Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 133

Franck et les filles

Il est 13h  quand j’émerge. Emma déjà prête me regarde dormir du fond d’un fauteuil du salon.
Je m’étire langoureusement et lui fais signe de venir. Elle refuse de la tête. J’insiste. Elle me dit l’heure et me demande comment s’est passé la soirée. Je lui dit que nous avons fait un tour en voiture et fini à l’Indiana à se faire draguer par des minettes.

Douche, maillot, bermuda, polo et baskets et nous descendons au restaurant. Franck nous voit arriver et nous fait de grand signe pour que nous les joignons à lui et son grand père. Il salut Emma et me dit bonjour avec un grand sourire.
Le grand père me remercie pour la bonne soirée que j’ai fait passer à son petit fils, il ne l’avait pas vu aussi gai depuis leur arrivée.
Emma se tourne vers moi et je répond à sa question muette par un léger haussement des épaules doublé de mon sourire le plus innocent. Ça ne la trompe pas un instant.
Récit de la soirée par Franck édulcoré du passage pipe et sodo.    

Franck me dit au café qu’il avait appelé les filles et qu’elles nous attendaient vers 16h. Je vais négocier avec Emma (que je baise avec des mecs ne la dérange pas, avec des filles je ne sais pas encore).
Je lui explique le topo, notre relation de la veille, Franck et moi et le fait que je veux qu’il s’essaye aussi aux femmes. Question très féminine, « elles sont jolies ? ». Je lui confirme que nous n’allions pas baiser des thons et j’ajoutai qu’elle (Emma) était de toute façon hors concours et d’ajouter « Maman ». Ce dernier mot m’a valu la claque que je méritais et que j’attendais. De son coté elle sait que je lui suis attaché et que c’est surtout pas une jeune meuf qui pourra me séparer d’elle.
J’ai mon « autorisation ».

Dans une sacoche je fourre serviette de bain, kpote et gel. Je retrouve Franck dans le hall, il m’y attendait depuis un bon ¼ d’heure. Nous allons à pieds chez les filles c’est à 10mn. Il profite de ce moment pour me demander des conseils vite fait. Je lui dis de ne pas s’inquiéter et de calquer son comportement sur moi.

Pas la peine de sonner, elles nous guettaient et viennent nous ouvrir quand on est encore à 5 m du portillon. Elles sont en bikini très petits. Elles nous entrainent dans la maison pour arriver à une piscine à moitié dehors. Franck et moi quittons nos quelques vêtements et nous exposons nos musculatures avantageuses. Les filles ne nous soupçonnaient pas aussi bien foutu ce matin en boite.  Plongeons, courses poursuites, maillots qui glissent et nous voilà tous les 4 à poil dans le bassin. Franck ne peut s’empêcher de bander.
Les filles se collent à nous cherchant baisers et caresses. La pelle, Franck y a mis un peu trop d’enthousiasme mais s’est rapidement adouci. La fille dans mes bras est mignonne mais c’est le corps de Franck qui me fait bander.
Je sors la mienne de l’eau et la couche sur une des méridienne. Franck suit aussitôt.
Nous passons une bonne heure et demi à les faire jouir avec la langue et la bite, échangeant nos partenaires. Pendant les échauffourées, j’ai mis plusieurs fois discrètement un doigt dans le cul de Franck et à ce que j’ai pu voir pour son plus grand plaisir.
 Nous laissons des filles fatiguées mais qui en redemandent.
Sur le retour, je dis à Franck qu’il pourra se les faire toutes les deux jusqu’à la fin de son séjour vu comme elles sont chaudes. Il me dit qu’il réessayera mais qu’il avait préféré notre entrevue particulière.

Nous rejoignons Emma au bord de la piscine. Elle nous demande si le filles valaient le coup. Franck rougit, il ne s’attendait pas à ce qu’elle soit au courant.
Je lui dis que j’avais mis le pied de Franck à l’étrier et qu’à partir de maintenant il s’en occuperait tout seul.
Je me penche et lui roule un patin si profond que j’en bandais presque.
Quand j’ai fait tomber le short mon maillot était très avantageux. Avec Franck et Emma nous avons aligné les longueurs, repoussant les mémés sur le bord du bassin.

Ce soir là, Emma nous accompagna à la boite de nuit. Nous y avons retrouvé les deux blondes qui ne nous ont pas trop collées vu l’intimité que dégageait mon attitude avec Emma.  Elles ont juste insisté auprès de Franck pour décrocher un nouveau rendez vous.
 J’ai dû de mon coté virer deux, trois bellâtres qui insistaient lourdement auprès d’Emma.
Franck était tout content de sa soirée. Un passage aux toilettes lui a permis de me demander quand nous allions nous retrouver. Je l’ai calmé et lui ai dit que cette nuit était à Emma. Un moment déçu, il me dit avec un sourire que le lendemain il y aura muscu. Je lui fais rapidement un bisous sur les lèvres et nous retournons danser.
Avec Emma nous avons fait l’amour avant de nous endormir.

