Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 129

Marc et moi avons été très excité de notre virée de l’autre soir (aire de repos). Ça nous a rappelé les premiers temps de notre rencontre ou nous étions beaucoup plus audacieux.

Il est vrai que ces derniers temps, à part nos vacances à La Palmyre, nous ronronnons avec le groupe d’amis que nous nous sommes fait.

C’est décidé, samedi soir il me remmènera à la boite de nuit de nos débuts.

Dès le mercredi soir, je vérifie que je peux toujours fermer le collier de chien à piques qu’il m’avait offert dans nos débuts. C’est juste, il ne reste qu’un trou de plus ! C’est là que je m’aperçois que j’ai pris musculairement.
Quand je reprend mes premiers jeans taillés en shorts spéciaux, c’est pareil, à la taille ça va. Par contre coté cul, je suis serré, mes fesses se sont arrondies façon black (c’est à dire que du muscle).  Le tissu est hyper tendu et dans la glace, je vois bien que la couture des fesses est décousue et que les bords s’écartent quand je marche. Ça fait encore plus salope !
Je teste aussi les plugs pour savoir lequel s’harmonise le mieux avec le reste de ma tenue. Je pense que le noir moyen fera l’affaire. Quand je me penche, sa base apparaît entre mes fesses dans l’écartement du jeans.

Quand Marc rentre je suis dans cet accoutrement. Il me prend dans ses bras dès l’entrée et alors qu’on se roule un patin, je sens ses doigts écarter le jeans et buter contre le plug.
Sans que sa langue quitte ma bouche, il tire sur la base et fait coulisser le plug sur le cm de son étranglement, puis me le sort sur sa partie renflée et le rentre à nouveau.

Il se recule pour admirer l’ensemble. Pour voir il me demande de passer mes chaps en cuir par dessus. Ça va faire un bail que je ne les ai mis. A la ceinture c’est bon, par contre si les mollets passent bien, ce n’est pas le cas de mes cuisses qui ont forcies. Les zip fermés, je suis moulé et la bande de chair entre le cuir et le bas du short en jeans a un effet très sex.
Pour les chaps il va falloir que je les détende, juste un cm de plus de diamètre suffirait.
En attendant Marc me dit d’enfiler une paire de Cat et mon vieux blouson cuir (celui qui à une attache qui me passe entre les fesses et fait un Y devant pour encadre mon paquet). Pas la peine de gâcher ma préparation.
Nous prenons nos casques et allons chercher nos motos. La traversée de la cour me donne un aperçu des effets que je vais ressentir. L’attache du blouson appuyant fortement sur la base du plug !
Je le suis ne sachant pas ce qu’il veut faire. Il nous fait prendre des petites routes histoire que je ressente bien les irrégularités du goudron au fond de mon trou transmissent par le plug, puis autoroute. Je devine que nous allons rejoindre l’aire de repos que je connais.
Autres jour de la semaine, autres camions de garés.
Nous garons nos motos en pleine lumière devant le block sanitaire. Nous nous approchons et je reste dans la partie éclairée, devant l’entrée, blouson ouvert sur mon torse glabre, lanière du blouson qu’à demi détachée devant.
Je me penche pour me laver les mains au robinet extérieur, laissant deviner le plug qui me rempli.
S’il n’y avait pas de chauffeurs à pisser, 2mn plus tard, je suis entouré de 3 mecs. Le premier visuellement 25 ans, 1,80m musclé juste recouvert d’un short nylon flottant tendu par un sexe en phase de raidissement. Le second la trentaine boule à zéro et boucle d’oreille, dans le même équipement mais sa bite bandée le long de sa cuisse laisse dépasser du short un gland pas mal gros. Le troisième a dépassé les 50ans, bedonnant en short et chemisette ouverte (beurk pas mon style !).

