Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 165

 

Livraisons des tableaux

Comme promis lors du vernissage, Moitié a fait la livraison du tableau à Kev.
Aussitôt après son passage j’ai eu droit à un coup de fil de ce dernier pour me dire qu’il s’était tapé le livreur( Moitié en personne).
Il m’a dit que c’était une véritable salope ! ça je le savais déjà pour l’avoir pratiqué l’été dernier.
Je lui ai dit que lorsque j’avais entendu qu’’il s’était proposé pour la livraison, j’avais déduit qu’il (Kev) lui avait tapé dans l’œil.
A cela il m’a répondu que lui, c’était pas l’œil qu’il avait visé. Très classe !!
Comme je lui disais qu’il avait une nouvelle fois « élargi » le cercle de ses amis, il s’est félicité de lui en avoir mis de quoi l’occuper quelques jours.
Je le détrompais rapidement en lui annonçant que Bo-gosse faisait du 24 x 5,5 et qu’il devait déjà s’en occuper au moins une à deux fois par jour vu sa libido.
Kev de me répondre qu’alors c’était pour cela qu’il était entré aussi facilement (bien que très correctement serré après).

Pour conclure il me dit que le tableau faisait très bien au dessus de son canapé.

Celui d’Emma est arrivé le jeudi et dès le lendemain les tapissiers étaient là pour l’accrocher au mur.

En attendant le WE et la livraison de mon achat, j’organisais au pied levé un dimanche sexe. Eric pour commencer, Moitié aimant les tailles au dessus de la moyenne, puis Igor avec ses jumeaux et pour finir nos voisins Bruno et Arnaud.

Depuis que nous avons Samir et Ammed, Marc ne s’occupe plus de l’intendance. Comme ça il n’a pas remarqué les préparatifs, ce sera un dimanche surprise.

Nous accueillons Bo-gosse et Moitié en début de soirée. Grâce au GPS plus une orientation par téléphone pour les derniers kms, ils arrivent sans problèmes jusque chez nous.

Je me charge de faire les présentations après que nos « hommes » les aient débarrassés de leurs manteau et blouson, en définissant qui est qui, artiste et galeriste.

Ils nous félicitent pour le style de notre service, Bo-gosse laissant trainer ses yeux sur les culs moulés de cuir de Samir et Ammed.

Moitié, lui, essaye de savoir ce que cache, mal, les jeans de Marc.

Comme il est déjà tard, nous passons direct à l’apéro. Whisky tassé pour Bo-gosse et Martini blanc pour Moitié pendant que Marc défait l’emballage de la toile.
Il la pose sur un des canapés, se recule puis me fait venir à ses cotés. J’attends avec fébrilité son avis.
Il me prend dans ses bras et m’embrasse d’abord gentiment puis plus violemment, oubliant nos invités.
Quelques toussotements amusés nous ont rappelé leur présence.
Bo-gosse admire notre décoration intérieure, cosy mais contemporaine, non sans nous féliciter pour le choix de la commode Louis XV avec sa marqueterie, son marbre et ses bronzes dorés (seule pièce ancienne) qui tranche contre son mur blanc.
Moitié, lui est plus intéressé par la piscine que l’on aperçoit fumer dans la fraîcheur du soir.

Samir vient nous prévenir que nous pouvons passer à table.
Le diner est parfait et Bo-gosse réitère ses félicitations. Le fait que nos serveurs soient uniquement vêtus de leur shorty en cuir moulant leurs formes généreuses, n’empêche pas un service stylé.
J’a senti plusieurs fois l’envie que Bo-gosse avait de leur mettre la main aux fesses et avant que cela n’arrive, j’ai fait la mise au point indispensable, Samir et Ammed nous servent mais uniquement pour la maison (oui je sais pas totalement mais il n’y a qu’avec nous et dans certaines conditions que cela déborde).

Déception de Bo-gosse qui, je pense, en aurait bien mis un dans son lit ce soir.
Nous finissons de dîner.
Pendant le café, la conversation dévie sur l’été dernier, les vacances et les touzes. Ils nous en ont raconté quelques unes pas mauvaises. Marc ayant cerné l’homme, a proposé à Bo-gosse un échange de mec pour la fin de soirée. Je le regarde un peu surpris. Mais n’est ce pas ce que j’avais inconsciemment cherché en faisant venir ce couple dans la maison ?
Pas de café, Marc nous entraine direct vers le baisodrome de l’étage (grande chambre occupé par deux grand lits de 2m au carré dont un mur et le plafond sont recouverts de miroirs avec bien sur salle de bain attenante).
Moitié, à peine le seuil franchi, s’est attaqué aux vêtement de Marc, je me venge sur ceux de Bo-gosse. Ils se retrouvent cote à cote, à poil avec deux salopes à leurs pieds en train de leur octroyer la meilleur pipe qu’ils savent faire.

