Best Of Cyrillo

Page précédente

Comment je suis devenu la « PUTE » de mon pote :

Avant de tomber dans les entraves de l’enfer j’étais un mec viril et macho, baisant à couilles rabattu toute les meufs qui tombaient sous mon charme en les prenant comme de simple tire jus. Un soir avec un pote après avoir niqué une greluche à 2, comme il se faisait tard je lui ai proposé de rester dormir à la maison. C’est ce soir là que, sans m’en rendre compte tout à basculer pour moi. Avant d’aller nous couché on va vite fait prendre un douche et hop ! Au pieu… dans le lit on se remémore notre soirée avec la meuf qu’on à tiré et d’un seul coup il me prend la main et la pose sur son chibre en me disant :
-       Regarde… t’as vu ? rien que d’en parler ça me refait triqué…
-       Et ben putain mon salop…. En effet ouai…
Je ne sais pas pourquoi mais le fait d’avoir  une autre bite que la mienne dans la main ma fait une drôle de sensation et bien que je ne sois pas PD machinalement je lui caresse le bout du gland avec mon pouce, curieusement il ne dit rien au contraire, au bout d’un moment je sens que mon pouce deviens gluant.
-       Hey ! t’es en train de mouillé là…
-       Et bah quoi ? c’est un peu normal non ? c’est pas mauvais c’que t’es-en train d’me faire là….mais j’t’en pris continu t’arrête pas…
Là il relève la couette et me dis :
-       Vas-y branle moi, j’ai encore envie d’giclé…
Encore une fois sans prendre vraiment conscience de ce que je faisais je me redresse en me mettant sur le coté puis posant ma tête sur ma main droite, de l’autre lui branle son zob…lui les bras derrière la tête il se laisse faire en gloussant des petit gémissements. Je m’amuse à lui recouvrir son gland avec son prépuce puis en le décalottant lentement lorsque tendrement il pose ma tête sur son torse et tout en me caressant les cheveux me dit d’une voix douce :
-       Vas-y… tu peu y goutté si ça te fais plaisir…
Je n’ai aucun mouvement de recule mais ne franchis pas ce cap alors doucement, petit à petit il pousse ma tête vers son bas ventre jusqu'à ce que le bout de sa bite bavant de mouille vienne me toucher le nez.
-       Allez… vas-y… t’y es presque… prend la dans ta bouche… vas-y… gouttes-y…
Là, sans réfléchir je lui gobe son engin en continuant à le branler.
-       Hummm… Ouiii… c’est bon… continu chéri…
« Chéri ? »  Je ne me sens ni ne me prend pour une meuf à ce moment là et pourtant je ne dis rien et continu à le sucer jusqu'à ce qu’il me prévienne qu’il va juter, je me retire alors de sa bite, le branle vigoureusement et lui fait craché sa semence sur son ventre. Là il me prend par les 2 joues, me pose un baiser sur la bouche et me dit :
-       Hummm… merci… c’était pas mal… tu suce bien…
Après s’être essuyer on s’endort chacun de notre coté.
Le lendemain matin alors que j’étais sur le coté il me réveille en se collant derrière moi m’enserrant dans ses bras, sans trop me poser de question je le laisse faire et je sens que lentement il frotte sa bite déjà toute raide contre mes fesses puis me susurre à l’oreille :
-       Ecarte juste un peu les cuisses stp…
Là il fait coulisser sa queue entre mes jambes et simule une pénétration, comme la veille au soir (je ne sais toujours pas pourquoi) je ne dis rien et le laisse faire, à chaque va et viens sa bite me caresse les couilles et je sens que cette sensation, non seulement ne m’indiffère pas mais qu’elle m’excite… ma bite commence à se redresser d’elle-même et pendant qu’il continu son petit manège je me branle en même temps, il nous à fallut peu de temps pour qu’on éjacule ensemble, moi dans ma main et lui entre mes jambes. Sans discuter de ce qu’on avait fait ensemble (comme par pudeur sans doute…) on prend une douche,  avale un petit déjeuner et chacun part à son boulot. Dans la journée je commence peu à peu à prendre conscience de ce que j’avais fais, moi le mec viril j’avais branlé et sucer une bite la veille et laisser mon pote se branler entre mes cuisses le matin même.
