Page précédente

Technique de recrutement.

Voilà au moins un avantage d’être vieux, c’est que maintenant c’est moi qui dirige l’entrepôt et qui reçoit les candidats déjà sélectionnés par le service du personnel. Inutile de vous dire que je profite un maximum de cette situation.

J’ai mis en place un scénario bien rodé avec la complicité de Lucas qui a compris que la taille de sa teub lui permet de me remplir la bouche et accessoirement de pouvoir déclarer le temps passé à se faire sucer la bite en heure sup à 100%. La première phase consiste à faire patienter le joli candidat (ben oui les gros thons ne passent pas la phase un, il reparte direct.) dans une salle où j’ai réglé les radiateurs à fond. Résultat la température doit facilement atteindre les 30°c. Le mec entre dans un bureau en sueur, déjà fragilisé. Je le fais asseoir à une table où il doit remplir le sempiternel formulaire. Maintenant cela devient drôle car il y a deux chaises à cette table et le formulaire comporte des questions « difficiles », style numéro de Siret de votre précédent employeur, ou acceptez-vous les horaires bi-alternés.

Immanquablement il m’appelle à l’aide, je suis donc assis à côté de lui, la largeur de la table impose une proximité torride, bon soyons clairs, impossible de ne pas se toucher les genoux, j’ai tout calculé pour. S'il enlève brusquement son genou en prenant une mine d’hétéro dégoûté, je fais en sorte d’écourter l’entretien et l’assure que je rappelle le soir même (il peut crever). Parfois le garçon perturbé par le stress ne réalise pas que ma main vient naturellement se poser sur sa cuisse musculeuse afin de ponctuer un conseil.

Aujourd’hui le petit (il mesure maximum 1.70) s’appelle Morgan. Dans son cas, cela démarre bien pour la suite. Il est nécessaire que l’image de la société soit véhiculée par un personnel revêtu par un uniforme parfaitement adapté au différent poste. Pour les employés de l’entrepôt une combinaison intégrale de couleur bleu foncé a été choisie. Je lui demande sa taille, 43 me réponds le garçon de sa nouvelle voix grave. Je lui tends le sachet plastique contenant la combinaison à sa taille. Il me regarde alors dans les yeux, et suivant son regard je sais si les choses vont devenir intéressantes ou non. Il enlève son sweet comme font les garçons faisant venir avec le tee-shirt. J’ai maintenant un jeune mec de 20 ans torse nu. Il retire ses tennis, et enlève son bas de jogging. Voilà déjà une après-midi sympathique. Avoir à un deux mètres de soi un beau spécimen en pleine croissance, la peau saine, les muscles apparents, et une poutre dans un état différent suivant les cas. Aujourd’hui je suis particulièrement heureux que ce candidat porte comme sous-vêtement un slip taille TRES basse, il dessine d’une façon parfaite la forme de son sexe. Et impossible de tromper un connaisseur comme moi, une importante quantité de sang a déjà pris place dans le corps caverneux. Magnifique spectacle. Je me lève et il ne fait pas mine de mettre la combinaison. A ce moment entre en scène Lucas en combinaison orange, il entre sans frapper et me demande si j’ai signé les planning. Puis il regarde le candidat et il dit :

Lucas : Chouette la nouvelle couleur des uniformes.
Moi : en fait je ne sais pas si le nouveau bleu est vraiment mieux que le orange actuel, Lucas donne ta combinaison à Morgan.
Le moment où tout bascule arrive, Lucas descend la fermeture glissière de sa combi dévoilant ainsi sa nudité totale, en tendant sa combinaison, dont le tissu garde encore intact son odeur et sa chaleur virile, à Morgan. Lucas arbore un sourire espiègle. Il est à poil en chaussette devant moi. Ma bouche est attirée par son sexe, lourd cylindre de chair. Je regarde Morgan mettre la combinaison qui est évidemment trop grande pour lui. Nous affichons tous les trois un franc sourire moqueur. Morgan retire rapidement la combinaison. Lucas s’approche au moment ou Morgan est accroupi pour récupérer le modèle bleu. La bite de Lucas est maintenant à 10 centimètres du visage de Morgan qui semble hypnotiser par la taille de ce bel objet.
Lucas : Premier exercice pratique, mon petit gars. Les bons pompeurs sont bons travailleurs, allez au taf.

Pendant une seconde j’ai ressenti le trouble extrême que devait ressentir Morgan. Puis il a ouvert doucement sa jolie bouche et il a englouti le sexe de Lucas en affichant clairement une gourmandise assumée. Le bruit de succion envahi la pièce, la respiration de Lucas devenait plus saccadée. Et tous les muscles des deux jeunes hommes offerts à mon regard jouaient pour mon plus grand plaisir. Bon maintenant, Lucas se tourne vers moi et il avance sa main et d’un geste expert il libère le cylindre complètement raide. D’une main virile et ferme il place Morgan devant mon engin, le petit mec a tout compris et il engloutie (je dirais avec voracité) ma teub. Les allez retour de ses lèvres qu’ils maintient bien serrées sont guidés par la paume de ma main que j’ai posé sur sa nuque juvénile. Bon j’assume à donf mon côté « je profite de ma position dominante ». Lucas a profité de la concentration de Morgan pour assouvir son péché mignon. Sa tige est recouverte de la protection latex et la rondelle de Morgan ne résiste pas du tout au gland du membre du bel enculeur. Maintenant j’entends très distinctement Morgan gémir sous les asseaux des coups de reins de mon contre maître. Il faut reconnaître qu’il reste concentré sur les aspirations maîtrisées qui entraînent et maintiennent la fermeté de granit de mon propre sexe. Dommage que nos constitutions de mecs nous condamnent à ne pas pouvoir résister longtemps aux caresses, douces, expertes d’une bouche gourmande. Pour faire durer le plaisir, nous avons permuté Lucas et moi plusieurs fois, nous avons ainsi utilisé tout le contenu de la boîte de kpot. Puis Morgan s’occupant de son propre sexe a juté (en grognant) environs deux grosses cuillères de sperme. Immédiatement après je lui ai bien rempli la bouche il m’avait tellement excité en mettant son doigt dans mon nombril et en faisant des trucs avec. Pendant que Morgan continue à bien me nettoyer la bite j’entends les bruits caractéristiques que produits Lucas lorsque son pieu va gicler. La tendre peau du petit Morgan porte les marques rouges des mains de Lucas sur ses hanches. Lucas enlève sa kpot qu’il jette dans ma poubelle. Je vois Morgan qui se penche vers le sol… Mais non je rêve pas il lèche son propre sperme.

Bon voila un candidat que nous allons prendre ( !) à l’essai.

Si vous êtes un garçon obéissant et motivé vous pouvez me contacter pour un premier RDV de test d’endurance physique (Arf, arf arf) Je blague, mais fait gaffe quand même !

hothothot77@aol.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes