Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 160

Gang bang

J’ai réussi à organiser le gang bang de Jimmy et Ed. Pas facile de trouver un samedi qui convienne à 20 personnes à la fois, même si l’enjeu était tel qu’ils se sont tous arrangés pour venir.

Une nouvelle fois j’ai utilisé le gite (j’ai même eu cette fois ci une réduction de tarif).
Marc étant en déplacement, j’ai embauché Samir et Ammed pour m’aider.
Débauche prévue pour le samedi soir 21h, nous avons passée une partie de l’après midi et arranger le gite et à préparer nos deux centres d’intérêts.
Epilés et rasés de près, lavés extérieurement comme intérieurement, nourris depuis trois repas de concentrés à digestibilité totale, ils étaient fin prêt à se faire 20 mecs. Une dernière préparation de leurs anus, graissage en profondeur (mes clients ne font pas moins de 23cm par 6) et pluggage en attendant.
Mise en scène : les deux corps à abuser sont placés à 4 pattes chacun sur une table basse, tête bèche.

Le premiers clients arrivent des 9h – 10mn, impatient ! je prends les enveloppes et compte rapidement le montant avant de les laisser entrer dans la salle.
En moins de 20 mn tout le monde est là. cela montre l’intérêt qu’ils portent à ma soirée. Ammed m’aide un moment pour la réception.
Quand nous leur servons l’apéritif, ils ne tarissent pas d’éloges sur les deux minets que je leur ai trouvé. Alors qu’ils s’alcoolisent raisonnablement, leurs mains courent sur les deux corps nus qui les attendent. Je vois que Jimmy et Ed sont impatients que cela démarre vraiment, ils ondulent sous les caresses, Jimmy allant même jusqu’à sucer les doigts qui s’égarent sur sa bouche.

Un des blacks les mieux membrés entame les « hostilités ». il ouvre sa braguette devant Jimmy et sort un boa encore mou mais déjà d’une vingtaine de cm.
Jimmy embouche le gland et aspire l’ensemble jusqu’aux couilles. Etonnement de l’aréopage. Un deuxième fait le coup à Ed. Même technique avec une réussite moins complète (ce n’est que sur le dos qu’il arrive à avaler les + de 23cm entiers).
 
Tous se mettent à poil et les affaires commencent. Nous ne sommes pas trop de trois pour maitriser la masse des participants. Je ne sais si c’est à cause de la répétition, pour certains ils viennent pour la 4ème fois, ou à cause du physique juvénile des deux proies, mais toujours est il qu’ils auraient tendance à vouloir zapper les kpotes.

La préparation anale de l’après midi était bien nécessaire car les clients les ont bourrés direct. Ammed a eu juste le temps de re-graisser leurs anus avant la première sodomie. Vaillamment, mes deux ptits mecs ont encaissés comme des pro. Pour Jimmy je n’avais aucunes craintes, son corps est véritablement phénoménal et il s’ouvre à tout type de bite sans en garder de trace. Pour Ed je fais quand même plus attention et je me charge de le surveiller de plus près.
En cours de gang bang, ils sont tous les deux pris devant et derrière en même temps et ressemblent à des agneaux sur une broche. Surtout que vu leurs gabarits, ils sont soulevés du plateau des tables et tenus en l’air uniquement sur les raideurs qui les perforent.

Après une heure et demi, la moitié des clients ont jutés. Rapide passage par la salle de bain pour nettoyer Jimmy et Ed pendant que les clients dévalisent le buffet, puis ils entament le round final.
Ce court répit a permis à Jimmy et Ed de détendre certains muscles mis à mal par des positions trop longtemps figées.

Après une nouvelle demi heure de baise, j’entends mes clients demander des doubles sodo. Je calme le jeu et leur précise que ce n’était pas dans le contrat de base. Comme ils insistent, je leur propose qu’une paire seulement sera autorisé à pénétrer en double Jimmy, et pour décider qui, ce sera aux enchères et cash.

La moitié des clients me demande une demi heure, le temps d’aller chercher ce qu’il faut alors que l’autre moitié n’entrant pas dans le jeu termine leurs affaires et se barre.

