Best Of Cyrillo

Page précédente

Un soir de débauche

Ca s'est passé lundi soir. J'avais convenu d'aller soulager un habitué - un quinqua bien bâti - qui raffole de ma bouche. Il me connaît bien: il sait que s'il me gaze un peu avec du poppers je serais sa salope bien appliquée. Pas que j'en ai absolument besoin, mais... c'est un plus qui fait mouche. Et il sait également qu'il va me chauffer rien qu'en invitant 1 ou 2 mecs pour me partager. Quand il fait ça il me bande les yeux dès que j'arrive et je comprends tout de suite que je vais bien m'amuser... J'aime bien que ma bouche soit ainsi donnée en pâture à quelques queues bien juteuses. Bref j'étais assez cho, d'autant plus que j'avais passé une partie de l'après-midi au bureau à mouiller mon boxer en lisant des récits gay que j'aurais bien aimé pouvoir vivre. Je prévoyais de faire durer le plaisir en allant draguer en extérieur près des facs après cette mise en bouche...

1/2h avant l'heure convenue, je l'appelle pour confirmer. Hélas, il était trop fatigué et préférait renoncer... Ma motivation s'écroulait d'un coup, aussi décidais-je de quitter le bureau et d'aviser. Dès que j'ai mis le nez dehors, mes hormones ont repris le contrôle: le ciel était clair, la lune ne laissait apparaître qu'un petit quartier blafard, ce qui présageait des sous-bois bien obscurs.. J'adore l'obscurité: elle masque ma rondeur qui ne joue pas toujours en ma faveur, et il n'y a rien qui m'excite plus que de téter la queue d'un vrai inconnu. Au fait j'ai oublié de me présenter: je suis un bear lope de 90kg, blond, aux yeux bleus, moyennement poilu. Ceux qui aiment mes rondeurs trouvent en général que j'ai une belle petite gueule.

Je suis donc parti rejoindre mon terrain de chasse. Il faisait doux, et j'avais de bonnes chances d'y trouver les mecs chauffés par l'abstinence d'un week-end en famille. Sur place, quelques voitures garées, confirmation que la soirée ne serait pas infructueuse.

Il faisait bien sombre, comme j'aime... en entrant dans le bois il y avait les habituels indécis plantés là comme des arbres. Je jaugeais un peu ces mecs d'un regard bien appuyé, des fois que l'un d'eux me reconnaisse. Je me suis enfoncé dans le bois, dans l'obscurité excitante. Je me suis posté sur un passage fréquenté, à proximité d'un fourré qui autoriserait un peu d'intimité si jamais un timide passait par là. J'ai commencé à me masturber un peu histoire de bien me représenter le plaisir que j'allais procurer à une queue. Personne. j'ai décidé de me remettre en mouvement plus avant dans le bois.

Au bout de quelques minutes j'ai distingué une forme sombre sous quelques arbres, je me suis approché... Le mec ne fuit pas, il avait déjà sorti sa queue. Il ne bandait pas trop mais les grosses veines saillaient déjà bien sous mes doigts curieux. Son gland était bien décalotté, sa queue demi-molle avait des proportions bien appétissantes: ce qui dépassait du pantalon encore fermé était long comme une main. Comme il n'était pas bavard, je l'ai juste gratifié d'un : "mmmmmm...." assez éloquent et je me suis accroupi pour me retrouver face à l'objet de mes convoitises.

Je l'ai donc fait durcir en douceur, avec amour, dans ma bouche. J'ai commencé par recueillir la goutte de prémices qui perçait à son méat, puis j'ai poursuivi en flattant son gland de mes lèvres humides. Ensuite, j'ai calé mes lèvres sur sa hampe, et les ai fait glisser jusqu'à la base de sa queue, faisant ainsi plonger son gland dans ma gorge. Après cette présentation, pour nous exciter tous les deux un peu plus, je lui ai promis: "Tu vas prendre ton pied bien à fond...". C'est tellement bon de sentir une queue se durcir subitement en prenant du volume, juste avec quelques gestes et une petite prédiction: A cet instant, il savait que je n'allais pas le léchouiller 2 min. avant de le planter là, et moi je savais que j'étais engagé, que maintenant je devais honorer ma promesse et lui procurer le plus délicieux des plaisirs.

