Page précédente

Rencontre paysanne

Comme beaucoup de gens j'ai des racines provinciales, ce qui m'amène a retourner très souvent me ressourcer dans le village de mon enfance.
Ce jour la je croisais par hasard le fils d'un des fermiers du coin on entamait une conversation banale ou il m'apprit que son père était veuf et que depuis il avait un peu tendance à déprimer surtout que lui avait quitté la ferme pour s'installer avec sa copine dans un deux pièces en ville
À la fin de la discussion il me demanda de passer voir son vieux je lui promis de faire de mon mieux, c'est vrai que le vieux je l'aimais bien toujours gentil avec les gamins du village.

Donc une semaine passa et je me décidais à aller faire une petite visite a notre bon André je prenais donc ma voiture et me dirigeais vers sa ferme, endroit superbe mais complètement paumé que seule une route desservait.

Il ne me fallu pas longtemps pour faire les trois kilomètres j'entrais donc dans la cour et garais mon auto près de la grange, la porte du corps de logis principale s'ouvrit et André m'accueillit chaleureusement
"T'es venu te perdre par ici mon gars" me dit-il puis il m'invita à pénétrer dans sa maison ou il régnait un bordel de célibataire.

Nous nous retrouvions donc assis autour de la grande table à siroter du cidre bien frais je dois dire qu'à l'extérieur la chaleur était étouffante.
Nous restions bien au moins une heure ainsi a discuter de tout et de rien puis une envie naturelle me pris il m'indiqua les toilettes

Une fois là bas mon œil fut attiré par une revue tombée à terre et dépassant a peine de dessous un petit meuble je la saisie et quelle ne fut pas ma surprise de trouver une revue gay avec des tas de beaux mecs en photos
En moi même je me dis que cela ne pouvait pas être André, puis en réfléchissant je me dis que j'allais le tester après tout il n'avait que 65ans et de beaux restes.

Je sortis donc des toilettes et le rejoignais sans l'air de rien mais en ayant pris soin de remettre la revue a sa place peut être plus en vue de façon a ce que si il pénétrait dans les toilettes, il tomberait dessus

Je lui dis a ce moment
"Tu devrais jeter un coup d'œil au toilettes, elles font un drôle de bruit"
"Ha bon me dit il, je vais voir"

Il disparu j'en profitais pour m'installer confortablement dans son canapé n'étant vêtu que d'un short et d'une chemisette que je pris soin d'entrouvrir un peu plus
Il revint comme si de rien n'était et s'installa à coté de moi et s'empara d'un album de photo qu'il effeuilla
Au bout de quelques minutes soudainement il me dit
" Tu as vu la revue dans les toilettes"
Je lui répondis "oui" et accompagnais ce oui par un baiser que je posais sur sa joue
Sa main s'égara sur ma cuisse et sentant que je ne fuyais pas remonta sur mon short ou il put sentir l'effet qu'il me faisait.

C'est avec une infinie tendresse qu'il m'embrassa, nos bouches se touchèrent puis vint le tour ou nos langues forcèrent le passage de nos lèvres, il embrassait à merveille mes mains se posèrent sur son entrejambe.

Je sentis gonflé son désir il me dit doucement "monte dans la chambre, je vais fermer la porte a clé"

Je gravis rapidement les marches de l'escalier et jetais toutes mes fringues a terre
Je me retrouvais ainsi nu il ne tarda pas a faire son entrée dans la chambre et j'allais me blottir contre lui
Ses mains rocailleuses parcouraient mon corps, l'une d'elles saisie ma queue il me masturba puis je commençais a le deshabiller.
Je fis tomber les bretelles qui retenaient sa salopette et m'agenouillais pour humer son slip d'ou les effluves d'une journée de travail s'échappaient.
Il se débarrassa de celle ci puis ôta sa chemise il se retrouvait ainsi en slip devant moi et la bosse de celui ci augurait une belle bête
Je descendis doucement le dernier rempart a ma convoitise et je ne fus pas déçus par ce que je vis sa queue était la devant moi dressée, vigoureuse, violacée et je la pris en bouche

Il tressauta je m'appliquais en de longs va et vient doucement tout en palpant ses couilles il était très velu, ses poils couvraient son entrejambe, ses cuisses et une bonne partie de son torse.
Il me redressa puis m'allongeât sur le lit
Délicatement il descendit à son tour jusqu'a ma tige qu'il goba d'un coup.

Ses mains explorèrent mon corps dans tous ses recoins, sa bouche experte travaillait ma queue avec précision, quel délice mes sens étaient sans dessus dessous, il remonta jusqu'a mon visage sans oublier au passage de me titiller les tetons qui chez moi sont très érogènes

Puis de tout son corps se plaqua contre moi me relevant les bras et se régalant de mes aisselles puis il m'embrassa à nouveau, le bougre savait y faire il m'écarta les jambes avec les siennes et je pouvais sentir son sexe dur contre le mien et commença à balancer du bassin

Après quelques minutes de cette étreinte savante il me retourna doucement se positionna derrière moi et je ne tardais pas à sentir sa langue venir chatouiller ma rondelle je redressais le bassin et me courbais offert pour l'inciter à aller plus loin
Il ne lui en fallu pas plus il présenta se verge sur mon anus et délicatement me pénétra
Je sentis son gros gland passé puis ses couilles taper sur mon cul ses mains posées sur mes fesses guidaient son va et vient il le fit doucement puis accéléra il arrivait à se contrôler très bien si bien que cela dura longtemps
Il pratiquait avec sa queue bien des mouvements que beaucoup de jeunes lui envieraient puis il accéléra un dernier coup et lâcha sa semence dans un râle bruyant
Il se retira et s'affala sur le cote épuisé par cette joute menée je dois le dire de main de maitre, il se repositionna sur le dos et c'est a ce moment que je pus constater qu'il était encore bien conservé je m'assis a califourchon sur lui et commençais à me masturber
Il me dit "vas y petit, caresses toi" cette phrase eut un effet surpuissant sur moi et je ne tardais pas à inonder sa toison de poils de mon foutre en plusieurs jets ainsi, vaincu je m'allongeais sur lui et il me dispensa des caresses affectueuses nous restions ainsi jusqu'a l'assoupissement

Quand je me réveillais une bonne heure plus tard André n'était plus la je descendais dans le salon, le feu crépitait la nuit tombait il était assis dans son vieux fauteuil à fumer je vins m'asseoir sur ses genoux une petite flamme brillait dans ses yeux, il déposa un baiser sur mes lèvres puis me redressa et me dit
"Va t'habiller on pourrait nous voir"
Une petite tape sur mes fesses accompagna ses paroles.
Je remontais donc me vêtir puis le rejoint à nouveau, je lui dis
" Il se fait tard il faut que je rentre"
Il m'embrassa à nouveau puis me raccompagna jusqu'a ma voiture, il referma la portière et me dit
" Merci petit cela ma fait énormément de bien "

Une larme perlait sur sa joue, je lui dis "je reviendrais te voir demain" il esquissa un sourire puis me tourna les talons et disparu dans sa maison.
Je démarrais puis reprenais le chemin du retour, songeur et heureux.

Pendant tout mon séjour je revins voir André avec toujours autant d'envie jusqu'a mon retour sur paris.
J'y retourne de plus en plus, et j'ai même croisé son fils qui m'a dit que son père avait retrouvé une seconde jeunesse.

Jype

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.