Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 131

Fin Aout plan Jimmy, Ed et Ric chez DGSE (190  26 épaisse)

Le dernier WE d’Août,  j’ai organisé pour mon client « DGSE » sa soirée interrogatoires.
Avec l’accord d’André pour l’utilisation de Ric (en récompense de sa malléabilité et de tout ses progrès), nous avons débarqués à 4 chez lui.

J’avais prévenu Ric de l’ambiance qui allait y avoir mais nous avons été surpris, tous, du démarrage direct dès la porte d’entrée refermée et la remise de mon enveloppe.

Les trois jeunes se sont retrouvés contre le mur de l’entrée bras écartés mains posées sur le mur et pieds en retraits écartés aussi. Palpation de vérification de port d’arme et les trois se sont retrouvés menottés dans le dos.
Poussés au sous sol, ils sont entrés dans la salle des interrogatoires. J’ai noté qu’elle avait subi quelques changements : nombreux anneaux au plafond et au sol, porte ouverte sur une autre partie faisant cellule avec lits en fer.

Je me calais dans un coin pour mater le spectacle et surtout vérifier que le client n’allait pas trop loin.

Il leur a lu un chef d’accusation bidon de trafic de drogue et de prostitution puis en a enfermé deux dans l’autre pièce (Ric et Ed) attachés chacun au pieds d’un lit.

Interrogatoire de Jimmy, traité de petite pute, de dealer, intimidations, menaces etc.
Pour finir, il le fout à poil et l’attache avec des chaines les bras tirés vers le plafond alors que les pieds sont fixés au sol par des menottes acier aux anneaux dont j’avais remarqué la présence nouvelle en entrant.
Là il le laisse pour aller chercher Ed et Ric. Ces deux derniers sont à moitié surpris de trouver Jimmy dans cette position.
DGSE leur dit que s’ils n’avouent pas, il va leur faire subir la même chose. Je vois Ed s’apeurer et Ric sourire.
Ils refusent de parler (c’est évident) et ils se retrouvent tous les trois fixés aux anneaux, nu pour Ed.
DGSE sort alors le matériel. Je vois apparaître sur une table roulante, plugs, godes de taille très correct à monstrueuse, baillons boule ou mini bite, bandeaux et appareillages de stimulation électrique.
De mes trois « employés », seul Ric jubile de ce qu’il voit, surtout de l’appareil de stimulation dont il n’a jamais testé les effets.
DGSE commence par « jouer » avec Ed et Jimmy qui encadrent Ric. Dilatations anales, pincement de tétons, étirements de couilles… puis détachés il les encule l’un et l’autre avec les 26cm épais qu’il porte entre ses jambes, pliés sur le plateau de son bureau.
Ric regarde et commence à s’impatienter. DGSE le voit mais le laisse attendre. Il prend bien le temps de limer les culs de Jimmy et Ed, jusqu’à ce que ces derniers laissent passer sa tige entière sans le freiner.
Quand il arrive à ce stade, il les plug et leur demande de serrer dessus, que s’il en voit un tomber, ça va être leur fête.
Puis il les rattache semi pendus au plafond.

Quand il passe à Ric, je vois dans ses yeux un éclair de vice.  Il faut dire qu’encadré par les deux crevettes, Ric paraît encore plus musclé qu’il ne l’est (ce qui est impressionnant !).
DGSE passe du temps à faire courir sa main sur la peau de Ric, pinçant de temps à autre pour vérifier l’absence de graisse sous cutanée. Ric est affuté, son coach à son club de gym le maintient en condition de concours. De plus l’absence totale de poil donne un effet surréaliste à la « chose » bronzé intégralement.

Il commence à le travailler. Un téton puis l’autre, les deux sont pincés et étirés. Leurs tailles au dessus de la moyenne sous entend un travail régulier. Il ne faut pas longtemps pour que Ric se mette à bander ferme et que son jeans montre la forme exacte de son gland plaqué contre sa cuisse (il n’a pas mis de slip !).
DGSE s’en aperçois. Il cesse et décide de le faire débander.
Il le met à poil et le douche à l’eau glacée. Je n’avais pas remarqué jusque là qu’un des coins de la pièce était aménagé pour cela, tuyau d‘arrosage et siphon d’évacuation.
Quand Ric revient mouillé, il a débandé. DGSE en profite pour lui enfiler une cage de chasteté qu’il cadenasse. Vue de loin, elle ne lui laissera pas beaucoup de possibilité de développement !

