Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 162

Après que les deux frères aient passé la nuit dans note lit, nous (Marc et moi) avons eu droit à un réveil bien agréable.
Vers les 8h, nous nous sommes réveillés au même moment avec chacun une bouche en train de sucer nos bandaisons matinales.
Je suis resté un bon moment entre deux eaux, les yeux fermés, à savourer les sensations que la bouche avide de Théo me procurait.
L’avantage avec mon Théo c’est qu’étant son premier mec, Marc le second et les prochains sous Kpotes, je pourrais continuer un bon moment en nokpote avec lui.
Cette idée m’a emmené au porte de l’explosion et ses coups de langues m’ont achevé. Je lui ai juté dans la gorge et la bouche une bonne demi douzaine de fois. Il a pris soin de bien avaler toute ma production et de rattraper d’une langue agile les quelques gouttes qui avaient pu s’échapper aux commissures de ses lèvres. Faut dire que ce matin je lui avais servi la dose question jus !
A nos coté, Marc étalait son sperme sur le torse d’Ed.
Pour les remercier nous avons branlé nos pipeurs respectifs et après avoir recueilli leurs spermes dans nos mains, nous le leur avons fait boire en plus.

Douche et direction la salle de muscu avec juste un jus de fruit dans le corps (enfin pour Marc et moi !).
J’ai mis les deux frères sur de la cardio, tapis de course et rameur, pendant qu’avec Marc je soulevais de la fonte. Je tiens à les garder plutôt filiformes que musclés, pour cela j’ai déjà Ric
 
Petit déjeuner enfin pas si petit que cela.

J’ai quelques courses à faire. En fait surtout un rendez vous à la banque (voir André le père de Ric) afin de faire le point sur mes avoirs car pour le reste Samir et Ammed assurent tout l’approvisionnement alimentaire comme les consommables sexuels.

Il ne fait pas mauvais et je décide d’y aller en moto. Théo, qui n’en a jamais fait insiste pour venir avec moi. Je me laisse faire et l’équipe d’un casque et blouson de Jimmy. Je lui explique le comportement à avoir dans mon dos. Le plus agréable : l’arrimage à mon paquet, le plus sérieux : se pencher exactement comme moi, du même coté.
Le tout pendant que chauffe la R1.
En selle, avant de démarrer je récapitule les instructions. Je lui prends les mains et les place sur mon paquet (pas la peine de lui préciser de les poser sur le réservoir en cas de freinage car vu son poids, je n’aurais aucun mal à supporter l’écrasement !) et un pied à terre penche la moto comme dans un virage. Collé à mon dos, il se penche du bon coté.
Départ. Les premiers Km je vérifie qu’il à bien compris en prenant quelques virages bien penchés et deux/trois freinages confirme son poids plume.
Nous faisons le trajet nous séparant de la banque. Après quelques Km, j’ai senti ses petites mains gantées (pourtant bien écrasée contre le réservoir) malaxer mon entrecuisse et me faire bander.
Je l’ai laissé faire. Nous sommes introduits directement dans le bureau d’André. Il remarque de suite mon état d’excitation et j’en dévoile alors la cause qui était restée cachée derrière moi. Sans que je lui demande, il me propose d’aller me rafraichir dans la petite salle d’eau jouxtant son bureau directorial. Je prends Théo par l’oreille et le pousse devant moi. Dès la porte refermée derrière nous, je lui baisse le pantalon et remonte juste de Zip du bas de ma combi. Un puis deux doigt mouillés de gel (j’en ai toujours sur moi avec des kpotes) préparent son trou et je le défonce direct plié contre le lavabo. Je le traite de petite salope qui ne cherche qu’à se faire enculer, que si il est si en manque, je pourrais peut être demander au directeur de la banque de s’occuper aussi de son petit trou…
Il halète sous mes coups de rein. Il m’excite encore plus en me disant qu’il l’a sent bien lui défoncer la rondelle, qu’il préfère que je l’encule à ses branlettes en solitaire. Je prend bien soin de lui faire sentir la totalité de mes 20cm gland compris en déculant entièrement et en attendant que son anus de referme un peu pour y retourner.  Bien excité par ses manipulations précédentes plus la situation, je explose au fond de ses boyaux. Une de mes mains retient son sperme alors que l’autre tente de diminuer le volume sonore de ses gémissements. Il lèche son sperme avant que nous procédions à quelques ablutions et que nous remettions un peu d’ordre dans nos tenues avant de rejoindre André.

