Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

Soumission 12

Le samedi de jardinage chez la mère de Jean était revenu. Il est temps de mettre en œuvre notre plan.
Quand j’arrive, toujours pas de meuf ! je vois Jean qui me dit qu’elle est partie faire quelques courses. Je lui dis que probablement elle viendra se faire baiser après mon taf comme d’habitude et lui dit qu’il devra nous rejoindre alors.
Je passe l’après midi à remettre le jardin propre et vers 16h30 part à la douche. J’entre dans la maison de la piscine et je la vois nue à 4 pattes en train de m’attendre. Je quitte mon short et me plaçant derrière elle, je l’attaque avec mes doigts le temps que ma bite bande au maxi. Puis sans un mot je mets une Kpote et l’enfile direct au fond. Elle sursaute mais je la tiens aux hanches. Je la lime sur toute la longueur de ma bite, en fait c’est au passage des lèvres et à la stimulation du col de l’utérus que je me fais plaisir !
Son fils entre brusquement. Elle veut s’échapper mais mes mains la tienne bien ancrée sur mon sexe. Il la traite de salope, de pute…continuant à la besogner, je lui dis de baisser son short et de se faire faire une pipe.
Il s’exécute et place sa bite devant la bouche de sa mère. Elle refuse de le sucer, je le lui ordonne, elle refuse toujours et quelques arguments « massues » comme les photos que j’ai prises d’elle quand nous étions deux à la sauter lui font sauter le pas . Elle finit donc par lui tailler une pipe.
Je propose au fils de revenir dans sa mère par où il en était sorti. Je sort du vagin et nous intervertissons nos places. J’en profite pour faire de nouvelles photos « assurance » !
Comme je veux qu’elle profite au  maximum de la situation, je lui dit de se mettre sur le dos, je lui tire les jambes vers sa tête relevant ainsi son bassin. Le fils en profite pour changer de trou et l’enculer sans crier gare !  il se penche, glisse entre les cuisses de sa mère et vient lui téter les seins. Ainsi stimulée, elle commence à bien prendre son pieds malgré la situation.
Je porte l’estocade lorsque je me place derrière son fils et d’un coup l’encule, ce qui à pour effet d’augmenter sa propre sodomie. Le fiston est aux anges, il trip un maximum de se faire sa mère pendant que je l’encule !
Elle, réagit à peine au fait que je sodomise sa progéniture, elle a abandonné toutes velléité de résistance. Nous avons maintenant une bonne pute à dispo.
Quand Jean se répand dans sa mère, je rempli la Kpote au fond de son cul.
Elle nous quitte honteuse alors que nous prenons notre douche ensemble.
Jean me remercie et me dit que maintenant il allait se faire du fric auprès de certains de ses potes du lycée qui meurent d’envie devant sa mère.
Je lui dis OK à condition qu’il filme les passes.  Il est d’accord et compte équiper la maison de la piscine de web cam discrètes, sachant que ce sera plus facile que dans la maison.

En partant je lui rappelle que je passerais le chercher le mercredi suivant pour le client n°1 (50 ans 25 x7,5). Il m’assure qu’il sera prêt.
 