Il le rattache en croix et recommence à tordre ses tétons. Ric bande direct et je le vois souffrir un peu de la restriction.
Avant de venir, je lui avais demandé de régulièrement me regarder pour me signifier s’il était toujours d’accord d’un clignement simple des yeux.
Il cligne et me rassure par la même occasion.
DGSE s’attaque alors à son anus. Il commence direct par un gode à manche d’au moins 22cm. Juste une noisette de gel et il l’enfonce jusqu’à la garde. Une fois, deux fois, trois fois avant de passer à la taille au dessus.
Je vois quand même qu’il prend la précaution de ne pas le dilater plus que sa propre bite, il veut encore un peu de travail lorsqu’il rentrera son bout.
Je ne dis rien mais je connais mon Ric, même dilaté, avec la musculation de son anneau, il pourrait encore serrer une petite bite après.
Il détache les poignets de Ric et les lui ré-attache à ses chevilles. Pour éviter le risque qu’il ne bascule complètement, il lui passe une ceinture qui, elle se trouve attachée au plafond. Comme cela son trou devient facilement sodomisable. Ce qu’il fait. Le cul de Ric lui arrache un gémissement de plaisir.
Il profite du trou une bonne demi heure s’arrêtant fréquemment pour ne pas jouir.
Puis il passe à la vitesse supérieure. Je le vois tirer de la pièce adjacente un fauteuil d’examen gynéco. Il y installe Ric attachant ses chevilles aux cales pieds écartés. Il lui attache aussi les bras et lui passe un collier qu’il fixe à son tour, bloquant toute tentative de se redresser.
Il défait la cage qui lui bridait le sexe et tous nous voyons se développer ses 20cm violacés.
DGSE attend qu’il bande bien avant d’installer les branchements électriques. Pinces aux tétons, un anneau serrant la bite avec les couilles au ras du pubis, un autre placé sous le gland et pour finir un plug. Ric n’a pas débandé d’un poil, ça l’excite un max.
L’ensemble est branché sur un bornier avec trois potentiomètres, le premier pour l’intensité, le second pour la durée de l’impulsion et le troisième pour la fréquence.
Il commence gentiment, nous voyons Ric contracter sous les impulsions électriques ses pecs ou bien sa bite. Quand DGSE envoie du courant dans le plug, Ric décolle les fesses de la table.
Avec l’augmentation de l’intensité, les contractions sont plus violentes mais il bande toujours autant, preuve du plaisir qu’il y prend.
Je pense que j’informerais son père de cela, ils pourront ainsi varier leurs jeux.
Maintenant DGSE joue sur les deux tableaux, intensité et fréquence. En faisant varier les deux, Ric ne sait plus à quoi s’attendre. Courts violents ou longs faibles, chaque type d’impulsion de fait réagir et bander un peu plus. Deux trois fois DGSE test sa résistance extrême par des impulsions hautes et longues.
Ric encaisse et bande toujours autant.

Mes deux minets n’en mènent pas large. Chacun se dit qu’après Ric se sera son tour. De temps en temps, quand ils arrivent à détacher leurs regards du corps de Ric, ils me fixent interrogatifs.

DGSE a maintenant retiré le plug électrifié et kpoté s’enfile dans le conduit rétréci de Ric. Pendant ce temps là, les réglages sont sur faible intensité comme fréquence.
Il prend tout son temps pour faire entrer ses 26cm. Mais bien calé au fond, il donne deux, trois coups de rein supplémentaire pour en être sûr. Ric gueule son plaisir.
Le temps passant, la stimulation électrique progresse et DGSE règle sur haute intensité, court mais fréquent. Le résultat est que ses va et vient deviennent hachés. Chaque passage du courant contracte Ric qui serre son anus au point de l’empêcher de bouger.
Les deux hommes ont l’air d’y prendre un plaisir incomparable.
Ils finissent par ne plus tenir et nous voyons Ric éjaculer de façon extraordinaire. Son sperme gicle 5 a 6 fois à au moins 1m au dessus de lui avant de retomber sur son torse.
DGSE tamponne le fond de son boyau remplissant sa kpote (quand il la videra, son sperme remplira un tiers d’un verre !).