Le matin suivant, muscu comme promis la veille. Réveillé tôt (enfin 10h) en short et marcel de sport, je tape à la porte de Franck et j’ai la surprise le la voir s’ouvrir sur un post ado dépeigné, en caleçon lâche, les yeux gonflés de sommeil.
Je le pousse et avant qu’il n’en soit revenu, le place sous la douche et ouvre grand le robinet d’eau froide. Hurlements, il se débat mais je suis quand même plus fort que lui et je sors mouillé de l’histoire mais vainqueur.
Pour aller à la salle, je lui emprunte un short et un t-shirt secs. Je les remplis plus que lui et je suis à la limite de l’indécence question short. Tant pis, mon coté exhibitionniste trouve cela très drôle.
Nous trouvons quand nous entrons quelques mecs entre 30 et 50 ans en train de se donner bonne conscience sur les appareils de cardio. Notre arrivée provoque un découragement général. Pour les complexer encore plus, nous zappons l’échauffement et passons direct au développé couché. Raisonnable, je décide de séries en poids croissant et nous nous échauffons quand même sur les premières barres. Quand nous sommes sur les séries à plus de 80 Kg, ils nous laissent seuls. Pourquoi ?? Dégoutés peut être ??
 Une bonne heure et quelques exercices plus tard, nous allons nous doucher les cabines ne sont pas communes mais très grandes chaque. Nous profitons que nous soyons seuls pour n’en partager qu’une. Juste rincés, je me suis fait violé par Franck. Sucé jusqu'à ce qu’il arrive à avaler mes 20cm (après une série d’étranglement juqu’à ce qu’il rythme sa respiration), il s’est préparé l’anus de ses doigts. Puis après m’avoir roulé une pelle et posé une kpote sur mon bout, il s’est empalé dessus.
A parti de ce moment là, je n’ai pu résister et je l’ai enculé debout alors qu’il se tenait arque bouté contre le carrelage. Ses coups de rein me disait tout le bien que je lui faisait. Ses fesses ronde dans mes mains sont un bonheur de muscle. Franck se donne tellement que je doute qu’il ne devienne qu’un banal hétéro. Mes bras passés sous les siens, je le décollais du mur et le maintenais contre mon torse, mordillant son cou. J’ai joui dans son cul comme il explosait contre la porte vitrée.
Nous avons continué par notre douche, parlant de choses et d’autres enfin surtout Franck qui me disait combien il avait apprécié cet assaut.
A notre sortie, deux mecs nous ont regardés, étonnés. Avec naturel, j’ai attrapé Franck par le cou et lui ai roulé un patin avec la langue. Puis nous sommes passés dignement devant eux. La porte franchie nous avons éclatés de rire comme des sales gamins qui ont fait une blague. Nous en riions encore quand nous avons rejoint Emma auprès de la piscine où elle nous avait commandé un petit déjeuner reconstituant. J’ai été obligé de lui raconter.
Comme elle me demandait si ce n’était pas les deux types qui arrivaient et que c’était bien eux, elle a attendu qu’ils la regarde pour m’attirer à elle et me m’embrasser sur la bouche. Une fois décollés, nous les avons regardé. Ils ne semblaient plus savoir où ils habitaient.
Sans plus se préoccuper d’eux, nous avons Franck et moi fini notre petit déjeuner.

 Avec Emma nous nous sommes promenés l’après midi sur Guérande et ses marais salants.
Nous avons testé l’océan à notre retour. Trop froid ! retour à l’hôtel et à ses piscines.

 Franck me cherchait pour me dire que les filles l’avaient appelé et nous avaient invité pour la soirée.
Je refusais de l’accompagner et lui dit qu’il savait tout ce qu’il fallait savoir pour assurer maintenant. Ça l’a un peu refroidi mais comme j’insistais, il s’est finalement décidé à y aller seul.

Nous n’avons vu revenir Franck que le lendemain matin vers 11h. comme j’étais avec Emma au bord de la piscine, il nous y a rejoint. Après les salutations, il n’a pu se retenir et nous a raconté sa soirée et sa nuit. Nous avons mieux compris la tête de déterré qu’il arborait ce matin là. A elles deux, elles l’ont littéralement vidé de la moindre goutte de sperme. Il nous a même dit qu’il avait réussit à sodomiser la plus salope des deux.  Comme je lui demandais si c’était meilleur que nous, il m’a répondu « différent ».
Je l’ai poussé dans le bassin, nous nous sommes fait engueuler par le surveillant car il était tout habillé. Cela ne l’a pas empêché de mater Franck dans ses vêtements collés sur sa peau !
Je l’ai accompagné se changer. Dès que la porte de sa chambre s’est refermé, il m’a sauté dans les bras et nous avons échangé un baiser, de sa part plutôt passionné !

