Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

INITIATION RUSSE -6

C'est le réveil qui me fait sursauter. DRINGGGGGGGGGGG

Je tends ma main jusqu'au réveil et l'éteins. Ma tête me fait mal, mes yeux clairs sont longs à s'ouvrir. Je m'étends et vois que je suis nu. Je m'empresse de remettre le drap sur moi. Un bruit assourdissant me tanne les oreilles, je regarde sur ma gauche, c'est Éric qui ronfle comme jamais il n'a ronflé. Une main derrière sa nuque et l'autre sur son ventre, la jambe gauche pliée, la bouche ouverte. Le soleil le rend encore plus beau, les reflets vont se jeter sur son torse poilu mais tondu. Son caleçon entre-ouvert laisse émerger une testicule. Ses pieds au repos, j'ai jamais compris qu'avec autant de triathlon, il arrivait à avoir encore de très beaux pieds. Mon regard est attiré vers mon string qui trône sur la lampe de chevet et là les souvenirs de la nuit me reviennent.

Éric? Éric??

Humm!! Il lève sa 2eme main vers sa nuque et croise ses jambes et il se tourne vers moi et me prend dans ses bras. Il respire fort dans mon cou. Il glisse sa main vers mes fesses et remonte dans mon dos jusqu'à ma nuque et se rendort. Je suis sous sa masse, comme écrasé par un lutteur. Il me ressert contre lui avec sa main sur mon cul, et passe une jambe au dessus de ma hanche.

Éric? Éric? Tu dors?

Il ronfle comme une bête. Sa barbe naissante me gratte le cou, ses abdominaux viennent se coller à moi toutes les 2 secondes.

Je décide d'aller me doucher quand même quitte à le réveiller un peu.

Je défait sa main de mon dos et sa jambe de ma hanche et arrive dans bien que mal à me libérer de ma bête.

Je me lève, nu, me dandinant dans la chambre, avec les cheveux tout décoiffés. J'entre dans la salle de bain, regarde dans le miroir.

J'ai au moins gagné un teint rosé avec cette cuite! Je ferme la porte et me fait couler un bain. J'entre dans le bain moussant en essayant désespérément de me remémorer la soirée et surtout la nuit. Comment ai je pu me retrouvé nu, m'a t'il déshabillé?

Je m'assoupis dans le bain. J'en profite pour me raser le peu de poils sous mes aisselles. Je sors du bain 30 minutes plus tard. Je sors avec le peignoir.

Il est toujours couché de son long, bras écartés prenant toute la largeur du lit, ses jambes écartées également, laissant entrevoir son entre-jambe déjà bien fourni malgré son sommeil profond.

Je m'habille et décide d'aller chercher des croissants directement en bas pour ne pas le réveiller.

Lorsque je remonte, le lit est vide et j'entends la douche qui coule et Éric qui chante, faux mais qui chante.

La douche s'arrête... Il sort avec sa serviette.

Tu étais où?

Bonjour Éric!!

Oh pardon!! Il s'approche de moi et m'ébouriffe les cheveux. Bonjour!!

Tu as bien dormi, tu ronflais fort!!

Je crois qu'il y a au moins 1 an que j'ai pas dormi comme ça.

Ah bon!!

Ouais, c'était trop bien, j'ai la super forme du coup!

Comment cela se fait que est bien dormi ainsi?

Je sais pas, j'étais bien, au repos, pas d'emmerde et j'étais vidé de toute façon, il fallait que je récupère.

Et là le souvenir me revient de lui sur moi, lui m'embrassant l'épaule, lui bandant sur moi, lui avec son majeur sur ma rosette, et lui lâchant des râles de plaisir dans la salle de bain.

Dans ma tête je me dis qu'il n'oserait pas dire « vider » dans le sens « couilles vides ».

En tout cas tu m'excuseras mais je dois m'absenter la journée, j'ai un truc à faire!

Ah?

Je ne serai pas long.

C'est à dire?

Alors là j'en sais rien Eden mais je t'apporterai un cadeau si tu veux!

Nan je m'en fous de ton cadeau!

Pfff t'abuses, je suis ici en séminaire Eden, c'est normal que je l'absente parfois.

Ouais par contre tu es présent lorsqu'il s'agit de me foutre un doigt.

Pardon?

Tu m'as bien compris!

Il se lève en furie, me chope par le cou et me soulève contre le mur.

Je suis pas un PD t'entends? Tu entends Eden?

Oui!!

Nan mais pour qui tu te prends pour me parler ainsi?

N'empêche que c'est vrai!

Eden, soit tu la fermes soit je te remets dans un avion directement pour Paris.

Mais je ne dirai rien Éric!

Ouais ben tu as plutôt pas intérêts.

Il me repose doucement sur le sol.

De toute façon c'est de ta faute, ça fait pas mal de temps que je n'ai rien fait et tu avais mis un string, et bref, tu m'as excité et c'est tout.

Ok!!

Il met sa veste et se dirige vers la sortie de la chambre.

Éric?

Quoi?

Il y a comme un froid, non?

Tu m'emmerdes!

Mais dis moi, j'ai fait quelque chose de mal?

Il referme la porte.

Écoutes Eden, tu ne peux pas agir comme ça avec des garçons, c'est pas …

Pas quoi?

Bien.

Mais, moi j'ai rien fait!

Tu ne t'en rend même pas compte. Allez à ce soir.

Dans la journée je reçois un texto d'Éric. Il faut à tout prix que l'on parle.

Le soir, il rentre tard.

Je suis dans le salon en train de mater un film à la con.

Salut!!

Ahh te voilà!!

