Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 139

Le samedi matin, je descends de mon R1 flambant neuf devant la concession SUZUKI.

Je suis en avance et la porte est encore verrouillée. Je lis sur la porte qu’en fait ils ne vont ouvrir que dans trois quarts d’heure. Je quitte mon casque et mate la vitrine. bientôt un jeune (mon âge environ) vient vers moi et me fait signe de retourner à la porte. il m’ouvre, on se salut et il me demande (en me tutoyant) ce que je cherche chez eux vu le matos que j’avais entre les cuisses en arrivant et de me mater l’entrejambe.

Je ne sais pas pourquoi mais les vendeurs en concession moto sont toujours jeunes ! Moi ça ne me dérange pas, qu’ils soient jeunes ! Mais niveau allusions, faudrait qu’ils soient plus discrets !
Je l’observe de plus près : jeans moulant un cul étroit et un paquet conséquent, polo siglé de la marque couvrant des épaules larges et chaussure sport/ville Adidas et au dessus de tout ça une tête sympathique couronnée de cheveux blonds en bataille.
Mon inspection était nettement visible et quand mes yeux ont rencontrés les siens, il m’a demandé s’il me convenait ou s’il faudrait qu’il se fasse remplacer par un collègue.
Je le rassure en lui disant qu’à ce que j’ai pu voir jusque là, il me convenait (je pense que cela lui aurait couté de me lâcher, après tout ils sont payé en grande partie à la commission) mais que ma machine n’était que la partie émergée de l’iceberg.
Un grand sourire accompagné du passage de sa langue sur ses lèvres m’ont indiqué que nous n’en resterions probablement pas là.

Les choses étant calées, nous avons abordés le sujet de ma présence, en l’occurrence l’achat d’un GSXR 1000.
Devant la moto, il commence le panégyrique. Je le laisse faire 5mn puis je le coupe en lui disant que quoiqu’il me dise je lui en achèterais un. Il me regarde sans comprendre. Je lui dis alors que c’est un cadeau pour un ami qui ne roule qu’en GSXR 1000 depuis qu’il a eu son permis.
il me regarde droit dans les yeux pour me dire que j’ai des amis qui ont beaucoup de chance.
Je soutiens son regard, beaux yeux bleus, je souris et lui glisse que j’attends quand même qu’il donne de sa personne. Je suis compris, et très naturellement il m’indique les toilettes et pousse la courtoisie à m’y accompagner.