Ils faudra presque une heure pour que les 10 partis ne reviennent. Nous avons utilisés l’interruption pour préparer Jimmy. Double sodo par des bites de 23 à 26 par 6 à 8 de diamètre (heureusement ovale) ça nécessite un minimum de travail préparatoire même pour Jimmy.

Je prend donc la précaution de préparer soigneusement son trou à la main. Graisse, poppers, graisse et bientôt je le fiste main allongée puis au poing. Jimmy encaisse bien et il s’ouvre sous mes doigts sans souffrir.

Quand tous sont revenus,  j’entame la « vente ». Les enchères montent vite et il ne faut que 20mn pour décider qui aura le privilège de double sodomiser Jimmy. Ce sont deux blacks (que je sais, grâce à DGSE être parmi les plus riches) qui décrochent l’affaire à 5 fois la participation de base.

Billets en main, je les autorise à y aller. Le plus membré des deux se met sur le dos et appelle Jimmy qui vient le chevaucher et s’empaler sans difficultés sur le pieu hors norme. Quelques va et vient et il se couche sur le ventre pour faciliter l’accès du second. Ce dernier moins épais mais tout aussi long pointe son gland contre la rosette et profite d’une ré-intromission pour accompagner la queue déjà en place. Les autres clients autour n’en reviennent pas. Ed frissonne dans mes bras. Je le serre plus fort. Il me demande tout bas si je crois qu’il en serait capable un jour. Je lui dis que probablement s’il le voulait vraiment mais que chez lui cela risquerait d’être assez destructeur.
Comme les autres il regarde et admire Jimmy. Ammed lui passe un peu de poppers sous les narines et il se déchaine. Les deux black en ont pour leur argent ! Jimmy saute sur les bites réunies comme si c’en était qu’une.
Les mecs son tellement excité qu’il ne tiennent pas longtemps et jouissent dans leurs kpote au bout de 10 minutes à peine.
Samir et Ammed sont obligés de porter Jimmy qui après une prestation pareille est totalement vidé de toute énergie.
Les huit autres participant les retiennent juste le temps de juter sur Jimmy.
Fin du gang bang, Les clients se rhabillent et partent en me remerciant de la soirée (pas obligatoire au prix que je leur facture !).

Le dernier parti, je rejoint mes comparses et félicite tout le monde. Jimmy est sous la douche entre les mains d’Ammed qui le lave de toutes le sperme qu’il a sur lui. Samir lui s’occupe d’Ed. Une fois les deux protagonistes propres, Ammed et Samir les massent jusqu’à ce qu’il s’endorment détendu complètement.

Nous les laissons dormir et remettons en place le gite. Sacs poubelles fermés et rangés, nous chargeons les corps endormis dans la 300C et rentrons à la maison.

Il est 5 heure du matin quand nous mettons Jimmy et Ed dans le même lit sans qu’ils ne se réveillent.

 

Dimanche 14h :

Mes deux petits se réveillent. Ils descendent à la cuisine les yeux encore gonflés de sommeil. Ils me tombent dans les bras et chacun me roule un pelle. Je bande, quels petits cons !

Ed a mal à la mâchoire mais pas au cul. Faut dire qu’avec tout ce qu’il a sucé, et la taille des engins, c’est pas étonnant. Jimmy, lui est nickel. Comme je les ai dans les bras collés l’un à l’autre, je descend mes mains dans leurs dos et pose un doigt sur leur anus.
Celui de Jimmy est quasi comme neuf, celui d’Ed est ovale. Je lui dis qu’il va falloir toute la semaine prochaine faire ses exercices sur crayon de bois pour resserrer son sphincter. Je lui glisse par la même occasion qu’il sera de repos pendant toute la semaine suivante.
Samir s’approche de nous et d’un doigt huileux, pénètre leurs anus. Il confirme mon diagnostique.
En attendant Jimmy glisse à mes pieds pour résoudre mon « petit problème ».
J’adore vraiment sa gorge. On y pénètre avec une facilité déconcertante et un plaisir à chaque fois au rendez vous.
Au moment de juter, je sors et lui macule le visage de mon sperme.