Après avoir fait sortir Théo et lui avoir dit de m’attendre dans le grand hall de la banque, je me suis entretenu de mes affaires. Ces dernières vont très bien et j’aurais bientôt un capital pouvant m’assurer un revenu plus que décent. Faut dire que je ne paye pas ma part des charges de la maison avec les revenus que m’assure ma position de fils d’Emma.
Après la partie sérieuse, il me demande qui est le ptit mec qui m’accompagne. Quand je lui dit qu’il est le frère d’Ed, il lui reconnaît alors une certaine ressemblance. La question suivante est quand est ce que je le mets au « travail ». La, je le freine de suite en lui disant qu’il faudra qu’il se contente de Jimmy et Ed un bon moment car Théo je me le réservais.
Je demande les dernières nouvelles de Ric. Il me confirme que ses études se passent de façon très satisfaisantes et que coté sexe, ils ont poussé assez loin l’expérimentation de la stimulation électrique. Il m’invite à venir voir ça dès que j’aurais 5 mn. Très intrigué on se  fixe un rendez vous pour le mardi soir suivant (Marc est en déplacement).

Le retour m’a remis aussi bandant que l’aller. Je me suis donc offert de nouveau le petit trou de Théo, ce coup ci dans le garage. Sur le coffre du SLS, les deux jambes sur mon épaule gauche (pas eu le temps de retirer ses chaussures et ses jeans) je me suis offert son cul. Même après le passage récent de ma bite, j’étais bien serré et sentis en plus ses efforts de contractions anales.
Après quelques gesticulations qui lui ont libéré les chevilles, nous avons pu passer à la vitesse supérieure. Il a ceint mes hanches des ses jambes et je me suis redressé pour le porter dans mes bras. Une fois debout, j’ai senti qu’il basculait son bassin en avant pour s’enfoncer encore mieux sur ma queue. Là, toute ma bite dans son anus, il a écrasé sa bouche sur la mienne en gémissant de plaisir. les jambes légèrement écartées pour assurer notre stabilité, je l’ai posé, dos sur la selle du X11 (elle est à la bonne hauteur pour me faciliter l’enculage) et libéré de son poids, j’ai pu le limer sérieusement. Mes grands coups de rein faisait sortir mon gland à chaque fois. Je prenais alors plaisir à regarder son anus se refermer doucement avant de me renfoncer sèchement. C’est lui qui s’est agrippé à moi et m’a supplié de le défoncer comme la salope qu’il était.
Devant une telle demande, je ne me suis plus retenu et je lui ai défoncé la rondelle jusqu’à exploser au fond de son trou.  Au même moment il éjaculait sur mon cuir.
Retour à la maison. Nous trouvons Ed devant la TV qui nous demande pourquoi nous avons été si long. Quelques explications et nous lui demandons à notre tour ce qu’il a fait pendant ce temps là. il nous dit que de son coté, il avait soulagé Marc qu’une « crampe » mal placée rendait distrait pour le travail qu’il avait amené à la maison !
Avec Théo, je me suis mis à l’aise (en jock) avant de proposer un passage dans la piscine en attendant le déjeuner.

Il fait encore frais mais nous sortons directement par les baies vitrée du salon et sautons nus dans l’eau chaude (28°C).
Nous y sommes encore quand Marc nous envoi Samir et Ammed nous sortir de l’eau et nous rouler dans de grands peignoirs en éponge.

Déjeuner tous les 4. Au café, le récit de notre sortie du matin, a provoqué chez Marc une réaction qui est franchement devenue visible. Pour s’en défaire, alors qu’Ed s’apprêtait à s’en occuper, il a demandé à Théo de le faire.
Il apprend bien et je commence à en être un peu fier !
Il s’est mis à genoux entre les jambes de Marc et penché en avant a commencé par lécher de bas en haut les 22cm de Marc. En moi même, je me suis dit qu’il avait quand même du mater un bon nombre de porno sur le net !
Ed est venu dans mes bras et enfoncés dans un grand fauteuil en face d’eux, nous l’avons regarder faire.  
Théo a dégagé les couilles de Marc pour les prendre l’une après l’autre dans sa bouche et les faire rouler sous sa langue. Puis il s’est de nouveau attaqué aux 22cm de chair raide. Reprise du léchage façon glace avant de venir se concentrer sur le gland violet d’excitation. Après avoir passé sa langue dessus, sous la couronne, agacé le frein, il l’a enfin (surtout pour Marc dont nous avons entendu un gémissement de délivrance) pris totalement dans sa bouche.
Marc a posé ses deux mains sur ses oreilles et lui a signifié ainsi de s’attarder un moment uniquement sur son gland. Nous avons deviné, aux gonflements irréguliers de ses joues, qu’il faisait tourner sa langue sur toute sa surface.
Ne pouvant plus tenir, Marc a appuyé sur sa tête et s’est enfoncé dans sa bouche et, sans arrêt, au fond de sa gorge ne s’arrêtant qu’avec le menton de Théo dans ses couilles.
Comme je bandais, très excité par ce porno en live, Ed s’est laissé glisser à mes pieds pour imiter son frère. Nous avons rattrapé notre retard en enfonçant ma queue direct dans sa gorge.  
J’ai perçu toute les progrès qu’il avait fait car pas un haut le cœur n’est venu perturber mon limage de gorge si tôt après le repas !

