Best Of Cyrillo

Page précédente

Première avec un mec

Tout d'abord, quelques précisions.
Je suis bi, sans aucun doute, mais surtout je suis hyper timide, c'en est presque maladif.
Ecrire même est une chose qui ne m'est pas facile, mais bon... il faut bien commencer quelque part...
Bon, j'arrête la le mélo, je commence l'histoire.

Cela remonte à 3 ans, à peu près à la même époque, fin mai début juin.
J'étais alors étudiant dans un IUT dis "délocalisé", autrement dit, perdu en pleine campagne, avec rien à faire.
On avait quand même la chance d'avoir deux département d'IUT, et donc d'avoir un trou pour le logement.
Pratiquement personne ne se connaissait avant d'arriver dans cet endroit paumé, et à part quatre ou cinq personnes, on venais tous des quatre coins du pays, voir de plus loin encore.
Autrement dit, n'étant pas très nombreux dans chacun des départements d'IUT, on a rapidement appris à se connaître presque tous.

Donc, pour animer les soirées on à rapidement pris le rythme de manger en groupe, notamment le soir.
On faisait des courses en commun, puis avec des tréteaux et des portes des douches, on s'installait tranquillement dans le couloir.

Généralement tout se passait bien, mais comme vous pouvez imaginer, une trentaine d'étudiants, ça fait du bruit...

Ce soir là, j'étais arrivé en retard au repas, et je me trouvais donc en bout de table. On venait à peine de commencer à manger (avec la préparation, il était presque minuit), quand un des retardataires comme moi nous prévint que son voisin de chambre se plaignait du bruit.

Le mec qui se plaignait était un étudiant de l'autre département d'IUT, j'avais déjà discuté plusieurs fois avec lui, il était au moins aussi timide que moi.

Je me suis donc décidé à sonner à sa porte pour l'inviter, me disant qu'au moins je pourrais discuter avec lui (pour ne rien gâcher, il était très mignon).

Et là, il m'a ouvert... Pour autant que je m'en souvenais, il était mignon, il avait une belle gueule, mais là...
Il portait en tout et pour tout qu'un caleçon. Il avait le torse halé, pas bronzé, dessiné mais pas trop, les jambes un peu poilus, mais très clair, et bien musclé.
Bref, je suis resté planté là... heureusement pour moi, une de mes collègues m'avait suivi, et sa première réaction à été : "Whaoooo le mec...". Ce qui à eut pour effet de nous faire éclater de rire tous les trois.

Bref, je lui propose de nous rejoindre à table pour qu'il puisse participer au bruit. Il n'étais pas très motivé d'autant qu'il avait déjà mangé... Au bout de presque une heure de parlotte, il se décide finalement.

Je rejoins la table pendant que lui s'habille (quand même) et en profite pour manger un peu.

Il nous rejoins alors que nous en sommes tous au digestif. Bref, la soirée continue bien arrosée.

A force de discuter et de boire un verre avec tout le monde, il est 4H du mat', et on a tous bien trop bu. Beaucoup sont déjà allé se coucher, et on se retrouve à 5 pour tout débarrasser.

Bien entendu on continu de discuter, et la seule chose que l'on à gardé après avoir débarrassé ce sont les bouteilles... La soirée n'est pas fini...

Bonant malant, on se retrouve à 3, il est 5H du mat, un pote de promo, le voisin très mignon et moi quand on se décide à aller se coucher. Mon pote de promo n'est pas au même étage que nous, il nous quitte donc le premier. Et moi, je continu de discuter avec fabrice. Je lui dit que de toute façon, j'ai cours à 8H, et que vu l'heure, je ne vais pas me coucher. Lui aussi me précise qu'il a cours de bonne heure, et me propose un café dans sa chambre pour nous tenir éveiller.

Bon, c clair, je n'allais pas me faire prier... Et nous voilà tous les deux dans sa chambre à attendre que le café se fasse. Vous imaginez les chambres étudiantes, environ 15m², donc cela implique une certaine proximité.

Il me dit qu'il va se prendre une douche pendant que le café se termine, ok pour moi, je n'ose pas faire le premier pas...

