Page précédente

Seul en juillet par Joao

 

Bonjour je m'appelle Bernard j'ai 32 ans, je suis brun, 1m72, 66 kg, les yeux
marrons les cheveux courts et tout bronzé. Je suis seul, mon épouse est en
vacances avec les enfants en Bretagne. Il fait chaud, il est 20 heures. Je
m'ennuie, les programmes de télé ne sont pas intéressants je décide de monter
pour lire un livre, avant de quitter la salle de séjour, mes yeux tombent sur
une de ces revues de publicité où on vend de tout, des voitures des meubles, et
des annonces de mariage. Monsieur cherche femme mignonne etc. Je regarde et je
tombe sur une page de pub pour des messageries. Il y a de tout, hétéros,
lesbiennes, travelos, gays, bi, SM.

Je monte dans mon bureau, et là je regarde une pub pour une messagerie de mecs.
Je me branche sur la messagerie, on me demande un pseudo et une description. Je
tape Homme marié seul, et comme carte de visite: homme marié seul ce soir
cherche un mec sympa pour parler. Cela fait 10 minutes que je suis branché,
quelques message d'autres mecs, les uns complètement fous, d'autres deux ou
trois questions puis pas de réponses. Je vais quitter la messagerie et lire mon
bouquin, quand un mec me répond "salut moi aussi je suis marié et seul, où es
tu?" Je lui dis où j'habite il me dit être à 10km de moi, je peux aller chez
lui si je veux. Il me donne son téléphone et me dit qu'il va couper. Je prends
son numéro et j'appelle. Une voix claire me répond, sympathique et dynamique,
nous échangeons quelques mots nos préférences. Il est comme moi marié, ne
rencontre pas souvent des mecs, il aime des mecs qui ressemblent à des mecs,
bien dans leur têtes. Comme moi il aime les caresses, les baisers, sucer
lécher. La douceur et la fougue. Nous sommes en phase. Il me donne rendez-vous
à côté de chez lui pour que je ne perde pas il a une voiture une AX blanche.
"Tu peux être là dans combien de temps?" Je lui réponds: "Une douche plus le
temps du trajet, je peux être chez toi vers 21h." "Ok à tout de suite."

Je prends ma douche, une touche discrète de parfum, un boxer très moulant, un
jeans noir qui moule mon cul et t-shirt noir aussi. Je saute dans la voiture et
une dizaines de minutes après j'arrive au lieu du rendez-vous. Je me gare sur
le parking et j'attends, pourvu qu'il vienne. Une AX blanche arrive tourne
autour du parking, puis vient se placer à coté de ma voiture. Un mec blond,
dans les 35 ans, 180 environ bien foutu sort de la voiture, je sors à mon tour,
il a un grand sourire il n'avait pas menti, il me dit: "Alors pas déçu?" Je lui
réponds: "Non et toi?" "Moi non plus, tu me suis?" "OK." Il remonte dans sa
voiture je mets le contact il démarre et me guide par les rues, sa maison est à
300m de là. Il me désigne un endroit ou garer la voiture, se gare devant
l'entrée du garage et sors. Je le rejoins, il ouvre la porte et m'invite à
rentrer. Une grande pièce avec des canapés une table basse et une cheminée.

- Installe toi, tu veux boire quelque chose?
- Je veux bien.
- Un cognac?
- Oui pourquoi pas?

Il va vers un bar prend deux verres ballon un bouteille de cognac et les dépose
sur la table basse devant moi. Il sert une bonne dose, puis s'installe devant
moi dans un fauteuil. Il porte un pantalon de toile fine et un t-shirt. Il
écarte les jambes et se cale dans son fauteuil. On commence à bavarder, il est
marié, il a des enfants, et comme moi il profite des congés pour rencontrer des
hommes mariés. Il aime sa femme mais comme moi il a besoin de faire l'amour
avec un mec de temps en temps. Sans pudeur on évoque ce qu'on préfère quand on
baise. Comme moi il aime déshabiller une mec le caresser, le lécher, le sucer
et parfois la sodo mais plus rarement. La première fois qu'il a rencontré un
mec c'était en été comme aujourd'hui et il avait vu une affiche pour une
messagerie de mecs. Il en avait envie depuis pas mal de temps et il a sauté le
pas, il a trouvé ça extraordinaire, et d'ajouter qu'il n'y a qu'un mec pour
savoir comment sucer et ce qu'il faut faire pour faire du bien sans avoir à
suivre des conseils.