Ouais excuses moi, j'étais aller boire un verre avec des amis.

Ok!!

Écoutes Eden, j'ai bien réfléchi, il faut que tu rentres en France, tu ne peux pas rester ici avec moi.

Pourquoi?

C'est pas possible, j'ai des engagements ici et la personne qui me fait le séminaire m'a demandé de venir demain pour le WE, alors je vais aller louer une fille et au moins je ne vais pas avoir l'air con. Et je ne veux pas te laisser seul ici.

Il part se doucher et j'appelle ma meilleure amie au téléphone et lui raconte tout de A à Z.

Je n'ai retenu qu'un seule phrase venant de sa part : «En même temps Eden, ce n'est que ton beau père».

Il sort de la douche me regarde avec mon air triste. S'approche de moi, me prend la tête dans ses mains, oriente mon regard vers le sien et sourit.

C'est pas un milieu pour toi!!

Se sont tous des militaires de carrière, il ne comprendrais pas que je me pointe avec toi au lieu d'une gonzesse.

Je peux peut être faire la gonzesse?

T'es con.

Il part se coucher et allume la télé.

Je sors....

Quoi??

Clac (la porte se claque)

Je descends les escaliers 4 à 4 et me dirige vers la réception.

« Le bar est ouvert? »

« Oui Monsieur mais comme vous n 'êtes pas majeur vous ne pouvez pas boire seul! »

« Venez avec moi? »

Rires

Je me dirige tout de même vers le bar, pas grand monde, à part un ou deux vieux soulards.

« Une vodka pomme, SVP »

« Quelle chambre? »

« 321 »

Au bout de quelques verres, je sens ma tête tourner et mon esprit m'échapper.

« Monsieur? »

« Oui! »

« Ca va? Vous vous endormez sur le bar, retournez dans votre chambre, vous avez assez bu pour ce soir! »

Je descend du tabouret et essaie de garder équilibre.

« Monsieur »

Je me retourne et me concentre sur le barman.

« L 'alcool n'aidera en rien! »

Je m'approche du bar, pose mes coudes sur le bar, cambre mon petit cul bombé, le regarde droit dans les yeux : « Vous avez quel âge? »

« Euh, 38 ans, Monsieur »

« Vous êtes marié? »

« Oui Monsieur »

« Et si un jeune homme comme moi vous draguez, vous feriez quoi? »

« Je ne suis pas interressé par les garçons, Monsieur »

« Donc vous pourriez résister? »

« Oui Monsieur »

« Bon, donc je ne comprend toujours pas et donc l'alcool ne m'aide effectivement pas, sur ce, bonne nuit ».

« Puis je vous posez une question? »

« Oui! »

« Le monsieur qui vous accompagne ne résiste pas? »

« En fait, il se refuse beaucoup de chose! »

« Si je comprend bien, il est intrigué par vous mais n'ose pas franchir le pas, mais si mon souvenir est bon, c'est un mercenaire, et je ne crois pas qu'il accepte cet intérêt pour vous? »

« Vous l' avez déjà vu avant? »

« Oui, il est venu il y a quelques années pour un rassemblement des « MandL » »

« C'est quoi ce truc? »

« Ben les Mercenaires et Légionnaires »

« Ah ?»

« Vous êtes avec lui et vous ne savez pas ce qu'il fait dans la vie? »

« J'ai eu quelques signes sur ça mais il refuse de m'en parler! »

« Il y a beaucoup de secret dans votre relation, on dirai? »

« Mouais vous avez pas tord »

« Vous devriez mettre les choses au clair »

« Sur ce, bonne nuit »

« Bonne nuit monsieur! »

C'est tant bien que mal que je me dirige vers l'ascenseur, le corps plein d'alcool et la tête pleine de doute.

Ouvrant la porte de la chambre, j'entends déjà Eric Ronflé comme un bœuf.

La lampe de chevet est toujours allumé, le drap fripé sur ses jambes jusqu'au bassin, le torse à l'air, ses bras derrière sa tête comme si il s'était endormi en m'attendant. Je me dirige vers la salle de bain pour me brosser les dents. Je ressors, il a légèrement bougé sur le lit si bien qu'il se retrouve sur le ventre, son dos musclé et dessiné comme un dieu brille sous la lumière artificielle de la lampe, sa fesse droite bombé par le pliage de la gauche, son caleçon à rayures lui donne un cul d'enfer, solide musclé, bombé. Ses jambes musclés au repos, son bras droit sous son oreiller et le gauche sur le drap. Du coup il prend toute la place.

Je me déshabille, enfile un short jaune moulant et un maillot de corps blanc. Je me dirige vers le lit. Je monte sur le lit et me cale contre lui, il bouge légèrement pour me laisser un peu de place, sa main gauche glisse sur ma cuisse et vient se caler sous mon genou, je sens ses abdominaux me toucher à chaque respiration. Son visage se blottit dans mon cou et se mélange à mes cheveux, sa main remonte sur ma hanche et se loge sur mon torse. Un mouvement de bassin et il me sert encore plus. Mon short étant très moulant et peu épais, je sens sa bite sur me fesses, elle ne bande pas mais sa taille déjà impressionnante me fait me cambrer légèrement. Je crois que j'ai de plus en plus de goût pour les garçons et je crois être fait pour aimer le sexe entre hommes. Et à cet instant je rêve qu'il me lève la cuisse gauche de sa main solide et qu'il me pénètre jusqu'à la garde de toute sa puissance.

Je m'endors sous son bras solide et blottit contre sa queue.

A SUIVRE

Dawson

juwall@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.