Page précédente

Toute une pièce...

Cela fait près de six mois qu'un groupe de finissants du conservatoire pratique une nouvelle pièce de théâtre.
Toutes les semaines, ils se réunissent dans un local pour pratiquer et discuter de leurs points de vue artistiques de cette pièce. Chacun a un rôle précis dans cette pièce, il n'a que trois acteurs sur scène, mais le côté technique emploie la plupart de jeunes du groupe.

Le rôle principale est tenu par Marc, James et Brian ont des rôles de soutien.
Quelques jours avant la première, toute l'équipe est d'accord pour les effets spéciaux qui entourent la pièce. Les deux techniciens du son, Luc et François ont enfin trouvé la musique parfaite pour accompagner les textes du rôle principal. Jonathan et Frédéric sont très satisfaits des éclairages spéciaux. Pierre Olivier a dicté ses points de vue sur la mise en scène du final. Les décors et les costumes, malgré qu'ils soient dénudés d'artifice, sont prêts depuis une semaine.

Après une répétition épuisante, tout le groupe se rejoint à l'appartement de Pierre Olivier. Certains ont apporté quelques joints pour se détendre après une soirée de pression. L'odeur de la marijuana envahit rapidement tout l'appartement. La drogue circule de main en main et un vent de frénésie s'empare des artistes.
Dans un moment de folie, Pierre Olivier se dénude, Brian s'approche de lui et commence à le caresser. Il s'agenouille devant lui et suce la queue qui s'offre à lui. Pendant ce temps, François se glisse derrière Brian, il lui enlève sa chemise. On peut admirer une belle peau, couleur bronze, qui respire le soleil de la Jamaïque. Il détache le pantalon de ce beau mulâtre pour en faire jaillir une longue queue qui fait l'envie de plusieurs. Elle est déjà dure et ses testicules sont gonflés à bloc. François prend ses deux mains pour le masturber, cela excite Brian qui n'a plus de contrôle sur la cadence que sa bouche, qui suce le metteur en scène. Quand François lui serre les testicules assez fortement, il n'entend pas parmi ses tous ses soupirs, le son de souffrance que Brian fait. À la vue de cette scène; Pierre Olivier se tortille de plaisir. Il y maintient la tête près de son ventre, grâce à longue chevelure noire de ce bellâtre. Il ne veut pas que Brian retire sa queue de sa bouche.

Jonathan et James attrapent Marc pour s'amuser avec lui. Ils le déshabillent rapidement, étant sous l'effet de la drogue; il ne se rend pas compte qu'il est maintenant nu, comme un ver. Aussitôt, les deux hommes se déshabillent à leur tour, Jonathan le tient debout tout en lui caressant la poitrine et l'embrassant. Pendant ce temps, James caresse le sexe encore endormi, de Marc avec ses lèvres. À mesure que le mouvement de cette bouche gourmande frictionne ce sexe, celui-ci se raidit lentement.
James prend de ses mains ce membre de toutes ses forces, la tête rose devient mauve sous la pression. James le sent dur comme une barre de fer et commence à la sucer. Soudain, Luc approche de cette belle queue pour la sucer, lui aussi. Marc commence à sentir une chaleur parcourir tout son corps. Il voit dans la brume de la marijuana, ses deux amis qui sucent sa queue énorme. Il ne peut se retenir plus longtemps, il éjacule.
Marc voit jaillir en abondance un liquide blanc sur ses partenaires. Luc se tourne vers James et lèche le sperme qui glisse sur sa poitrine lisse. Tous les deux s'entrelacent pour mieux se caresser leurs membres virils dans la position 69. James couché sur le sol, il agrippe Luc pour le placer sur lui. Il lui mange la queue tandis que ses doigts s'enfoncent dans le trou de cul qui se présente sous ses yeux. Il commence à s'amuser avec Luc en pénétrant un doigt dans son anus; il l'enfonce tellement en profondeur, qu'il sent les tissus intérieurs. Ce petit jeu fait augmenter l'excitation, il entre de plus en plus de doigts. Le trou du cul est si agrandit qu'il peut y pénétrer jusqu'à quatre doigts en même temps. Luc, perd tous ses moyens, il ne pense qu'au plaisir qu'il éprouve en se faisant enculer de telle sorte et le plaisir d'avoir cette belle queue dans la bouche.

Jonathan tient toujours Marc dans ses bras. Il le couche sur le canapé, il voit des gouttes de sueur glisser le long de son dos, pour se perdre entre ses fesses. Il se penche pour caresser de sa langue le cul rebondi de son ami. Le duvet sur la peau de ses fesses est si doux que la lumière lui donne des reflets scintillants. Sa langue se faufile entre les deux monts blancs que ses mains écartent et l'enfonce au plus profond de lui. Une fois que l'endroit est humide, Jonathan enfile son long membre pour mieux jouir. Il le chevauche comme s'il était sur un étalon en furie. Les mains de Marc se crispent sur les côtés du canapé. La jouissance est si grande pour lui qu'il mord un des cousins de toutes ses forces.

