Page précédente

Pré-soldes

Fin décembre je reçu dans ma boite aux lettres une invitation pour des pré-soldes dans mon magasin de vêtement habituel. Bien que ce ne soit que sur invitation un soir de semaine entre 19h et 22h il y avait au moins une cinquantaine d’acheteurs.

Ayant 19 ans, je me pointais au rayon jean et chemises de loisirs. J’avais 6 pantalons et trois chemises que je m’âpre tais à essayer, mais seulement deux cabines était disponibles. J’attendais devant l’une d’elle. Par le bord du rideau je voyais l’intérieur de la cabine ou un jeune blondinet enfilait un jean. Il me tournait le dos et en se baissant pour prendre un nouveau pantalon je vis son cul glabre et mince, le mec ne portait pas de sous vêtement.

Après avoir enfilé le jean il ôta son tee shirt pour essayer une chemise et dans la glace je vis son corps fin d’ados sans aucun poil même sous les bras.  Tout à coup en se toisant dans le miroir il croisa mon regard et se retourna pour me dévisager.

Je piquais un phare monumental et ne savais plus ou me mettre. Il entrouvrit le rideau « vous attendez pour essayer, excusez moi je suis lent mais il faut que j’aille en rayon chercher d’autres tailles vous pouvez prendre la cabine en attendant si cela ne vous gêne pas que je laisse mes affaires.. » Je le remerciais et pris la place dans la cabine d’essayage en repensant à ce beau corps d’éphèbe que j’avais aperçu.  J’étais en slip et torse nu lorsque le rideau s’entrouvrit à ma stupéfaction. « Excusez, je croyais que vous aviez terminé me dit il en détaillant mon corps et fixant particulièrement mon entrejambe qui commençait à prendre du volume. » je plaquais mes mains devant mon sexe pour éviter qu’il ne s’aperçoive de mon émois, mais visiblement ce n’étais pas son problème. Et me fixant dans les yeux de son regard noir profond il me dit «  il y a beaucoup de mecs qui attendent la place, pour gagner du temps je peux essayer en même temps que vous ? la cabine est assez grande ! » et sans attendre ma réponse il rentrait à coté de moi et tirait le rideau occultant  de ce fait tout regard extérieur.

En enfilant mon jean mon dos touchait son corps et je sentais la tiédeur de sa peau. Quelques instants plus tard en me retournant je constatais que mon petit mec était nu comme un vers et se malaxait la queue entièrement rasée. Elle était nettement plus petite que la mienne elle faisait tout au plus 16 cm non circoncise avec deux petites baloches rasées aussi. Il planta son regard dans le mien et me dit « Après  l’essayage je peux t’offrir un verre ? » C’était la première fois que je me faisais draguer par un mec mais conquis par le propos direct, je ne sais pas pourquoi, je lui répondis oui.

Après avoir payé nos articles nous nous sommes retrouvés dans la rue, il faisait nuit. Il pris encore l’initiative en me tendant la main « je me présente, Valentin j’ai 19 ans et suis étudiant et toi ? » « je m’appel Martin j’ai aussi 19 ans et suis aussi étudiant . Tu connais un  bistrot ? » «  oui viens ! » et il se dirigeât vers un bar dans une petite rue que je ne connaissais pas . Il n’y avais que des mecs tous plus mignons les uns que les autres. Je compris rapidement à voir le serveur se déhancher entre les tables que nous étions dans un  bar gay. N’étant jamais entré dans ce type de lieu, je regardais si je connaissais un visage mais heureusement non. Nous traversâmes la salle et nous installâmes cote à cote sur une banquette devant une table ou la seule lumière était fournie par une bougie.

Valentin le plus naturellement du monde me posa la main sur la cuisse et me demanda « Tu bois quoi ? une bière ? ici elle sont super. » Mon cœur battait la chamade car il n’enlevait pas sa main de ma cuisse et même me caressait doucement. Je regardais si personne ne nous voyait. « Ne t’inquiète pas Martin ici c’est permis ! ça te gêne que je soit à coté de toi ? » il me sourit tendrement et me fixant dans les yeux me dit « il faudra bien un jour ou l’autre que tu te déniaise ! » je ne comprenais pas ses paroles. Mais valentin poursuivit, « Tu sais Martin je te connais, je suis à la même fac que toi et j’avais remarqué comment tu regardais les mecs en cachette, c’est pourquoi je t’ai provoqué...tu sais que tu me plais ! » j’étais interloqué de cette approche et je sentais maintenant la main de valentin posé sur mon sexe bandé à mort «  tu vois Martin que tu aimes, tu bandes bien, ta queue est grosse et je te prêterais bien mon cul ! »

Il me caressait la main et je sentais une grande douceur dans ses gestes comme pour me montrer son affection . Après trois bières et deux heures passés cote à cote, nous avions déjà échangé deux baisés sur la bouche et j’avais même tenu sa bite dans ma main qu’il avait sortie de son jean pour lui faire prendre l’air m’avait il dit. Puis il m’invita chez lui à deux pas et dés la porte passé, il me prit dan ses bras pour m’embrasser tendrement en me caressant les cheveux. « Martin  je suis fou de toi ça fait des mois que je t’observe mais tu ne me vois pas je veux être à toi. ! » doucement il glissait le long de mon corps pour arriver à la hauteur de ma braguette et me mordiller le sexe à travers le jean.

Je ne pouvais retenir mes gémissements tellement c’était bon…voilà que je passais enfin à l’acte après avoir maté depuis mon plus jeune age les mecs sans qu’ils ne me voient. Valentin , doucement enleva ses vêtement puis me les miens et je me laissais faire avec délice. Toujours à genoux devant moi il, par petit coups de langue il me léchait la bite puis se mit à me sucer. Sa bouche était douce et chaude c’était la première fois que je me trouvais avec u n mec. Le plaisir était tel que deux minutes après je sentais ma semence monter ; « attention Valentin, je jouis ! »Il enfonça ma queue dans sa bouche et je déchargeais dans sa gueule ! j’étais confus de cette éjac précoce ! » Valentin me rassura « c’est bien de gicler aussi vite la première fois c’est que tu trouves du plaisir ! . »

Ce n’est qu’a notre troisième rencontre que ma queue enfin pénétra cette petite rondelle rose rasé et gourmande. Nous nous voyons  chaque jeudi depuis décembre et maintenant nous nous aimons profondément.

Valentin m’a même fait connaître Cyrillo et j’ai pratiquement lue toutes les histoires en bandant souvent, aussi je veux faire partager mon expérience et m’essaye à mon tour à écrire. Je crois que j’aime valentin et que nous allons nous installer ensemble je suis heureux !

Martin

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.