Page précédente

Pierre & Antoine

Je venais d’avoir 18 ans et mon Bac.  C’était il y a 40 ans. C’était le temps des vacances et mes parents avaient décidé d’aller aider un ami d’enfance de mon père qui retapait une vieille ferme. Nous dormions dans des conditions sommaires : mes parents avaient un lit dans un local a un bout de la ferme et je partageais une autre pièce, dans une autre aile de la ferme avec Antoine, le copain de mon père, 50 ans et  divorcé. Chacun dormait sur un matelas à même le sol. Il faisait chaud et il n’y avait pas d’intimité dans cette « chambre », pour se déshabiller, avant de se coucher et moi je dormais en caleçon.

Le deuxième matin, comme souvent le matin, je fus tiré de mon sommeil par la sensation que procure une érection bien dure. C’était fréquent, chez moi. Tout de suite j’ai compris que mon sexe, en se raidissant, pointait par la fente du caleçon. Je sentais aussi une certaine douceur qui accompagnait l’érection. On me touchait le sexe et je n’osais pas ouvrir les yeux. Je les entrouvrais tout de même pour découvrir, Antoine agenouillé près de moi et qui passait un doigt sur mon gland et l’humectant de sa salive. Je décidais de faire semblant de dormir et lui joua le jeu de le croire. Je bandais de plus en plus dur. Je sentais que rapidement j’allais juter. Il continuait et ma respiration s’accélérait. Je me laissais aller et je me demandais comment cela allait finir. Je ressentis monter le plaisir et je me vidais. Contre mon gland je sentis un contact froid. En ouvrant un œil je vis Antoine qui tenait devant mon gland la tasse dans laquelle il avait bu son café avant de s’endormir. Il y recueillait tout mon sperme. Je fermais toujours les yeux encore plus durant mon orgasme qui dura un long moment. Je savais qu’il y avait pas mal de sperme qui avait coulé compte tenu du plaisir que cela m’avait procuré. J’ai senti ses doigts se poser sur mes lèvres et il les enfoncés entre les lèvres. Ses doigts étaient poisseux. C’était mon sperme qu’il me donnait à sucer sur ses doigts et il retournait dans la tasse reprendre du sperme et me redonnait à sucer. Je n’avais jamais gouté du sperme. Cela était un peu acide mais la situation m’excitait et j’aimais cette soumission à cette homme « âgé » qui me tenait maintenant la tête pour me forcer et que finisse de boire le sperme à la tasse même.

Je faisais toujours semblant de dormir et lui faisait comme si je dormais. Antoine me dit doucement : « Réveille toi, maintenant mon coquin » puis « Si tu as aimé tu en auras d’autre et en particulier le mien, bientôt ! » et il est allé se doucher.

Un quart d’heure après, Antoine est revenu juste vêtu de son caleçon. Il est arrivé devant moi et Il m’a dit de le sucer. Comme je lui ai dit non, il s’est approché de moi et a saisi ma tête entre ses mains. « Tu veux que j’en parle à tes parents ? » et il m’a collé la bouche sur la bosse qui se dessinait sur son caleçon. En réalité j’en avais envie mais j’avais aussi envie qu’il me soumette à son désir et qu’il me contraigne à le sucer. Il jouait le jeu aussi. Il a sorti son sexe de sa cachette. Il était plus large que le mien et il m’a pincé le nez fortement. Son gland est passé entre mes lèvres Il était à la fois tendre et très solide. Je l’ai léché quelques secondes et il a poursuivi son avancée dans ma bouche qu’il remplissait. Antoine me tenait fortement la tête et ses coups de reins faisaient que son gland venait dans ma gorge, presque à me faire vomir. Il accéléra le rythme et en grognant fortement  déchargea son trop plein.

Des saccades de sperme me remplir rapidement la bouche. Je retrouvais un peu du goût de mon sperme. Il était épais et bon, finalement. J’étais très excité et je pompais, tétais, et absorbais tout, tout, jusqu’à la dernière goutte.

Antoine se calma et tomba allongé près de moi. On avait un peu de temps avant le petit-déjeuner. On a dormi l’un contre l’autre. C’était câlin. Les vacances ont été câlines et sensuelles.

Ah ce cher Antoine… Je l’ai perdu de vue. S’il lit ce récit qu’il m’écrive pour me dire ce qu’il reste en lui de ces vacances. Ecris moi Antoine.

Pierre

pierre1pierre1@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.