Page précédente

Salope sur MSN

Je m’appelle Pierre, j’ai 25 ans, je suis brun, j’ai les yeux verts, je suis assez mignon, corps mince et musclé avec (mon point fort) un très beau cul bombé qui fait saliver tous les mecs.

Rappelez-vous ma dernière aventure dans les caves d’une cité avec deux mecs… Cette fois, me voici de retour pour vous narrer une autre expérience que j’ai également vécue.

Minuit passée, je suis sur un chat gay tendance reubeu, lascars. Mon pseudo, Mec 25 Paris, ma description est accompagnée de la mention, très salope. Alors que je parle avec plusieurs mecs sans grand intérêt, un mec de 37 ans ouvre un dialogue avec moi. Son pseudo est Franck 37 Levallois. Il m’aborde ainsi : « Alors tu offres ton cul de lope ?». Excité, je lui réponds direct « oui ». Je lui donne mon adresse MSN et il me rejoint dessus. Mon image représente une photo de mes fesses. Il me félicite pour mon petit cul appétissant. Après l’échange de photos/visio par caméra, il me propose un plan chez lui. Il est français, brun, les cheveux très courts, les yeux noisettes/noirs. Il est assez musclé du torse et poilu sans exagération. Sa queue mesure 18/5.

Il n’habite pas très loin de chez moi, le plan est tentant surtout qu’il est bandant. Je lui demande quel genre de plan, il souhaite. Il me dit qu’il veut que j’arrive chez lui et que je le suce direct en entrant puis il me défoncera ensuite.

J’accepte pour le lendemain après-midi vers 17 heures. On échange nos numéros de téléphone et il me donne son adresse. Avant de quitter, il me demande de ne porter aucun sous-vêtement quand je me présenterais chez lui. J’acquiesce.

Le lendemain, je me rends au rendez-vous. Je l’appelle lorsque je suis dans sa rue, il m’ouvre et m’indique l’appart. En montant les escaliers, je me rappelle sa directive concernant l’absence de sous-vêtement. M…, j’ai mis un string noir ! Tant pis. Je suis également vêtu d’un jean bleu délavé, d’un débardeur blanc et d’une veste noire. Basket et chaussettes pour compléter le tout.

Il ouvre la porte lorsque j’arrive sur son palier et me fait rentrer chez lui, refermant derrière moi. Il porte un tee shirt moulant noir et un jean bleu foncé. Il est en chaussettes blanches.
Sur un ton décontracté, je lui dit : « J’ai eu du mal à trouver ton… »
- Tais-toi !
Il me caresse les fesses et la bite.
« Pas mal tout ça… Tu es excité petite lope ? »
- Oui.
- Tu as bien obéi, j’espère… Sinon.
Il m’ouvre le jean et découvre mon string.
« Pourquoi tu as mis un string, je t’avais dit sans sous-vêtement !
- Je…
- La ferme !
Il m’attrape par les cheveux et me met à genoux. Là, il me colle une baffe.
« Quand je te dis un truc, j’entends être obéi ! Compris ?
- Oui.
- Tu es une lope. Compris ?
- Oui.
- Reste comme ça.
Il me laisse à genoux et pars dans une autre pièce. Il revient avec un ciseau, me baisse le pantalon et découpe mon string pour me le retirer en lambeau.
« Voilà, ça définit mieux ta condition.
Il me remet le jean et me saisi par les cheveux.
« Je veux plus de ça, compris salope ?
- Oui.
- Bien petite salope.
Il me crache un molard sur la gueule.
« Tu aimes ça ?
- Oui.
- Lèche-le !
Je m’exécute de laper le molard qui me coule sur les lèvres.
« Je voulais un plan cul à la base, mais ta gueule de salope me donne d’autres idées. Tu vas devenir ma lope personnelle. Ok ?
- Oui.
- Bien. Mets-toi à poil, salope !
Je me déshabille, commençant par la veste. Je retire ensuite le débardeur et mes pompes. J’ôte mon jean et mes chaussettes, me retrouvant entièrement à poil. Il me matte comme une marchandise, l’air satisfait.
- Te voilà prêt à servir petite pute !
- Oui
Il me tâte le corps en insistant sur ma raie serrée. Son portable se met à sonner.
« Oui ? Hakim ? Wesh ! Comment tu vas ? … Trankil ! Vous êtes où ? … Levallois… Bah je suis un peu occupé… C’est vrai tu l’as ? Délire ! Ouais ramène-la ! Dans cinq minutes ? Ok !
Il raccroche et repose son portable.
- Désolé salope, mais j’ai deux potes qui débarquent avec la nouvelle PS3 ! Donc je te loperai plus tard !
- Ok.
Je me relève, il me matte. Je prends mon jean mais il m’arrête.
- Attend ! Reste à poil !
- Mais faut que je me casse si tu as des potes qui arrivent.
- Non, j’ai pas envie. Tu vas rester là dans la chambre. Nous on va jouer au rez-de-chaussée. J’ai envie de te dresser plus tard. Donc tu vas m’attendre là.
- Quoi ! Mais combien de…
- La ferme ! Trois heures tout au plus !
- Non, c’est mort !
Là, il m’a collé une baffe magistrale !
- Je t’ai demandé de fermer ta gueule, sale chienne. Tu obéis comme une bonne salope et c’est tout.
J’étais soufflé. Il a ouvert son placard et en a sorti une paire de menotte et m’a attaché avec au radiateur.
- Hé non, tu peux pas me laisser comme ça, si je veux pisser.
- Tu te retiendras, salope. Je monterais te voir qu’une fois.
La sonnette de la porte a retentit et il est parti en me disant que si je gueulais, je prendrais une raclée dont je me rappellerais. En bas, j’ai entendu la voix de deux autres types puis ils sont allés dans le salon. J’imagine qu’ils ont branché la console et qu’ils ont commencé à jouer. Au bout d’un demi heure de cri de victoire et de défaite, il y a eu du bruit dans l’escalier. Puis Franck a surgit dans la chambre suivi des deux keums. Un rebeu d’environ 35 ans que j’ai tout de suite trouvé beau et un blond qui devait être plus âgé et dont la gueule de teigne faisait pensé à un taulard.
- Voilà le petit bâtard sur lequel je m’amuse ! Je l’ai contacté en lui faisant croire à un plan cul et ça va me servir de vide-couille et de défouloir.
- Délire ! A commenté Hakim.
- Putain, a gueulé Alex, le blond. Il me file la trique ce pédé à poil attaché à ton radiateur. Ouah, pourtant je ne suis pas une fiote.
- Moi non plus, mais ça me fait marrer de le traiter comme une merde, répond Franck.
- Hé, on pourrait s’en servir pour se branler ? Avance le beau Hakim. C’est mieux qu’avec une meuf car là tout est open !
- Ouais…
Franck m’a détaché et m’a ordonné d’ouvrir la bouche. C’est ce que j’ai fait. Hakim s’est approché et à ouvert son jean puis baisser son caleçon. Il a sorti une bite déjà raide qu’il m’a mise dans la bouche. J’ai commencé à le sucer en appréciant le fait de sucer un aussi beau mec. Derrière moi Alex a demandé un préservatif à franck. Il a retiré son jean et son pull. Il s’est approché de moi en exigeant que je le branle. J’ai baissé son caleçon et je me suis exécuté, même si sa gueule de con me dégoûtait. Il avait une queue énorme. Elle devait faire entre 20 et 23 cm pour une largeur de 5 à 6 cm. La veste d’Hakim le gênait pour que je le suce plus loin, il l’a donc retirée avec son tee-shirt. Ce geste m’a permis d’admirer ces tablettes.
Alex est devenu bien raide. Il a enfilé le préservatif et a pris mon tube de gel pour m’en déverser une grosse quantité dans le cul. Il s’est mis derrière moi et s’est enfilé d’un coup sa queue énorme. J’ai gueulé.
- Tu aimes ça petite salope, disait Alex.
- Il adore, répondait Franck qui s’était mis à poil et que je branlais. C’est qu’une pute !
- Grave, répondit Hakim. Il suce comme une salope !
Alex me défonçait le cul sans ménagement en m’assénant de grosses claques sur les fesses qu’il ponctuait d’insultes. Il me traitait de salope, de chienne en chaleur, de tire-jus, de lope et de pute. Mon cul me faisait mal mais je ne pouvais pas gueuler car Hakim me tenait la tête et m’enculait sauvagement la bouche. Frank les encourageait à se défouler. Il rejoignit Hakim et m’ordonna de prendre également sa queue dans ma bouche. Je me retrouvai à sucer ses deux queues en même temps puis à tour de rôle, le nez dans la touffe de poils de Frank où contre ceux coupés courts d’Hakim.
- Je vais jouir, dit Hakim
- Te retiens pas, lui conseilla Frank, lui abandonnant ma bouche.
Hakim fit encore deux va-et-vient dans ma bouche puis déchargea son sperme chaud sur ma gueule.
- Tu aurais pu lui donner à boire à cette salope, je suis sûr qu’il attendait que ça, balança Alex qui me défonçait le cul toujours plus vite.
- C’est clair, approuva Frank pendant qu’il reprenait sa place dans ma bouche.
Alors qu’Hakim s’essuyait la bite dans mon débardeur, Alex se retira de mon cul bien ouvert, ôta le préservatif et éjacula sur mes fesses blanches avec un long râle ponctué d’un « sale pute » retentissant.
Devant ce spectacle, Frank se vida dans ma bouche m’obligeant à tout avaler.
- Tu es ma salope perso et c’est ma signature ! Compris sale chienne !
- Oui, déglutis-je, en avalant son foutre chaud.
- C’est une bonne salope, approuva Alex. Tu vas avoir un bon vide-couille à dispo !
- Il est également à votre disposition les mecs, vous avez la priorité quand vous voulez. Pour ce soir, je vais le laisser à Moktar. Ça va le détendre en rentrant du boulot. D’ailleurs il arrive dans une demi-heure !
Moktar, je l’avais compris plus tôt, était le colocataire de Frank. C’était un black de 35 ans plutôt violent, ce qui lui avait valu plusieurs séjours en garde à vu et des vacances de trois mois à Centrales.
Après s’être essuyés la queue dans mes fringues (mon débardeur et ma veste), et s’être rhabillés, les trois mecs descendirent. J’entendis Hakim et Alex partir. Frank monta alors que je m’essuyais le foutre que j’avais sur le visage. Il me balança une claque.
- Qui t’a demandé de retirer ce sperme avec mes mouchoirs en papier. Prend tes fringues !
Je pris mon débardeur mais il était déjà complètement souillé de sperme. Je trouvai un coin propre sur ma veste pour retirer le foutre sur mon cul et mon visage.
- Tu vas attendre bien sagement Moktar ! Il va arriver. Je l’ai prévenu qu’un tire-jus allait être à son service. Tâche d’être docile, il a l’air vénère !
- Mais…
- Ta gueule.

Pierre

pierrecarat@hotmail.fr

suite

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.