Ce n’est pas une compétition ente Moitié et moi, mais on pourrait s’y méprendre.

Marc est plus court (2 cm) mais ses 5 mm de plus en diamètre compensent largement.
C’est d’ailleurs l’avis de Moitié qui sans peiner vraiment, en prend quand même « plein la gueule ». Je suis aussi bien servi de mon coté et ma tête bloquée entre les fortes mains de Bo-gosse je lui sers de masturbateur buccal.

Les queues sont raides et gonflées à fond. Bientôt je suis poussé en arrière. Le risque de jute de mon partenaire de jeux devenant quasi insurmontable.
Marc ayant de son coté eu la même réaction, je me tourne vers Moitié et nous entamons un roulage de pelle où chacun retrouve dans la bouche de l’autre le goût de son propre mec.

Sans décoller nos lèvres, nous nous faisons déshabiller.
Un ordre et nous voilà en 69 en train de nous bouffer réciproquement nos attributs sexuels.
Moitié est correctement équipé même si c’est plus petit que moi. A la bouche je dirais un bon 17cm x 4,5.
Alors que nous obéissons à l’ordre donné, je vois Marc se pencher pour manger le cul de Moitié au moment ou je sens contre ma rondelle, une langue chaude et mouillée lubrifier le passage.

Ça doit stimuler mon partenaire de 69 car je sens une aspiration plus intense sur ma queue. Je m’applique pour faire aussi bien.
Déchirure de pochette, doigts plein de gel dans le cul et soudain, l’assaut synchronisé. Je vois sous mes yeux ce qui se passe derrière moi au même moment, la pénétration d’une rondelle qui n’attendait que cela.
Bien que bâillonnés par nos bites, Moitié comme moi arrivons a émettre un avis favorable.
Nous nous faisons pilonner ainsi un bon moment avant que je ne sente Bo-gosse me soulever et basculer en arrière sur le lit. je me retrouve à le chevaucher. Dans la minute qui suit, Moitié est dans la même position, mimétisme ou parti pris de faire tout pareil ?
Rotation de 180° et nous faisons face à nos enculeurs.
C’est à notre tour de bosser un peu. Je joue une variation de contractions anales sans faire aucun mouvement. J’attend qu’il n’en puisse plus.
C’est le cas quelques minutes plus tard. Il me prend par les hanches, me soulève avant de me laisser retomber et m’ordonne de galoper.
Bien chef !
Je m’exécute, à mes cotés Moitié fait comme moi. Je saute alors un bon ¼ d’heure sur sa queue.
Puis il me fait rouler sur le dos et le creux de mes genoux contre ses biceps, il me pousse en arrière pour que je relève le cul. en  position de pompe (sportive), il me pompe (sexuellement).

Nous explosons tous les 4 à quelques 10ains de secondes d’intervalle. Je crois que je suis le premier, les 24 cm de Bo-gosse en cause !

Je tire Moitié sous la douche. il me félicite pour Marc qui l’a bien maitrisé coté montée en excitation. Je le remercie pour le sien de mec et de m’avoir prêté ses 24 cm efficaces. Alors que nous nous séchons, je lui annonce, sous le sceau du secret,
que demain y’aura touze à domicile.

Nous rejoignons nos Hommes et avec Marc, je laisse nos invités dormir.

Nous avons une petite discussion avant que la fatigue nous emporte. Marc est très content de ses deux cadeaux. Pour le tableau j’en était sûr, mai je ne vois pas l’autre. Il me prend dans ses bras et me dit « Moitié ».

Réveils vers 10h pour nous 4. Avant le petit dèj, je plonge me dérouiller par une bonne demi heure de nage. Je suis assez vite rejoint par Bo-gosse. Marc ne déteste pas mais pas aussitôt le matin, quand à Moitié, le sport autre qu’ « en chambre » ça pas l’air d’être son truc.

Sans espérer battre Ric, je force sur le papillon, en plus ça fait des épaules de déménageur ! Bo-gosse aligne les longueur de crawl.

Ce dernier est surpris une nouvelle fois quand nous trouvons Ammed sur le bord de l’eau à nous attendre avec des peignoirs comme nous décidons d’arrêter.

Petit déjeuner roboratif et nous rejoignons Marc et Moitié déjà en action ! Marc va pour s’excuser auprès de Bo-gosse mais ce dernier lui dit de laisser tomber, que Moitié était une vraie salope qui n’avait jamais réussi à se retenir devant une belle queue.

Bien qu’un peu fatigué, nos deux bites sortent de leurs torpeurs et gagnent en volume. Le spectacle de Moitié faisant du cheval sur les genoux de Marc, avec en plus comme bande son les gémissement qui vont bien, nous excite. Je me penche sur Bo-gosse et embouche son gland, le goût légèrement « javel » disparaît vite et je me retrouve avec sa main sur mon crane qui dirige ma pipe.

