Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 16

Pendant les vacances de noël, je reçois un appel du père de Jean me demandant de passer le voir chez lui pour discuter du jardin de 2009.
Je sais pertinemment qu’il sera seul car Jean est parti les15 jours avec sa mère au sports d’hivers.

Je parle de mon rendez vous à Marc en lui disant les doutes que notre dernière entrevue avaient suscités. Je lui dis que si il me cherche, ça va me faire tripper de me faire le dernier membre de la famille !. Marc est mort de rire et accepte sans problème l’idée.

Description du type : chef d’entreprise de 55ans, 175 x 60 Kg environ (sans bedaine), cheveux gris en brosse et d’après sa femme imberbe avec une petite bite qui ne la fait plus jouir.

Quand j ‘arrive, je le trouve en jogging, c’est la première fois que je le vois en autre chose qu’un costume , en sueur. Il m’explique qu’il s’est remis dernièrement au sport et en attendant que les travaux de couverture de sa piscine soient effectués, il s’était remis à l’endurance où il y a quelques années il excellait.
Il me dit qu’il va prendre une douche et me demande de le suivre pour continuer la conversation !
Il m’entraîne à sa suite jusqu’à la chambre conjugale (30m², un lit king size avec tête et pieds de lit en barres métalliques), et commence à parler sport tout en se déshabillant. Il me demande quels sports je pratique. Je lui explique que je fais principalement de la muscu et que j’étire mes muscles par des séances de natation, plus particulièrement l’été.
En slip, il va dans la salle de bain tout en me demandant de le suivre. Il se met à poil devant moi (effectivement il est petitement équipé !) et entre dans la douche. Au physique, le reste ça va. Il est légèrement musclé sec, pas de graisse superflue ni de poignées d’amour. Les panneaux de verre simple ne cachent rien et nous continuons la discussion alors qu ‘il se savonne.
Je commence à être à l’étroit dans mon jeans et la barre qui s’y développe devient bien visible. Je laisse l’excitation monter en moi.
Dissertant sur les avantages de la muscu par rapport au demi fond (ce qu’il fait) et à la natation, il sort et s’essuie sans faire de cas d’être nu devant moi.
A la fin du séchage, il fixe mon entre jambe et me demande si c’est lui qui me fait cet effet là ?
Je confirme et prend mon paquet dans la main, le faisant ressortir encore plus.
Il s’approche et tombe à genou devant moi, les mains sur mes hanches la bouche collée sur le jeans au niveau de mon gland.
J’avais raison ! ce mec me voulait !!
Je le laisse faire, décidé à ne pas brusquer les choses.
Il glisse ses mains vers ma boucle de ceinture, l’ouvre et déboutonne ma braguette. Comme j’étais nu dessous, il accède directement au service trois pièces.
Il me descend le jeans sous les fesses. Ma bite se dresse à la verticale jusqu’au nombril.
Après un instant de contemplation, il approche son visage et sa langue remonte ma queue des boules jusqu’au gland. Arrivé là, il prend dans sa main droite mes couilles rasées du matin et tire doucement dessus pour me décoller la queue des abdos.
Il chapote alors mon gland de sa bouche, et doucement s’enfile la moitié de ma bite dans la bouche.
C’est toujours aussi bon de se faire sucer ! je n’ai pas senti les dents, sa langue tourne autour du gland et il commence à activer le mouvement.
Si c’est sa première pipe, il est très fort !
Je lui pose la question, il me dit qu’effectivement c’est sa première fois avec un garçon mais que depuis notre dernière rencontre, comme il n’avait pas cessé de penser à moi, il avait acheté quelques DVD de cul gay pour s’instruire.
Je le félicite sur son auto formation réussie et d’une main posée sur sa tête j’imprime le rythme de la fellation.
C’est jouissif de voir un mec puissant (PDG) à ses pieds et prêt à satisfaire ses désirs !
Il me demande si on peut changer de position car il souhaiterait pouvoir avaler totalement mes 20cm.
J’accepte et alors qu’il prend place sur le lit, la tête en dehors tendue à l’horizontal, je quitte mes vêtements et me place devant lui.