Je me mis donc à téter sa queue avec application, guettant avec soin ses réactions afin d'insister sur ce qui lui procurait le plus de plaisir. J'écoutais avec envie sa respiration devenir irrégulière, ses premiers gémissements timides, et ça m'excitait terriblement.

Au bout de qq minutes, un mec s'est approché, a commencé à nous tourner autour, toucher par-ci par-là. Il a sorti sa queue, mais il n'a pas chercher à prendre place: il nous caressait l'un et l'autre, gentiment. Un moment j'ai senti comme une odeur chimique: il s'amusait à balader une bouteille de poppers sous la queue que je tétais. Je n'ai pas résisté à la tentation: je le lui ai emprunté pour me gazer comme il faut, en précisant aux deux mecs que comme ça, j'allais être leur petite salope bien gentille. Mon coeur s'est emballé, j'ai senti un serrement dans le ventre accompagnant ce soudain besoin physique d'avoir cette queue en moi, de recevoir son jus dans ma gorge. Mes mouvements se firent plus marqués, faisant plonger son gland au plus profond de ma gorge, serrant bien fort sa hampe tout en prenant soin de faire mes dents discrètes, sauf pour mordre délicatement sa queue pour bien montrer combien j'avais envie de la manger. Ca n'a pas raté le mec a rapidement gémi plus fort, sa respiration devenant haletante. Sa queue s'est subitement raidie à rompre, et j'ai senti les salves de son plaisir envahir ma bouche. Je me suis fais fort de lui tirer jusqu'à la dernière goutte de son nectar, bien au fond dans ma gorge.

J'ai ensuite voulu m'attaquer au deuxième mec. Il m'a directement gazé lui-même, en insistant sur la dose. ça m'excitait bien car j'ai pensé qu'il me voulait bien lope pour faire sur lui la représentation à laquelle il venait d'assister. Il avait une énorme queue bien raide, avec un gland encore plus épais. Mais au lieu de me laisser m'en occuper, il a commencé à sortir la mienne, à me caresser, d'abord en douceur. Il me re-gazait sans arrêt, j'étais tremblant, et il a commencé à jouer avec mes couilles. D'habitude, je ne me laisse pas sucer, ni encore moins toucher les burnes, que j'ai trop sensibles: il en faut peu pour me faire mal. J'étais trop défoncé par le poppers pour faire autre chose que le laisser faire.Rapidement, il les a entortillé à l'aide de mon boxer. C'était un peu douloureux, mais ça allait encore. Plus ça allait, et plus il les torturait, m'infligeant des douleurs de plus en plus vives. Il m'interdisait d'approcher mes mains, d'abord en les repoussant, puis en accentuant la pression si j'essayais: j'étais à sa merci.... J'ai n'avais plus d'autre choix que de subir sa torture, le suppliant au bout de quelques minutes d'être doux, de ne pas me faire trop mal, que je ferais tout ce qu'il demande, que je serais sa petite pute soumise. J'étais partagé entre le besoin pressant de me libérer de son étreinte douloureuse et l'excitation procurée par cette expérience nouvelle, ainsi que par la tournure que pourraient prendre les choses s'il décidait de me faire honorer mes promesses: mon cul n'a servi que 3 fois et la dérouille serait sévère s'il décidait de me prendre. Finalement, après avoir joué quelques longues minutes, il est parti, me plantant là, avec les burnes douloureuses. Je crois bien que j'ai été trop chochotte avec lui...

Je suis retourné en direction de l'entrée du bois, tout doucement, pour laisser le temps à mes couilles de se remettre de leur calvaire. Je ne voulais pas trop traîner quand même, car le bruit d'une voiture, suivit de celui du claquement d'une portière, m'indiquait un arrivage de bite, et je ne voulais pas la laisser si facilement aux indécis qui grouillaient à l'entrée du bois. Je suis rapidement tombé sur le nouvel arrivant, qui avait l'air bien cho: il s'est mis dans l'ombre et attendait visiblement que je m'approche.