DGSE débranche Ric. ce dernier ne tient plus sur ses jambes et il doit le porter sur un des lits. Je me permets d’aller le voir. Accroupi à sa tête, je lui demande tout bas comment ça va. Son ton est fatigué mais il me répond avoir pris un plaisir jusque là jamais atteint. Je lui dis de se reposer.

Quand je rejoins les autres, c’est au tour de Jimmy d’être sur la table d’examens. DGSE n’a pas débandé d’un pouce ! (viagra ??). Sans électricité, DGSE lui travaille le cul et ne tarde pas à l’enfiler de nouveau. Pour la première fois je vois DGSE se pencher et venir rouler un patin à sa « victime ». Jimmy apprécie et je le vois tendre la tête quand DGSE se redresse.
Je ne sais si c’est l’effet salive mais j’ai l’impression que DGSE monte plus vite en pression qu’avec Ric. Il recommence à lui mettre la langue pénétrant les deux extrémités de mon petit Jimmy. Contactions, quand il se redresse ses abdos sont couvert du jus de Jimmy et quand il sort de son cul, le contenu de sa kpote me paraît encore important pour une deuxième éjaculation aussi proche de la première.

Il détache Jimmy et le prend dans ses bras pour lui rouler un dernier patin, qui dure, dure un bon moment. Jimmy lui demande s’il peut faire jouir Ed qui commence à avoir mal  de n’avoir pas juté depuis un bon moment.
Avec l’accord de DGSE, Jimmy  suce Ed encore attaché jusqu’à ce qu’il jute sur son visage.

Avant de partir, DGSE me prend à part pour me demander deux choses. La première si je pouvais lui ramener Ric de temps en temps et deuxièmement si il pouvait avoir une exclusivité sur Jimmy.
Pour Ric je m’y attendais un peu connaissant le loustic et ses réactions à la domination physique. Par contre pour Jimmy, c’est une surprise. Il ajoute rapidement qu’il a les moyen de me dédommager et de l’entretenir. Je lui dit que je dois y réfléchir et surtout en parler avec l’intéressé. Ça beau être ma « pute », je l’aime beaucoup et  il a beau être majeur je dois voir avec son oncle (Samir).
Je lui dis que je le rappellerai plus tard.
 
Pendant le retour, je prend Jimmy à mes cotés. Moi je n’ai pas encore juté et mes couilles me font mal tellement elles sont pleines. Dès le coin de la rue passé, je tire sa tête sur mes genoux et il me déboutonne le jeans et avale mon gland. Je suis tellement excité que je ne me retiens que 10 mn avant de le gaver de mon jus. Il avale, avale et avale encore. Il aime ça et cela laisse le pantalon propre !

Les deux autres à l’arrière ne sont pas restés sans rien faire et dans le rétroviseur, je vois Ric se faire sucer par Ed. mais quand il jute, c’est dans un mouchoir en papier.

Je lâche Ed devant chez lui, Jimmy à la maison et rend Ric à son paternel.
J’accompagne Ric. André nous attendait impatient de savoir comment cela s’était passé.
Je lui ai dit qu’il avait tellement bien fait l’affaire que mon client serait prêt  pour une autre fois. Je lui ai dit aussi que Ric avait testé la stimulation électrique et que c’avait été efficace. Quand je lui ai raconté la sodomie sous impulsion, j’ai compris que André était intéressé.

Retour  définitif à la maison. J’y suis seul Marc est en déplacement.
Le dimanche sera calme propice à la réflexion.
En fin de soirée je prend Jimmy et Samir dans le bureau de Marc et leur explique ce que voudrait DGSE.
Jimmy est tout excité, je n’avais pas compris à quel point les trois rencontres avec ce client lui avait plu. J’explique bien à Samir qui est ce type (résultat de l’enquête de mon client flic) et ce qu’il propose. Je leur explique aussi que pour moi, cela allait devenir difficile de continuer le petit jeu de façon aussi intense et que finalement c’était ce que nous avions prévu même si c’était pour plus tard.

Samir me dit que si c’est OK pour moi, c’est bon pour lui. Je lui dis que je le tiendrais au courant de l’arrangement que je vais négocier.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.