Page précédente

Quentin

Quentin n'en pouvait plus. Il était 3 heures et demi du matin, et le bar gay dans lequel il travaillait pendant l'été ne s'était toujours pas vidé. Il devait encore nettoyer les tables, servir des bières et des martinis, ne pas faire attention aux clins d'oeil, et aux mains qui caressaient ses fesses "accidentellement".

Au début, cela lui plaisait. Quentin était une belle allumeuse, et il aimait l'attention que les clients du bar lui portaient. Il avait pour habitude de porter des jeans très moulants, quand ce n'était pas des pantalons de lin quasi transparents, le but étant évidemment que les regards se concentrent sur ses belles fesses, rondes et rebondies. Mais au bout d'un mois à être considéré comme de la viande par les clients, et à avoir l'impression d'être interchangeable avec les autres serveurs, Quentin en avait assez.

Aux alentours de 5 heures du matin, le bar était quasiment vidé. Il ne restait que quelques clients, et les serveurs s'occupaient essentiellement de ranger le bar pour le lendemain. Pendant qu'il s'occupait des cendriers, un homme lui demanda:

"Vous aviez pas l'air d'être enchanté de travailler aujourd'hui jeune homme. C'est dommage, vous aviez un si joli sourire..."

"Merci... C'est gentil" répondit Quentin.

Le jeune serveur détailla l'homme. La trentaine, brun, les cheveux courts, un peu plus grand que lui, et beaucoup plus musclé. Le genre de mecs qui kiffait les petits minets comme Quentin.

"Evidemment" se dit Quentin, "il voit un blond aux yeux bleus, un jean un petit peu moulant, et il croit affaire à une pute".

Malgré les apparences, Quentin ne se faisait pas baiser souvent. La plupart du temps, il se faisait draguer, répondait aux avances plus ou moins poussées de ses prétendants, et quittait ces derniers au moment fatidique ou ils désiraient que leur pénis entre dans l'un des trous de Quentin. Ce dernier entendait beaucoup d'insulte, mais il s'en fichait. Il aimait rendre fous les hommes qui le désiraient, et plus Quentin jouait la salope, plus ils étaient frustrés, et plus Quentin prenait son pied.

"Romain" dit le client avec un sourire

"Quentin" répondit le serveur.

"J'imagine que tu n'as rien à faire après ton service, Quentin"

"Bien sur que si" répondit Quentin, regardant Romain droit dans les yeux. Ce dernier ouvrit la bouche mais Quentin l'interrompit. "Je dois venir chez toi, et me faire baiser comme une pute..."

Romain eut un petit sourire satisfait. "On dit que l'habit de fait pas le moine... Mais tu es bien la salope que tu as l'air d'être. En revanche, je ne t'ai pas autorisé à me tutoyer..."

"Je suis désolé... Monsieur..." dit Quentin. "Taré" pensa-t-il. 

"Bien. Je t'attends donc. Fais vite."

Romain sortit du bar. Quentin soupira. Il en avait vu des fantasmes bizarres, le vouvoiement était loin d'être le pire. Il finit donc de nettoyer les cendriers, rangea la vaisselle, dit au revoir a ses collègues et sortit du bar, qu'il devait revoir le lendemain. Nul trace de Romain. Quentin soupira, et décida de rentrer chez lui.

Il avait à peine commencer de marcher qu'une voiture noire le dépassa, et s'arrêta. Un homme en costume en sortit.

"Par ici je vous prie" dit l'homme en ouvrant la portière arrière.

"C'est une blague?" pensa Quentin.

Il jeta un coup d'oeil a l'arrière de la voiture. Romain siégeait comme un roi, un verre à la main sur un énorme fauteuil de cuir de 4 places. Assez impressionné, il monta. La portière se referma derrière lui. Romain le regardait avec des yeux perçants. Il jaugeait Quentin. Sans cesser de l'observer, il servit au serveur un verre. Quentin le but. La voiture démarra. Les deux hommes ne s'échangèrent aucun mot. Romain se contenter d'observer Quentin. Ce dernier buvait son verre et n'en menait pas large. Peu à peu, il se sentait très mal à l'aise. Il avait très chaud. Romain l'observait toujours. Les yeux de Quentin se fermait peu à peu, et il finit par s'endormir. 

Lorsqu'il se réveilla, il ne se rappelait plus vraiment ce qu'il s'était passé. Il essaya de se lever, mais ses bras étaient solidement attachés au lit sur lequel il était.

"Alors ma belle... Bien dormi?"

Quentin sursauta. Romain était assis dans un coin de la pièce. Il se leva et s'approcha du lit.

"On va bien s'amuser, maintenant que t'es réveillée ma chérie" murmura-t-il a l'oreille de Quentin.