Marc sort des WC où il avait vérifié la présence de clients potentiels et l’absence de gendarmerie. Il éconduit gentiment le vieux et me vend aux deux autres.
L’annonce du tarif refroidi un peu les deux mecs. Négociations, pour emporter le morceau, je me penche et leur fait admirer ma rondelle couverte par la base du plug. Ils acceptent et un des chauffeur propose de faire ça à l’arrière de son camion, il n’est pas chargé à fond et cela laisse une place suffisante.
Entrée par la petite porte de coté. Il éclaire la remorque et un halogène nous aveugle jusqu’à ce qu’il pose une caisse devant pour en atténuer la violence.
Marc s’installe dans un coin et me laisse entre leurs mains. Le plus jeune se colle à moi et tire sur la lanière qui passe entre mes cuisses. Le plug me rentre dans le cul et je me lève sur la pointe des pieds. Il laisse retomber. Le deuxième est derrière moi et lève mon blouson. Je le quitte. Devant, le mec me masse la bite, je bande sans pouvoir développer normalement, bloqué par le jeans. Il n’a pas l’air de vouloir me libérer de cette pression.
Mes mains ne sont pas restées inactive et je lui ai descendu le short sous ses fesses, libérant sa bite. En main, je l’estime à 20/22cm par un bon 5 cm de diamètre, circoncise. Ses boules imberbes se rétractent sous mes caresses et viennent se coller à sa tige. Le second presse son paquet contre mon cul et je sens entre mes fesses coulisser un sexe de bonne taille.  
J’ai faim !!
Je prend un préso et l’enfile au mec devant moi. Cela fait je me penche en avant et commence une pipe de bonne salope. La tête en arrière, je me l’enfourne jusqu’aux boules. Il n’en revient pas et me bloque en position « étouffement ». Je m’agite, il relâche la pression et je lui dis que s’il me laisse faire je recommencerai ça.
Comme je me suis penché, le jeans s’est ouvert et la base noire du plug est apparu sous le nez du second client.
J’ai bientôt senti ses doigts tirer dessus. Il admire ma rondelle s’écarter alors qu’il retire le plug. Puis il le relâche et ce dernier rentre brutalement. Je sursaute mais c’est excitant !
Il finit par me l’arracher totalement. Ses doigts (au moins trois) viennent combler le trou avant qu’il ne se referme.
J’entend une pochette de kpote se déchirer et après quelques instants, je sens la pression du gland sur ma rondelle. Heureusement que j’étais bien graissé d’avance car le mec ne se préoccupe pas de savoir comment ça va glisser et pousse durement.
Mon anneau se déplisse et je laisse son sexe m’envahir. Bon, très bon ! il me tient aux hanches et me bourrine le cul.
Chaque buttée de ses couilles contre les miennes m’envoi prendre le gland de son collègue dans la gorge.
Il ne faut pas longtemps avant que le mec se tire de ma bouche, gueulant que si ça continu il va juter avant de m’avoir enculé. Il presse son pote d’en finir pour m’enculer à son tour.
Chose faite 5 mn plus tard. L’échange de place n’a pas laissé le temps à mon trou de se refermer qu’il subissait de nouveau un assaut. Pas le même genre. Comme le type était déjà passablement excité, il y est allé doucement pour pas juter dès le début.
J’ai apprécié le fait qu’il tourne son bassin pendant la pénétration, qu’il se suffise à jouer à entrer et sortir son gland uniquement, puis sur 5cm seulement, puis 10/12 cm avant de me faire prendre sa bite sur la longueur totale.
Cette façon de faire m’a emmené très près de ma propre jouissance et c’aurait été chose faite, si Marc ne m’avait pas dit que la soirée ne faisait que commencer.

 Une fois mes deux premiers clients purgés, le plug remis en place,  je suis ressorti faire le « trottoir », Marc à 10 m derrière moi.
Le casque à la main, j’ai déambulé sur la bordure passant devant toutes les cabines des camions. Beaucoup avait les rideaux tirés mais je me suis pris des réflexions de chauffeurs prenant le frais, assis sur les marches pieds. Plusieurs m’ont demandé « combien la pipe ?».
Je me suis arrêté dans un groupe de 4 mecs en train de se passer une bouteille. Ils étaient plus jeunes que les autres chauffeurs et leurs physiques m’allaient bien.
Un m’a filé la bouteille et une lampée m’a fait prendre conscience que c’était loin d’être de l’eau. Je la rendais en toussant ce qui m’a valu le commentaire que c’était une boisson d’Homme.
Je répliquais d’un « c’est pas la boisson qui fait l’Homme mais le poids de sa queue ».
Ça les a excité et j’ai vu sortir des jeans et shorts 4 paquets, plus qu’au repos même si pas encore bandés à fond.
Je sortais le mien qui n’avait pas débandé depuis le premier assaut de mon cul. Quatre sifflements on accompagné mon exhibition. Faut dire que mes 20cm sont sortis comme poussés par un ressort.
Les mecs ont bandé ferme de suite. Concours de longueur et de diamètre. J’étais dans la moyenne. Deux bites plus courtes mais plus larges et deux plus longues même largeur que moi.
Pour m’en assurer, je les avais toutes prise en mains l’une après l’autre, sans provoquer de recul.
Les boules, elles étaient plus ou moins poilues mais aucunes rasées, dommage !
Un des mecs à queue plus courte était « sévèrement burné », deux très grosses boules pendaient sous sa queue.
Marc s’est alors approché et leur a mis le marché en main. Leur disant qu’il était prêt à faire un tarif groupe.
Les types qui dans un premier temps s’étaient méfié de son approche, ont négocier dur et je me suis trouvé vendu pour 160€ (les chauffeurs routiers ne roulent pas sur l’or !).
Le premier qui m’a mis la main au cul a été surpris de le trouvé plein de mon plug. Il a rameuté les autres pour qu’ils viennent voir. J’ai lâché les bites que je branlais et je me suis plié. Mes fesses se sont écartés pour laisser voir le rond noir de la base du plug. Commentaires : « qu‘elle salope, il en veut de la bite, j’vais te mettre du vrai ce sera meilleurs…»
Marc a veillé à la distribution de kpotes au déplaisir de certains mais à ma grande sécurité !!
Rapidement je me suis trouvé la bouche prise par une bite envahissante, le cul ramoné consciencieusement et les mains pleines des deux autres participants.
J’ai subit une vraie tournante. Dans le sens des aiguilles d’une montre, il ont échangé leurs places. 
Bien que cachés entre deux de leurs camions, nous avons attirés quelques spectateurs. Marc a laissé faire, essayant de repéré dans le lot mes prochains clients.
Au deuxième tours, ils ont tous déchargés au fond de mon cul leurs spermes bloqués par le latex.
Il a fallu que je pense à des trucs moches pour ne pas juter.

