Best Of Cyrillo

Page précédente

LE DERNIER SOUFFLE DE JULIEN

Voici une petite histoire que j'ai écrite au lycée, à l'occasion d'un projet commun dans ma classe : sur le thème de l'homosexualité. Cela change de mes précédents récits, mais je crois qu'il était temps de vous en faire-part. C'est cette histoire qui est à l'origine de ma passion d'écrire, non seulement pour mon plaisir mais aussi pour le votre surtout. Je n'abandonne cependant pas mes autres récits.

N'hésitez pas à me faire-part de vos impressions. Merci d'avance et bonne lecture.

********************************************************

Il fait froid ce soir, nous sommes au milieu de l'hiver et chacun s'apprête à fêter Noël. Il y a dans l'air quelque chose de magique, toute cette joie d'être en famille. Mais tout le monde n'a pas cette chance.

Dans le parc municipal de la ville, sur un banc on peut distinguer une silhouette d'un jeune homme. Ce garçon c'est Julien, il est âgé de 18 ans, son physique est plutôt agréable. Il est assis sur un banc, la tête baissée. Des larmes coulent sur ses joues pour venir s'écraser sur le sol.. Quelqu'un s'approcha de lui...
- Julien ?

Julien se retourna et vit son amie d'enfance Linda, qui a comme lui 18 ans.  Le visage de Julien était tout humide et ses yeux étaient rouges, tellement il avait pleuré. Il s'essuya le visage avec sa manche de son blouson.
- Salut Linda. Lui répondit Julien la voix douloureuse.
- Mais qu'est ce qui t'arrive ?  Lui demanda son amie inquiète.
- Rien du tout.

Linda, pris place près de Julien, qui gardait la tête baissée, et lui dit :
- Enfin Julien je ne t'ais jamais vu dans un état comme ça. Dis moi ce que tu as, tu peux tout me dire, tu le sais.
- Je sais mais je ne veux pas t'embêter avec ça, tu peux rentrer chez toi.
- Ah ! Non mon petit, tu vas me dire ce que tu as. Je resterais avec toi tant que tu ne m'auras pas dis ce qu'il y a.

Julien pris sa respiration et lui dit :
- Voilà j'ai peur de rentrer chez moi
- Quoi ? Mais pourquoi tu ne peu pas ?
- Ben j'ai peur de dire à mes parents que.
- Que quoi Julien ? Lui demanda son amie.
- Que j'aime les garçons ! Lui répondit Julien d'un coup net.

Linda marqua un petit moment de silence.
- Je te dégoûte, c'est ça ? Lui demanda Julien.
- Julien regarde-moi.

Julien leva la tête et fit face à son amie. Elle avait un petit sourire.
- Voyons Julien tu crois quoi ?
- Que je te dégoûte et que je suis plus ton ami ! Répondit Julien.

Linda baissa les yeux, eut un rire nerveux et fit face à son ami et lui dit :
- Tu es vraiment à des années lumières de ce que je pense.
- Comment ?
- Voyons Julien, on se connaît depuis qu'on est petit, on est presque comme frère et soeur et tu crois que je vais te juger après ce que tu viens de me dire ? Sache que je serais, quoi que tu dise et quoi que tu fasse, ta meilleure amie.

Julien eut un sourire, comme si on venait de lui apporter le Saint Graal.
- Tu viens de m'avouer ton amour pour les garçons, et tu crois que je vais te renier pour ça ? Tout ce que je veux, Julien, c'est que tu sois heureux peu importe qui tu choisis pourvut que tu sois prudent. Je serais toujours à tes cotés. Toujours.
- Merci Linda. Julien fondit en larmes, sous le coup de l'émotion due aux paroles de son amie.
- Si je comprends bien ton problème, c'est de le dire à tes parents ?
- Tu as tout compris.

Linda pris les mains froides de Julien, les serra dans les siennes et lui dit :
- Eh bien je vais venir avec toi.

Touché par le soutien sans faille de son amie, Julien serra son amie contre lui. Une chaleur enivrante l'envahit, comme si Linda venait de lui insuffler la vie. Les deux amis se levèrent du banc et prirent la direction de la maison de Julien.

Après quelques minutes de marches dans la froideur et la neige d'un hiver assez froid, Linda et Julien arrivèrent devant la maison de Julien. Linda regarda Julien, comme pour lui donner du courage, ce dernier ouvrit la porte et la referma rapidement derrière son amie.

Les parents de Julien étaient dans le salon en train de mettre la touche finale à la décoration de Noël. On sentait qu'ils mettaient une réelle passion à décorer la maison. Julien et Linda entrèrent alors dans le salon.
- Bonjour vous deux, alors il fait pas trop froid dehors ? Lança le père de Julien
- Bonjours Monsieur et Madame Baker, il fait un temps glacial dehors. Répondit Linda.
- Asseyez-vous près de la cheminée, je vais vous faire un bon chocolat chaud. Dit Madame Baker

Linda et Julien s'assirent sur le canapé près de la cheminée après avoir enlever leurs blousons. Julien avait de plus en plus de mal à cacher son angoisse, il fallait qu'il avoue à ses parents son orientation sexuelle. Il ne pouvait plus vivre dans le mensonge.