Il me reprend la bite et l’attire dans sa bouche. je le pénètre doucement, arrive à sa glotte et alors que je l’entend avaler, je pousse pour faire pénétrer le reste de ma bite. Je ressort aussi tôt, le laisse respirer et recommence. Il prend le rythme avec facilité et sa gorge s’ouvre sur mon gland de plus en plus aisément.
Il s’arrête juste le temps de me dire que c’est bon puis recommence sa pipe. Il commence à bander. Effectivement le résultat est court ! environ 12cm par 3 !
Il m’aspire la bite comme si sa vie en dépendait. Ça commence à me faire pas mal d’effets !
Je le relève avant qu’il ne tire mon jus des couilles et fait retomber la pression. Il me dit que depuis qu’il m’avait croisé, ses vieux démons de pensionnat l’avaient repris et il avait décidé d’y céder. Il n’avait pas osé faire à l’époque, se contentant de se branler en matant discrètement quelques collègues de sa classe se faire sodomiser par des ados des classes supérieures, auxquels j’ai l’impression il m’assimile.
Il me dit avoir à l’époque été attirés par les élèves de terminales, sportifs (auxquels je ressemble), qui lui arrivait de surprendre sous les douches du stade ou du pensionnat.
Je bande toujours mais mon envie de juter s’est calmée. Je lui demande si il veut que je lui fasse ce que les plus âgés faisaient à ses petit camarade ? il me dit qu’il aimerait bien essayer et me tend Kpote et gel.
Je le fais mettre à 4 pattes sur le lit et commence à jouer d’un doigt dans son anus. Comme je trouve qu’il entre très facilement, je lui demande si cela fait longtemps qu’il se doigte le cul ? il me dit alors, qu’avec les DVD, il s’était acheté un petit gode au sex shop et qu’il l’avait testé.
Du coup, j’y suis allé franchement et c’est carrément 3 doigts bien lubrifiés que je lui ai mis dans le trou. Alors que mon majeur lui caressait la prostate au travers de la parois de l’intestin, il commença à gémir. Je cessais pour ne pas le faire jouir trop tôt mais continuais le travail d’élargissement de sa rondelle.
Je me suis Kpoté et bientôt mon gland à remplacé mes doigts et doucement, j’ai enfoncé mes 20cm dans son cul.
Que c’est bon un cul vierge !! il enserrait bien ma tige et je sentais au travers du latex mon gland écarter son boyau. Lui me disait d’y aller, que c’était trop bon, qu’il regrettait de ne pas avoir sauté le pas plus tôt, que ma bite lui donnait un sentiment de plénitude, qu’il prenait son pieds comme jamais avec une femme.
Je le prenais alors aux hanches et ai activé le mouvement. Quand il se mit à jouir, les contractions de son anus lorsqu’il éjaculait bloquaient tout mouvement et comprimais délicieusement ma bite. Alors qu’il jutais sa 6ème giclée, j’éjaculais dans ma Kpote, bien bloqué au fond de son cul.
Comme je sortais de lui, il s’aplatit sur le lit et je roulais sur le dos à ses cotés.
¼ d’heure de récupération plus tard, il se mit sur se coudes et me regardant, me remercia de lui avoir fait connaître cela.
Je lui dis que le plaisir avait été réciproque.
Il me dit que maintenant que de nouvelle portes avaient été ouvertes, il aurait du mal à se passer de ce qu’il avait découvert. Il me demanda d’être muet sur ce qui s’était passé car sa position sociale pourrait en pâtir !
Enfilant un slip, il me demanda de le suivre, j’enfilais mon jeans et parti derrière lui curieux de la suite.
Arrivé à son bureau, il me demanda combien je voulais pour ma discrétion et pour le suivre de temps en temps comme « coach sportif » ? en plus de mon taf de jardinier.

J’aimais bien la litote proposée et assurant que ma discrétion était gratuite, je lui proposais un montant de séance qu’il s’empressa de doubler. Il me proposait plus de 2 fois ce qu’il me payait pour un après midi de jardinage !
Comme je lui en faisait la remarque, il convint que je n’étais pas assez payer pour cela et me dit qu’au printemps, il verrait à revaloriser mon salaire.

Pour finir il me demanda de le coacher le samedi matin à la salle de sport de son entreprise qui en générale est peu utilisée ce jour là. J’acceptais sachant que bientôt Marc allait devoir travailler tous les samedi matin pour un nouveau client et que je serais libre alors.
En lisant le cheque, j’ai appris qu’il se prénommait Georges.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.