Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 123

Cela va faire un bon moment que je n’ai revu la mère de Jean.

Je sacrifie un  matin avant les vacances. Jean m’ayant prévenu que ses ptits clients profitait de leurs propres vacances pour utiliser sa mère un mercredi, je me suis pointé vers 9h30.

Quand j’ai sonné, elle est venue ouvrir. Ça eu l’air de lui faire plaisir car elle m’a violé de suite !
A peine la porte passée, je me suis retrouvé torse nu, collé à elle qui me roulait un patin brûlant.
Instinctivement, j’ai mis ma main entre ses cuisses. Sans culotte, j’ai pu tâter direct sa chatte. Mouillée en vrai salope qu’elle est.
Je lui demande si elle voit quelqu’un ce matin (connaissant déjà la réponse). Elle me dit « oui, mais c’est pas un problème ».
Je bande !
Je lui donne une kpote. Elle me la pose sur la bite avec sa bouche puis se tourne pour me présenter son cul. Elle sait que c’est ce trou que je préfère.

Sans précautions inutiles, je m’enfonce en elle. Ça passe tout seul. Du coup je lui demande si elle se fait enculer souvent.
Là, elle me dit que Jean ne lui a laissé que 3 de ses amis mais deux d’entre eux sont copains et viennent ensemble. Au bout d’un moment ils ont trouvés tous seuls qu’ils pouvaient utiliser le même trou en même temps. Ce qui lui a assoupli l’anus !

Je l’encule sur les marches de l’escalier, nous n’avons pas eu le temps d’aller plus loin !
Elle gémit tout en me disant « merci d’être venu ».  Je me penche et prend ses seins dans mes mains. Ses tétons sont tout raides. Je les pince facilement entre mes doigts. Elle serre son anus par réflexe, ça devient meilleur ! Je continu à les lui tordre. Elle spasme sur ma queue. Mes va et vient deviennent plus difficile, mais c’est encore meilleur d’avoir à forcer.
Elle finit par me faire juter. Je lâche ses seins pour attraper ses hanches et me maintient tout au fond d’elle.
Je suis en sueur ! je me retire et lui dis d’aller se préparer pour ses jeunes clients, moi je vais dans la chambre de Jean me laver.

J’ai juste le temps de me doucher et de mettre en route le PC de Jean que les ptits mecs arrivent. Le bourge et son copain. Ce dernier n’a pas l’air de lui en vouloir d’avoir été enculé la première fois (cf. SD 92).
Elle va les chercher à la porte et je les vois apparaître dans la maison de la piscine. Elle devant, la jupe relevée derrière, avec la main du bourge entre les fesses.
Il l’a pousse pour la faire tomber sur la pile de matelas de piscine. Elle se déshabille. Y’a pas grand chose à retirer, une jupe et un chemisier que le bourge lui arrache faisant jaillir ses gros seins.
Les deux ptits mâles se mettent nus. Ils sont pas mal dans le genre pas épais. Du coup leurs bites font assez grosses. Je vois que le bourge se rase les couilles et taille le reste. L’autre est totalement rasé.
Ils se jettent sur la meuf….   J’abrège, mais ils finissent en enfilade, Le rasé dans le cul de la meuf et le bourge dans le cul de son pote.
A ce que j’ai pu voir, le rasé s’y est mis et apprécie la chose.
J’ai bien l’impression que c’est ce qu’apprécie le plus le bourge ! D’enculer son pote. A croire que la mère de Jean n’est là que pour arriver à cette position.

