Page précédente

Punition acceptée

Bon vous commencez à ma connaître, et vous savez que je suis assez influençable. J'ai donc suivi Karim lorsqu'il a fini par me convaincre que son idée était géniale. Nous voilà en train de déambuler dans les allées CD & DVD de Carrefour.

Son plan hyper puissant c'est de prendre des CD de les poser sur un autre linéaire. Moi j'arrive après (donc le vigile continue de suivre Karim du regard et il ne me voie pas récupérer le CD 5 minutes plus tard). J'ai donc 3 CD coincés entre mon jogging et mon caleçon. J'ai des gouttes de sueur qui me coulent dans le dos. Je me retourne toute les 20 secondes en imaginant qu'un type en costume va me hurler « A terre, plus un geste, je veux voir vos mains » comme dans les téléfilms. Je passe pourtant devant le jeune mec boutonneux qui garde le passage sans achat, aucune sirène ne hurle lorsque je passe entre le portique, je ne suis pas un smock et les pastilles anti vol ont été arrachées par mes petites mimines. Je pousse réellement un gros soupir de soulagement en jurant que Karim ne m'aura pas une autre fois.

Mais il m'a laissé lui faire une bonne pipe il y a 1 mois et depuis il me tient au chantage. Je marche d'un pas que je pense dégagé vers le sas de sortie, lorsque apparaît littéralement devant moi une armoire normande de 100 kilos mesurant 1.90 avec une tête de garde du corps du président américain (vous savez les types qui courent à coté de la limousine). Il a un sourire féroce.
Lui : Monsieur bonjour contrôle de routine, pouvez-vous avoir la gentillesse de me suivre au poste de garde je vous prie.
Moi : Msieur, ma maman attend dans la voiture elle doit être déjà inquiète.
Lui : Votre maman vous connaît bien, je suis certain qu'elle comprendra l'intérêt de cette vérification.

Et il me pose sa grosse pogne sur l'épaule et je sens ses doigts comme les serres d'un rapace géant (j'ai l'impression d'être la victime de robocop). Nous arrivons devant une porte sans aucun marquage, il pose un badge sur un lecteur et un bruit de serrure électrique précède l'ouverture de la porte en question. Il me donne une grosse bourrade dans le dos et je manque de me vautrer. Dans la pièce (sans aucune fenêtre) l'éclairage par tubes fluorescents donne une atmosphère verdâtre, il n'y a qu'une table, deux chaises pourries et un évier méga crado. Le sol en carrelage n'a pas vu une serpillière depuis longtemps et des traces bizarres me laisse songeur. On dirait des traces de sang ! Je suis ou la ???
Lui : Allez les choses sérieuses commencent, tu me vides TOUTES tes poches et tu poses ton butin sur la table.
Moi : Msieur, j'ai que des affaires perso.
Lui : Nous allons vérifier cela ensemble.

Je m'avance devant la table en espérant que je parais calme alors que je commence à ressentir un tremblement dans les muscles de mes cuisses. Je laisse tomber les clefs du domicile familial, mon vieux Nokia, deux paquets de Hollywood powerfresh, 3 kleenex dont un qui a déjà servi. Il forme une petite boule compacte de la forme d'une grosse olive. Je me retourne en prenant une expression de premier communiant et je sors au type.
Moi : J'ai pas mes papiers parce qu'ils sont restés dans ma banane chez moi.
Lui : Bien comme tu veux jouer au petit malin nous passons maintenant à la phase deux. Nouvelle règle, A POIL TOUT DE SUITE.
Moi : Koi msieur !
Lui : T'as très bien entendu.

Comme je suis démasqué, je pose illico les trois CD en adoptant maintenant la mine contrite de circonstance. Le vigile pousse un petit rire méprisant.
Lui : Mon petit, tu penses pouvoir te foutre ouvertement de ma gueule et ne pas recevoir une punition en conséquence.

Au même moment la porte s'ouvre et entre un jeune mec (il parait avoir 18 balais depuis ce matin). C'est super zarebi car il y a un hypra contraste entre sa petite tronche de petit blond mimi et la façon féline de marcher, ce mec SAIT qu'il est supra canon. Il émane de lui une virilité troublante. En jetant un coup d'oeil panoramique (de haut vers le bas) je m'aperçois que je frissonne d'excitation. Vous connaissez l'expression « CE TYPE PUE LE SEXE « et bien elle a été écrite pour ce genre de mec, comme les affiches de pub des slip Calvin Klein. (Je possède celle de Mark Walhberg qui est toute tachée la pov) Il porte son uniforme de pompier, un polo bleu foncé avec la bande réfléchissante et un pantalon type treillis, il mesure 1.75 environ (comme moi) par contre comme il vient de passer les 10 dernières années dans des salles d'entraînements des jeunes pompiers volontaires il est deux fois plus large que moi. La taille de ses avant-bras me laisse rêveur et mon regard redescend une nouvelle fois vers la fermeture éclair de son fute en imaginant déjà la forme du sympathique objet moulé dans un boxer immaculé (et bien oui même à ce moment je ne pense qu'a cela).

