Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 128

Le jeudi suivant, je passe chez Emma avec ma nouvelle voiture. Elle m’entraine dans son bureau. Son notaire est là, je le sais parce qu‘elle me le présente comme tel.
Elle me dit que puisque je suis orphelin et même si je suis majeur, elle peut et souhaite m’adopter.

Je ne m’y attendais pas et reste comme un con. Le notaire me confirme que c’est effectivement possible. Puis il se casse, il n’était là que pour confirmer ce qu’Emma voulait me dire.

Elle me demande ce que j’en pense.  Après quelques instants de réflexion, je lui sors que cela va me donner un problème de conscience.
Elle ne voit pas quoi. Je lui précise qu’alors notre relation de « travail » se doublera d’une notion d’inceste puisqu’elle sera ma mère ! (cela dit très sérieusement, elle reste sans voix).
J’éclate de rire et lui dis qu’il faut juste que j’en parle à Marc mais que pour moi c’est plutôt oui.
Elle me dit que comme cela elle ne sera pas obligée d’en faire un elle-même (de fils) pour assurer la suite de ses affaires avec le risque d’en sortir déformée. Et en plus cela va faire « chier grave » son associé. Rien que pour cela j’accepterais, il est trop con ce mec. 
Je commence à avoir pas mal de fric (surtout depuis deux semaines !), mais ce n’est rien par rapport à ses propres avoirs.
Elle me dit que de toute manière je ne l’aurais pas épousé, alors c’est la solution pour me laisser tout ce qu’elle a, plus tard.

Je lui dis que ce n’est pas parce que je risque de devenir son fils que nous devons faire ceinture. Je la prends dans mes bras et je l’embrasse (avec la langue !).
Je bande ferme et elle le sent. Je lui dis que je ne l’ai pas encore assez remerciée pour la voiture. Emma me dit que si puisque je porte à l’oreille ce jour là le rubis poire qu’elle m’a offert.
Je passe une main sous sa jupe et surprise, je trouve la barrière d’une petite culotte. Je tire sur le tissu et glisse mes doigts dessous. Sa chatte mouille bien. Je relève sa jupe et descend sa culotte. A genoux devant elle, je plaque ma bouche sur ses lèvres du bas et roule une pelle à son vagin. Elle pose ses mains sur ma tête et ne peut s’empêcher d’appuyer dessus. Je remonte légèrement pour attraper son clito entre mes dents. Elle sursaute et gémi. Je m’active sur son « starter » et assure sa stabilité en tenant ferme ses jambes.
Ses cuisses se serrent et je la fais jouir une première fois. Je me relève et lui roule une vraie pelle, ma main droite remplaçant ma bouche, je la masturbe, deux doigts dans le vagin et ma paume écrasant son clitoris.
Elle déboutonne mes jeans et embouche ma bite bien raide qui en sort. C’est mon tour de prendre du plaisir et je lime sa bouche et sa gorge de mon gland rempli de sang.
Elle tète et aspire. Je me retiens de juter, même si j’ai très envie de me laisser aller.
Je la relève et la soulève du sol. Elle passe ses jambes sur mes hanches. Je la soulève un peu plus et enfile ma bite entre ses lèvres.

Merde je n’ai pas de kpote ! Tant pis, faut juste que je jute pas dedans, elle serait capable de tomber enceinte ! Moi je suis nickel et elle ne baise qu’avec moi, donc pas de risque autres.
Emma s’appui sur mes épaules pour m’aider à la limer. Je fatigue des jambes et pose ses fesses sur le bord de son bureau.je suis plus à l’aise pour utiliser la totalité de la longueur de mon sexe. Sortir entièrement pour la faire languir et rentrer d’une seule poussée, c’est très bon. Elle aime autant que moi.
Je me penche, l’embrasse et la pousse pour qu’elle se couche sur le plateau du bureau. Je relève ses jambes sur mes épaules. C’est entre autre plus pratique pour dégager ses deux trous à plaisir.
Je pousse un peu plus ses jambes sur ses seins et son anus se place tout seul à la bonne hauteur, à la place de son vagin. Donc le coup d’après je lui investi l’anus. Ses lèvres sous les miennes se crispent légèrement. Mais sa langue ne se retire pas du contact avec la mienne. J’apprécie plus le serrage de ses muscles annaux que la moiteur diffuse de son vagin. Elle le sait bien et apprécie maintenant autant les deux types de pénétrations.
Je l’encule profitant et lui faisant profiter de mes 20cm. Sans kpote je retrouve les sensations que je peux avoir dans Jimmy ou Ed, (Pierre maintenant ne se prend plus sans kpote, son mec oblige !).
Je suis trop parti pour penser à sortir et à me couvrir. Elle aussi, et je finis par lui décharger dans le cul. C’est une première ! Mais c’est trop bon et je ne ressort pas tant que je jute. Elle se serre contre moi et nous finissons la pelle que nous avions commencée un peu plus tôt.
Quand je sors, elle serre le cul et garde tout en elle.
Je lui dis que si elle veut je lui amène ma dernière analyse de sang. Elle me dit qu’elle me fait confiance. Elle peut, nous faisons très attention Marc et moi.