Dès la porte refermée, il me plaque dessus et me roule une pelle d’enfer. Chaud le jeune vendeur alors qu’il sait déjà qu’il a vendu la machine ! collé contre moi, je sens sa queue gonfler sous le jeans et la mienne en faire autant sous le cuir. Le premier il se baisse et ouvre ma combi pour sortir ma bite. Sans la laisser à l’air plus que nécessaire, il la recouvre de sa bouche. L’impression de rentrer dans une étuve. Chaud, humide avec une langue qui voltige autour de mon gland, du grand art !
Je le relève avant qu’il ne me fasse jouir. Je lui dis qu’il n’est pas obligé d’en faire autant, il l’a déjà vendu son GSXR. Il me répond qu’il avait flashé dès qu’il m’avait vu de l’autre coté de la vitre et redescend me sucer. Avec un effort supplémentaire, il me prend en entier. Dieu que c’est bon d’avoir le gland serré dans une gorge !
Mais il va me faire jouir ce con ! je le relève une deuxième fois. Il me roule un patin où je retrouve le goût de ma bite.
Mes mains sont sur ses jeans. La bosse s’est transformée en une barre horizontale conséquente. J’ai du mal à déboutonner la braguette en tension. Quand j’y arrive enfin, une belle matraque tombe entre mes mains. J’y jette un œil, bien rose, gland découvert, j’ai l’impression qu’elle est plus longue et plus grosse que la mienne. Comme nous sommes face à face, je superpose nos deux sexes. Finalement je dois faire quelques mm de plus en longueur mais il les rattrape en largeur. C’est son étroitesse de bassin qui m’avait trompé.
Je lui glisse un interrogatif, actif ou passif ? Il me souffle que c’est comme je veux qu’on a encore ½ heure avant que ça s’agite dans la concession.
Je me baisse à mon tour et lui avale sa bite, direct du premier coup derrière mes amygdales. Histoire de montrer que je suis pas novice non plus. Il apprécie l’attention en me prenant la tête et en me pilonnant la gorge, le tout agrémenté d’un « putain, c’est rare ! ».
Mes mains libres sont parvenues à faire glisser le jeans de ses fesses et mes doigts ont pris le chemin de son trou, petit mais bien chaud. Je tends mes doigts vers le haut et il me les suce, les enduits de salive. Je peux alors lui préparer la rondelle. Un puis deux doigts entrent assez facilement. Il ne bande que plus dur. Après avoir pu lui mettre un troisième, je me redresse, le tourne vers les lavabos. Il s’y accroche et le temps de me kpoter, je me présente à sa porte arrière. J’ouvre quand même un sachet de gel au dessus de mon gland et pousse fermement. Mon gland entre accompagné d’un gémissement de plaisir. Je pousse jusqu’à disparaître complètement en lui. D’une main je vérifie qu’il bande toujours. Je l’encule une bonne dizaine de minute puis me retire, j’ai envie de sa bite en moi.
La combi une pièce ne facilite pas la chose ! je fini par la virer complètement avec son aide. Et je prend sa place après lui avoir donné gel et Kpote.
Il commence par s’accroupir derrière moi et me préparer l’oignon avec sa langue. Déjà dans ma bouche je l’avais trouvé très longue (sa langue), il allait me le prouver une nouvelle fois, réussissant à pénétrer mon trou de bien deux à trois cm.
Aussi bien préparé et surtout excité par la situation, je me suis ouvert rapidement et tout aussi vite il me l’a mise. Pas de délicatesse, rapport viril et fort, je me suis fait sauter en beauté. Jeune mais déjà bien expérimenté, il à joué de sa bite comme un virtuose de son archet sur son violon.
J’ai éclaboussé la faïence, utilisant mes muscles annaux pour lui bloquer la queue.
Il a été très surpris de ne plus pouvoir bouger. En deux à trois contractions de la sorte je lui ai fait remplir sa kpote.
Quand il a déculé, il m’a dit que c’était la première fois qu’on lui faisait ce coup. Et qu’il avait super aimé. Je me suis rhabillé avec son aide et une fois vérifiés mutuellement nous sommes retournés au magasin. Seul son boss nous a vu sortir des toilettes.
Nous sommes retournés devant le GSXR et il a fait semblant de me convaincre.
¼ d’heure plus tard (pour être crédible), il m’emmenait à son boss pour conclure l’affaire.
J’achetais donc un GSXR 1000 de base, couleurs blanc et bleu classiques à livrer à la maison et au nom de Eric X. Je dis au boss que son vendeur étant tellement bon, je ne discutais en rien le prix catalogue afin de lui assurer la meilleur commission possible. Il me répondit que parfois il avait cet effet là. je lui conseillais alors vivement de le garder. Il me dit qu’il n’avait aucunement l’envie de le laisser partir que c’était son meilleur élément. Je lui dis que je lui faisais confiance sur ce point n’ayant pas « testé » les autres. Comme le vendeur en question était encore à nos cotés, j’ai eu le plaisir de le voir rougir jusqu’aux cheveux.
J’ajoutais à l’achat qu’Eric X (le futur propriétaire) avait crédit ouvert pour modifier sa machine (freins, pot d’échappement, durites, bracelets…). Et pour le garantir, je laissais un chèque de caution de 4 000 € à charge pour eux de me fournir les factures signées d’Eric.

En dernier point je demandais à ce que la livraison soit effectué par son vendeur qui avait su si bien me convaincre. Point accepté de suite, et de fixer le jour de livraison. Et dernier détail j’exigeais un paquet cadeau rose vif avec un gros nœud rouge.  