Nous arrivons le mercredi, c’est le valet qui nous accueille. Il me tend l’enveloppe et, alors que je vérifie le nouveau montant, nous guide vers la chambre de monsieur. Une pièce de 50 m² minimum ! un grand lit à baldaquin, sur le mur devant, un vidéo projecteur diffuse un porno gay en taille réelle (c’est assez saisissant ! les mecs ont notre taille). Lui trône sur un fauteuil, nu la bite bien raide.
Je déshabille Jean vite fait, le pousse vers le mec et reste à la porte avec le serviteur. Ce dernier me dit être obligé de rester pour assister son maître, ça commence à m’intéresser !
Après un bon ¼ heure de pipe, il se lève, ordonne à Jean de se placer sur le dos au centre du lit la tête vers le film et appelle son valet. Je m’approche aussi et je vois aux 4 angles des bracelets en cuir garnis de mousse, attachés à des chaînes qui pendent des piliers du baldaquin. Nous attachons Jean et le valet déclenche un moteur qui soulève Jean. Je vérifie que ce dernier n’a pas mal et supporte l’ « écartèlement ».
Le vieux monte alors sur le lit et après ajustement de la hauteur, Kpote et lubrifiant, encule le « supplicié ».
C’est très excitant et je bande comme un âne. Je m’ approche du valet et d’une main vérifie l’état de son service trois pièces. Il bande d’un tout petit sexe (10cm a tout casser !).
Je le plie devant ma braguette (après que d’un coup d’œil à son maître il eut reçu l’autorisation). Il ouvre mon pantalon et ayant sorti ma bite commença une pipe bien profonde (il faut dire qu’il avait été formaté beaucoup plus gros que mes 20x5 !).
Je me suis régalé à lui défoncer la gorge devant le spectacle de Jean bourré sauvagement.
Je le fais mettre nu et découvre un corps plus musclé que son uniforme ne le laissait supposer, épilé totalement lui aussi.
Le vieux ayant décidé de changer de position, nous faisons descendre les chaînes et libérons Jean de ses entraves. Il se couche sur le lit et ordonne à Jean de venir le monter. Jean s’exécute et vient s’asseoir sur l’énorme bite. Pendant qu’il « joue » à l’ascenseur, j’enfile vite une Kpote et encule sans plus de lubrifiant le mignon serviteur. Il accuse le coup car depuis quelques années, il n’est autorisé à n’utiliser que de petits godes et ce qu’une fois par semaine devant son maître.
 J’y suis donc bien serré. Il se met vite à haleter et à gémir doucement. Mon client me remercie. Cela fait longtemps qu’il ne l’intéresse plus mais comme c’est un bon serviteur, il lui a « offert » cette sodomie.
Comme je le sens prêt à jouir, je le branle et il me jute dans la main. Je l’approche de sa bouche et il lape le sperme jusqu’entre mes doigts. Je me fini en quelques coup de reins et rempli la Kpote.
A peine j’en suis sorti qu’il passe dans la salle de bain attenante et revient en peignoir avec des serviettes chaudes et à genoux me débarrasse le sexe des traces de notre fornication.
Pendant ce temps la, Jean trichant un peu par fatigue des jambes, a réussi par les contractions de son anneau à faire jouir le client ! se répandant lui même sur le dessus de lit.
Le valet, ayant retiré la Kpote et nettoyé le sexe ramollissant de son maître, nous reconduit à la porte. Alors que Jean s’équipe et a déjà mis son casque, il me remercie de lui avoir donner du plaisir en m’avouant que cela faisait  4ans et 12 jours qu’il n’avait rien eu de vivant dans le cul !
Je lui assurais que cela m’avait été très agréable aussi et qu’à l’occasion je serais prêt à recommencer. Il me dit alors qu’il ne savait pas quand son maître le lui autoriserait.  Je lui dis alors que nous serions de retour un mois après environ.

 A notre retour, la mère de Jean essaya de me coincer seul, rappelant à son fils le travail scolaire. Elle était très excité, moi beaucoup moins ! comme elle devenait entreprenante, sachant la maison vide, je criais à Jean de venir. Elle ne voulait pas mais je ne lui laissais pas le choix. Il arriva alors que je fouillais sa mère avec mes doigts et lui pinçais le clito sous sa jupe. Il banda directe de nous voir. Je lui ordonnais alors de sodomiser sa mère et lui arrachant la jupe, lui découvrit le cul. Une vision des photos de mon portable eut raison de sa résistance ! elle se laissa investir son anus docilement. Finalement ça m’a fait bander et c’est dans sa bouche que je me suis branlé et c’est au même moment que nous l’avons remplie par les deux bouts.
J’accompagnais Jean dans ses quartiers pour me laver le gland avant de partir. Je lui demandais ou il en était de faire sauter sa mère par ses potes ? il me répondit que c’était en bon chemin et que déjà deux de ses copains l’avaient  payé. Les baises étant prévues pour le samedi suivant.
Je lui rappelais la vidéo et lui dit que je les visionnerais le mercredi suivant en venant le chercher pour les deux frères.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.