Retour à la maison.
Je cogite la proposition d’Emma et n’y voit que des avantages. Ok ce n’est pas pour tout de suite que j’hériterai, heureusement, mais surtout, ça fait plaisir d’être trouvé suffisamment « bien » pour être choisi comme fils.
Le corolaire c’est que je vais devoir cesser la partie « Jimmy et Ed » de mes occupations (en tant que membre actif).
Pour Jimmy, avec une voiture, il sera capable de se débrouiller tout seul, je n’aurais qu’à superviser et pour sa protection, mes deux clients « flics » sauront faire ce qu’il faut. Idem pour Ed même si ses déplacements en scooter limiteront le nombre des ses clients. Et rien ne m’empêchera de faire un point hebdo avec chacun d’eux.

Maintenant il ne reste plus qu’à convaincre Marc !!
J’attends son coup de fil. Il est en déplacement et j’hésite à lui en parler au téléphone.
Je ne peux me retenir et après que nous ayons pris chacun des nouvelles de l’autre, je me lance et lui dis qu’Emma voudrait un « contrat » supplémentaire à celui d’Escort-boy. Quand il me demande lequel, je lui dis un contrat de fils adoptif.
Blanc à l’autre bout du téléphone. 
Hey t’es là ??
Marc me dit alors qu’il y avait pensé lui aussi.
Je lui dis que de lui je ne l’aurais jamais accepté. Un PACS pourquoi pas, mais devenir son fils ? Non !
Quand il m’en demande la raison, le seul argument que j’ai c’est que je ne l’aimerai jamais comme un fils, je l’aime trop pour cela !
Quand il me traite de petit con, je sais qu’il a accepté.
Il me dit que ce genre d’engagement, va m’éloigner de lui et de mes « affaires » si je ne veux pas risquer de mettre Emma en port à faux.
Je lui dis que j’y ai réfléchi mais qu’avec un poste au conseil d’administration de sa boite, je ne perdrais pas au change.
Quand à s’éloigner de lui, hors de question ! Pas plus que quand il sera absent pour ses affaires !
Je lui dis que s’il le veut je refuse.
Réponse : non, ce serait trop con, mais il va falloir que tu me la présentes.

Je n’avais pas vu ça comme cela mais pourquoi pas ? Emma serait en droit de connaitre son gendre, celui qui saute son amant.

Dans la semaine qui a suivi, nous avons diné ensemble tous les trois. Nous avons été la chercher avec la voiture de Marc. Après un apéritif chez elle, histoire de casser la glace et faire un peu connaissance, où Marc à pu s’apercevoir que le « service » d’Emma m’avait, lui, déjà adopté (son chauffeur et sa vieille cuisinière), nous sommes allés au restaurant.
Table isolée, Marc comme Emma n’ont eu aucun mal à s’entendre. Entre gens intelligents, j’en attendais pas moins. Chacun a réussi à séduire l’autre (en tout bien tout honneur, il n’y a que moi qui suis Bi !).
Quand Marc s’est excusé pour aller aux toilettes, Emma m’a confié que s’il avait été hétéro, elle se serait mise sur les rangs pour me le voler. Le plus beau compliment qu’elle pouvait me faire !
Quand, au retour  en voiture, Marc m’a fait la même remarque, je me suis dit que j’avais eu beaucoup de chance dans mes rencontres.

Le diner c’est très bien fini, et Mac a accepté que je me fasse adopter. Ouf c’est mieux ainsi sans épreuve de force pour obtenir son accord. D’un autre coté, il commence à bien me connaitre et sait que plus il me bride et plus je renâcle ! (sauf quand on fait l’amour. Là il peut m’attacher autant qu’il le veut).

Comme ils en étaient à organiser ma vie future, je les regardés bien en face et leur ai dit d’arrêter tout cela sinon je me barrais. Je veux bien être le fils et l’amant d’Emma, l’amour de Marc mais quand même il faut me laisser un semblant de liberté !!

De retour à la maison, j’ai senti tout au fond de moi la domination de mon mâle. Là plus question d’indépendance, il me soumettait encore une fois à la loi de sa queue et j’en étais heureux.
Dans ces cas là, Marc cherche à bien me faire sentir que c’est lui qui commande et il m’a fait enfiler un jock, des baskets et en voiture.
Après une demi heure de route arrêt sur une aire de repos. Il me dit d’attendre et s’en va aux toilettes. Je regarde au dehors. Il est tard et un bon nombre de camions stationne.
Quand il revient, c’est pour me dire de le suivre.
Quand je sors de la voiture deux mecs balaises sortent des chiottes et nous suivent jusqu’à une table en bois.
Marc me fait coucher dos dessus et jambes relevées pour bien dégager mon trou.
Les deux types arrivent à mon niveau bites et couilles sorties des jeans. Un moyennement monté l’autre correct. Etape kpote obligatoire et je me fais défoncer le cul par le mieux monté quand je suce l’autre par-dessus sa kpote. C’est moins bon mais Marc ne prend jamais de risque inutile dans ce genre de situation.