Dans l'autre coin du salon, Brian assis sur fauteuil encule Pierre Olivier qui est assis sur lui. Le jeune metteur en scène admire les corps de ses amis à ses pieds. Ces derniers, jambes en l'air, se font sucer. Ces images érotiques provoquent une excitation intense au metteur en scène. Jamais sur une scène, il ne pourra illustrer cette jeunesse exubérante avec de si beaux spécimens de "body". Sous l'effet de la drogue, il ne distingue plus les visages, mais il peut apprécier la vision de ces physiques d'athlètes. Tous ces corps ne font qu'un seul. Le va-et-vient de sa chevauché sur cette queue, fait éjaculer Pierre Olivier sur les corps qui sont à ses pieds. Le sperme éclabousse sur tous ces muscles sous tension.

Marc essaie de se lever du divan, mais James et Luc l’empêchent de bouger par leurs étreintes. Luc est en position à quatre pattes sur lui qui le suce, pendant que James, debout devant le canapé, le pénètre avec sa grosse queue en lui tenant les jambes en l'air avec ses larges épaules. Les jambes de Marc contrassent avec la peau de ce superbe Jamaïcain.
Ce dernier admire les courbes du dos lumineux de Luc qui reluit de sueur. Les marques d'un mini-slip tranche sur son postérieur, ce beau cul blanc gigote de satisfaction. Il prend la tête de Luc et accélère le mouvement de succion. Il veut que son mouvement aille au même rythme que sa pénétration. Marc sent le bas de son corps en feu à cause de toute cette concentration érotique sur lui. Il n'a jamais senti une si grande stimulation.
L'odeur du sperme et celle de la marijuana voguent dans l'air à travers le gloussement des jeunes hommes. Quand chacun est rassasié, ils se couchent tous sur le tapis, morts d'euphorie.

Un jour avant la première, Marc et James sont en répétition avec le metteur en scène. Ils pratiquent la scène d'ouverture de la pièce, elle est la plus importante de tous les tableaux. Après quelques heures, Pierre Olivier est satisfait des acteurs et de l'éclairage. Il décide qu'ils ont fait un bon travail et qu'ils peuvent retourner chez eux. Jonathan et Frédéric ferment tous les "spotlights" sur la scène; il n'y a qu'une ampoule qui éclaire les comédiens.
Pierre Olivier a quitté rapidement la salle, car il a un rendez-vous. Sur la scène, il ne reste que les deux acteurs. Marc est vêtu que d'un simple pagne blanc noué à la taille, il a les mains attachées à une poutre, au-dessus de la tête; car le héros de la pièce est un prisonnier. James le regarde dans cette position, il admire son corps finement musclé sous l'éclairage crue de l'ampoule.
Marc lui demande de le détacher, mais James s'approche lentement de lui avec ses allures d'acteur britannique. Ses mains se dirigent les cordes mais elles tombent lentement sur les bras, puis glissent sous les aisselles humides et sillonnent les muscles de sa poitrine et descendent vers son ventre pour lui arracher son pagne. Marc lui dit d'arrêter son petit jeu de séducteur, mais celui-ci ne l'écoute pas. Il essaie de se détacher mais en vain . James l'embrasse sur sa poitrine, Marc ne peut pas résister aux caresses de son partenaire. Il ferme les yeux quand il sent la bouche de James se promener près de son sexe. Il l'effleure ses jambes avec sa langue.

Entre-temps, Frédéric revient à la console d'éclairage, car il avait oublié des papiers. Sans faire de bruit, il voit les deux acteurs faire l'amour sur les planches. Il les regarde attentivement et dirige sa main dans son pantalon pour se masturber. Le corps complètement nu de Marc l'émoustille beaucoup, et surtout de le voir prisonnier de James . C'est un corps agréable à contempler, il est une esquisse qui devient un tableau de maître à force de la regarder. Attaché ainsi, tous ses muscles sont ressortis. Luc aimerait être sur la scène avec eux, mais n'ose pas les déranger de peur d'arrêter cet moment érotique. Il détache ses vêtements pour mieux se caresser en silence. Ses mains suivent les mouvements de la langue de James sur ce corps. Elles effleurent son ventre, puis l'intérieur de ses jambes pour ensuite masser son membre en érection.

La langue de James tourne autour de sa queue tandis que ses mains serrent les fesses de Marc. Une fois que celle-ci s'est durcie, James lèche la tête de ce splendide membre. Tranquillement, il l'enfonce dans sa bouche jusqu'à que l'extrémité touche sa gorge, puis sa langue le dorlote sexuellement;. Il l'a tellement enfoncée que ses lèvres embrassent tendrement les poils de son fin triangle noir. James se masturbe tout en faisant l'amour à son fantasme de plusieurs mois. Les trois hommes éjaculent en même temps comme s'ils avaient synchronisé leur prestation érotique.

Le jour de la Première arrive, la frénésie s'empare de tout le monde. La salle est bondée d'amis, de journalistes et de curieux. La salle s'assombrit jusqu'à la noirceur totale. Une musique dont on ne connaît pas vraiment le rythme, envahit complètement les spectateurs. Le rideau se lève et un jet de lumière rouge illumine Marc attaché à une charpente de bois. Il offre son corps nu à la foule. Personne n'a vu un si bel acteur de théâtre dénudé ainsi. Les premières réactions dans la salle sont: "Toute une pièce ... d'homme!"

Danyel

cabanas22000@yahoo.ca

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org