Lui il me regarde même pas, il s'approche du vigile et il lui dit un truc à l'oreille, ses lèvres touche pendant une microseconde l'oreille du vigile. Celui-ci a posé sa main sur la taille du jeune pompier comme un mari le fait avec sa jeune épouse soumise (oui je sais vous êtes en train de vous dire le pov J il regarde trop souvent les pornos de canal sat). Le vigile me lance un regard très bizarre, puis il répond au jeune pompier.

Lucas : Tu vois Morgan, tu arrives bien, à nous deux nous allons punir notre voleur en herbe. Ses deux trous vont être remplis comme jamais et j'espère que cette leçon lui servira et que les CD il laissera en rayon !
Morgan : Lucas par quoi tu veux commencer ?
Lucas : Ben d'abord on attend que mon ordre de tout à l'heure soit exécuté. Mais Morgan je pense qu'en lui montrant l'exemple tu sauras le rendre obéissant.

Morgan donc en garçon très obéissant enlève son polo, le jette par terre. J'ai le souffle coupé et je ne peux pas faire autrement que mater son super body. J'ai l'impression d'être dans un porno de Clair Production ou les mégas canon d'Europe de l'est ayant fait de la musculation depuis toujours débarquent et donnent des leçons de Hot attitude. Bon je ne vais pas louper une occasion pareille, mais je reste dans mon rôle du jeune hétéro terrorisé, en supposant que cela fera illusion avec Lucas. Timidement (donc !) je me débarrasse de mes vêtements. Et au moment où je retire mon caleçon je vois bien que les deux lascars mâtent discrétos. Ben ouais, il y a un truc à voir, un beau morceau de chair comme le dit mon pote Karim. Lucas lui à d'une façon tout à fait détaché dézippé sa braguette et Morgan, total à poil, déjà à genoux prend direct en bouche la bite et commence à bien le pomper.

Bon moi j'étais à poil en train de téma Morgan qui semble bien prendre son pied et j'ai la nette impression qu'il connaît par cour le goût de la teub de Lucas. Cette lopsa pousse des gémissements et il passe ses mains sous la chemise de Lucas caressant les abdos (qui j'imagine d'acier). Lucas regarde ma bite qui gonfle lentement mais sûrement. Il me fait un signe de la tête, je m'avance en traînant les pieds, une fois à coté de lui il me pose la main sur l'épaule et inutile que je fasse semblant de résister.

Je salive déjà d'avance depuis 2 minutes. Maintenant nous voilà Morgan et moi en train de lécher, de sucer, de titiller, les couilles et le cylindre de Lucas qui trouve ça super apparemment. Sans prévenir la main de Morgan commence à tâtonner mon cul, et son index trouve rapidement le chemin de ma rondelle. Il enfonce son doigt et je me surprends à trouver agréable ce « viol » de mon intimité. Morgan a de l'expérience et les mouvements de son unique doigt sont rapidement remplacé par un va et vient avec 2 doigts.

Morgan possède de belles pognes et deux doigts de Morgan qui s'activent frénétiquement dans mon trou cela me fait de l'effet et je gobe avec encore plus de motivation la bite bien grosse et très dure de Lucas. J'ai mes lèvres bien serrées et je pompe comme jamais. Cela fait au moins 5 bonnes minutes que notre petit manège a commencé. Lucas enlève sa chemise et je peux enfin admirer la plastique de tueur de mon vigile intraitable. Sa toison de poil m'électrise en plus, le peu maintenant admirer le filet de poil qui part de son nombril, dans lequel je passe ma langue il est tout poisseux de ma bave maintenant.

Donc ce léger filet de poil soyeux se transforme en une forêt abondante une fois arrivée au niveau de son pubis. Les mecs brun ont toujours plus d'impact sexuel sur moi, je ne peux pas résister à la vision de jambe solide recouvertes d'une bonne couche de poils dru, les jambes trop poilues sont top sex pour moi. Je suis incapable de vous décrire dans quel état je suis, je ne sais plus ou poser mes mains tellement la plastique du corps de Lucas m'attire.

Mes doigts caressent son ventre, d'une main et de l'autre je me promène sur les muscles massifs et durs de ses cuisses. Toujours sans me prévenir je sens maintenant que Morgan, qui est debout derrière moi, cherche a enfoncer son pieu dans ma rondelle, d'habitude mon cul serré est toujours trop sensible et j'ai en général l'impression qu'une lame effilée cherche à agrandir mon trou. Mais aujourd'hui je suis tellement partie que le zob de Morgan s'enfonce facilement et si je ressens bien une douleur vive mon excitation résultat des sensations puissantes que me procurent la masse de chair de la bite de Lucas compensent largement ce petit désagrément. Les couilles de Morgan qui tapent sur mon cul luisant de sueur font un bruit mouillé, cela augmente une fois encore la dureté de ma propre bite que Morgan branlote de temps en temps. Par contre il aime bien me soupeser les burnes, il joue avec mes noix en les massant en les faisant rouler sous ses doigts et des fois il presse plus fort et j'ai l'impression que la taille de son zob augmente brusquement lorsqu'il constate ma douleur.