Ce dernier tenta de se débattre, de chasser Romain avec ses pieds, de hurler, mais rien ne se passait. Son corps ne lui obéissait pas. Ses membres n'était que du chiffon, et il arrivait à peine a produire un gémissement plaintif et pathétique. Romain s'allongea sur Quentin, et l'embrassa à pleine bouche. Il chercha de ses doigts la raie des fesses du serveur qu'il avait kidnapper, et introduisit un doigt sec dans son anus.

"Mh... Comme je les aime : serrée et humide..."

Quentin ne pouvait que lancer des regards implorants, il n'était capable d'aucune résistance. Romain regardait son amant contraint droit dans les yeux avec un sourire narquois.

"Tu vois, ces fesses, et surtout cette chatte sont faites pour accueillir un mâle. La façon dont tu marches, dont tu te trémousses, dont tu parles... Tout ça, c'est un ensemble qui fait que tu es une femelle, peu importe ce que tu as entre les jambes. Tu es physiologiquement, et psychologiquement fait, pour qu'on t'engrosse, salope... Mais je sais pas pourquoi, t'arrives pas à comprendre ça... Donc tu crois que tu peux t'amener, avec ton gros cul de pute devant nous, sans nous le donner... Hé ben je suis là pour t'expliquer un truc connasse... Ta chatte nous appartient, et on va pas se gêner pour l'utiliser..."

Romain ajouta un doigt. Quentin sentit une vive douleur. Il était très serré, et Romain n'avait pas pris la peine d'utiliser la moindre goutte de gel. Ce dernier fit de vives va et vient, tout en embrassant Quentin sur la bouche, dans le cou.

"T'as même une belle bouche de suceuse..." murmura Romain. Il se redressa sur le lit, et approcha sa bite de la bouche de Quentin. Celui ci tenta de la fermer, mais Romain lui mit une baffe, et ouvrit la bouche de Quentin sans grande difficulté. Il introduisit son pénis, et baisa la bouche du serveur. Des larmes se mirent a couler sur les joues du jeune homme.

"Fais pas ta princesse... Je sais que tu kiffes avoir la bouche pleine... T'es faite pour ça ma belle..."

Romain fit quelques va et vient dans la bouche, puis se rallongea sur le corps de son amant. Il lui écarta les jambes et mit son gland au bord de l'anus. Sans que Quentin ne puisse faire quoi que ce soit, Romain entra en poussant un râle de plaisir.

"Oh putain ta chatte..."

Romain commença un léger va et vient, qui se transforma rapidement en limage profond. Les cris de douleur que voulaient hurler Quentin, s'entendaient comme des gémissements plaintifs. Bien entendu insensible, Romain continuer ce ramonage, s'arrêtant parfois pour gifler Quentin en lui demandant de fermer sa gueule. Au bout d'une dizaine de minutes, Romain sortit de l'anus de Quentin, retourna ce dernier comme une poupée, et le réencula.

"On dirait vraiment une meuf de dos, tu sais, avec tes hanches... Si tu veux éviter qu'on te confonde, faudrait commencer un régime ma chérie..."

Ainsi, en levrette, Romain défonça Quentin, lui claquant le cul, lui tirant ses cheveux blonds, l'insultant de pute, de salope, de chienne, parlant de sa chatte comme un bien lui appartenant. Romain criait de plus en plus fer, frappait Quentin de plus en plus fort, et entrait de plus en plus profondément dans le corps de ce dernier quand il finit par jouir, libérant un flot de sperme dans les entrailles de Quentin.

"Hé ben ma salope, je t'ai bien engrossé là. Si tu me fais pas un moufftard avec ce que je t'ai mis, je sais pas ce qu'il faut".

Si Quentin était rempli de sperme, il était vidé mentalement. La douleur, l'humiliation, et l'impossibilité de toute résistance l'avait rendu dans un état quasi animale. Il ne se rendit même pas compte que Romain lui fit une piqure. Il ne se rendit même pas compte qu'il s'endormait.

Quand il se réveilla, il avait mal partout. Il arriva peu à peu à se redresser, puis à se lever du lit. Il observa la pièce. Il n'y avait qu'un lit, défait, un fauteuil en cuir, et dans un coin, un miroir avec au pied, un tas de vêtement.

Il s'approcha du miroir. Il se regarda. Il avait la tête de quelqu'un qui avait dormi des jours, et qui n'avait pas vu la lumière du soleil depuis trop longtemps. Du sang avait coulé sur ses cuisses.
Sur le tas de vêtements, il y avait un mot:

"Lave-toi, met les vêtements, et laisse toi faire. Nous préférons te posséder consciente. Si tu désobéis, tu seras droguée à nouveau. Fais ton choix. R."

"Comment ca? Nous? C'est quoi ce cauchemar? Putain... PUTAIN DE MERDEEEEEE!!! A L'AIIIIIIIIIIIIDE!!!

A suivre...

Qqq

thraxa_la_jeune@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.