J'ai commencé à toucher la zone convoitée et ai constaté qu'il y avait du potentiel... Sa queue molle descendait assez bas dans son pantalon, promettant un bel organe une fois éveillé. La simple évocation de l'intérêt que je portais à ce que contenait ses vêtements pendant que je le caressais l'a fait gémir. Rien de tel pour exacerber mes envies! Il m'a alors sorti son matos, confirmant les premières impressions: une queue qui mi-molle faisait déjà 18-20cm et était déjà épaisse. Je ne l'ai pas fait attendre et ai attaqué sa tige avec avidité, afin de lui faire comprendre que son morceau ne me faisait pas peur. Ce mec là était un vrai délice: il gémissait bien, je l'entendais dire pour lui des trucs genre "mmmh c'est trop bon" bref tout ce que j'aime, qui me rend bien lope et encore plus appliqué sur ma besogne. Il m'a gazé aussi un peu, et il n'a pas regretté. J'avais peine à respirer tellement son chibre était énorme, occupant toute ma gorge bien avant d'être enfoncé à la garde. Mais je pouvais pas m'empêcher de recommencer sans arrêt, tellement ça le mettait dans tous ses états. j'ai cravaché une petite demi-heure avant d'obtenir sa précieuse sève... Pendant ce temps, 2-3 mecs sont passés autour, attendant leur tour. Mais une fois fini, j'étais en nage, plus essoufflé qu'après 1/4 de tapis de course, le coeur cognant à rompre. J'ai supplié pour une petite pause avant d'attaquer celui qui était resté pour prendre son tour.

Ce mec là, bof, sentait pas trop bon, ne me plaisait pas des masses pour une pipe, et je l'ai sucé un peu quand même, tout doucement, pour pouvoir récupérer. Mais j'étais pas assez salope pour bien faire, le coeur n'y était pas.. Au bout de dix minutes un mec est arrivé à côté. J'ai tendu une main vers son paquet pour lui montrer que je n'étais pas indifférent. En fait n'importe quel autre mec que celui que j'avais en bouche m'aurait excité plus. J'ai jété un oeil: c'était le mec précédent. Je lui ai fait remarqué: "tu as déjà envie de remettre ça?" ce à quoi il a timidement répondu que oui.... je suis donc revenu sur sa queue tellement délicieuse, dédaignant celui qui ne me plaisait pas trop, qui s'est poliment écarté quelques minutes. Le mec à la belle queue avait bien remarqué dans quel état il m'avait laissé quelques minutes plus tôt, et il a eu l'extrême gentillesse de venir vite. Comme on savait ça tous les 2 implicitement en commençant, je me suis appliqué sans compter mes forces, afin de ne pas lui faire une pipe au rabais. Il a donc vraiment aimé cette deuxième visite.. Lorsqu'il a joui, je m'accrochais comme si ma vie en dépendait à sa grosse queue pour lui tirer les dernière gouttes de son plaisir.

Pour finir, le mec que j'avais pas trop envie de téter est revenu se caler derrière moi, me caressant. J'étais gêné de lui avoir refusé ma bouche (c'est rare...). Comme depuis quelques temps ça me travaille, j'ai commencé à me cabrer, lui faisant comprendre que si ma bouche n'était plus disponible.... mon cul ne dédaignerait pas une visite. Je lui ai expliqué que je ne l'ai fais que 3 fois, en appartement. et qu'il eut l'avoir s'il sait s'y prendre en douceur, mais que j'ai vraiment envie de me faire ramoner. C'est vrai qu'à force de lire des récits bien chauds, j'ai commencé à me dire que la meilleure façon d'aimer se faire prendre, c'est encore de passer à la casserole sérieusement pour faire le passage. Il m'a emmené dans un coin plus tranquille, et là il a fallu que je me dés-sape. Il a fallu quelques minutes pour préparer et trouver une position pour entrer, mais ça a été assez rapide. J'étais à genoux par terre, et passé les premières minutes d'incertitude, j'ai commencé à apprécier sa besogne, à pousser moi-même vers sa queue pour l'avoir plus profond, plus fort... Il a dû me limer une bonne 1/2h....Ce n'était pas encore l'extase, mais... j'ai hâte de renouveler cette expérience, j'y prends goût!

Après cette soirée de débauche, maintenant que mon cul devient praticable, je crois que je m'approche de ce que doit être une lope accomplie. Je ne manquerais pas de venir vous raconter quelques-unes de mes soirées de débauche ici.

mmmm44

genvie44@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.