- Qu'en penses tu?
- Je suis d'accord.
- Alors si tu es d'accord que faisons nous?

Je lui réponds qu'il peut venir se mettre à côté de moi sur le canapé. Il se
lève et viens s'asseoir contre moi, sa cuisse touche la mienne, la tension
monte, je le regarde dans les yeux, il me rend mon regard et approche ses
lèvres des miennes. Un premier baiser timide, il s'écarte un peu, me regarde
sans un mot avec un grand sourire et de nouveaux ses lèvres sur les miennes,
nos langues se rencontrent, cette fois le baiser est fougueux. Je pose mes
mains sur sa poitrine lui caresse les seins à travers le t-shirt, il gémit.
Lui a posé sa main sur ma braguette et commence à me masser doucement. Je
commence à bander ferme, ma main descend sur son ventre musclé et progresse
jusqu'à son entrejambe. Je sens une belle paire de couilles et une queue de
belle taille bien raide à travers le tissus léger de son pantalon.

- Viens, me dit il, on va dans la chambre.

Je le suis dans l'escalier, au passage j'ai une vue imprenable sur un cul
musclé et ferme avec des fesses bien rondes et hautes, pas de ces fesses qui
tombent. Décidément ce mec me plaît. On arrive dans la chambre, dans les tons
blancs et beiges. Un grand lit et face au lit une commode avec un grand miroir.
Il se retourne me fait face, on échange un baiser où nos langues se mélangent
pour notre plus grande joie, nos mains courent sur nos corps, nous sommes
plaqués l'un contre l'autre, je sens sa queue raide contre la mienne. Il
s'écarte et me dit qu'il va me déshabiller. Je me laisse faire, il enlève mon
t-shirt et me caresse les seins me lèche les tétons me couvre de baisers. Sa
langue descend le long de mon ventre, il me lèche le nombril libérant des ondes
de plaisir. Maintenant il est à genoux devant moi, ses mains posées sur mes
fesses me rapprochent de son visage il mordille ma queue à travers le jeans,
ses doigts caressent mes couilles. Je suis bien. Il me regarde et avec un grand
sourire il me dit:

- Voyons ce que tu caches.

Et il défait ma ceinture écarte les pans de la braguette, ses mains remontent
sur mes fesses et font glisser mon jeans jusque sur mes pieds. Un petit coup de
sifflet, il me dit:

- Bel engin.
- Merci.

Il dégage le pantalon, je suis maintenant en shorty moulant devant lui, une
petite tâche au bout de ma queue trahit mon excitation. Il pose ses lèvres sur
ma queue et commence à me mordiller la queue de haut en bas pendant que sa main
malaxe mes couilles. Ça dure un moment délicieux, s'il continue il va me faire
jouir, je lui dis. Il s'arrête se relève et m'embrasse. Je lui dis: "À mon
tour!" Je fait sauter son t-shirt, mes doigts parcourent son torse, je mordille
le bout de son sein, il aime et murmure un "Oh oui, c'est bon." Je lui tète son
bout de sein tandis que je pince un peu l'autre, il apprécie. Je me plaque
contre lui, peau contre peau, il dégage un parfum d'homme enivrant. Mes mains
courent sur son dos. Il me presse contre lui.

Je bascule mon bassin vers l'avant pour écraser sa queue avec la mienne. Je
m'écarte et à genoux je défait sa ceinture, j'ouvre sa braguette, son slip
blanc a du mal à contenir sa queue raide. Doucement je pose mes mains sur ses
fesses et fait glisser son pantalon en caressant ses fesses, ses cuisses. Il se
dégage de son pantalon. Je pose mes mains derrière ses cuisses et je remonte
vers ses fesses, mes doigts glissent sous l'élastique, il gémit. Mes doigts
effleurent sa raie à la recherche de son intimité, il remue le bassin simulant
un va-et-vient lent. J'abandonne ses fesses, mes lèvres sur sa bosse, je
souffle à travers le tissu, il ronronne de plaisir.

Je glisse un doigt entre ses cuisses et dégage ses couilles de son slip; elles
sont bien pleines et pendent un peu. Je prends une couille dans ma bouche la
fait tourner avec ma langue. Il pose ses mains sur ma tête pour guider ma
langue: "Tu suces vachement bien, c'est bon." Je lui lèche la peau des couilles
juste à la racine en haut des cuisses, là où la zone est très sensible. "Ah
putain que c'est bon! Viens on va s'étendre sur le lit."