Le café se termine enfin, et je vais vers le coin cuisine pour le mettre dans les muggs. Pendant ce temps, lui avait fini sa douche, et passe derrière moi avec juste une serviete autout des hanches.
Le couloir étant très petit, je me sers bien contre l'évier pour le laisser passer (pas trop quand même) mais on se frôle quand même amplement. Arrive ce qui doit arriver, lui passe, mais pas sa serviette.

Bien sur, je passe par toutes les couleurs de l'arc en ciel, tout comme lui d'ailleurs. Mais bon chacun fait semblant de rien, moi je me verse le café sur la main, et lui ramasse sa serviette.

Il me demande si je m'en sors avec le café. Moi je me suis quand même bien brûlé la main, et je me retourne un peu vite pour lui répondre... Bref, on se retrouve bouche contre bouche en une seconde.

L'alcool aidant, on va dire que les réctions sont plus lentes... la mienne en tout cas, je ne me suis pas écarté tout de suite. Sa réaction à lui ne s'est pas fait attendre, et c'est pas une serviette de douche qui aurait pu cacher quoi que ce soit...

Je suis timide, mais bon, comme on dit, l'occasion fait le larron... et je lui ai posé les mains sur les hanches, au pire, je savais que j'avais des glaçons dons mon frigo pour faire disparaître le cocard... mais non, il s'est rapproché de moi, m'a pris dans ses bras et on a commencé à jouer avec nos langues.

Le lit étant à moins d'un mètre, on s'est rapidement allongé, tout en continuant à s'embrasser.

Pour moi, c'était ma première fois avec un mec, je ne savais donc pas trop quoi faire, d'ailleurs, pour lui aussi comme il me l'a dit après.

Bref, on se caressait, s'embrassait tendrement sans oser aller plus loin. Mon truc, c les oreilles, j'adore jouer avec ma langue dans le cou et les oreilles de mes partenaires, et généralement, cela plait assez.

A partir de ce moment là, tout à vraiment commencé. Il appréciait vraiment mes jeux à ce niveau la, et nos ondulations l'un contre l'autre nous avait vraiment mis en forme.

Il avait son bas ventre collé contre la braguette de mon jean, et se masturbait contre. Je lui ai pris le pénis dans la main, et ai commencé à le masturber lentement. Lui pendant ce temps commençait à ôter mon sweat, puis mon jean. En dessous je portais un calecon qui maintenait ma bite contre la jambe.

Il a ensuite commencé à m'embrasser le cou, puis il à joué avec mes tétons, léchant le contour, puis mordillant les bouts... j'avais mal tellement ma queue forçait sur les couture du caleçon pour remonter...

il est descendu lentement, le long de mon nombril, en jouant avec au passage, puis s'est décidé (enfin) à faire descendre mon calbut. Enfin libéré, ma queue lui est revenu d'un coup lui fouettant le visage au passage. Pas mécontent de son effet, il a continué à me lécher et me mordiller tout autour, sans toucher mon pénis pendant dix bonnes minutes, pour enfin l'engloutir. C'étais la première fois qu'on me faisait une vraie fellation. J'avais déjà essayé avec certaines de mes ex copines, mais aucune n'était vraiment emballé. Là, c'était l'apothéose, il jouait avec sa langue tantôt en me léchant le frein, tantôt en essayant de penetrer le petit orifice, que le precum aidait à lubrifier.

Je lui ai pris la tête entre les main pour le faire arrêter avant d'exploser, et le fit remonter pour lui donner un long baiser. Enfin, à mon tour, je me décidais à descendre le long de son corps, tout en profitant au passage de chacune des courbures de son torse.

J'ai commencé à jouer avec son bout, je ne suis pas désavantagé par la nature, mais lui était plus que gâté... on était à peu près de même longueur, mais lui était beaucoup plus large. Il était au dessus de moi, j'en profitais donc pour lui masser les fesses en même temps. Tout en me concentrant sur sa bite, j'en profitais pour me rapprocher de sa rondelle. Cela devait lui plaire car il fit tout ce qu'il pu pour écarter les fesses. Je profitais pour introduire un doigt, il se mit à gémir de plaisir, sur le coup, je me suis demandé si il allait venir, pour une première fois, je ne me sentais pas près à le recevoir dans la bouche. Il a du percevoir mon trouble et se mit à caresser ma main dont une partie était en lui.