Quelques jours plus tard j’attendais impatiemment ma livraison.
18h la camionnette arrive. J’avais décidé de mettre la moto dans le garage à la place de la berline de Marc.
Je le fais reculer jusqu’aux portes et le vendeur sort me saluer. Je suis en jeans polo. Il s’approche et comme je vais pour lui serrer la main, il me prend le poignet et la colle à son sexe. De son autre main, il tâte le mien et collés me roule un patin que j’accepte volontiers.
Je me décolle et lui dis « d’abord les choses sérieuses ». Il est d’accord et j’ouvre le garage pour qu’il descende la moto. Il la place au milieu de l’espace vacant et retourne chercher la boite cadeau qu’ils ont réalisés. Il m’a dit qu’avec un de ses collègue, ils s’étaient bien amusés à la faire. Résultat : un grand paralépipède rectangle rose fuscia avec son nœud rouge dessus qui couvre parfaitement la moto.
Choses faites, il regarde un peu autour et voit notre alignement de motos, VFR, X11, Ducat 1100 S et le R1 et devant ma SLS toute neuve.
Il se retourne vers moi et me dit que je ne m’ennui pas ! J’acquiesce et lui donne un billet de 100€ plié pour la livraison et le colisage. Il me remercie sans regarder la valeur.
Il n’a pas débandé depuis son arrivée et m’avait mis dans le même état que lui.

Camion garé et portes du garage fermées, nous avons repris notre salutation.  Il a vraiment une langue plus longue que la normale ! Mais c’est très bon.
Nos jeans respectifs déjà trop étroits, le sont devenus encore plus et ça a été une véritable libération que de les ouvrir.
A même le sol (béton propre) nous avons entamé un 69 torride. A qui avalera le plus loin la bite de l’autre. Sur ce point je l’ai battu de vitesse. Son gland obstruait mes voies digestives et respiratoires avant que le mien n’en fasse autant.
Pendant tout un moment ça n’a été que Slurp, Slurp. Puis ses doigts comme les miens sont entrés en jeu et nous avons alternés pipe / doigtage et anilingus.
Cette fois c’est lui qui a enculé en premier. J’ai retrouvé toute la fougue qu’il avait mis à notre première rencontre. A 4 pattes, je me faisait monter comme une chienne. Deux fois je l’ai calmé car sinon il aurait juté. Puis ça été mon tour, je l’ai enculé debout, plaqué contre mon SLS.  Alors que par les cheveux je lui tournais la tête pour profiter de sa langue, j’ai entendu les portes s’ouvrir automatiquement et perçu les phares de la berline de Marc éclairer le paquet cadeaux. Mon vendeur s’est aperçu alors que nous n’étions plus tout seuls. Il se serait je crois bien retiré mais je le coinçais contre la carrosserie et il n’avait pas la carrure pour me repousser.
Marc est venu à notre hauteur et m’a rouler un patin sans que je ne me désaccouple.  

Le vendeur hallucinait de la situation. J’ai fait les présentation le temps que Marc baisse son pantalon et se Kpote puis, je me suis retiré et il a pris ma place. Ses 2cm de long et son cm de diamètre de plus ont propulsé notre jeune ami vers les cimes du plaisir.  Comme il n’avait pas débandé, je me suis intercalé et je me suis planté sur sa bite.
Sous le rythme imposé par Marc, nous sommes doucement monté en pression. Je sentais la queue de Daniel prendre encore du volume, il était en train de remplir sa kpote. Sa main qui me branlait depuis un moment a reçu mon sperme.
Avant qu’il ne jette ma production au sol ou qu’il ne s’essuie sur son pantalon, je lui ai pris la main et l’ai nettoyée avec ma langue (miam). Un « quelle salope » est venu commenter le fait. Nous avons terminé Marc tous les deux avec une pipe à deux bouches jusqu’à ce qu’il couvre nos visages de sperme.

Vu l’heure, Marc a proposé au jeune vendeur de rester diner. Après un coup de fil à son boss pour lui dire qu’il ne ramènerait le camion que le lendemain matin, il a accepté l’invitation.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.