Page précédente

La première fois que mon cul y est passé

Bonjour a tous,
A l'époque âgé de 16 ans et jeune habitant de la région parisienne, j'avais déjà sucé quelque queues (en vacance, ou amis) mais il m'en fallait plus, j'avais ce besoin et cette envie d'aller plus loin.
Un jour n'en pouvant plus, je profitais de l'absence de mes parents pour aller sur un site de rencontre, je m'inscris, mis une photo et n'attendis pas longtemps avant d'avoir des contacts plus ou moins intéressant. L'un d'eux m'attirais plus, il n'habitait pas loin, belle homme de 40 ans. Après quelques échanges me voilà avec une adresse et un rendez-vous dans l'heure. Un peu effrayé, je prends mon courage à deux main et je me rends à l'adresse.
Après 30 minutes de marche je suis sur le palier de la maison, je me met à marcher un peu plus peut être 5 minutes pendant lesquelles je me pose tout un tas de question sur ce qui va se passer, mais l'excitation me fait faire de mi tour, et me voilà finalement devant sa porte.
Je frappes et le bel homme de la photo ouvre:

Lui: "Salut mon beau, vas-y entre, je pensais pas que tu viendrais à vrai dire"
Moi (répondant pendant que je rentres): "Je vous avoue que j'ai failli faire demi tour ! "
Lui: "Et bien je suis content que tu sois là, surtout ne t'inquiètes pas, si tu as le moindre souci, tu me dis on arrête tout, il n'y a aucun problème."

Sur ses paroles réconfortantes, je me sens rassuré. Nous nous installons sur son canapé, et nous continuons à discuter de mes petites expériences. Je suis très excité rien que de parler de mes petits plan suce, et lui aussi au vu de la bosse qui se forme dans son pantalon.
Voyant que je matais sa bosse il me demanda: "Ça te dérange si je me mets à l'aise ? "
Moi: "Non, au contraire" j'avais vraiment hâte de voir ce qui se cachais.

Il enleva son pantalon et sorti sa queue, elle était énorme comparée au bite des copains que je suçais.
Lui:"Vas-y, prend la en main, n'ai pas peur."

Sur ces paroles je m'exécutais, lui debout moi assis sur le canapé, je pris sa grosse queue en main, et commença à le branler, je n'arrivais pas à regarder autre chose que sa queue, elle m'attirait, et le plus naturellement du monde, sans qu'il ne me dise rien, j'approcha ma tête et le pris en bouche.

Il prit ma tête et imprima de petits vas et vient dans ma bouche.

Lui: "Et bien, t'es vraiment une bonne petite suceuse! On voit que tu y prends du plaisir!"
C'était la première fois qu'on me parlait comme cela, et cela m'excitais encore plus. Après un petit moment il reprit sa queue, me leva, et moins de temps qu'il n'en faut je me retrouva à poil dans le salon d'un inconnu.

Lui: " Tu es vraiment magnifique ma belle, vas-y tourne que je vois tout ça"
Lui: " Je vois que ça te gène pas que je te parle comme à une fille n'est ce pas ?
Moi d'un ton honteux :" Non, ça ne me gène pas"
Lui: " Tu n'a pas à avoir honte ma jolie" et me fit un clin d'oeil

Pendant que je tournais lentement et que je sentais son regard sur moi, il me stoppa, et me poussa sur le canapé, de telle sorte que je me retrouve à 4 pattes. Il me caressa le dos, les fesses, et tout d'un coup je sentis sa langue contre mon anus. Cette sensation m'électrisa, sous ses coups de langue somptueux je ne pouvais m'empêcher de lâcher des râles.
Après 5 minutes il se leva et me proposa d'aller dans la chambre. Il me fit passer devant et pendant qu'on montait les marches il me massait les fesses. Étant complètement chauffé par ses coups de langue, je me mis à rouler du cul. On entra dans la chambre, il me poussa sur le lit, me mis a 4 pattes et me présenta sa queue. Pendant que je suçais goulûment sa belle queue, il s'appliqua à me doigter doucement, et très vite je me retrouvais avec 2 doigts fouillant mon cul et une queue a sucer, c'était divin.

Il retira se queue de ma bouche avide, se mis derrière moi et frotta sa queue contre ma raie pendant 30 secondes qui parurent une éternité, ne tenant plus, je lui fis comprendre en dandinant du cul et en le suppliant du regard. Il ne se fit pas prier et commença à forcer ma petite rondelle en y allant doucement, je fermas et les yeux et serra les dents du fait de la douleur, mais ses caresses sur mon corps et son avancée lente remplacèrent la douleur par un départ de feu inouïe lorsqu'il commença ses va et vient.

Au départ lent, je sentais qu'il allait de plus en plus profond, et chaque millimètre gagné me faisait lâcher un gémissement. Après quelque vas vient, je sentis son bas ventre contre mes fesses.
Il s'arrêta et me dit: " Ça y est ma jolie, je suis au fond de ta petite chatte!"
Sur ces paroles il commença à me prendre avec des longs et puissants coup de rein, accroché au drap du lit et la tête dans les draps, me sentant sa femelle, je me cambrais au maximum pour mieux le recevoir.
Lui: " Quel cul ma petite, hum tu la sens bien ma queue!! T'es une vrai petite salope!!..."
Ces mots et sa queue me rendais fou, et entre les gémissements j'arrivais à peine à articuler un "Oh oui!!... Prend moi!!"
Il sorti de ma chatte me tourna sur le dos, relava mes jambes et se mis sur moi pour me présenter pour que je la suce, puis tenant mes jambes contre ma poitrine, me pénétra jusqu'à la garde ce qui me fis gémir, il profita de ma bouche ouverte pour venir fourrer sa langue, et pendant qu'il me roulait un patin d'enfer, il s'activa dans mon trou et me baisa fougueusement.
Dans cette position je pouvais voir sa queue aller et venir et je me disais que c'était fou que cette grosse queue me baise et aille si profond. Après quelque minute de ses vas et vient il ralenti.
Lui reprenant son souffle: " Et bien pour une première t'encaisse bien ! Un vrai trou à bite!"
Moi reprenant mes esprits: " Merci!"
Lui: "T'inquiètes pas, je vais reprendre, je vois très bien que c'est ce que tu veux! regarde tu n'as pas débandé depuis le début"
Moi: "Oui, prends moi!"
Il recommença ces coups de rein viril, cette nouvelle attaque me mis encore le feu. Après quelques minutes je le sentis aller encore plus vite ce qui me faisait crier de plus en plus fort, et dans un râle je sentis de long jet chaud me remplir, une sensation exquise.
Lui : " T'es ma petite chienne maintenant, attend c'est pas fini!"

Il resta en moi, continua de petit va et vient et commença à me branler. Tellement j'étais chaud, je du tenir 20 secondes avant qu'une jouissance extrême s'empare de moi. Il se retira me fis goûter sa queue pleine de jus et étala mon sperme.
Je regarda son réveil: " Faut que j'y aille, je vais me faire tuer!"
Lui: "Si tu rentres comme ça, c'est possible que tu te fasses tuer en effet, va prendre une douche d'abord."

Après une bonne douche,je suis parti précipitamment, mais j'ai tout de même pris le temps de prendre un rendez-vous! Mais cela est une autre histoire.

ptitpassif

max64_89@hotmail.com

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.