Je rebande depuis déjà pas mal de temps. Sans réfléchir, je descends de la chambre et j’ouvre la porte. Je prends 3 photos du bourge entrain de sodomiser son pote.  Ils n’ont pas le temps de réagir que je déclare « alors ma salope, tu as trouvé de la relève ».
Ils se déboitent et debout devant moi s’excusent. Ce sont deux petits gabarits et en cuir noir j’impressionne !
 J’ouvre ma combi et sort mon service trois pièces. Ils ne comprennent pas !
Je chope le bourge par la nuque et le pousse à genou devant moi.
Il a un mouvement de recul que je jugule d’une main ferme. Je secoue mon portable dans l’autre main en disant « photos ». Je le vois réfléchir 2 secondes puis il ouvre grand la bouche pour que je m’y enfonce dedans.
Il me tète, essaye de prendre toute ma longueur mais s’étrangle avec. Il se calme, tournant bien sa langue sur mon gland.
Je le félicite, en faisant la constatation qu’il n’en est pas à sa première pipe.
Il retire mon morceau de sa bouche et se récrie que non ! C’est sa première pipe. Normalement c’est lui qui se fait sucer par son copain.
L’autre n’ayant pas bougé, je lui dis de s’agenouiller à coté de son pote.
Je lui présente ma bite. Il ne se pose pas de question et m’avale pas complètement
Mais plus que son pote. J’arrive sans le faire vomir à passer mon gland derrière sa glotte.
Je reviens au bourge, lui remet ma queue dans sa bouche et enfonce. Quand je bute sur sa luette, je lui ordonne d’avaler. Il m’obéit et j’enfonce mon gland. Il tousse et me recrache.
Je lui mets un claque. Il ne s’y attendait pas et j’en profite pour m’enfoncer une nouvelle fois au delà de sa bouche. Il me vomit de nouveau.
J’appelle la mère de Jean qui me regardait faire. Je lui dis d’ouvrir la bouche et m’enfonce jusqu’aux couilles devant leurs yeux, en même temps j’explique.
Je ressaye mon bourge, ça passe toujours pas ! Aux grands maux les grands moyens. Je le relève, le fais se coucher dos sur la table en tek et le tire sur le bord jusqu’à ce que sa tête dépasse. Là je la pousse en arrière alignant ainsi bouche et gorge. Je m’enfonce de nouveau et là je rentre entier. Il tousse encore un peu mais je lui bloque la tête et ça passe. Je lui ordonne d’avaler, c’est mieux ! Son copain à nous voir, se place au coté de son pote sur la table. Il en veut aussi.
Je dis à la mère de Jean de les sucer, ils le méritent bien !

Je passe donc d’une bouche à l’autre jusqu’à ce que tous les deux me prennent facilement dans leurs gorges.  Entre temps j’ai demandé à la meuf de bouffer le cul du bourge.  Sa tête tenue ferme entre mes mains, mon gland dans sa gorge, il a juste eu un mouvement de recul (qui a fait enfoncer mon gland encore plus profond !) puis s’est laissé faire. Je sais comme elle sait bien bouffer un oignon, bientôt il sera à point !
Comme les deux ptits mecs ont l’air d’avoir bien compris, je m’écarte et leur dis de se mettre en 69. Je veux le bourge sur le dos, comme ça son cul sera à la bonne hauteur. C’est donc son pote qui vient à 4 pattes au dessus. Je leur dis de se bouffer la tige. Forts de leurs nouvelles expériences, ils se tètent à fond.
Je me kpote et elle me graisse la tige. Je sors un flacon de poppers, me penche et fait sniffer ma prochaine victime. Je le vois rougir puis se jeter encore plus sur la queue de son pote. J’attends 1 mn et son trou palpite.
Je pose mon gland dessus et m’enfonce inexorablement. Malgré le bâillon fait par la bite du copain, il gémit tout pendant la pénétration. Je ne cale pas et j’enfonce jusqu’aux couilles. Même sous poppers que c’est bon un petit trou vierge !!

Je me retire complètement. J’attends un peu que son trou se referme et recommence.
Trop bon ! Je demande à la mère de Jean de prendre quelques photos de nous trois (en plus du film sur le PC de Jean) ça devrait me les mettre à ma disposition ces deux ptits cons ! Surtout le bourge.
Très excité je finis par ne plus pouvoir me retenir, le plan, plus l’anus biens serré que je perfore ont raison de ma résistance et j’ai juste le temps de sortir et de dékpoter avant de juter sur les cheveux du pote. Ils sont dans le même état et alors que le bourge jute sur les joues de son copain, lui, bloqué dessous se fait gaver. Le jus déborde de sa bouche. J’ai juste le temps de récupérer mon portable pour immortaliser la chose !
Je renvois la mère de Jean, car nous devons discuter entre mec !

Ils sont anéanti mes nouvelles recrues (qui ne le savent pas encore).  Je les laisse reprendre leurs esprits et tous les trois nous nous entassons sous la douche (ça va elle est quand même faite pour deux !).
Le plus sonné est le bourge. Je le savonne et il ne se « réveille » vraiment que quand je rentre un doigt plein de savon dans l’anus.

Il attend que nous soyons sortis et secs pour venir vers moi et me dire que c’était pas son truc les mecs.
Je prends mon portable et en lui faisant défiler les photos, je lui ai demandé si c’était les photos d’un mec qui détestait ça ? La dernière où on le voit la bite de son pote dans la bouche et avec du sperme qui coule au coin des lèvres l’achève.
Il se prend la tête dans les mains et me demande ce que je veux. Il a vite compris.

