Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 132

Emma WE à la baule Hôtel Casino l’Hermitage

L’absence suivante de Marc, Emma s’est payé les services de son Escort boy préféré (c’est à dire moi).

Je suis passé la chercher dans mon nouveau bolide. Trop bonne cette caisse !
Elle m’avait juste dis de faire un bagage bord de mer pour 4 jours. Donc, draps de bain et maillots, chemisettes, polos et bermudas, baskets, lunettes de soleil et graisse à traire (je commence à être suffisamment bronzé pour tenter ça). Je n’oublie pas mon oreille et décide du diamant qui rend mieux sur mon cou bronzé actuellement que le rubis.

Elle est en robe d’été très légère. Petit bagage dans le coffre et nous voila parti direction Nantes. Je suis ses explications au fur et à mesure. Saint Nazaire, passage par la cote : Saint Marc où Tati a tourné les vacances de monsieur Hulot, Pornichet jusqu’à La Baule et destination hôtel de l’Hermitage où elle avait réservé une suite.
Après avoir fait déposer nos bagages, nous avons déambulé dans l’hôtel pour repérer restaurants et salle de sport (2 piscines et une salle de muscu / training).

Nous avons croisé quelques « mères » avec leur fils et quelques hommes accompagnés de « neveux ». Pour nous c’est très clair et nous ne nous en cachons pas. Je la tiens par la taille sans équivoque quand à nos relations.
Nous avons le temps pour un bain avant le dîner.
Retour à la chambre ou nos sacs avaient été défaits et nos affaire rangées dans le placard.
Alors que nous nous déshabillons pour enfiler nos maillots de bain, je ne peux résister à la vue de son corps encore parfait, en contre jour. Je suis nu aussi et je me colle dans son dos. Mes mains faisant le tour de son corps pour aller épouser le galbe de ses seins.
Elle est plus petite que moi quoique grande pour une femme (1m75). Ma bite dressée contre mes abdos glisse dans le haut de ses fesses (elle a de très grandes jambes) et je masse doucement la peau satinée de ses tétons.
Sa respiration raccourcit et ses tétons gonflent et se dressent.
Je plie les jambes et passe ma queue entre ses cuisses, mon gland vient alors frotter les lèvres qui protègent son sexe.
Doucement je pousse sur ses épaules et la pousse en avant. En même temps, son bassin bascule et bite vient tout naturellement s’enfoncer dans son vagin. Elle est brûlante !
Je la plie un peu plus, elle prend appui sur la table basse et je peux saisir ses hanches pour un assaut en règle.
Alors que je la lime sur toute ma longueur, faisant en sorte qu’elle apprécie mes va et vient par une variation de vitesse et d’angle de pénétration, mes pouces écartaient ses fesses et sa rosette m’apparait.
Je laissais couler un filet de salive juste dessus et utilisais mes pouces pour la faire entrer.
Je suis tout luisant de son lubrifiant naturel, je sors complètement, pose mon gland au dessus sur l’anus et attend qu’elle me demande d’y aller.
Emma n’attend pas et recule brusquement. Elle s’empale d’elle-même sur mon sexe.
Je la laisse faire et elle continu jusqu’à me prendre en entier.
Je reprends les commandes et démarre une sodomie puissante.
Elle a beau s’accrocher à la table, mes coups de rein la soulèvent à chaque coup. Elle me masse à coup de contractions anales et alors que je cherche à sortir pour juter, elle me serre en elle et j’explose. Mes mains sur ses épaules la plante le plus possible sur mon pieu.

Douche, maillots, peignoirs et nous descendons à la piscine extérieure. Je n’avais pas fait attention mais elle est d’eau de mer. Agréable le petit goût salé.

Quand nous quittons nos peignoirs, nous sommes admirés. Bon je ne suis pas trop mal fait mais Emma pourrait n’avoir que 30ans tellement elle est svelte et bien faite. Je fais le tour du bassin avec les yeux, pas de concurrence possible, les vieux sont vieux et les plus jeunes ressemblent à ce qu’ils sont, des gigolos. Un seul sort du lot, dans mes âges, brun, assez musclé, rasé, qui accompagne un des plus vieux en présence.
Nos regards se croisent, je suis sûr de le retrouver à la salle de gym plus tard.

