Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 11

Marc avait commandé les travaux pour notre « donjon ».
Je dus ranger tout le matériel que j’avais mis en place dans le garage d’à coté car comme il voulait faire les choses bien, il avait commandé, un électricien et un plombier puis dans un deuxième temps le carreleur pour les 5 mètres du mur du fond de la pièce (carrelage noir formant un receveur unique sur 2m de profondeur et montant sur les murs à plus de 2m50), 4 grosses pommes de douche type Italiennes distribuant l’eau et trois flexible normaux (ultérieurement équipés d’embout de lavement) en utilisent 4 m. La robinetterie, elle fut choisie en fonction de sa solidité pour pouvoir le cas échéant servir à y menotter un mec. Le dernier mètre du mur du fond est équipé d’une cuvette de WC (isolable par un rideau de vinyle lourd).
Il a fait passer aussi un plaquiste car si au rez de chaussée nous avons gardé la pierre brute des murs, à l’étage toutes les parois et le toit sont isolés et doublés (laissant les poutres maîtresses visibles et utilisables !).

L’électricien revient alors pour finir la pose des éclairages dont à chaque niveau un spot type « théâtre » orientables par mini joystick, du chauffage et livrer le frigo américain et installer un projecteur vidéo pour, si l’on veut, projeter un film en grande dimension sur un mur.
Une dernière touche, un copain de Marc dans la sécurité, nous installe une série de cameras de surveillance, dont deux infra rouge (pour voir dans le noir), officiellement pour sécuriser les lieux mais surtout pour enregistrer les plans cul qui s’y passeront.

Trois lits de 2m x 2m achève l’équipement de notre nouvel antre à plaisir. j’ai solidarisé les trois sommiers par boulonnage pour obtenir ainsi une base de 2m x 6 et ai placé tous les deux mètres de chaque cotés un anneaux (on peut avoir envie un jour d’y fixer un mec ! non ?). Les matelas formés d’une épaisse plaque de mousse très dense sont soudés entre eux à la colle.
Ainsi terminé, je pus rapporter les équipements premiers ajoutant deux nouveaux slings, les trois étant ajustables en hauteur par l’intermédiaires de treuils à manivelle fixés au mur.
Une étagère à roulettes style paniers rectangulaires métalliques de grande surface nous permis de stocker les accessoires (boules de gueisha, godes, plugs, mors et autres menottes)
Les barres d’écartements y furent rangées pendues sur le coté.
Le sol pavé ayant été gardé, j’ai opté avec l’accord de Marc pour de grand tapis de gym placé idéalement sous chaque « agrès » mais déplaçables selon l’envie du moment.
J’étais assez fier du résultat obtenu et Marc décida de l’inaugurer par un we spécial. Il désira que j’organise une touze avec les habituels Eric, Phil et Luc plus Jean et mes deux nouvelles recrues Ric et Pierre.
Avec quelques coups de portable, j’arrive à mettre tout le monde d’accord pour 15 jours après.

Le samedi prévu, je passe chercher les jeunes avec la voiture de Marc. Jean en premier s’installe à l’avant, nous passons chercher les deux autres chez eux. Ils me remettent chacun de la part de leur père une enveloppe. Ayant ajouté leurs sacs dans le coffre à celui de Jean, ils montèrent à l’arrière. Je faisais les présentations, Jean, Pierre et Ric. Je ressenti de la part de Jean une pointe de jalousie qui me fis sourire. Alors que mes deux nouveaux étaient un peu intimidés, je leur demandais des nouvelles de leurs paternels. Pierre me dit que depuis l’« épisode », il n’arrêtait pas d’entendre baiser ses parents et que même une fois, il était entré dans la cuisine et avait surpris son père en train de sauter sa mère appuyée sur la table ! Ric de son coté fut plus discret et me dit juste que son père tenait la forme. Jean pour montrer son degré d’intimité avec moi, entrepris de me tailler une pipe alors que je conduisais. Je le calmais en leur promettant à tous les trois un week end d’anthologie. Contrarié, Jean voulu savoir qui participerait au w e, citant Eric Phil et Luc afin de bien asseoir sa prévalence sur les deux autres jeunes plus costauds physiquement. Les deux à l’arrière ne savaient pas trop comment prendre cela et me demandèrent ce qui était prévu. Je leur annonçais qu’ils participeraient à leur première partouze. Ils restèrent silencieux jusqu’à la maison.

