Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 108

Jeudi :

Je passe chez Emma pour l’organisation du Samedi soir.
Elle me dit de venir vers 18h pour que je me prépare, pas de combi cuir ou même de jeans. C’est un grand diner, costume et robe de cocktail.
Elle me présente ma nouvelle tenue : costume anthracite, chemise blanche, cravate à simples rayures en biais. Je lui dis que je porterai la montre qu’elle m’a donnée, celle avec les diamants roses. Elle me dit alors que les boutons de manchettes de la dernière fois n’iront pas (question couleur) et cherche dans les affaires de feu son mari de quoi assortir. Elle en trouve une paire simplement agrémenté d’un diamant blanc. Je lui dis qu’avec autant de « cailloux », je ne pourrais cacher mon état de « pute de luxe ». Elle me reprend d’« Escort-boy ».

Je dois essayer le tout pour être sûr que ça ira samedi soir. Je m’exécute et joue au mannequin. Le résultat lui convient, je quitte vite tout ces vêtements et une fois en slip, je l’attrape par la taille bien décidé à lui faire son affaire.
Plaquée sur le lit, mes jambes en travers des siennes et ma main gauche bloquant ses poignets au dessus de sa tête, elle est à ma merci.
Je lui demande quel comportement je devrais afficher, indifférence de bon alois, empressement amoureux ou entre les deux, sollicitude amicale ?  
Pendant ce temps là ma main droite n’est pas restée inactive et caresse son sein gauche au travers du chemisier. Malgré le tissu et le soutien gorge, je sens durcir le téton et sa respiration changer.
Elle me dit avec difficulté « empressement amical » juste avant que ma bouche sur la sienne ne l’empêche de dire un mot.
Nous nous roulons un patin bien appuyé, nos langues cherchant à savoir qui aura le dessus. Je lui libère ses jambes qu’elle s’empresse de passer autour de ma taille.
J’arrache les boutons de son chemisier et attaque son soutient gorge heureusement à ouverture devant.
Les seins libérés, je pose ma bouche sur l’un tout en faisant rouler l’autre téton entre mes doigts. Ils durcissent et se dressent. Elle me plaque la tête plus fort. Je prends son téton entre les dents et mordille. Elle réagit bien.
J’arrive a glisser une main vers sa chatte, la passe sous sa culotte et je peux alors jouer de son clitoris. Il est aussi raide que les tétons. Elle desserre les cuisses et je glisse vers le bas, ma bouche reprenant le travail du clito commencé plus tôt par ma main.
Elle a son premier orgasme alors que je lui travaille en plus les tétons avec mes doigts. Je ne la laisse pas reposer et kpoté, la pénètre alors que je remonte vers son visage pour lui rouler un patin. Elle est bien mouillée et je rentre sans efforts. Je la lime quelques instant même si je préfère son cul. Elle serre ses muscles vaginaux histoire que je ne me barre pas trop vite entre ses fesses.
L’effet est pas mal, moins serré qu’un anus mais plus sur la longueur, différent mais pas mal !

Je fini quand même par la retourner et par l’enculer. Elle ne dit pas non et la queue bien lubrifiée de sa mouille je la pénètre en douceur. Elle gémit, elle aime bien cela aussi ! Je la prends lentement mais bien profondément. J’accélère, elle m’accompagne et anticipe mes mouvements en donnant de furieux coups de cul. Elle se redresse à 4 pattes. Je peux atteindre ses seins et mes mains en coquilles dessus, je lui masse les tétons.
Elle me décule et se tournant sur le dos me dit qu’elle veut me regarder jouir. Je place ses jambes sur les épaules et reprend ma sodomie. Elle me tient la tête entre ses mains et nous nous regardons fixement dans les yeux. Je vois doucement monter en elle la jouissance. Je l’achève en entrant mon pouce dans sa chatte, écrasant de ce fait son clito avec la paume. Cette stimulation supplémentaire la fait exploser et tout son corps arqué, elle arrive à soulever mes 85Kg.
De mon coté je jute dans ma kpote.
Couché à coté d’elle, je suis vidé (dans tous les sens du terme). Elle se tourne vers moi et se colle sur mon coté, une jambe sur les miennes, écrasant son mont vénus sur ma hanche. Je passe mon bras sous son cou et l’attire vers moi pour que nous nous embrassions.
Sous la douche que nous prenons ensemble, je lui dis que j’ai pris un cours accéléré de commerce et banque international. Elle me dit que là où nous allons, c’est la propre maison de son associé, plein d’œuvres d’art et de tableaux  de maître.
De ce coté là, l’éducation familiale va me sauver, j’ai suffisamment fait de musées pour savoir reconnaitre les siècles et les artistes. Je suis un peu moins calé question sculptures mais je sais reconnaitre un Giacometti d’un Pompon (enfin ça c’est facile !).
Quand nous nous quittons elle me rappelle l’heure à laquelle je dois arriver chez elle.

