Best Of Cyrillo

Page précédente

Le Remplaçant

Ma peau, au niveau de l’entrejambes, du haut des cuisses et d’une partie des fesses était anormalement sèche. Ca me démangeait terriblement … Il fallait me résoudre à aller voir un médecin. Mais comme j’étais nouveau dans la région, je ne savais pas trop où aller … J’ai donc pris l’annuaire et ai parcouru les différents médecins de la ville. L’un d’eux m’interpella : son nom me plaisait bien et il n’était pas trop loin de chez moi …

Quand j’entre dans le dispensaire, le salle d’attente est presque vide. Une petite mamie lit un magazine dans un coin et c’est tout … La secrétaire me demande ce qu’elle peut faire pour moi. Je lui explique ce que j’ai et elle me dit de suite que le médecin n’est pas là en ce moment, mais qu’il y a un remplaçant. Ca ne me pose aucun problème vu que c’est la première fois que je viens, je ne connais donc pas le médecin titulaire. Elle m’invite à prendre place …

Au bout d’une dizaine de minutes, un vieux monsieur sort du bureau. La mamie se lève, le rejoint, paie pour son mari et ils quittent la salle d’attente. Quelques minutes plus tard, je vois avec étonnement arriver un mec mignon dans une blouse blanche … Il me sourit, me salue et rejoint sa secrétaire. Il m’invite ensuite à le suivre dans son bureau.

« Prenez place, je vous en prie. Alors, c’est la première fois que vous venez dans ce cabinet ? »

« Oui, je suis dans la région depuis peu, et c’est la première fois depuis mon arrivée que j’ai un petit problème ».

« Ah ! Et c’est quoi ce petit problème ? »

Je lui explique ce qui m’arrive. Il m’écoute avec attention en me fixant avec un regard soutenu. J’en suis presque troublé.

« Je vais regarder tout ça. Est-ce que vous pouvez baisser votre pantalon et vos sous-vêtements ? Placez-vous sur le côté du bureau, ce sera plus facile, il y a plus de lumière ».

Avec un peu de malaise, je m’exécute. Je lui tourne le dos, défait mon pantalon et le baisse à mi-cuisses. J’en fait de même avec mon boxer. Il s’approche de moi et me demande de me pencher en avant. Après une minute d’observation, il m’annonce la sentence …

« C’est rien. Vous faîtes une petite allergie à votre savon ou gel douche. Je vais vous prescrire un savon dermatologique et dans trois ou quatre jours, tout sera rétabli ».

Je me relève et il poursuit …

« Par contre, si je peux me permettre vous avez de belles fesses ; elles plairaient vraiment beaucoup à ma femme. C’est tout à fait le genre de fesses qu’elle adore. Votre copine doit être ravie ».

« Euh, je n’en ai pas ».

« Votre copain alors ? ».

« Je n’en ai pas non plus ».

« Votre partenaire dans ce cas, que vous aimiez les femmes ou les hommes … » me dit-il avec un sourire ravageur …

« A vrai dire, c’est plutôt les hommes pour être honnête » lui répondis-je du tac au tac. Une fois la phrase lâchée, je me suis rendu compte de ce que je venais de dire.

« Je m’en serais douté. Je l’ai pensé à la seconde où je vous ai vu. Je l’ai compris à la manière dont vous me regardiez. Et depuis que je vous ai ausculté, je dois avouer que ça ne m’a pas laissé de glace ».

J’avais l’impression de rêver. Je trouvais ça surréaliste … Le malaise du début avait à présent laissé place à un certain amusement …

« Ah bon ? Mais ça se manifeste comment ? » dis-je avec un petit sourire.

« En fait, il y a une petit excroissance ».

« Ah ! … Et, euh, … elle ressemble à quoi, cette petite excroissance ? ».

Il me sourit, écarte sa blouse blanche et se met la main au paquet. Il déboutonne son fûte, glisse sa main droite dans son boxer et en extrait sa queue. Elle était en érection, au niveau maximal, dure comme de la pierre. J’en était à la fois étonné et ravi.

« Woaw !!! C’est pas vraiment ce que j’appelle une petite excroissance !!! Elle est énorme ! » lui dis-je.

« Non, y’a pire … 19 par 6, c’est pas exceptionnel ».

« Bein franchement, c’est pas si courant que ça non plus. Elle est très belle. Je peux la toucher ? ».

« Oui ! ».

« Waow, qu’est ce qu’elle est belle ».

« Tu peux la sucer si t’en as envie ».

« Ouais, j’aimerais bien … J’adore sucer ».