Il n’est que 16h et les autres n’arriverons qu’en début de soirée. Comme prévu, j’évite Marc qui bosse dans son bureau et les fait descendre à la salle de muscu.
Là, j’ordonne « tout le monde à poil ». Une fois nus, je les inspecte et leur ordonne de renouveler leurs épilations. Ils se tartinent mutuellement et une douche bien chaude fait apparaître des peaux lisses comme au premier jour. J’en profite pour rafraîchir ma ligne sexe-nombril puis je prends Ric à part et lui remet la boule à zéro au rasoir.
Nous passons aux choses sérieuses, je les oblige à faire un lavement. Pierre découvrit cette pratique. Quand ils eurent tous les boyaux nickel, j’ordonnais une dernière douche et un séchage mutuel. Je fais passer à chacun un jock strape qui met leurs petits culs en valeur et dans chaque j’enfonce un plug bien graissé. Une paire de tongs et un peignoir, ils sont prêts à servir !

Déjà 17h30, il est temps de faire la mise en scène. Je les emmènes tous les trois à notre donjon. Ils sont ébahis par ce qu’ils voient. Pierre lui admire la différence avec l’ébauche qu’il avait testé quelques semaines auparavant.
Je leur explique un peu la soirée. Ils seront à dispo de 5 mecs, moi, mon mec et 3 potes. Ils devraient s’en prendre plein le cul et la bouche, le tout sous kpote sauf entre moi, Marc et Pierre, (Ric se faisant maintenant baiser par son père qui , lui, baise ailleurs, Jean entre autre, c’en était fini de le monter à cru).

Après avoir fait le tour des installations, je leur dis à se placer sur les slings. Une fois chacun sur le dos, je fixe les poignets et les chevilles aux suspentes. Pas trop serrés car il vont devoir attendre un peu. Je fais un bisou à chacun et lorsque je sors, je me retourne, le spectacle est bandant, dès la porte, on ne voit que les trois cul pluggés offerts. J’éteins la lumière et leur ordonne de se taire quoi qu’il arrive.
Je referme juste la porte que les motos de nos invités se font entendre. J’ai à peine le temps de rejoindre le perron qu’ils arrivent. Je vais à leur rencontre et les conduit au garage afin qu’ils y parquent leurs engins.

Nous rejoignons Marc qui nous attend. Embrassades et palpations de paquets, Marc prévient que le we sera spécial. Ça commence à intriguer nos invités. Je reste muet à leurs regards interrogatifs. Ils ont toujours leurs blousons cuirs que nous les emmenons devant la porte du donjon. Là nous leur bandons les yeux et les faisons entrer. Une fois la porte refermée, il fait un noir complet. Je leur retire les bandeaux puis allume le spot centré sur les trois cul. Je tâte la bite d’Eric à ma droite, il bande comme un âne le salaud ! il s’avance doucement et fait le tour du trio, tâtant, pinçant, estimant le petit nouveau. Phil et Luc font eux aussi la connaissance de Pierre. J’allume les autres lumières et l’ensemble de la salle devient visible. Ils admirent tous les installations. Gentiment Marc leur dit que j’en suis l’unique promoteur. Ils viennent me féliciter. Eric lui me prend le paquet en main et tout bas me demande si Pierre est à son calibre ? je lui dis que jusqu’à présent son maxi a été la queue de Marc, mais que ce w e, comme les deux autres il est à sa disposition moyennant une bonne préparation.