Comme je lui en demandais la raison, il m’a dit, pour rien, juste qu’il m’aimait.
Douche glacée entre mes omoplates !! alors que lui se dévêtait devant moi avec un naturel déconcertant.
Malgré ce que je venais d’entendre ou peut être à cause de cela, je bandais comme un âne. Cette fois c’est moi qui l’ai « violé » pour son plus grand plaisir. Son corps jeune et musclé me rend actif et surtout ne me laisse pas sur ma faim. Avec lui pas de désir d’être sodomisé, juste l’envie de le prendre, lui.
Allongés sur le lit sa tête au creux de mon épaule, j’ai réfléchi à la façon de lui parler.
Ok j’ai été le type qui l’a révélé au sexe, ça l’a impressionné, c’est normal mais il n’a pas encore vu tout ce que le monde lui réservait …
Après avoir écouté sagement mon discourt, il m’a sauté dessus ses jambes me bloquant le bassin, ses mains fixant mes poignets au matelas. il m’a regardé fixement dans les yeux et doucement a rapproché son visage jusqu’à poser ses lèvres sur les miennes.
Ma queue s’est raidie direct et placé comme il était s’est enfoncée sans barrière dans son cul. Comme je voulais sortir de lui, il m’a dit qu’avant moi il était vierge et que moi j’était clean. Ça plus ce qu’il m’avait dit plus tôt, j’ai cédé. Il m’a fait l’amour avec brio. Alternant les assises brusques et profondes avec un travail du gland par son anneau, du grand art pour un néophyte. Ma bite était tout à son bonheur dans l’intimité de son boyau. Au chaud, suffisamment lubrifié pour que j’y glisse sans heurts mais avec un anneau encore bien nerveux, il m’a emmené tout droit vers la jouissance.
J’ai quand même réussi à l’éjecter au moment ou j’explosais me répandant sur son dos plutôt que dans son cul. alors que mon sexe sortait de lui il a juter et m’en a mis partout. Je lui ai pris la tête et lui a dit de nettoyer avec sa langue. Chose faite 5mn plus tard. Il n’a pas détesté le goût de son sperme.

Nous avons rejoint la civilisation avec beaucoup de retard pour le déjeuner.
Au café, son grand père m’a pris à part et ma demandé ce qu’il me devait pour m’être occupé de son petit fils, il ne l’avait jamais vu aussi bien dans sa peau. Il savait que j’étais Escort boy et savait que nos services étaient tarifés. 
J’ai eu beau lui dire que Franck était une distraction « hors contrat » et que cela m’avait fait plaisir aussi, il n’en démordait pas. seul le retour d’Emma et Franck a clos notre discussion. 
J’ai consacré notre dernière journée exclusivement à Emma.
J’ai juste indiqué à Franck les « hommes de service » pouvant être éventuellement gay. Notamment l’un des surveillants de la piscine dont le slip avait tendance à gonfler quand Franck et moi étions dans le bassin.
Plus tard dans la journée, c’est le grand père qui est venu me voir. Il m’a demandé si je pouvais continuer à être en relation avec son petit fils pour l’aider et le guider au besoin. Je l’ai regardé bien en face et lui ai dit que ce ne serait peut être pas dans le sens qu’il désirerait. Que je me l’étais déjà fait et que si je le revoyais ce serais de nouveau le cas.
Très cool le papy m’a tendu une enveloppe en me disant que je ne lui apprenait pas la vie et que si cela rendait Franck heureux alors ce n’était pas un problème.
J’aime c’est gens respectueux des désirs et des choix des autres. J’acceptai sans réfléchir plus.

Avant notre départ, nous avons échangé (avec Franck) nos n° de téléphone et une pelle bien vorace.

Pendant le retour, Emma s’est moqué gentiment de moi et de mon âme de saint Bernard. Comme je me rabaissais en dénonçant mon coté vénal, elle m’a dit que ce devait être pour cacher le coté hyper sensible de mon caractère. Venant d’une autre personne j’aurais pris cela pour de l’ironie.

Quand j’en ai parlé à Marc le soir même, j’ai eu droit au même couplet, avec en plus une demande de description complète de l’animal, on ne se refait pas !

Vers 22h appel de Franck pour me dire que oui le maitre nageur aimait les garçons.
Je lui ai dit que OK il avait attendu 18 ans pour se décoincer mais que ce n’était pas une raison pour sauter sur tout ce qui bouge.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.