Best Of Cyrillo

Page précédente

SLING

Pas loin de la gare centrale d’Amsterdam il y a un bar à garçons que je fréquente quand je vais dans cette ville pour mes affaires, environ trois fois l’an.

Pour cent euros on peut passer une heure avec un garçon de vingt à vingt cinq ans qui en général fait très bien les choses : on se paluche un peu au bar, on passe dans une chambre propre où il y a une grande baignoire, le gars qui s’est mis à poil et arbore une belle queue t’invite à en faire autant et à entrer dans la baignoire où il a mis l’eau à couler. Tu rentres dans l’eau mousseuse et parfumée. Ses mains parcourent ton corps dans l’eau et hors de l’eau. L’eau te vient à la bouche aussi de voir sa queue et ses couilles se balancer à quelques centimètres de ton visage. Si tu en as envie tu commence à passer un peu ta langue sur le gland qu’il t’offre volontiers tandis qu’il te malaxe les couilles sous l’eau. Le garçon te sèche avec un grand drap de bain quand tu ressors de l’eau, il te frotte le dos, les fesses, les cuisses, l’entre jambes avec conviction. Tu as une belle érection  Il t’invite à t’allonger sur le lit king size et vous vous enlacez. Il te suce longuement, tu le suces à ton tour.

Ces garçons viennent de tous les pays du monde, beaucoup sont là pour leurs études et viennent gagner dans ce bar de quoi les poursuivre. Beaucoup sont hétéros, ont une copine. Si tu aimes être enculé, ce qui est mon cas, la plupart acceptent de t’enculer moyennant un petit supplément.
L’autre jour j’y fus et cela ne s’est pas passé comme d’habitude. Il y avait bien quatre ou cinq garçons en slip de bain attendant le client mais l’un que je connaissais pour avoir déjà passé une heure avec lui lors d’un précédent voyage viens tout de suite vers moi et me demande si j’ai envie d’être baisé comme la fois précédente. Je lui réponds que oui, qu’il m’avait très bien baisé une fois et que cela devrait être aussi bon. Il me dit : et aujourd’hui cela ne te coûtera rien, tu pourras même te faire baiser plusieurs fois par plusieurs mecs. Bien que cela ne me soit pas arrivé souvent, cette perspective n’est pas pour me déplaire et je le lui dis.
Tu vas étrenner le nouveau sling, me répond-il Qu’est ce qu’un sling ?
Tu vas voir.

Il m’entraine dans une partie de l’établissement où je n’ai jamais mis les pieds, dans la cave qui est une vraie cave voûtée de briques, ou plutôt un vrai labyrinthe de caves voûtées et encombrées de canalisations courant le long des murs, le tout baignant dans une lumière assez glauque. Dans la dernière cave plus grande que les autres traversées ou entrevues au passage pend du plafond un étrange objet : quelque chose comme un siège en cuir, pendu au plafond par des chaînes métalliques. Nous nous dépoilons rapidement, il flatte quelques instant ma queue de la main et il me fait signe de m’installer, ce qui n’est pas si commode, car le siège est un peu haut environ un mètre et se balance Quand je suis dedans pratiquement allongé, la tête un peu relevée, il me montre les étriers où mettre mes pieds, un peu plus haut et les poignées au dessus de ma tête. Bien calé je suis plutôt bien. Mon cul est exactement à la hauteur de la base de la bite d’un mec normal de un mètre quatre vingt et ma bouche à la hauteur de son gland si sa bite se dresse verticalement et mesure quinze centimètres.

En principe me dit le garçon quand tues là dedans c’est pour que tous les mecs qui pénètrent dans la pièce puissent te mettre la bite dans le cul ou dans la bouche.
Il va en venir beaucoup ?, demandé-je plus par curiosité que par anxiété.
Les mecs qui étaient là haut seulement.
Mike, c’est ainsi qu’il se fait appeler, a déjà mis ses mains sur ma bite et mes couilles : je vais te travailler un peu le cul si tu veux bien, puis je les appellerai.
Sans attendre un de ses doigts à déjà traversé ma rondelle et mon cul affamé commence à s’ouvrir. Son doigt s’agite bientôt accompagné d’un autre qu’il a enduit de gel.

Je ne peux guère voir ce qu’il fait mais c’est sans importance, c’est bon. Je ferme les yeux, me laisse bercer doucement par les oscillations du sling et envahir le cul par les mains expertes de Mike. Je ne cherche plus même à compter le nombre de doigts qui fourragent dans mon cul, , je sais seulement qu’ils y en a plusieurs qui glissent de plus en plus facilement mon cule se dilatant. Et naturellement j’ouvre mes lèvres quand je sens se poser dessus quelque chose qui ne peut être qu’une bite, je lèche, je salive, et suis heureux quand la bite sans violence mais fermement commence à me limer la bouche. De fait je ne sais pas du tout qui je suce  mais je m’en fous, je ne sais pas non plus à qui appartient la queue qui vient de remplacer dans mon cul les doigts de Mike ni qui me malaxe vigoureusement les couilles et masse mon périnée, la zone la plus sensible de mon corps. La bite dans mon cul va et vient avec de plus en plus de force, le mec donne de puissants coups de reins qui font bouger mon sling. Mais la position est parfaite, la bite me pénètre très profond et je suis envahie de fortes sensations.

Sans surprise je sens que je jute en même temps que se répand en moi la chaleur du sperme jailli de la queue qui me défonce. Et je ne suis pas plus surpris qu’une autre queue vienne immédiatement remplacer la première dans mon cul et encore une autre dans ma bouche. Encore deux queues qui jouissent et lâchent leur jus, des mains étalent sur ma poitrine et mon ventre le jus de la bite qui me limait la bouche et s’est retirée juste au moment de cracher. Et moi je jouis encore non pas de la jouissance rapide un peu électrique qui vient du gland et de la tige mais de la jouissance profonde, sortie des entrailles, et qui se répercute longtemps dans le corps tout entier.

Et les queues se succèdent, je jette tout juste un œil, je ne vois rien de celui qui m’encule, j’aperçois le ventre, le pubis et les couilles de celui qui présente son gland à mes lèvres Je ne pense à rien qu’au sperme qui s’accumule sur ma poitrine je découvre qu’en tirant sur les poignées au bon moment en synchronisation avec les coups de rein de mon baiseur je peux les rendre encore plus efficaces et plus jouissifs. Je jouis presque continûment, je perds la notion du temps, je ne sais plus combien de queues m’ont limé la bouche et le cul.
Puis cela s’arrête
J’ouvre les yeux : ils sont quatre jeunes, nus, autour de moi plus un beau mec de quarante cinq ans environ, grand et mince, à n’en pas douter batave. Il est nu aussi, sa queue à demi bandée lui de foutre. Il s présente à moi sans façon :
Je suis Philippe le patron, propriétaire de ce bar à garçons. Je suis venu voir comment marche notre  nouveau sling et j’ai participé avec les jeunes. Avez-vous apprécié ?
Beaucoup dis-je.
Je vous invite à boire une coupe de champagne, du bon, au bar, en compagnie de vos baiseurs quand vous serez douché et rhabillé. Et cet endroit sera toujours gratuit pour vous quand vous viendrez à Amsterdam, ce qui vous arrive je crois quelques fois dans l’année.
Merci, vous êtes bien aimable, dis-je.

Michel

mboffron@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.