J’ai calqué les positions de Marc avec Théo sur Ed.

Quand Marc s’est penché au dessus de Théo pour lui mettre un puis plusieurs doigts dans le cul, j’ai fait de même pour ouvrir la rondelle d’Ed. Quand il lui a dit de se mettre en 69 et que Théo, les genoux sur le dossier du canapé, lui a présenté sa rondelle alors qu’il reprenait en bouche sa bite, avec Ed, nous avons fait de même.
Nous avons pu saliver correctement leurs rondelles respectives, les écartant à l’aide de nos majeurs accolés.
Nouveau basculement de situation et les deux frères se sont retrouvés assis, plantés sur nos pieux rigides d’excitation (avec Kpote pour moi).
Marc se maintenant au fond de Théo, j’ai fait de même avec Ed. Ma bite était plongée dans une chaleur intense. Je sentais Ed contracter sa rondelle pour, sans bouger, essayer de me faire de l’effet. Je demandais à Marc ce qui se passait de son coté et il me dit que Théo lui massait la bite à coup de contractions anales. Ils ne sont pas frères par hasard ces deux là !

Marc et moi avons légèrement glissé sur le cuir afin que nos « cavaliers » aient plus d’aisance à nous chevaucher. Puis nous les avons laissé faire. Théo a calqué son rythme sur celui de son frère et nous les avons emmené en promenade jusqu’au 7ème ciel.
Démarrage en lents va et vient sur nos sexes. A chaque remontée nous avions droit au bisou avec la langue avant qu’il ne se renonce nos bites au fond de leurs culs. A ces moments là (bisous), nos glands seuls restaient coincés, bien serrés par l’anus. Ils profitaient de leurs poids pour s’enfiler plus rapidement nos queues, faisant claquer leurs fesses su nos cuisses. Heureusement que nos jambes un peu écartées protégeaient nos couilles ! Sinon ils n’auraient pas hésité à les écraser au passage !

Quelques passages rapides puis retour à des cadences « raisonnables » afin de ne pas nous faire jouir trop vite.
Marc et moi les avons laissé faire un bon moment avant de reprendre les commandes. Facilement (vu leurs gabarits), nous nous sommes levés tout en les maintenant enfoncés sur nos pieux puis les avons portés jusqu’à la table haute et posés dos dessus.

Nous nous sommes alors déchainé sur leurs petits culs. Nous les avons littéralement défoncés. Epaules contre épaules avec un synchronisme parfait, Marc et moi avons explosé au fond de leurs trous (moi dans une kpote) alors qu’ils jutaient en même temps.

Le temps de reprendre ses esprits et Ammed était à nos cotés avec des serviettes pour nettoyer les dégâts.
Cela ne nous a pas empêché d’aller faire un tour sous les douches (même essuyé, ça poisse !).

Le reste du WE s’est passé aux même occupations.

Au retour, j’ai eu droit aux remerciements de Théo assortis d’un « quand est ce qu’on remet cela ? » convainquant.

Rappel cinglant à la réalité par Ed, « quand tu auras amélioré ton niveau d’étude ».
Ha les frères !!, quand je m’inquiétais de la situation, Ed m’a dit que Théo malgré ou à cause de ses facilités, ne foutait rien et maintenait ainsi un 12 de moyenne, très inférieur à ce qu’il pourrait donner en bossant ne serait ce qu’un petit peu plus.

En total accord avec Ed, je planifiais le prochain WE non pas à une date mais à une note : 14 de moyenne.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.