Arrivé à la maison, Marc n’est pas encore rentré et je passe voir Jimmy à l’appart. Il est tout seul (normal) devant la télé. Il me fait voir le travail que je lui avais demandé de faire. Nous le corrigeons ensemble. Ça ne le ravit pas mais c’est pour lui le seul moyen de s’en sortir après. Il le sait.
Il essaye de me distraire en me massant le paquet et en me faisant bander. Je lui dis d’attendre que ce soir nous baiserions ensemble avec Marc. Du coup il vient sur mes genoux et je bande de plus belle, la bite écrasée pas ses fesses qu’il n’arrête pas de bouger, exprès ! 

 Quand j’entends la voiture de Marc entrer dan la cour, nous descendons. Je suis à la portière quand il sort. Nous nous embrassons, avec la langue et il sent que je bande dès qu’il me plaque contre lui ses mains sur mes fesses m’appuyant mon bassin contre le sien. Je sens qu’il est dans le même état que moi. Nous nous décollons et il aperçoit Jimmy. Il lui caresse la tête et la pousse vers le bas.
Jimmy a tout de suite compris et il défait le pantalon de Marc pour sortir sa bite et commencer à s’en occuper. Il commence par prendre le gland seul dans sa bouche pour pouvoir faire tourner sa langue dessus. Marc apprécie, il me dit qu’il a fait des progrès. D’un petit coup de rein il change les choses lançant un pipage plus en profondeur. Je regarde faire mon poulain. Il avale progressivement de plus en plus de bite. Quand Marc pose une main sur sa nuque et l’aide à engloutir les dernier cm.
Je m’accroupis derrière Jimmy et glisse une main  entre sa peau et la ceinture de son pantalon qui baille. Je m’enfonce et pose le doigt sur l’objet de ma recherche, son anus.
Je titille et enfonce une phalange, je ne peux pas plus ! Il se met à genoux et j’accède ainsi à la boucle de sa ceinture. Je le mets vite cul nu et lui travail l’anneau avec mes doigts plein de salive. Quand je lui mets 3 doigts, je préviens Marc.
Il le relève, le plie sur le capot de la voiture et l’encule. Je me prépare, hors de question de rester en dehors du coup ! Coté « avant », pas de problème je bande depuis un bon moment, coté « arrière » un peu de salive, un peut de doigts et je suis fin prêt. J’embrasse Marc et demande à m’intercaler.
Il recule et je me glisse entre eux. Ma bite prend le relais dans le cul de Jimmy et aussitôt je me sens plaqué sur son dos et la queue de Marc me pénétrer. Trop bon !!
 Quelques coups dans mon cul alors que je suis enfoncé à fond dans Jimmy et Marc recule pour me laisser le travail. Quand j’encule Jimmy je sors Marc de moi et inversement, il m’envahi totalement quand je me retire de Jimmy. Nous gardons cette positions quelques instants mais Marc est plus impatient que moi qui ai baisé dans l’après midi. Il me prend les hanches et envoi son propre rythme, beaucoup plus rapide.
Maintenant c’est lui qui donne le tempo. Il se pousse en moi, me faisant entrer profondément en Jimmy. Quand il recule j’en profite pour sortir ma queue. Mais rapidement il me repousse et je ré-encule Jimmy. Ce dernier ne peu que se frotter à la carrosserie vu comme nos poids accumulés le plaque sur la tôle.
Il n’empêche que c’est le premier à juter, entrainant par ses contractions anales ma propre jouissance et pour les même raisons, j’obtient la même chose de Marc, qui se vide en moi.
Une fois sur d’avoir bien tout juté, nous nous sommes désolidarisés et sommes rentrés finir la soirée à la maison.

Petit diner, et simple pipe par notre Jimmy en désert. Demain il bosse de nouveau et je ne tiens pas à ce qu’il arrive avec des cernes sous les yeux !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.