Variation de vitesse et de profondeur, il me dit que je suis un des rare à réussir à le bouffer jusqu’à l’os. Je me dis que soit il ne voit pas grand monde en dehors de Moitié, soit les parisiens sont des chochottes ! Les jeunes de notre bande maîtrisent tous cet exercice.

Le coup que j’ai de déglutir en rafale alors que son gland encombre ma gorge le prend par surprise et il ne peut se retenir. J’ai juste le temps de reculer et un geyser blanc sort de sa bite à 10 cm de mes yeux. Pour un peu je distinguerais chaque spermatozoïde qui le compose.
Moitié, de son coté, pousse un soupir de délivrance en claquant une dernière fois ses fesses sur les cuisses de Marc en train de reprendre sa respiration (suspendue quelques instants) alors qu’il se vidait au fond du trou de l’artiste.

Je profite que nous ayons besoin de nous rafraichir pour faire visiter à nos nouveaux amis le sous sol, sa salle de muscu et la salle d’eau associée.
Remarques sur les avantages d’être en province, puis tous le monde sous les douches.
Quand nous remontons, j’entends une voiture entrer dans la cour. Ce ne peut être qu’Igor et ses jumeaux.

Exacte, ils franchissent la porte comme Marc arrive dans l’entrée. « Surprise » !
Marc comprend tout de suite et me demande si nous avons d’autres invités. Je vais pour ajouter « les voisins » que Bruno et Arnaud traversent la pelouse (le portillon entre nos deux parcs).
Une moto arrive, c’est Eric qui nous rejoint.

Les jumeaux sont toujours aussi « sex » et Moitié comme Bo-gosse ne s’y trompe pas. Arnaud est toujours fashion-victime mais c’est comme mon petit frère, je lui pardonne. Moitié remarque tout de suite la protubérance que fait le sexe d’Eric sous le cuir de la combi.

Présentations des hommes puis du tableau. Igor aime bien et demande à Moitié s’il en a d’autre dans le style (homme nu), ou s’il lui peindrait les jumeaux ?
Moitié, pas vicieux du tout, lui a alors dit que cela dépendait du physique des sujets.
Ni une ni deux, voilà les jumeaux en train de nous faire un strip-tease au milieu du salon.
Alors qu’ils avaient encore leurs slips, bien remplis, sur les fesses, tous, autour, nous bandions comme des malades.

Moitié m’a demandé un appareil photo. Je lui ai prêté notre numérique et pendant une bonne demi heure, il a fait poser les jumeaux. Debout, couchés, assis, la        
pa-patte… nan je rigole ! mais il les a mitraillé. Après nous avons tous donné notre avis sur la plus belle position (non sexuelle !! faut suivre).
Finalement, Igor et les jumeaux ont optés pour Tic couché au sol la tête vers la droite et au dessus de lui, Tac couché sur le canapé, la tête dirigée vers la gauche. A Charge à Moitié de rendre cela, artistique et excitant.

Comme nous (les passifs ou Actifs/passifs) sommes en sou nombre, j’ai demandé à Samir de nous envoyer Jimmy.
De nouveau quelques brèves explications, l’instant est aux sexes et aux culs !

Je roule un méga patin à Tac et ça lance la touze. Tic s’occupe avec gourmandise des 24 cm de Bo-gosse, Arnaud « tète » Marc pendant que Moitié découvre la bite d’Eric et que Jimmy alterne entre les bites d’Igor et de Bruno.
La musique de fond, est couverte par les divers bruits de sucions qui émanent des suceurs, slurp, slurp.

Marc propose de continuer dans notre donjon. Accord immédiat des habitués et coup d’œil interrogateur de nos parisiens.
Samir et Hamed nous apportent les grand manteaux et nus dessous nous traversons la cour ensoleillée mais encore froide.

Dès la porte passée, je garde Bo-gosse et Moitié sans le sas et pousse les autres de l’autre coté en leur demandant de nous faire un tableau vivant.

Quand Marc nous appelle, nous entrons à notre tour.

La lumière est comme il faut et nous ne sommes pas éblouis par elle mais par contre nos deux nouveaux amis sont surpris. Ils ne s’attendaient probablement pas à une installation pareille.

Bruno encule Tic posé sur le sling central. Marc fait de même sur Tac plié en deux sur une selle de cheval avec en face de lui Eric qui lui masse les amygdales avec son gland. Arnaud se prend les 22cm d’Igor attaché en croix contre le mur. Un spot éclaire plus particulièrement la selle spéciale (celle équipé d’un gode au bon endroit).