En un tour de main, nous sommes tous nus et nos trois invités testent les douches. Les deux mètres de profondeur du receveur carrelés évitent les projections d’eau dans la salle.
Ils nous rejoignent autour de nos trois captifs. Avec Marc, nous avons descendus les slings à la bonne hauteur et commencés à les chauffer un peu en passant nos bites d’une bouche à l’autre. Marc et Eric nous demande de leur préparer les culs. Phil, Luc et moi passons donc en face et chacun prenant le sien, nous avons commencés à jouer avec les plugs en place.
Je m’étais réservé Pierre afin de bien le préparer pour Eric. Après quelques assouplissements d’anneaux, j’ai rapproché l’étagère roulante pour mettre le matériel à portée de mains. Nous avons remplacé les plugs par des godes ou des boules. Moi j’ai choisi un gode de 24cm conique partant d’un gland de 4,5 cm de diamètre à 6,5 cm la base près des fausses couilles. C’est l’engin idéal pour préparer un cul pour la bite d’Eric ( 26 par 5 à 7).
J’envoi Luc chercher dans le frigo les poppers.

Alors que la tête en arrière, ils se font défoncer la gorge (là je m’aperçois que Ric à fait d’énormes progrès, la faute à son père sûrement !), les grosses queues de nos aînés faisaient remonter les pommes d’Adam à chaque passage des glands derrière les amygdales !
Je prépare bien l’anneau de Pierre. Je le graisse bien avec les doigts et quand j’arrive à lui rentrer les quatre de ma main droite, je passe au gode. De chaque coté, ses confrères sont déjà emmanchés sur leur « jouet ». Doucement, progressivement, un peu de poppers aidant, je fais pénétrer la fausse bite dans son cul, écartant les parois sous la poussée. Je stoppe quand il ne reste que 2cm à rentrer. Je tiens à ce que le gland d’Eric soit bien serré et donc ne prépare pas les 4 derniers centimètres de boyau nécessaires aux 26cm de son futur enculeur.
Nous retirons les différents objets de leurs trous, pour les laisser se rétracter un peu. Marc passe le premier et encule Pierre sans Kpote, puis s’équipant, il enfile successivement les deux autres.

Eric s’attaque au cul qu’il ne connaît pas. Il enfile le gland dans l’anus de Pierre, puis lentement pousse des reins tout en tirant à lui le sling. arrivé à 22cm (longueur que je lui ai préparé), il s’arrête. Placé à sa tête, je vois de petites larmes couler sur ses joues, la préparation limité fait son effet ! je lui roule une pelle puis avant qu’Eric porte l’estocade, lui fait sniffer une bonne dose de poppers. Il chauffe immédiatement et Eric en profite pour se caler au fond ! à coté de moi, Phil et Luc se font à leur tour les gorges de Jean et Ric.
Tout au long de la saillie par Eric, je câline, rassure et encourage Pierre.
Marc cède sa place à Phil et Luc et ôtant sa Kpote vient me saillir à mon tour. Plié en deux me tenant aux suspentes du sling de Pierre, je me fais bourrer comme une reine !
Les trois « petits » jutent sur leur ventre sans s’être touchés, leurs orgasmes déclenchent ceux de leur enculeurs qui se retirent et y ajoutent le leurs. Marc se libère de mon trou et tous lee deux, participons aux dons !

Marc et Eric partent sous les douches nous laissant nous occuper de nos trois jeunes amis. Nous les détachons, je demande à pierre comment il a trouvé le plan car c’est quand même lui qui avait le moins d’expérience de ce genre. Il est fatigué mais avoue avoir pris un pieds terrible, ça me rassure. Nous allons chacun avec notre préféré du moment nous doucher. Marc et Eric installés dans les confortables fauteuils club, sirotent un whisky glace en nous regardant prendre soin de nos instruments de plaisir, leur remettant en dernier lieu leurs plugs bien graissés dans leurs trous rodés.

Affamés, nous regagnons la maison où nous attend un buffet froid.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.