Karim et moi nous avons passé une après midi entier pour nous raser mutuellement la bite, mes couilles sont donc bien douces sous ses phalanges. Comme Morgan exagère un peu la force de ses enculades je quitte la bite de Lucas pour protester un peu. J'aurais du une fois encore savoir fermer ma petite gueule. Lucas profite d'avoir la bite à l'air pour enfiler un préso. Et il vire d'une bourrade Morgan qui est bien forcé de quitter mon trou. Je suis maintenant debout les deux mains de Lucas enserre ma taille telle des griffes d'aigle. Morgan me pose une main sur la bouche en appuyant hyper fort, il sait lui, que je vais déguster lorsque le cylindre géant de Lucas entrera de force dans mon fondement. De l'autre main il me branle lentement en jouant avec mon gland avec son pouce. Je pousse un véritable cri de douleur lorsque le gland de Lucas me déchire le cul, mais avec la main de Morgan en fait cela donne « hhhhhooouummmfffff ».

Et Lucas n'a aucune pitié il s'enfonce d'une seule poussé je crois que je vais tourner de l'oeil tellement j'ai mal. Morgan a les yeux braqués sur les miens, il voit bien que je suis en train de me faire ruiner le trou par son pote. Ses yeux brillent d'une joie perverse, et un restant de pitié ou peut-être le summum du sadisme ou le paroxysme du vice le fait s'agenouiller devant moi, il gobe ma queue et il aspire fort et salive un max.

Impossible maintenant de vous dire pendant combien de temps Lucas m'a explosé le cul, dans un coin de mon cerveau le coté surréaliste de cette situation la rendait encore plus savoureuse. Chaque centimètre carré de ma peau était recouvert d'une couche humide de transpiration. La pièce n'étant pas très grande je pouvais maintenant sentir cette odeur puissante de nos transpirations mélangées. Les mains de Lucas glissaient sur la peau de mon ventre et j'entendais son souffle dans mon cou, chaque expiration me faisait un effet indescriptible. Entendant les râles plus rauques de Lucas, Morgan redoubla d'effort. Le mouvement de ses lèvres me conduisit à la plus grosse éjac de tout ma life.

Morgan n'arriva pas à tout avaler, un mélange de bave et de sperme coulait sur son menton. Morgan utilisa sa main pour en récupérer le plus gros, il me présenta ses doigts que je mis aussitôt à lécher avec délice. Dans un dernier grognement animal Lucas lâcha sa propre purée retenue par la barrière de caoutchouc. Morgan s'éloigne et s'allonge sur la table, Lucas me regarde dans les yeux pendant que je remets maladroitement mon caleçon. Il branle férocement la teub de Morgan, et Morgan aime cela. Il émet des bruits que je dois qualifier de bestial. Je m'approche d'eux et me penche vers le visage de Morgan qui a les yeux fermés.

L'extrémité de ma langue entre dans son oreille droite et je lui passe ma langue sur toute la surface de son oreille en n'oubliant pas un millimètre carré, je fais la même chose avec la deuxième oreille. Mes doigts courent sur sa poitrine glabre, je frémis lorsque je sens ses muscles puissants et durs se contracter sous la force des sensations que lui procurent la main experte de Lucas. Je pose maintenant mes lèvres sur les siennes en appuyant, sa bouche s'ouvre et ma langue commence alors une visite mouillée. Nos deux langues sont mélangées et vont et viennes fouillant réciproquement l'intérieur de nos bouches. Un spasme violent survient et je reçois une giclée de jus dans le cou puis 4 autres jets atterrissent sur sa poitrine et son ventre formant quatre flaques comme du lait concentré nestlé. Lucas me désigne le torse de Morgan et me fait un coup de tête autoritaire. J'ai pris mon temps et j'ai mis 5 bonnes minutes pour lécher la totalité du foutre de Morgan. Je garde un super souvenir du goût de ce jus mélangé avec un peu de sueur de mec. Lucas me fit alors un beau suçon dans le cou et me murmura.

Lucas : Mon mignon t'as bien gagné de garder les 3 CD, ton cul est trop bon.
Morgan : Et moi je te félicite du bon goût de ton foutre abondant et bien épais.
Moi : Merci Msieur. Si je recommence j'accepte d'avance la même punition !

Il m'a réellement rendu les CD et j'ai retrouvé Karim qui me bombarda de question. Je commence déjà à imaginer comment convaincre Karim à me prêter sa bite une fois encore, l'appétit vient en mangeant.

J'invite les garçons de Seine & marne qui aime cela à me contacter afin de décider d'un plan live très très HOT : hothothot77@aol.com

Philippe Alias J
hothothot77@aol.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes