Best Of Cyrillo

Page précédente

Un samedi bien rempli…

Quand j’ai le feu au cul, je n’y peux rien : il faut que je baise pour me calmer. Une bonne giclée, et tout rentre dans l’ordre… Ce samedi après-midi, j’avais vraiment besoin de me vider les couilles. Comme je ne savais pas trop quoi faire et que la plupart des bordels étaient encore fermés, j’étais allé traîner du côté de la rue des Lombards. Il y a un sex-shop assez hot (passé un temps, il y avait dailleurs un minou à la caisse, super sympa, qui m’avait taillé une pipe royale avec un pote… il paraît qu’il fait maintenant du porno… s’il se reconnaît, qu’il n’hésite pas à me contacter, ça me dirait bien d’assister à un tournage !!). Bref, une affiche a beau préciser que l’usage des cabines est « strictement individuel » (ouaf, ouaf), ça n’empêche pas les mecs de s’amuser au sous-sol. Je choisis un dvd, je descends et je m’installe.

Petite branlette, histoire de… Bien entendu, j’ai laissé la porte entre-ouverte. Les choses ne tardent pas : au bout d’un moment, un mec se pointe, branle quelques minutes ma grosse pine et me propose d’aller dans sa cabine qui est plus grande. J’accepte, car la mienne est vraiment exigue ! Je m’installe, baisse mon froc sans rien dire et l’autre se met au travail. Mignon, sans plus, mais excellent suceur : sa langue passe et repasse autour de mon gland de plus en plus rouge. On n’a pas fermé la porte : un autre type se pointe. Hyper canon, blond, musclé… Il me suce aussi mais, manifestement, l’autre type ne lui plaît pas. Il se casse en m’indiquant le numéro de sa cabine. J’ai bien envie de le rejoindre, mais avec l’autre à mes pieds toujours occupé à me pomper le dard, c’est un peu difficile ! … Dix minutes environ s’écoulent, il fait chaud, j’en ai marre, je me casse… Le minet est tout déçu. Bon, ça sera pour une prochaine fois…

Je quitte le sex-shop. Message sur mon portable : c’est mon pote Manu. Grand, sportif, mignon, affamé du cul (je le gode souvent : il adore. Sa rondelle est insatiable.) : il compte va dans un sauna et me demande si je veux l’accompagner. Aucun problème : je le rejoins. Après le hammam et le jacuzzi, on se trouve une cabine. On se caresse et, rapidement, on se place en 69. Un gonze arrive : la trentaine, bouille quelconque, bite normale, mais beaux pecs. Il a vite fait de bander, de se mettre une kpote et d’enfiler Manu. Jouissance du passif qui adore de faire limer le fion, pendant que lui écarte les miches. L’enculeur éjacule. Petit baiser. Il s’en va. Dommage, c’était un peu court… L’heure tourne, Manu et moi quittons le sauna. Mon passif s’en va rejoindre son mari. Quant à moi, j’ai encore besoin de cul…

Je repasse chez moi, me raser soigneusement le cul et les couilles. Je prends du poppers (mais oui, on en trouve encore !) et en route pour l’Impact, rue Greneta, le meilleur bar à cul de Paris. Je sonne. Patrick m’ouvre. Ce mec me fait kiffer, avec son accent du sud. Je me le ferais bien ! … Je commande une bière et je descends sans plus tarder. Il y a déjà du monde : que des mecs en rut, mais aucun ne me plaît trop… Soudain, je croise une espèce de géant, genre joueur de basket, environ 1m95. Belle gueule virile. Il me regarde. Je passe. Histoire de, je me retourne : il me fixe et me suis. Bingo ! J’ai gagné la timballe. En l’occurrence, un super morceau. On s’isole dans une cabine. Le géant me suce à blanc. J’ai la bite gluante de salive. Bien entendu, je lui rends la pareille. Je le pompe et le repompe, sans me lasser de sa superbe queue d’environ 20 centimètres (comme la mienne -20X7, mais en moins épaisse). Il se retourne, me tends son cul et me demande de le lui bouffer. Je lui rends volontiers ce service et ma langue s’insinue vicieusement entre ses fesses musclées.

Pour corser l’affaire, je lui fous un doigt, puis deux, dans le fion. Une vraie salope le joueur de basket ! Il veut que je le prenne, mais pas à l’Impact. Impossible d’aller chez lui, il est chez une copine (véridique) et impossible d’aller chez moi. Dommage, on était voisins… On remonte au bar : mon joueur de basket s’avère être prof. Si l’éducation nationale était peuplée de canons comme lui, tous les pédés auraient leur bac ! … bien vite il redescend. Une demi-heure plus tard, je le retrouve en train de sucer trois mecs à la fois. Insatiable, la salope ! … Quant à moi, je me rattrape au bar à avaler goulument le dard d’un black américain que j’ai déjà croisé. Balaize avec une teub énorme. Environ 22 centimètres, circoncise. J’en ai mal à la mâchoire, mais que c’est bon ! … Il m’a promis de me la foutre la prochaine fois que je le verrais… J’attends ça avec impatience ! …

C’est pas tout ça, mais l’heure tourne. Il faut songer à rentrer. Et qui je croise ? Mon Cyrillo qui vient d’arriver et me présente à un de ses amis : « Nicolas, bien monté, sympa, maintenant mignon… un ex-gros. » M’enfin ??? Pas du tout !!! …

Nico

alexandrehelios@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.