Alors que les choses étant finies et que l’attroupement se dispersait, un beau viking a abordé Marc avec un billet de 100€. Occupé à replacer mon plug, je n’ai pas suivi l’arrangement.
Marc m’a juste dit de le suivre dans sa cabine. Nous montons, les rideaux sont tirés et l’espace ainsi protégé est conséquent.
Quand mon viking tombe le short, je vois apparaître un sexe blanc juste surplombé d’une ligne de poils taillés. Encore mou, il doit faire déjà dans les 12cm par 3. je me penche et le prend en main pour le faire bander et le kpoter. Il se développe, encore et encore pour finalement avancer un sexe hors norme de 24/25 cm de long par plus de 6 de large à la base.
Je Kpote et commence ma pipe.  Marc s’est calé contre une portière et nous laisse faire. Je suce donc à m’écraser les cordes vocales, son gros gland rose envahissant régulièrement ma gorge. D’ailleurs, à chaque fois que ses couilles tapaient mon menton, il gémissait de plaisir.
Ce traitement devait avoir trop d’effet car il m’a repoussé et tourné. Plié sur le siège passager, la tête sur sa couchette, il m’a écarter les cuisses et à joué quelques minutes avec le plug.
Je laissais coulisser facile puis serrant mon anneau j’ai bloqué tout mouvement, je ne voulais pas qu’il croit que mon cul était une chatte molle. Il a grommelé un « yeh, good ass ».
Comme il s’apprêtait à m’enfiler ses 25 sans précautions particulières, Marc m’a rapidement fait sniffer du poppers.
J’ai pris du coup la totalité du mec dès le premier coup de rein !
Son limage profond et puissant m’a emmené rapidement aux portes de la jouissance. Il faut dire qu’il venait après tous les autres qui m’avaient bien chauffé.
Il m’a tourné la tête vers la portière et à baissé la glace pour mettre ma tête dehors.
Je l’ai senti s’immobiliser quelques instants au fond de mon trou puis reprendre ses va et vient. Je l’ai senti après la pause, plus rapide et  encore plus gros dans mon cul. De plus lui qui m’avait jusque là sauté sans un mot, geignait à chaque fois qu’il reculait. (j’ai su plus tard que Marc à ce moment là l’enculait sévèrement, à sa demande). J’ai eu aussi du mal à ne pas geindre aussi et nos bruits ont alerté le camion d’à coté. Nous avons eu un spectateur qui n’a pas tardé à se branler devant notre prestation.
J’ai senti simultanément : le viking s’enfoncer à fond et remplir sa kpote, une morsure du même individu sur mon trapèze droit et vu le jus de notre voyeur s’écraser sur notre portière juste sous mon menton.
Quelques secondes plus tard, de nouvelles secousses dans mon cul me transmettaient l’éjaculation de Marc dans le cul du viking.

J’ai remis le plug pour le retour histoire de pas saloper la selle, les limages successifs m’ayant bien ouvert le trou (demain exercices de contraction d’anus !!).

Nous sommes rentrés à 3 h du matin moi, sur les rotules, et Marc ravi de mon comportement. J’aime être à sa botte, lui peut tout me demander, il le sait et n’en abuse pas.
Je finis la nuit blotti au creux de ses bras.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.