Il fait tomber son pantalon et son boxer jusqu’aux chevilles. Il retire ensuite sa blouse et sa chemise. Apparaît alors un torse magnifiquement musclé, recouvert de poils châtains. Il est là, devant moi, presque à poil, la queue raide … Sa beauté me paralyse presque … 1 m 85, environ 85 kilos de muscles, châtain, les yeux bleu clair et une queue épaisse, bien dressée vers le plafond.
Je maintiens la base de sa queue de ma main gauche et j’approche ma langue. Je lui lèche le gland et l’enfonce dans ma bouche. Il gémit. Je me retire et la remet en bouche en en prenant un peu plus et ainsi de suite … Au bout de trente seconde, je gobe le maximum que je puisse gober … Je suis à la limite de l’asphyxie. Mais je ne lâche pas le morceau pour autant. Sa queue était si dure que j’avais l’impression de pomper une barre de fer. J’adore sucer, j’adore sentir une queue raide dans ma bouche … J’adore faire vibrer un mec avec ma langue … J’étais satisfait : à l’entendre, mon toubib semblait apprécier mes caresses buccales.

Au bout d’un moment, il me demande de me relever.

« J’ai aussi envie de ta queue. Laisse moi te sucer ».

Je m’exécute. Il s’agenouille devant moi et me prend en bouche. Pendant qu’il me suce, il me caresse partout, en s’attardant sur mes couilles et bien sûr mon cul. Au bout quelques minutes, je lui demande de me redonner sa queue. Il me sourit, se relève et me tend l’objet que je désire tant. Je m’active de suite sur cette teub magnifique. Je pompe comme un fou en ne lui laissant aucun répit. Soudain, il me stoppe et me dit :

« Je peux avoir ton cul, s’il te plaît ? Il me plaît beaucoup. J’aimerais te prendre ».

« Malheureusement, c’est pas possible, je ne suis pas propre … C’est pas très cool comme ça. J’aimerais vraiment beaucoup que tu me baises, mais je crois qu’il vaut mieux pas. Sers toi de ma bouche pour jouir, tu pourras me baiser un autre jour ».

« OK, t’as raison. Suce moi alors, j’adore ça … tu suces vraiment bien ».

Je reprends mon activité favorite. Je le pompe comme la plus grosse des salopes. Je m’active à donf sur sa queue, en prenant soin de lui caresser les cuisses, les fesses et surtout son torse musclé et poilu. J’adore ça. Je fais mon maximum pour satisfaire ce beau mec. Il gémit, me dit que c’est bon et au bout de quelques minutes me chuchote :

« Putain, si tu continues à la bouffer comme ça, je vais pas tarder à jouir »

Je ne me suis pas calmé pour autant, bien au contraire, je me suis acharné encore plus fort sur son chibre en caressant son torse et en jouant avec ses tétons.

« Oh putain, tu vas me faire jouir …. Ca vient là … Je vais juter ! ».

Je le sens se contracter. Effectivement, le processus d’expulsion est lancé. Je le suce de plus en plus vite pour faire monter son jus. Quand je l’entends commencer à gémir (doucement pour que la secrétaire et d’éventuels clients n’entendent rien), je ralentis la cadence et le suce plus profondément.

« Ouais, ouais, bouffe ma queue… Oh putain, je vais cracher … Oh ça vient là … oh oui … oh ! oh ! ».

Il me tient derrière la tête et crache tout son jus dans ma bouche. Sentir le sperme chaud de ce beau mec marié dans ma bouche et l’entendre pousser ses petits cris me chauffent un max. Il vient de tout décharger dans ma bouche et je ne lâche pas sa queue pour autant. Je continue à le pomper doucement, tendrement et j’en profite pour passer ma main gauche autour de ma queue et me branler avec frénésie. Sa queue ne débande pas. Je la suce avec envie. Ca ne tarde pas longtemps, je jouis moi aussi. Je décharge tout mon jus en gardant cette divine queue en bouche.

Après deux minutes, on reprend nos esprits. Je me relève, on se sourit et je m’aperçois que j’ai déchargé tout mon jus dans mon boxer. On en rigole.

En se rhabillant, il me dit que ça lui a bien plu, que je suçais beaucoup mieux que sa femme et qu’il aimerait bien me revoir. Je n’en voyais aucun inconvénient, vous vous en doutez bien !
Et il rajoute :

« Je peux te demander pourquoi tu as pris mon sperme en bouche ? C’était très agréable effectivement mais c’est un peu risqué non ? ».

« Je le fais uniquement quand le mec est marié, et seulement s’il est mignon et qu’il a une belle queue. Tu as toutes ces qualités alors … ».

« OK, merci … euh, dis donc, j’allais oublier de te faire ton ordonnance avec tout ça … ».

On en rigole et on s’installe autour du bureau. Ca aurait été effectivement le comble de repartir sans cette ordonnance … Pendant qu’il la remplit, je lui propose de lui laisser mon portable. On s’échange nos numéros. Je lui promets de ne pas le harceler et qu’il n’a qu’à me contacter quand il aura envie de me voir.

Depuis ce jour, on s’est revus plusieurs fois. C’est à chaque fois très excitant et purement sexuel. Il m’a baisé plusieurs fois et j’ai adoré sentir sa grosse queue me fouiller les entrailles. Je ne regrette pas d’être entré dans son cabinet médical ce jour-là …

 

HankySpanky1968@aol.com - © Octobre 2009

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.