Il me relève et me fait coucher au milieu du lit, il vient à mes côtés nous
échangeons un baiser furieux nos jambes se croisent, nos corps se plaquent l'un
contre l'autre. Nos mains s'activent, il s'écarte, se met à califourchon et en
me regardant droit dans les yeux il prend mon shorty à 2 mains puis entreprend
de le faire glisser, doucement, lentement. Ma queue est emprisonnée, maintenant
elle est coincée par l'élastique du shorty, il le fait toujours glisser avec
lenteur. C'est intolérable et délicieux à la fois. Soudain ma queue libérée
vient claquer sur mon ventre. Il éclate de rire et me dit qu'il va goûter ce
morceau. Mon shorty vole dans les airs et déjà sa langue lèche mes couilles et
remonte le long de ma queue.

Des petits coups de langue, il arrive à mon gland et là il le gobe. Mon gland
glisse entre ses lèvres, sa langue virevolte autour. Doucement ses mains
massent mes couilles d'avant en arrière, il commence à me pomper. J'accompagne
avec mon bassin ses mouvements, je sens que je vais jouir il le sent et
s'arrête. Je pousse un souffle et c'est à mon tour d'attaquer son slip. Je
masse fermement sa queue et ses couilles à travers; il a une trace d'humidité
au bout de sa queue. Je lui mordille le gland à travers pendant que je serre
ses couilles; il aime. Je le branle un peu il se tortille. Quand je le sens
prêt, je m'écarte et les yeux dans les yeux, je lui dis: "Enlève ton slip et
fait moi bander comme si tu me faisais un strip."

Là calmement avec un sourire enjôleur, il commence à se caresser et fait
glisser lentement son slip. Au moment où la queue se libère, elle vient claquer
sur son ventre. Il relève les jambes pour enlever le slip et me découvre sa
rondelle et ses couilles puissantes. Il prend son temps pour me laisser
admirer. Le slip est tombé, il va pour reposer ses jambes quand je le bloque et
me met à lui lécher la peau entre les couilles et le cul et en quelques coups
de langue lui arrache des soupirs. Il repose ses jambes, je viens m'allonger
sur lui queue contre queue, nous simulons un va et vient langoureux. Sa mains
glisse entre mes cuisses à la rencontre de ma queue, nous tournons et couchés
tête-bêche, nous commençons un long 69, de temps en temps on arrête et on
échange un sourire.

Au bout d'un moment je sens que je ne vais plus pouvoir me retenir, je lui dis
en cherchant à me dégager, il continue de plus belle. Mes couilles remontent
deviennent douloureuses, je sens les contractions, j'explose dans sa bouche. Il
continue de me pomper et me vide. Quand je retrouve mon souffle il vient près
de moi et me donne un baiser, il a gardé mon sperme dans bouche, sa langue
pleine de mon foutre tourne autour de la mienne. C'est bon.

Je retrouve ma forme, je vais pour le sucer et le vider mais il me dit non, il
préfère que je le prenne. Il n'en a pas beaucoup l'habitude mais il en meure
d'envie, c'est moi qui lui fait cet effet me dit il. "OK je serais très doux."

Je glisse un oreiller sous ses fesses et commence à lui lécher le trou, il
gémit et se tortille. Ma langue tantôt large ou pointue titille son orifice,
lentement son trou s'ouvre. Je glisse un doigt qui rentre sans trop de
difficulté. Je tourne à l'intérieur et lui masse sa prostate, sa queue fait des
soubresauts. Je glisse un deuxième doigt, il me dit d'aller plus doucement, mes
doigts finissent par rentrer, un troisième vient rejoindre les deux autres. Il
me dit que deux doigts ça fait un peu mal, je lui dit regarde il y en a trois,
il relève la tête et regarde, incrédule, mes 3 doigts dans son cul.

- Je pense que tu es prêt, on essaye?
- Oui, mais vas y doucement.

Je présente mon gland contre son trou ouvert, je pousse un peu il fait une
grimace mais me dit de continuer. J'avance un peu, son muscle serre, il a u peu
mal. Je lui dis de respirer un bon coup et de pousser. Il le fait et pendant
qu'il pousse je rentre un tiers de ma queue, elle passe le point de résistance.
Il pousse un cri me dit qu'il a mal. Je ne bouge plus, j'attends qu'il se
détende. Je me penche et lui donne un baiser qu'il me rend plein de passion.