Le bassin est quasi vide. Nos plongeons sont parfaits et cote à cote nous crawlons une bonne demi-heure.

Après quelques instants couchés sur des méridiennes, je vois approcher le jeune brun. Il me demande si je ne l’accompagnerais pas à la salle de muscu/training histoire de ne pas être seul. Il me le demande car à ce qu’il voit je suis probablement  le seul à être intéressé. En plus de son physique avantageux, je note de superbes yeux verts.

Il est encore tôt (dans l’après midi), je me lève et dépose un baiser sur les lèvres d’Emma qui me glisse tout bas que je n’ai pas de kpote sur moi. Je la regarde comme si ce qu’elle me disait était incongru puis éclate de rire.

Présentations, Sasha, Franck.
Je suis mon nouvel ami. Dans les couloirs je peux admirer ses fesses admirablement moulée par le slip de bain, rondes musclé comme j’aime !
Il me demande si je suis avec ma femme. Je réponds que comme lui je suis au travail. Il s’arrête ne comprenant visiblement pas. Je précise, bien oui, je suis Escort, Emma est une cliente. Il éclate de rire et me dit qu’il est lui avec son grand père.
Je lui réponds que c’est exactement ce que disent tous les gigolos. Il finit par me convaincre que pour lui c’est réellement le cas.

A la salle de sport, nous discutons entre les exercices. J’apprends qu’il vient d’avoir son BAC et que le séjour à l’hôtel est un cadeau pour sa mention bien. Je le félicite.
Il fait de l’aviron, ce qui explique qu’il affiche un volume musculaire supérieur à celui des jeunes de son âge. Nous enchainons le travail des pecs avec celui des bras puis après s’être admirés dans les glaces, touchés un peu pour vérifier respectivement nos muscles (et uniquement pour cela bien sur !), nous sommes remontés sur la terrasse.
Quand je rejoignais Emma, je lui faisais part de l’invitation à la table du vieux et de son petit fils pour le soir même. Je lui précisais que nous n’avions pas eu besoin de kpote puisque nous ne nous étions qu’entrainés.

L’image de Franck est dans ma tête quand nous rentrons à notre chambre. La porte passée, quand je déroule la serviette que j’avais autour des reins, Emma voit que je bande. Je la pousse sur le lit et après lui avoir arraché le maillot, la pénètre un peu à la hussarde. Elle est chaude et lubrifiée. Le soleil ou ma présence ?? Je ne me pose pas la question sur le moment et elle profite de mon excitation sur Franck. Je fais quand même attention à ce qu’elle trouve aussi son plaisir.

J’avais mis dans mes bagages au dernier moment un pantalon blanc et quelques polos de marque. Ils suffiront pour la soirée.

Nous retrouvons Franck et son grand père pour un apéritif sur la terrasse. Présentations, Le vieux nous sourit avec un œil complice et me remercie de distraire son petit fils qui commençait à se morfondre à ses cotés malgré les nombreuses fois où il l’avait enjoint à aller sortir avec ceux de son âge.
Le vieux est plein d’humour et nous passons une bon moment tous les quatre.

Il est 23h passé quand le vieux propose à Emma de l’escorter au Casino et se tournant vers nous, nous dit d’aller de notre coté, si Emma est d’accord bien sur.
Avec sa bénédiction, nous les quittons non sans que j’ai remarqué que Franck recevais un paquet de billet de son grand père.
Nous avons fait un détour par notre suite pour que je me munisse aussi de numéraire (et de kpotes) et nous voilà partis à pieds vers le centre de La Baule. Le temps que nous y arrivions, j’ai presque tout su de la vie de Franck, fils unique lui aussi, peu d’amis, pas de copine, à son ton j’ai cru deviner qu’il n’en avait même jamais eu (de copine à baiser).