La table est assez bien éclairée et Marc compte sur l’heure avancée pour que nous ne nous fassions pas surprendre. Il n’empêche que mes gémissements de salope ont alerté les camions les plus proches et nous sommes rejoints par deux chauffeurs étrangers. Dialogue en anglais, ou j’entends : blow job, fucking… et autre précisions sur mes capacités.
Ayant fait jouir mes deux premiers chauffeurs, je me suis attaqué, ou plutôt je me suis fait attaqué par la nouvelle paire. Mieux monté en tout cas les étrangers ! Après distribution de kpotes, j’ai pris grave dans mon cul les assauts d’un batave qui devait me traiter dans sa langue, car sans la connaître j’ai bien saisi le sens sexuel de certains mots.
Je venais d’en finir avec celui là et me prenait l’autre dans mon anus quand un groupe de 6 chauffeurs sont arrivés prévenus par les premiers.
Ça virait d’abattage en gang bang !
Là j’ai perdu le compte de qui je suçais et qui m’enculais. En attendant Marc faisait très attention à ce que tout ce qui entre en moi soit couvert de l’inévitable kpote.
Ils m’ont fait jouir deux fois avant que tous les uns après les autres ils me jutent dessus.
Ils m’ont laissé avec Marc certains lui disant qu’il pourrait ramener sa pute la semaine suivante même aire, même heure.
Dans la voiture, Marc me donna la pile de billets que j’avais rapportés. Il aime faire payer, ça ajoute à l’excitation et au trip. Penché sur lui, je l’ai sucé du mieux que je savais faire, il bandait depuis le premier mec qui m’avait enculé. Pour éviter les tâches et parce que j’aime, j’ai tout avalé quand il a joui. Trop bon ! Ça lui a juste fait faire une pointe de vitesse.
J’ai compté les billets à défaut des mecs, je m’étais fait en deux heures, plus de 500€. Marc m’a dit m’avoir « vendu » 50 par mec sauf au plus monté qui lui a du aligner 60. Mémoire, effectivement je me souvenais d’un mec qui sortait du lot question longueur de sexe.
Marc ayant marqué ainsi sont « territoire », j’ai fini la nuit dans ses bras.
 
J’ai demandé à Eric de faire passer le permis en express à Jimmy. Si je veux qu’il gère lui-même ses rendez vous avec nos clients, il doit pouvoir se déplacer tout seul. J’envisage de sortir de notre liste le mec limite sadique. J’ai peur que si je ne suis plus là, ça dérape. Par contre j’ai toute confiance dans l’homme des renseignements. D’autant plus que j’ai transféré sur mon PC les photos de la dernière fois.

Eric m’a promis qu’il l’aurait en moins de deux mois. Pour le remercier, je lui ai dit qu’il avait un compte illimité sur le cul de Jimmy durant cette période et j’ai prévenu Jimmy de cet accord. Il m’a répondu que ça tombait bien il aimait beaucoup la queue d’Eric.

Ed quand je lui annonce la chose est plus circonspect. Il acceptait de faire des passes uniquement pour mon plaisir. je dois user de salive pour le convaincre de continuer au moins avec nos clients les plus proches soit ½ douzaine. Quand je lui demande s’il ne prend pas de plaisir à baiser avec eux, il me répond que si bien sûr  mais que c’est surtout mon regard sur lui qui le fait triper à mort.

J’emporte le morceau en lui promettant qu’à partir de ce jour, il sera de toutes les touzes que nous organiserons à la maison.
Ironiquement il me dit que je vais manquer à son petit frère qui aimait beaucoup faire un tour de moto quand je le ramenais chez lui. Je lui dis que ça le calmera car ce ptit con ne se gênait pas pour me malaxer le paquet et me faire bander et qu’il est encore trop jeune pour que j’envisage quoi que ce soit avec lui.

Il me dit que depuis qu’on se connaissait, son ptit frère avait franchi un palier sexuel et que maintenant il le surprenait souvent la bite dans la main en train de se branler. D’ailleurs pour son âge il en avait une belle.

Cela fait, je profite d’une passe d’Ed chez le mec du renseignement pour mettre ce dernier au parfum. Je l’assure que je m’occuperais quand même personnellement du plan spécial qu’il m’a demandé (un vrai mec soumis limite maso).
Il me demande la liste de mes clients pour consulter les fichiers de la police et me promet une réponse dans la semaine. Il me dit que par contre pour Ed qui lui semble plus « fragile », je devrais limiter le nombre de ses clients.
Je lui dis alors que j’y avait déjà pensé et que je comptais le limiter à mes anciens clients que je connais bien et sur lesquels j’ai déjà un dossier entre autre photographique et lui (parmi les nouveaux).

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.