La mère de Julien revint avec 4 tasses de chocolat chaud fumant, accompagnées de quelques biscuits maison. Après avoir bu, leurs tasses, en ayant échangé quelques banalités. Julien posa sa tasse et lança un rapide regard à Linda. Cette dernière comprise, qu'il était temps pour son ami de lever le voile sur son orientation sexuelle. Linda pris la main gauche de son ami et la serra pour lui donner la force d'aller jusqu'au bout. Julien se lança
- Papa, Maman, j'ai quelques choses d'important à vous dire.
- On t'écoute mon chéri. Lui répondit sa mère.
- Voilà ça fait trop longtemps que je vis dans le mensonge permanent et je ne peux pas vous cacher la vérité plus longtemps.
- Qu'est ce qu'il y a Julien, tu nous fais peur à ton père et à moi.

Julien pris une profonde respiration et finit :
- Voilà je voulais vous dire que.
- Que quoi, Julien ? Demanda son père inquiet
- Je suis homosexuel.

Un silence, lourd, glacial et pesant s'installa dans le salon. La mère de Julien laissa tomber sa tasse qui se cassa sur le sol, elle fondit en larmes comme si on venait de lui annoncer la fin du monde. Le père de Julien lança un regard noir à son fils.
- Sale petit merdeux, tu vois dans quel état tu mets ta pauvre mère ?
- Mais enfin je vous.
- La ferme ! Tu es malade, jamais je n'accepterais que mon fils soit pédé.. Tu me fais honte, fiche le camp d'ici et ne revient jamais. Tu n'est plus mon fils, je te renie, retourne à la rue. Peu importe ce qui t’arriveras, je m'en fout désormais.

Les paroles extrêmes dures de son père, firent couler des larmes sur le beau visage Julien. Il se leva et couru vers la porte.
- Julien attend ! Lança Linda qui tentât de le retenir.
- Laisse-moi ! cria Julien qui se précipita dans la rue.

Soudain un bruit de freins retentit dehors. Linda, la mère et le père de Julien se précipitèrent vers le pas de la porte et descendirent les marches du perron. Ce qu'ils virent leur glaça le sang.
- Nnnnnoooooonnnnnnnnn ! ! ! Cria la mère de Julien, folle de douleur

Le corps sans vie de Julien gisait sans vie sur le sol. Il avait été percuté par la voiture quand il était sortit de chez lui sans faire attention.
- Non Julien c'est pas vrai. Lança Linda qui vin s'agenouillé près du corps de son ami.

Linda et la mère pleurèrent de longues minutes, quand le père de Julien lança :
- Ce petit pédé à eu ce qu'il méritait. Ca lui apprendra. Dit-il froidement.

La mère de Julien le regarda avec des yeux ou se mélangeaient la douleur et la colère. Elle gifla son mari avec une telle violence et lui répondit.
- Comment peut tu dire ça. Notre fils vient de mourir et toi tu l’insultes !
- Mais c'est de.
- J'ai pas fini ! Julien venait de nous avouer qu'il aimait les garçons et toi tu le chasses. J'ai peut-être été désorienté par cette nouvelle, mais je ne l'ai pas jugé moi. Qu'est ce qui est plus important pour toi l'opinion des autres ou le bonheur de ton fils ? Cela t'aurait tué de le comprendre et de respecter son choix ? Cela n'aurait rien changé, il serait rester notre fils. Nous l'aurions protégé et accompagné tout au long de sa vie.. Maintenant c'est trop tard, j'espère que tu as eu ce que tu voulais notre fils est mort.

La mère de Julien vint s'agenouiller près de Linda au-dessus de la dépouille de son fils, le visage ensanglanté. Une ambulance arriva, trop tard, et emmena le corps de Julien. Il fut enterré par une journée ensoleiller. Le père de Julien était rongé par le remord, il vécut toute sa vie avec la pensée qu'il avait « tué » son fils.

........

Voilà une histoire de plus, ou des jeunes perdent la vie à cause de l'incompréhension des autres. Tout ça à cause de leur orientation sexuelle ? ! Si les parents avaient le courage de dire à leurs enfants « Peu importe qui tu choisis d'aimé, nous serons toujours tes parents et nous t'aimerons toujours », beaucoup tenteraient, directement ou indirectement de mettre fin à leurs jours. C'est pour ça qu'il est important de faire évoluer les mentalités, c'est à notre génération que revient la charge de cette tache. Apprenons à nos enfants, qui apprendront aux leurs, que les homosexuels sont des gens comme les autres. Ils sont juste amoureux d'une personne du même sexe et que cela ne doit pas nous rendre différent que si on avait à faire à un couple hétéro. Comme dirait le proverbe : « il faut de tout pour faire un monde ».

A méditer.

Nicolas B.   -   TPMSE

MERCI DE LAISSER UN COMMENTAIRE SUR CETTE HISTOIRE, A MON ADRESSE E-MAIL : nickos42300@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes