Best Of Cyrillo

Page précédente

Réveillé en pleine nuit :

Cela fait 2 semaines que je porte ma cage de chasteté et que je suis sans nouvelles de mon maître. Mais, cette nuit de samedi a dimanche il est 3h du matin lorsque le tel sonne.
- allo ?
- c’est ton maître salope, va voir ton mail, tu as 1h pour te préparer et faire ce que je te demande.
Puis sans autres commentaires il raccroche. Le mail disait ceci :
« A 4h cette nuit, tu va dans le petit parc en face de chez toi habillé en chaps (le cul a l’air), tu t’assoiras au milieu du ban qui s’y trouve, cuisses écarté comme une bonne chienne, tu allumeras une clope et tu attendras »
Il est 3h25, je n’ai plus que 3/4h pour me préparer, heureusement que je ne suis pas loin du rdv, je saute donc dans la douche, me fais un lavement, enfile mon chaps me couvre d’un T-shirt, d’un pull et d’un blouson qui recouvre au mm prêt ma bite encager et mon cul a l’air libre, ( qui pourrait être découvert si je me penche légèrement en avant) je descend donc de chez moi me rend dans le petit parc, m’assoie sur le ban comme indiquer, ce qui laisse donc apparaître ma cage a la vue de tout le monde, (heureusement le parc ne possède pas de lampadaire, qui n’est éclairé que par ceux des immeubles aux alentours, ce qui fait que de loin on ne peu qu’ apercevoir une silhouette sur un ban) je m’allume une clope et j’attend…
Au bout de 5 mn malgré mon pull et mon blouson, je commence à avoir froid a rester ainsi immobile, surtout que mon cul est a même le ban, lorsque j’entends du bruit derrière mon dos, je tourne la tête par-dessus mon épaule et vois 2 mecs se diriger vers moi en discutant a voix basse,
Je commence a flippé et par prudence ou plutôt par reflexe, je cache ma bite encagé avec mes 2 mains, (le ban étant dans la pénombre, en passant a coté personne ne peu soupçonner que je suis cul nu) je sens les 2 mecs se rapproché vers moi… ils sont juste derrière… puis l’un deux me dis :
- salut… t’aurais pas une clope STP ?
Je n’ai pas eu le temps de répondre qu’ils se sont assis chacun à coté de moi.
Ma clope encore allumé au bout des doigts il m’était difficile de leur faire gober que je ne fumais pas, donc un peu honteux, tête baisser, d’une main je cherchais mon paquet de cigarette dans ma poche que je leur ai tendu, tandis que de l’autre je tentais de cacher ma cage.
Ils se sont servis. Le mec de droite a allumé sa clope et dans la flamme du briquet il a pu apercevoir que de ma seul main je tentais de caché mes… attributs. Il passa le briquet à son pote, à ma gauche, et me dis en m’enlevant ma main :
- qu’est-ce que tu cache là ?... Ho putain… hé ! Marc… regarde un peu…il est a poil ce mec… hé… mais c’est quoi ça ? (en découvrant ma bite emprisonner)
Et là ! Tout a basculé très vite. L’humiliation étant a son comble je ne pu que lui répondre :
- heu…. C’est une cage de chasteté…
Puis d’un ton ironique et moqueur il me dit :
- ha ouai… t’es un mec soumis…ta meuf t’a foutu dehors pour te punir ou quoi ?
- heu… heu…
Et en me prenant fermement par le bras il me dit :
- vas-y lève toi mec et montre… aller !
Toujours tête baisser je me suis donc exhiber devant eux leur faisant découvrir que mon cul était également a l’air libre.
Je ne sais pas pourquoi ce mot est venu brutalement à sa bouche, lorsqu’il m’a dit :
- putain t’es une vraie salope toi…
Et tout en dégrafant les boutons de son Jeans :
- viens m’sucer la bite…
- heu… heu…
- y a pas de heu… viens me sucer la bite je te dis…
Voyant que je ne m’exécutais pas, son pote Marc se leva d’un coup sec, me bloqua un bras derrière le dos et me força a m’agenouillé devant la bite de son pote qui commençais à s’astiquer.
- vas-y… suce le salope…
J’ouvris donc ma bouche pour engloutir sa bite encore molle, non circoncise, que je fis grossir.
- hum… putain… c’est pas la 1ere bite que tu suce apparemment hein ?… ouai… vas-y… continu salope…
Le bras toujours bloqué dans mon dos, je branlais la bite de ce mec de ma main libre tout en le suçant, en m’appliquant de ma langue que j’enfonçais dans son prépuce pour y atteindre son gland.
- ho !... putain Marc… faut que t’essaye… il suce comme une reine… hummmm…
Alors il me prit par les cheveux pour me retirer de sa bite et me dis :
- vas-y salope… suce mon pote…
Je n’ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit qu’il me plaqua sur la braguette de son pote. Libérer de mon bras bloquer, je dégrafais le Jean'S de Marc baissa son slip pour prendre sa bite dans ma bouche qui, excité par l’action étais déjà en érection.
Tout en me tenant la tête sur son chibre, il s’assit sur le banc a coté de son pote.
- putain… c’est vrais qu’il suce bien ce mec…m’ouai vas-y salope…. Continu…
Ma bouche passais donc de bite en bite jusqu'à ce que le mec (dont je n’ai jamais connu le prénom) se leva pour se mettre derrière moi et commença a me trifouillé le cul. Il crachat sur l’entrée de mon trou et y frotta sa bite qu’il tentait de forcer, j’eu un mouvement de désistement en lâchant la bite de Marc, mais en 2 temps 3 mouvements il me fit un blocage du bras pendant que Marc eu le reflexe de me tenir la tête ancré bien au fond sur sa bite. Sans pouvoir protester (que par des grognements) j’ai sentie la bite forcé mon trou du cul jusqu'à la sentir bien profond. Puis se penchant sur moi il me dit à l’oreille :
- je vais te défoncer comme une chienne petite pute…
Et il commença à aller et venir dans mon cul sans se préoccuper si j’avais mal ou pas, pendant que Marc se servait de ma bouche pour se branler.
Je les entendais tout les 2 s’exprimer de plaisir tout en m’insultant de bonne salope, de trou a bite de chienne, de putain etc.… je les ai même entendu me traité de garage a bites.
Au bout d’un moment Marc se vida dans ma bouche et m’obligea à boire tout son foutre pendant que l’autre s’activait toujours dans mon fion. Quelque mn après, le coup de butoir s’accéléra et il lâchât tout son jus dans mon cul, il me lâchât le bras pour me prendre par les cheveux, m’enlevant de la bite de Marc, sortie sa bite de mon cul et me dit :
- ouvre ta gueule chiennasse et nettoie moi la bite salope…
Il m’enfonça sa bite encore gluante de sperme dans ma bouche et me suis mis à la nettoyer jusqu'à ce qu’il débande.
Puis ils se sont rhabillés et partis comme ils étaient venu, soulager de s’être défouler, me laissant a genoux sentant le foutre de mon enculeur dégouliner le long de mes cuisses.
Epuiser je suis rentrée chez moi et un message de mon maître m’attendais.
« Alors salope !... tu t’es bien fait violer ? »
C’est à ce moment là que j’ai compris qu’il avait tout organisé. Je me suis donc recouché il était 5h30 du matin.

lope91

ericm91@voila.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.