1ère étape dans un bar face à la plage. Il m’offre la boisson, alcoolisée. Après avoir vidé son verre, il trouve le courage de me questionner sur Emma. J’ai droit à un « mais heu…, tu la sautes ? »
Bien sur, c’est même la raison principale de ma présence à ses cotés. Je lui explique aussi que c’est le cas de quelques jeunes qui accompagnent les vieux dans notre hôtel. Il est stupéfait, il n’y avait pas pensé.
Je lui demande s’il l’a déjà fait. Je n’ai pas besoin de préciser quoi, il me répond « non pas encore ». Son bronzage et la lumière basse m’empêche de voir s’il rougit mais j’en suis presque sûr.
Je lui propose d’aller en boite. Nous regagnons l’hôtel et demandons à l’accueil les adresses du coin. Il nous propose l’Indiana, la boite du casino qui est sur place mais je préfère nous éloigner. Nous nous décidons pour une boite en extérieur. Je vais chercher la voiture. Sifflements d’admiration quand je m’arrête devant Franck. Il manque de se prendre la portière dans le menton quand cette dernière s’ouvre (fixation mouette) puis se coule à mes cotés. Il a les yeux grands ouverts quand je démarre de façon peu discrète. Il est séduit par la caisse (j’aurais préféré par moi !) et me demande de faire un tour. Il est tard, sur semaine, il y a peu de risque que nous tombions sur la gendarmerie. Je décide d’aller sur Nantes. Aller par la 4 voies pour montrer à Franck le potentiel de la voiture (j’ai été raisonnable 220 Km/h seulement) mais il est scotché au baquet par les accélérations. Retour par la côte.
Je m’arrête en surplomb de la mer et je sors de la voiture pour admirer la mer sous la lune. Il me suit et se met à ma droite. Sans rien dire, je passe mon bras sur ses épaules pas plus. Il ne le repousse pas et même j’ai l’impression qu’il se colle à moi.
Je tourne mon visage vers lui pour parler quand il fait de même et nos lèvres se touchent. Il se fige comme si le monde s’était arrêté de tourner. J’entrouvre ma bouche et ma langue sort lécher ses lèvres. Il reste sans bouger. Je m’enhardi et l’insinue jusqu’à buter sur ses dents. Ses yeux grand ouverts me regardent fixement. Ma langue insiste et il entrouvre sa mâchoire. Aussitôt j’en profite et ma langue entre en contact avec la sienne. Effet reflexe ou chimique (salives) mais il se décrispe et vient au devant de ma pelle. Il passe son bras autour de mon cou et dans la lumière des phares, nous nous embrassons gentiment.
Je le laisse faire, il m’embrasse ainsi un bon moment avant de se reculer. Il me regarde droit dans les yeux et me dit qu’il avait super aimé cela.
Je l’attire alors vers moi et lui roule une pelle de mec, exigeante, violente, agressive. Il répond sur le même registre. Nous nous décollons et il me dit qu’il aime toujours ça.
Puis il se souvient que je suis venu avec Emma et me demande ce qu’il en est. Je lui dit que je suis bi tendance homo. Ça le fait rire le distinguo.
Collés l’un contre l’autre, nous ne pouvons pas ne pas remarquer que nous bandons tous les deux comme des taureaux. Je m’écarte et lui prend le sexe en main par dessus son jeans. Beau morceau probablement 18 x 6 (il m’a l’air assez large). Il empoigne sans chichi la mienne.
Je me penche vers lui et lui demande s’il veut que nous allions plus loin dès ce soir.
Réponse positive.
Pas possible de faire ça sur place ni dans la voiture. Je pense à la salle de muscu qui doit être vide à cette heure.
Retour direct, voiture au parking, nous nous glissons dans les couloirs pour atteindre notre objectif. Porte verrouillée, merde ! cela n’arrêt pas mon Franck qui armé d’une carte téléphonique débloque le penne. Je lui fais part de mon admiration. Réponse : comme Louis XVI il aime bien la serrurerie ! (il me cache des trucs).
Il fait nuit mais les baies vitrées donne de une clarté blafarde.par derrière les rideaux à lamelles.
Franck se rapproche de moi et sa bouche avide colle la mienne. Sa langue me pénètre et la mienne vient au contact. Chaud, très chaud. Les polos valsent et les pantalons suivent. Ses slips ne tardent pas et nos peaux se collent. Pas d’expériences le petit mais pas de tabou et pas farouche pour autant !