1 semaine se passe lorsque mon pote viens me voir à l’improviste, il est chagriné voir triste, il m’explique alors que sa copine l’as laissé tomber pour un autre, je lui offre un vers pour le détendre et il me raconte son histoire, en parlant d’elle, vexé de s’être fais larguer il la traite de salope, de pute, de grognasse, et qu’après tout qu’elle aille se faire tringlé ailleurs… à force de boire l’alcool lui monte un peu à la tête et me dit en se caressant la bite:
-       Putain ! tu t’rend compte j’ai pas baiser depuis 4 jours et j’commence à avoir les couilles bien pleine… tu veux pas m’aider ?
-       Et pis quoi encore ? t’as qu’à te branler mon pote…
-       Allez quoi… t’as pas fait ta sainte ni touche l’autre soir quand tu ma sucer…
-       Ouai peut-être mais c’était l’autre soir…
Il déboutonne son jeans, sort sa bite à moitié raide et tout en se branlant :
-       Allez… merde quoi… viens m’sucer…
-       Non…
Devant mon refus catégorique il se met à changer de ton devenant agressif, étant plus balaise que moi il commence à m’effrayer…
-       Bon hey mec !... fait pas ta mijaurée… suce moi…
Je lui tiens tête en refusant encore une fois mais il en devient violent et me balance une gifle dans la gueule, m’attrapant par les cheveux il me plaque la tête sur son chibre en me disant :
-       Bon ça suffit maint’ nant… tu ma bien sucer comme une petite salope l’autre soir alors tu va recommencer… allez… ouvre ta petite gueule et bouffe moi le zob…
Là, prenant vraiment peur j’ouvre ma bouche et il m’enfonce sa bite dedans…
-       Et ben voila ! tu vois qu’c’est pas compliquer… t’es bien comme toutes les meufs… faut qu’tu t’prenne une baffe dans la gueule pour comprendre… allez p’tite salope… pompe moi bien le dard… et applique toi…
Après s’être vidé les couilles en se branlant sur ma figure il étala son sperm sur mes joues et m’obligea à lui nettoyé sa bite. Une fois sa bite rendu propre il la rangea dans son fut et s’en alla en me disant.
-       Allez va t’laver la gueule, t’es couvert de foutre…
Le lendemain matin je reçois un sms, « Slt  p’tite salope, trop bonne la pipe d’hier soir, on remettra ça… » En colère je lui réponds « et ben alors là tu peu te l’accrocher ou je pense, va te faire foutre…j’ai plus rien à faire avec toi bye. » Je m’attendais à une réplique de sa part mais rien, j’en concluais alors que tout étais fini. 23h, je m’apprête à aller me coucher lorsqu’on sonne à la porte, j’ouvre, c’est lui.
-       Qu’est-ce que tu viens faire ici ? je t’ai dis que j’avais plus rien à faire avec toi…
Là il me balance une gifle magistrale qui manque de m’étourdir, puis me prenant par le cou il rentre et referme la porte violemment…
-       DE QUOI ? C EST A MOI QUE TU CAUSE COMME CA ??? !!!
Puis relâchant la pression sur mon cou.
-       Plus jamais tu me parle sur ce ton ok ?
-       Mais…
Vlan… une autre baffe dans la tronche et en me reprenant par le cou…
-       Y a pas de mais salope… tu ferme ta gueule… j’ai décidé qu’a partir de maintenant t’allais m’appartenir... je viendrais ici quand j’en aurais envie et tu me serviras de tire jus, t’as pas de question à te poser… t’as juste à obéir t’as compris ?
-       …
-       T’AS COMPRIS SALOPE ???
-       Oui, oui…
