle sous le tissu du survet blanc. Il a glissé sa main sur ma ceinture, la défait et fait sauter les boutons de mon 501.

Il fait descendre mon jean sur mes cuisses et découvre mon boxer blanc. Il s'assied derrière moi et commence à me lécher la raie, à travers le tissu. « T'as un bon boule mec ! Mike, je sens que tu vas aimer !», Moi, je sens surtout que je vais prendre de la queue dans le cul et ça me donne encore plus d'entrain. Je me déchaîne sur la belle bite bien gonflée de Mike, mon petit céfran. Il a enlevé sa Tn et me l'a collé sur le nez, pendant que je continue à téter son zob. Huum, ces vapeurs m'enivrent encore plus. Je sens mon boxer bien mouillé qui colle à ma raie, la langue de mon lècheur s'active sur ma rondelle. Il a posé ses mains sur mes hanches et fait descendre mon slip, découvrant mon trou. Samir replonge sa langue dedans, le lèche avec avidité. Ma bite, coincée dans le tissu, n'en peut plus. Il l'a bien compris et continue de faire descendre mon boxer. Il libère ma queue et empoigne mes couilles, les fait remonter.

Il me lèche doucement les boules, et remonte lentement sur mon trou. Ce mec est un expert, il m'ouvre délicatement le boule avec sa langue, je me dilate. Doucement, il fait pénétrer un doigt. Il arrivera à bien m'ouvrir, en y mettant quatre doigts, toujours bien aidé par une langue experte, bien ruisselante de salive.

Je continue à pomper Mike, ce qui m'empêche de gémir. Mais sous les coups de langue agiles de Samir, je hurlerais si je n'avais pas une bonne bite dans la gueule.

« Vas y Samir, prépare le bien, j'arrive ! ». Mike sort sa bite bien luisante de bave de ma gueule. Il m'ordonne de me retourner. Je me retrouve avec les TN de Samir sous le nez, le cul en l'air, dégoulinant de salive. Mike approche son gland de mon trou, bien ouvert par les doigts de Samir. Il avance doucement. Mais surement, sans s'arrêter. Moi, je me shoote aux TN de Samir, dont j'ai toujours pas vu la bite. Mike poursuit sa pénétration, toujours sans s'arrêter. Mon trou s'ouvre sous ses 20 cm, qui glissent doucement dans mon cul. Je suis à quatre pattes, entre deux banquettes d'un TER en train de me faire enfiler par un beau céfran et sniffant les rekins fumantes d'un superbe rebeu. Samir a pris mon téléphone portable. Il nous prend en photos. « Pour que tu te souviennes pourquoi tu auras du mal à marcher demain ! », rigole-t-il. Bien calé au fond de mon cul, Mike a entrepris un pillonage en règle de mon boule. « Faut que je t'ouvre bien, parce que Samir, c'est autre chose ! », me lache Mike. A quoi dois-je m'attendre. C'est déjà le pied...

Samir attrape une des TN de Mike et y fait glisser ma teub. Je sens mon gland frotter sur tissu de la semelle et qui s'échauffe. « Allez, viens têter maintenant ». Samir a sorti sa queue, bien bandée. 25 cm de chair palpitante s'offrent sous mon nez. Je lèche doucement cette tige, de haut en bas et de bas en haut. Puis j'avale le gland que je tête doucement, avant d'entreprendre un pompage en règle. Le rythme, c'est Mike qui le donne, A grands coups de reins. Mais j'ai du mal à tout avaler. Mike prend ma nuque et pousse ma tête sur la bite de son pote. On sent qu'ils ont l'habitude de souvent baiser ensemble ces deux là.

Mike appuie bien sur mon cou, me forçant à avaler la bite de son pote. Des larmes me coulent des yeux, et je manque d'air. Mais ce morceau de chair dans ma bouche, quel bonheur. Je salive tant que je peux. Samir se dégade et sa queue dégouline, il m'attrape la bouche avec un doigt, me dit de sortir ma langue et il vient se branler là, son gland posé à l'entrée de ma bouche.

Son chibre est énorme, gonflé par l'exitation. Samir prend son pied à se branler sur la langue. De temps en temps, il enfonce sa queue au fond de ma gorge, je salive comme jamais. Mike prend encore des photos tout en me défonçant. « Allez, on change ! Tu vas savoir ce que c'est une bite ! » lache Mike en sortant de mon trou. Je pensais qu'ils allaient bouger, mais une tape sur mes fesses me fait comprendre que c'est moi qui doit me tourner. Je bouge donc entre les deux banquettes et je présente mon cul à Samir. Mike s'est assis sur la banquette et se paluche.

Il me prend la nuque et me fais bouffer ses couilles. Pendant ce temps, je sens le gland de la queue de Samir se poser sur mon trou. Mike fait descendre son boxer et son bas de survet, il relève les jambes et dévoile son petit trou. Je me jette dessus. Ça m'occupe, pendant que Samir m'enfile d'un trait. Mon trou a beau être dilaté après le pillonage de Mike, je sens Samir me casser le cul. Mais je ne peux pas gueuler, Mike a attrapé ma tête et la maintient entre ses cuisses, ma langue lui fouillant le trou. Il bouge, me libère, se rassoit. Il me prend la bouche avec son pouce, et m'amène jusqu'à sa queue, sortie de mon cul. Elle brille encore de ma mouille.

Je l'engouffre, découvrant le goût de mon cul. Pendant ce temps, Samir a entrepris de me baiser à grands coups. Ses couilles tapent sur les miennes. Il attrape une de ses TN et le fout à côté de le bite de Mike. Ça me permet de me shooter à son odeur de ieps. C'est encore plus efficace que du poppers et ça me fait décoller. En plus, j'ai toujours la bite dans la TN de Mike et mon gland frotte sur la semelle interieure, à la même cadence que la bite de Samir me perfore le cul.

Samir a pris un bon rythme de croisière. Moi, pendant ce temps, je ne vois même pas le paysage défiler. J'entends seulement le bruit des roues du train sur les rails. Et puis vient la voix du contrôleur dans les hauts parleurs, annonçant l'arrivée du train dans quelques minutes. « Il est temps de le remplir ! » lance Samir, qui redouble de vitesse. Mike lui balance : « Vas y, je viendrais tasser par derrière ». Samir m'attrape les hanches et je sens sa queue durcir encore, grossir dans ma rondelle pourtant bien ouverte. En deux deux, il pilonne quelques grands coups, je le sens se raidir. Il se vide en moi. Il ne dit rien, seulement un gros « Oui ! » ponctue son dernier coup de rein. Il reste encore quelques secondes dans mon trou et se retire.

Mike s'est relevé. Cette fois, ce sont les deux mecs qui bougent. Le céfran vient prendre la place de son pote. Sa bite n'a aucun mal à rentrer. Lui aussi me bourre avec presque violence. Je ne suis plus là que pour leur vider les couilles. Samir s'assoit devant moi. Il me redonne sa queue à têter. J'avale les dernières gouttes de son sperme qui perlent sur son gland.

Je nettoie consciensieusement sa belle queue. Mike accélère lui aussi le rythme et se tend. Il se vide à son tour dans mon trou. Et lui, se fait entendre et gueule de plaisir : « Oh putain, quel cul ! T'es une vraie salope ! », Samir s'est relevé, a déjà commencé à se rhabiller. Je me retrouve avec la bite de Mike dans la bouche. Je le lèche, goutant au mélange des deux spermes que j'ai dans le boule. Je la nettoie bien. Moi, j'ai toujours une Tn autour de la bite et des couilles prêtes à exploser. Samir se penche à mon oreille et me murmure : « Ecoute mec, t'es un vrai bon trou... tu as été génial.

Mais on peut te proposer des plans réguliers si tu veux. La condition, devenir notre lope. Tu feras tout ce qu'on te dit. Il prend mon tel. « J'enregistre mon numéro. Tu le trouveras facile. Si tu es partant, t'envoies un texto... et on t'expliquera tout. En attendant, pas touche à ta queue ! ».

Les deux mecs viennent de se casser. Je suis là, le cul à l'air, cassé. Comme dans un rêve. Le train ralentit. Je me rhabille. Prends mon tél. Non, je n'ai pas rêvé. Dans le répertoire, à Beuretcéfrandomis, j'ai un numéro de tél. Mon coeur bat encore trop vite pour réaliser. Mais je sens que je vais leur envoyer rapidement un message.

L'histoire vous a plu ? Lachez des coms...

Evidemment, c'est pur fantasme. Et dans la vraie vie, on se protège !

Philsket

phil20an@aol.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.