Je lui dis que je ne veux que du plaisir partagé. J’aime ça, il aime ça et son copain aussi donc y’a pas de mal à se faire plaisir.
Nous nous rhabillons. Je leur demande comment ils sont libres. Le bourge me répond qu’il part dans 3 jours à la montagne avec ses parents mais sera là tous le mois d’aout.
J’ai envie de leur faire tâter du donjon et de la queue de Marc. Je leur ordonne de venir le vendredi avant leur départ.

IIs se pointent le jour dit vers 17h30. Cela me laisse le temps de les préparer avant l’arrivée de Marc.
 Dès qu’ils sont sortis de voiture, je les fais entrer au donjon. Ils sont émerveillés par le matériel et l’allure générale. Sans problème ils se dénudent (juste un short et un t-shirt ) je fais de même et les entraine aux douches. Ils sont sciés par ce qu’ils voient.
Douche normale puis à leur questionnement sur les flexibles supplémentaires à canules, je leur apprends les « lavements ». Nous ne cessons que quand l’eau ressort aussi pure de nos trois cul qu’elle est entrée.
Le Sling est l’appareil qui me permet le plus facilement de les préparer. Je les pose donc chacun sur un sling et leur attache les membres. Appréhension du bourge. Je les calme et leur promet que du plaisir.

Je m’attaque à leurs rondelles. Juste ce qu’il faut. Je graisse, masse et ne fait pénétrer que deux doigts. Faut pas se gâcher le plaisir de bien les ouvrir avec la queue.
J’ai juste le temps de vérifié qu’ils avaient bien retenu les leçons de pipe avant que Marc ne nous rejoigne. Le mot laissé sur la porte de la maison l’avait intrigué.
Au premier bruit de porte je n’avais laissé que l’éclairage d’entrée, mettant le reste du donjon dans le noir, cachant ainsi les deux nouveaux avec interdiction de parler.

Je le cueillais dès la porte, me collant à lui et lui roulant un patin d’enfer. Puis j’ai glissé à son oreille « cadeaux ». Allumant le spot central tout en éteignant l’entrée,
Du noir à surgit la vision de deux corps juvéniles en position de sacrifice.

Je déshabillais Marc et m’aperçu que l’effet voulu était bien là. Ses 22 raides lui collaient aux abdos.
Nous nous sommes approchés, j’ai descendu l’éclairage pour les illuminer tout en nous laissant dans le noir. D’une main j’ai caressé la tête du bourge et de deux doigts lui ai ouvert la bouche. Instinctivement, il l’a refermée et ma tété les doigts.

Marc s’est avancé et lui a mis sa bite à la place. Bien élevé, il s’est mis à téter de plus belle. Comme Marc avançait encore, il l’a accepté dans sa gorge, rejetant la tête en arrière de lui même pour faciliter la chose.
Marc a apprécié cette nouvelle gorge, presque vierge, qui serrait son gland. Il m’a fait signe de prendre en charge l’autre sling.
Cote à cote nous avons bourré les jeunes bouches avides.  Un échange pour que Marc puisse juger de l’autre corps a notre disposition puis retour au bourge. J’y tenais car il est plus intéressant que son pote.
Quand nous leur avons bien fatigué leurs mâchoires, nous sommes passés à l’autre extrémité de leurs tubes digestifs.
Kpoté, les glands posés sur leurs anus, Marc a donné le top. Nos mains accrochés à leurs hanches, nous les avons pénétrés en même temps. Ma préparation avait été juste suffisante et Marc comme moi, a bien senti la résistance d’un cul débutant. Même si pour moi c’était moins le cas (depuis des semaines, le miens se faisait enculer par la petite bite de son pote).

Nos ptits enculés non pas tenus longtemps, entre la préparation et l’action, ils se sont lâchés et leurs jus sont venus maculer leurs abdos naissants.
Marc et moi avons alors continué jusqu’à notre propre plaisir. s’ils avaient espéré que nous cessions alors, ils s’étaient lourdement trompés. Ce qu’il y avait de bien c’est que leurs petits trous se sont serrés plus. Ils ont eu beau gueuler que c’était bon, que c’était fini, nous nous sommes achevés en eux, réservant nos dernier jets à leurs torses et même leurs visages.

Marc m’a remercié et je l’ai laissé partir avant de détacher les deux recrues et de les pousser sous les douches. J’essuyais quelques reproches notamment que nous ayons continué à les sodomiser alors qu’ils avaient jouit. Je leur disais qu’il fallait qu’ils prennent de la résistance, plus ont attend pour jouir et meilleur c’est.
J’ai pris le n° du portable du bourge et le soir même lui envoyait quelques photos tirées de l’enregistrement du donjon. Sur celle ci, on voyait bien les deux enculés mais pas nos visages à Marc et moi. Avec un petit message leur demandant d’être dispo au mois d’août.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.