Je sens son trou se dilater, il me dit de continuer. Je pousse lentement ma
queue vient buter contre sa prostate je rentre toujours. Ma queue est à fond
dans son antre chaud, je ne bouge plus, je lui laisse le temps de prendre la
mesure de mon engin. Au bout d'une minute il me dit de le défoncer. Je
commence un va-et-vient lent. Son visage crispé à l'instant est maintenant
souriant, il me dit que c'est bon de sentir ma queue dans son cul. Je sens des
ondes de chaleur partir de ma queue descendre dans mes couilles.

Il commence à se branler je l'arrête et lui dis de se laisser faire. Il arrête
je lui caresse la queue et les couilles. Je sens de plus en plus des ondes de
chaleur envahir mon bas-ventre. Je lui dis que je vais jouir, il me dit que lui
aussi commence à sentir de la chaleur dans les couilles. Je sens des
contractions de son cul sa jouissance est imminente, ses contractions se
répercutent dans ma queue je sens le foutre monter. Il éjacule sur son torse
des flots de crème épaisse, il en a plein la poitrine. Du coup je viens dans
son cul, je crois que je ne vais pas pouvoir m'arrêter de juter. Il a crié de
joie quand il a senti mon foutre se répandre dans son cul.

Je sors doucement ma queue de son cul. Je lèche son sperme étalé sur son torse
et viens lui donner à goûter. Il semble vouloir me dévorer la langue. Il éclate
de rire et me dit que c'était la première fois qu'il se faisait enculer et que
je lui ai donné un plaisir inimaginable.

Nous avons quitté le lit et sommes redescendus dans le salon pour prendre une
gorgée de cognac. Nous sommes enlacés, nous nous caressons doucement. Sa queue
retrouve de la vigueur, à genoux entre ses cuisses j'entreprends de lui pomper
sa queue magnifique. Il bande ferme. Je lui demande s'il veut bien m'enculer.
Il me dit qu'il n'osait pas me le demander. Je cours vers le premier et
m'allonge sur le lit, il est sur mes talons. Il me demande si c'est la première
fois pour moi aussi, je lui réponds que non mais que ça m'arrive très rarement,
la dernière fois c'était il y a deux ans. Il me dit: "Tu es comme vierge, c'est
un peu ça?"

Il entreprend de me lécher le cul, sa langue pénètre dans mon trou, je suis
tellement excité que mon cul s'ouvre tout seul. Il glisse deux doigts et les
fait tourner. Il me dit qu'il va essayer il pose son gland contre mon trou et
le fait rentrer, j'ai mal. Il attend un peu, puis pris d'une envie furieuse il
plonge sa queue d'un seul coup. Une douleur fulgurante me traverse le cul, je
pousse un cri. Il me dit: "Pardon je suis idiot." Il va pour se retirer, je le
retiens. Sa queue est à fond, je sens la douleur se dissiper lentement, il ne
bouge pas. La douleur a disparu. "Vas-y!"

Il commence son va et vient, son gland vient buter contre ma prostate
déclenchant des ondes de plaisir. Il a pris ma queue dans sa main et me branle
doucement, parfois il se penche pour m'embrasser. Je sens la chaleur gagner mes
couilles, je vais jouir. Il sent mes contractions annonciatrices et ça provoque
sa montée en puissance: il accélère ses mouvements, ma queue vibre, je viens,
mes premières contractions déclenchent sa jouissance. Je sens son foutre chaud
se répandre dans mon cul ; il pousse un cri rauque. De sentir sa queue se vider
dans mon cul provoque ma jouissance, un deux, cinq longs jets de sperme
viennent s'étaler sur ma poitrine. Je suis vidé.

Il s'écroule sur moi, me roule une pelle d'enfer; nous nous séparons repus. On
prend une douche et rhabillés, nous descendons finir nos verres. Nous sommes
bien. On bavarde quand il me dit: "Que fais-tu tout à l'heure?" Je lui demande
pardon, puis je comprends, je regarde ma montre il est 1 heure du matin je dois
me lever à 6 heures. "Je dois te quitter." Il me répond: "Que fais-tu tout à
l'heure?" Je le regarde interrogateur, il me dit qu'il n'a qu'une envie, c'est
de ne pas être seul ce soir. Un rapide baiser et un rendez-vous est pris pour
ce soir. La journée va être longue.

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.