-       Bon ok… en attendant pour commencer vire moi ton calbute… t’as plus à en mettre devant moi… et à chaque fois que je viendrais je veux te voir à poil quand tu m’ouvre la porte…allez… maint’ nant à genoux et vide moi les couilles…
Sans autre choix que d’obéir je lui dégrafe son jeans et le pompa, comme l’autre soir il me juta sur la figure et m’ordonna de lui nettoyé la bite.
-       Ok c’est bon… va t’lavé la gueule maintenant et au pieu… ce soir je dors là…
Le lendemain matin, je me lève avant que le réveille ne sonne et file à la salle de bains prendre une douche, tout d’un coup ne l’ayant pas entendu arriver je sursaute en le voyant, sans rien dire il monta dans la baignoire, prend sa bite dans sa main et me pisse dessus, une fois la dernière goutte secouer il m’ordonna de le pomper et me juta sur la gueule, je dû ensuite le lavé en attendant mon tour.
A ce jour ma vie à changer, devenu peu à peu par la force des choses soumis par sa volonté, il ma façonner suivant ses critères, grâce, ou plutôt à cause des coups de ceinturons qu’il m’infligeait sur le cul pour me faire obéir progressivement il m’obligea à me raser, d’abord les couilles, la raie du cul, le pubis… puis le jour où il ma interdit d’avoir aucune pilosité sur tout le corps j’étais devenu sa meuf et sa propriété (comme il aimait à le dire) et c’est là qu’il ma initié à la sodomie.
-       Il est temps pour toi de te faire pété le cul ma chérie… allez… met toi à 4 pattes et donne moi ta chatte…
Ma 1ere pénétration fut assez difficile pour moi mais après quelques coups de ceinturon sur le cul j’ai appris à bien me détendre pour que sa queue rentre sans problème.
Progressivement il est venu s’installé chez moi, les jours et les semaines  passent et se ressemble un peu pour moi, complètement docile et soumis, tout les soirs lorsqu’il rentrait du boulot je devais lui ouvrir la porte à poil, il s’affalait sur le canapé et pendant qu’il sirotait son apéritif je devais lui décrasser les pieds en signe de vénération à sa personne, au fil des jours qui passait il me rendait de plus en plus vulnérable, il me disais vouloir faire de moi une chienne, un bâtard, je devais ouvrir ma bouche pour le sucer et/ou lui tendre mon cul pour me faire enculer sans rien dire dès qu’il en avait envie, j’ai aussi dû accepter à avalé son foutre, il ne me prévenait plus lorsqu’il allait jouir dans ma bouche, lorsque l’envie l’en prenait il m’ordonnait de le faire juté dans mon assiette, de me branler également dedans et manger ma pitance mélanger de nos 2 foutre, de temps en temps je recevais des ordres par sms me disant ce que je devait préparer à manger ou bien l’attendre le cul graisser tendu face à la porte prêt à me faire enculer et saillir, quelques fois me faisant prendre cette position pour l’attendre il arrivais avec 1 ou 2 mecs qui me culbutais le cul, il aimais m’humilié à me voir lécher les pieds des mecs et me faire baiser par des inconnus, il me présentait comme sa petite chienne et pute. Certain W.E je devenais sa soubrette, il invitait des potes à manger que je devais servir à table à poil et bien sûr servir également de vides couilles.
Puis un jour tout s’arrêta d’un seul coup, un soir après m’être fais baiser et remplis le cul il m’annonça :
-       Demain je m’en vais… j’ai été muté à l’étranger… je te rends ta liberté mais si tu le souhaite maintenant que t’es devenu une bonne petite pute je peu te recommander à un autre mec… réfléchis et tu me donneras ta réponse lorsque tu l’auras décidé…
Je ne lui ai jamais donné de réponse mais, moi, qui était un pur macho me voila maintenant une pute à mâle…

tépu

rick.lope@yahoo.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.