Il me masturbe et je fais de même. Maladroitement il tente de me sucer. Pour une première c’est pas génial je sens les dents, pas de profondeur… je me recule et lui dis de me laisser faire. Sa bite est bien large et je ne m’étais pas trompé sur sa longueur. Délicatement je suce son gland, il sur-réagit et je dois bloquer immédiatement la montée de sève. Cela fait j’enfonce sa bite dans ma bouche et il sent bien quand son gland passe de l’autre coté, dans ma gorge. Il me dit qu’il kiffe trop ça. Je me redresse et il se jette sur mon sexe pour me faire pareil. C’est mieux que la première fois, je ne sens plus les dents mais il hoquette à chaque fois qu’il en prend trop en bouche. il est un peu déçu de ne pas me rendre les même sensations (c’est mignon les puceaux quand même !).
Je lui dit que ce soir c’est moi qui m’occupe de lui. Je le pousse à se coucher sur un banc de muscu et le reprend en bouche. j’y vais doucement. Je glisse sur ses couilles un peu trop velues à mon goût et alors que je lui relève les jambes, lèche le périnée jusqu’à son anus. Bref mouvement de recul qui cesse dès que ma langue se met à jouer sur les plis.
De lui même il met ses mains sous ses genoux pour les tirer vers lui et m’offrir encore plus son intimité.
Je me régale, salive, pousse avec ma langue, la pointe au centre, pénètre quelques millimètres, recommence jusqu'à pouvoir lui mettre un doigt. Il manque de me juter dessus et stoppe lui même son éjaculation (grande pratique de la masturbation).
Quand j’arrive à lui mettre deux doigts plein de salive, je me redresse et à son oreille lui demande s’il veut que je l’encule. Excité par mes deux doigts qui jouent dans son fondement, il accepte puis me demande si ça va faire mal.
Je le rassure, ouvre une pochette de gel et lui en fait rentrer le plus possible dans son trou, avec un troisième doigts qui passe bien.
J’enjambe le banc et ses chevilles sur mes épaules, je me penche pour lui rouler un patin. Ça tire ses cuisses et ouvre bien sa rosette. Je pose mon gland enkpoté dessus et très doucement pousse.
Son anus glissant s’ouvre mais je dois quand même appuyer plus fort pour le passer en entier.
Je ne bouge plus. J’ai senti Franck un peu sur la défensive. Je lui propose de cesser là. il refuse me disant que nous allons jusqu’au bout.
Je me redresse un peu, prend ses cuisses à pleines mains et doucement les tire vers moi. Cm par cm ma bite pénètre ce beau mec. Il me regarde fixement dans les yeux et je vois le moment ou la douleur se mue ne plaisir. je n’ai le temps que de faire trois aller et retour qu’il ne peut se retenir et se jute dessus. Je me retire, les premières fois quand on a juté, l’excitation tombe et la sodo peut devenir douloureuse. Pas la peine qu’il connaisse cela.
Comme il a vu que je n’avais pas joui, il se penche pour recommencer sa pipe. Son action plus la vue de son dos musclé et de son cul rond, je jute à mon tour lui inondant le dos de mon sperme.

Douche rapide, nous arrivons 1/2h avant la fermeture de l’Indiana. Sur la piste la fatigue s’est estompée et notre complicité est totale. Nous nous faisons draguer par deux minettes bien roulées et pas farouches. Elles n’hésitent pas à nous offrir un verre et nous explique rapidement qu’elles sont en vacances (on s’en serait douté !) seules dans la maison de leur grand mère.
Je pousse Franck du coude et lui dis que ce serait un bon plan pour qu’il goûte à la meuf. Elles sont mignonnes et prête à se laisser faire. Je note téléphone et adresse et c’est Franck qui leur dit que nous les appelons vers midi.
Je le raccompagne à sa chambre et m’aperçois qu’elle est totalement indépendante de la suite de son grand père. Va falloir qu’il explique pourquoi nous n’y sommes pas aller tout à l’heure.

Quand je rejoint notre suite, je trouve Emma endormie nue en travers du lit. Je ne peux m’empêcher de lui passer la langue dans le dos de sa nuque à son anus. Cela lui arrache un frisson mais ne la réveille pas. Je me pose à ses cotés et m’endors.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.