Je lui demandais si il voulait essayer, il me dit que oui, en sortant un préservatif de sa table de nuit. J'allais par contre pratiquer la sodomie pour le première fois, et je ne savais pas trop comment faire. D'après ce que j'avais lu, cela pouvais faire mal au partenaire, et il fallait aussi lubrifier. J'ai mis de la salive dessus, et essayé de rentrer doucement, étape par étape. En fait, tout s'est bien passé, il gémissait en souriant, me motivant pour aller plus loin. Que je suis rentré à fond en lui, il m'a enserré très fort et à commencé le mouvement de va et viens, à son rythme. Je lui griffait doucement le dos puis lui l'effleurait à peine jusqu'a ce qu' il ait la chair de poule, cela m'aidait à me contrôler pour ne pas venir trop vite. Au bout de 10 minutes, il commença à accélérer le mouvement tout en gémissant en rythme de plus en plus vite. On ne pouvait pas faire trop de bruit, les murs n'étant pas spécialement épais dans ce style d'immeuble. Enfin, j'ai senti les!
muscles de son ventre se contracter par à-coups ce qui déclencha en moi une vague de chaleur et me fit jouir dans les secondes suivantes. Nous avons en fait joui en même temps, lui sans même se toucher, moi en lui.

Je me suis écroulé sur lui, lui embrassant la nuque, il était en sueur.
Je me souviendrais toujours de cette odeur, forte et délicate, je sentais encore l'odeur de son gel douche, mêlée à cette odeur de sueur de l'amour.

Après m'être retiré, nous nous sommes longuement embrassé, profitant des derniers instant de calme avant le rush des premiers étudiant dans le couloir.

Je lui ai demandé si je pouvais prendre une douche, il m'a répondu "oui, mais pas tout seul"... Nous nous sommes savonnés mutuellement et il ne nous à pas fallut longtemps avant de retrouver la forme... Nous sommes sortis de la douche par obligation, n'ayant plus d'eau chaude.

Je suis sorti de chez lui à 7H en profitant qu'il n'y avait personne dans le couloir, puis ai regagné ma chambre. J'étais bien décidé à ne pas aller en cours pour récupérer et profiter encore de cette première nuit avec un mec. A 10H, j'étais encore sur mon lit, les yeux ouverts à penser à lui quand on a sonné à ma porte. Je rêvais que ce soit lui, car à vrai dire, on avait beaucoup discuté pendant la soirée, mais assez peu pendant et après notre soirée... En fait, c'était une de mes collègues, qui s'inquiétais de ne pas m'avoir vu en cours le matin. Il faut dire que je l'ai un peu expédié manu militari pour retourner à mes rêveries. Cinq minutes après, rebelote... sonnerie, histoire de vous mettre de mauvaise humeur... Mais non, c'étais lui cette fois... "J'allais en cours quand j'ai vu steph sonner chez toi...". Je ne sais pas si il y avait quelqu'un dans le couloir à ce moment là, mais je ne pense pas, j'ai jamais eut de remarques. Je l'ai attrapé par les fesses et tiré!
dans mon appart pendant que lui m'embrassait. On à passé toute la journée ensemble... Voilà pour ma (mes) premières fois avec un mec.

On était tous les deux en première année, mais dans deux départements différents. J'ai fini mes cours mi-juin, et suis partis avec un groupe de collègues dans le sud de la France. A mon retour il était déjà parti, et à la rentrée suivante, j'ai appris qu'il avait changé de département et donc de fac.

On à quand même passé presque trois semaines ensemble, et croyez moi, je suis pas près de les oublier...

J'espère que mon histoire vous aura plut et que j'aurais pu partager un peu mes souvenirs avec vous.

Amusez vous bien !

angelo_@ifrance.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.