Dans leurs dos, je leur demande comment ils trouvent notre « petite » installation.
Quelques propos élogieux plus tard, Moitié se défonçait tout seul sur la selle à gode. (gode moyen d’environ 22 x 5,5). Le tableau défait, chacun se colle, lèche, embouche ou rempli son voisin. Nous sommes quelques uns autour de la selle à gode à regarder Moitié se dilater en vue de se faire Eric. Nous ne sommes pas pressés. Je sens un torse nu se coller à mon dos. J’essaye de deviner qui c’est. Pas de poil sur le torse donc pas Bruno, plus qu’un peu plus grand que moi, ce ne peut être que Bo-gosse. Il se penche et glisse dans mon oreille qu’il va réellement kiffer quand Moitié se fera enculer par les 26cm d’Eric.
Je n’en doute pas vu que ses propres 24 cm sont bien raide et prennent place entre mes cuisses et que son gland soutient mes couilles.

Eric qui connaît bien la maison, remplace le gode de la selle par un de la taille au dessus, dans les 25 de long. Je lui demande pourquoi il n’est pas passé direct à notre « monstre » (28 x 6,5), il nous dit qu’il aime quand il y a encore un peu de résistance.

Le torse pris dans les bras de Bo-gosse, je sens son bassin aller et venir et son gland me masser le périnée. Ça m’excite et je sens mon anus réagir favorablement.
Je n’y tiens plus et à mon tour me plie en travers de la selle, mes jambes écartées.
Bo-gosse ne s’y trompe pas, c’est bien une invitation à ce qu’il me bourre le cul.

Kpote et gel, j’ai le temps de saturer de poppers mes narines avant de subir l’assaut. Bien qu’excité, je sens passer les 24 cm de bite raide de Bo-gosse. Il se fixe quelques instant au fond de mon trou. Mon anus se fait à la dilatation. Je relève la tête juste à temps pour admirer Moitié se faire enfiler par Eric.  Il déguste, bien qu’habitué aux 24cm de son mec. C’est, je crois le diamètre qui lui pose quelques problèmes.
Je re-sniffe un peu de poppers et lui jette le flacon. Il le porte sous son nez et aussitôt ses traits se détendent. Cela laisse le champ à Eric pour l’enculer à fond.
J’entend a dessus de moi, Bo-gosse féliciter Eric pour l’enculage de sa salope.

Je tourne un peu la tête et j’aperçois les autres se faire du bien. Igor se fait Arnaud dans un des slings accompagné à droite par Marc qui se tape Tac et à gauche par Bruno qui encule Tic. Ils discutent tous les trois des avantages de Ti et de Tac. Ce qui leur vaut un peu plus tard un échange de bite. Marc enculant Tic à son tour et Tac se faisant limer par Bruno, le tout sous les conseil de leur père bien au fait des différences sexuelles qui individualisent chacun des jumeaux (physiquement, c’ets très difficile de savoir qui est qui.

Moitié couine de façon fort peu virile mais très expressive du plaisir qu’il est en train de prendre avec la queue d’Eric entre ses fesses.
De mon coté les 24cm de Bo-gosse me font beaucoup d’effets et je prends un pied fou à me faire limer profondément.
Je veux voir Bo-gosse jouir, je me tourne sur le dos et garde l’équilibre sur la selle en fixant mes chevilles sur ses épaules. Ce n’est pas la position la plus confortable que j’ai connue mais je peux voir son visage et dans ses yeux la montée du jus de ses couilles à son gland.  Je joue de mon anus (contractions, blocage de queue…) et quand je sens qu’il va exploser, je le retiens au fond de moi. Il remplit sa kpote en gueulant un grand coup.
C’est le signal car les autres actifs à leur tour se libèrent aussi.  Eric visse le corps de Moitié sur sa queue et comme pour moi, il se vide au fond du cul de Moitié. Par contre, alors que nous nous désolidarisons assez rapidement, Eric reste encre bien 5mn planté dans Moitié sans débander d’un pouce.
Ce n’est que lorsque nous sommes tous autour d’eux qu’il se décide. Nous admirons tous la quantité de sperme qui est emprisonnée derrière le latex. Avant de filer aux douches collectives du fond de la pièce.

Inconsciemment, chacun retrouve son partenaire et alors que je me fais masser par Marc, Bruno lave Arnaud avec des gestes très tendres, c’est Moitié qui savonne Bo-gosse et chez le trio, Igor s’occupe de Tac qui lui même s’occupe de Tic avant de changer de configuration.
 
Nous regagnons la grande maison ou Samir et Ammed nous servent café et petits gâteaux.
Moitié est captivé par les jumeaux. Avec Arnaud, nous nous isolons à un bout du salon alors que nos « vieux » discutent à l’autre bout de la pièce.

Ce n’est qu’en début de soirée et à cause de la route pour Paris que nous nous séparons. Nous avons réussi à garder Igor et ses fils pour le diner.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.