Comme ils meurent de faim, nous improvisons un brunch.

Je reconduis Ed en début de soirée. Toujours pas de parents chez lui. Quand je leur demande (à Ed et Théo) comment cela marche, ils me répondent que c’est exceptionnel quand ils voient leurs parents plus de 4 fois la semaine et encore plus rarement le WE.
Théo qui s’est installé dans mes bras dès la porte franchie, m’a dit qu’il avait bien réfléchi sur la nécessité que je lui disais de faire d’autres expériences avec d’autres mecs et qu’il était d’accord. J’appris la nouvelle avec plaisir. La suite m’étonna un peu plus état donné que la seule personne avec qui il voulait bien se partager était Marc !
A force d’avoir sa langue dans ma bouche, je bande ! Il me dit de le porter jusqu’à sa chambre. Ed nous accompagne, la sienne est contigüe. Il y jette son sac en passant devant et nous suit. J’ai à peine franchi la porte que Théo se déchaîne pour me mettre à poil. Ce n’est qu’une fois nu qu’il se jette à mes pieds et entame sa pipe. Il s’est encore amélioré par rapport à la dernière fois.
Je pense à Marc, il n’aura aucun mal à faire pénétrer ses 22cm au fond de la gorge de Théo.
En attendant c’est la mienne qui se fait serrer à chaque pénétration par le larynx de cette petite salope !

Ed est à coté de nous et se branle doucement. Je lui demande s’il n’en a pas eu assez pour le WE. Il me répond que son envie de baiser son frère est légèrement atténuée par le fait de me voir le faire.
Lui aussi admire sa capacité à me manger entièrement. Lors d’une reprise de souffle, il questionne Théo qui lui monte le gode qu’il a acheté pour s’entrainer.
Reprise de la fellation. Je suis maintenant bien raide et très proche de juter. Je repousse la tête de Théo. Il comprend de suite et me tourne le dos pour se placer à 4 pattes sur le bord de son lit. comme je traine à venir, il prend appui de ses épaules sur le matelas et de ses mains libérées, il écarte ses fesses pour me dévoiler un anus palpitant d’impatience.
Je ne peux me retenir et plonge ma bite dedans. Ce ptit salaud s’était bien préparé et dès la « porte » franchie, je me suis retrouvé glissant entre des parois graissées juste comme il faut. Gémissements de plaisir de ma monture, je croche mes mains à ses hanches étroites et entame lentement un retrait. Je n peux m’empêcher de sortir totalement pour recommencer l’affaire. C’est trop bon et nous en profitons tous les deux. Je recommence encore une ou deux fois de plus puis me mets à le labourer sans déculer.
Il ponctue chacun de mes coups de rein par une expiration très sonore. Ed se couche à coté de son frère et il le fixe dans les yeux. D’après ce qu’il me dira plus tard, il y a vu la montée irrépressible du plaisir et l’embrasement de l’orgasme.
En attendant je besogne à provoquer ce dernier. Théo n’est pas en  reste, quand j’arrive au fond et que mes couilles battent les siennes remontées contre sa bite, il ajoute un bon coup de rein pour être bien sûr qu’il ne reste pas un millimètre de ma bite hors de son propre corps.

Ce régime à bientôt raison de moi et collé contre son dos après l’avoir aplati sur le dessus de lit, je me vide en lui. So orgasme a rejoint le mien et il a giclé à son tour.

Ed  qui se branlait à nos cotés s’est juste redressé pour juter sur les cheveux de Théo.

Je me retourne sur le dos emmenant Théo dans le mouvement. Il décule de ma bite en train de ramollir et se tourne pour se coucher sur mon ventre. Il love sa tête dans mon épaule et s’accroche à moi.

Il est grand temps qu’il se fasse baiser par un autre que moi (même si c’est Marc). Il faut absolument casser rapidement ce qu’il est en train de construire dans sa tête.

Je réfléchis qu’il faudra même mieux qu’il y ai au moins un autre mec de plus à le baiser. Il va falloir réfléchir sérieusement à qui !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.