Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 169

WE prévu Ed et Théo + Igor et fils, finalement Théo + Franck samedi

Samedi matin, je me réveille, Théo est toujours au creux de moi, nous avons passés la nuit emboité l’un dans l’autre.
Je glisse du lit sans le réveiller et vais me doucher. Je suis à me rincer qu’il me rejoint. Bisous, puis je le lave / caresse. Ça me fait bander et il glisse à genoux pour résoudre mon « problème » et ne cesse avant de me faire juter sur sa langue. Il s’applique  et prend tout son temps pour faire monter la pression. Sa langue commence par me lécher du périnée à la pointe de mon gland avant de le recouvrir complètement et m’avaler, son nez écrasé contre mon pubis. Il me pompe comme cela pendant bien 5mn tout en jouant de ses doigts avec mes boules fraichement rasées. C’est trop bon ! Régulièrement mon gland se retrouve serré dans sa gorge et massé par ses déglutitions. Il fait monter mon excitation à toute vitesse et je largue la purée. Il avale vaillamment tout ce que je lui envoi dans la bouche. Je l’attrape par les épaules et fourre ma langue dans sa bouche avant qu’il n’ai tout avalé.
A mon tour je le suce et il me jouit dan la bouche en moins de 5mn. Je garde tout et le partage avec lui dans un baiser.

Avant le petit déjeuner passage par la case réveil musculaire en piscine. Nous y retrouvons Franck qui barbotte déjà depuis près d’une demi heure en compagnie de trois autres mecs (40-50ans peu appétissants).
Après quelques longueurs d’échauffement, je lui lance un petit défi et nous nous lançons. Les quelques autres nageurs s’écartent et nous laissent faire, non sans nous mater ouvertement.
Faut dire, sans se vanter, que aussi bien Franck que moi, nous sommes de beaux morceaux (réciproquement : aviron et natation, muscu et natation).
Nous sommes de force égale au crawl comme à la brasse. Par contre en papillon il me bat de quelques centièmes pas plus !
Au bout d’une heure, Théo qui commençait à en avoir assez s’est planté dans mon rang et m’a attrapé pour nous faire cesser.

Avant de remonter, j’ai commandé un petit déjeuner pour trois à nous apporter dans notre suite. Franck de réclamer des œufs et du bacon, Théo des pains au chocolat, j’ajoutais du jus de fruit par dessus la cacophonie de leurs demandes.

Après le petit déj, Franck nous a proposés de nous joindre à lui et son grand père pour aller visiter Guérande et y déjeuner.

Promenade instructive, délicieux déjeuner de fruits de mer le tout offert par l’aïeul enchanté d’être entouré de beaux garçons. Mes oreilles sensibles ont plus d’une fois entendue des remarques allant du naïf « il a de la chance que ses petits enfants l’accompagnent » au vicieux « encore un vieux barbon qui se paye de la jeunesse ».

A notre retour, nous avons tous les trois tenté l’océan. Malgré et/ou à cause du soleil, l’eau nous a paru encore très froide et nous y avons juste fait un trempage.
Nous avons dîné tous les quatre et comme, avec Franck nous avions décidé d’aller en boite sur Nantes, son grand père nous a proposé sa caisse pour éviter que nous prenions deux véhicules, me chargeant de m’assurer que celui la qui conduirait serait sobre.
Franck de décider qu’il ferait l’aller et moi le retour (ça ne me gène pas, j’aime pas m’alcooliser en boite sauf avec mon mec).

Nous décidons de passer au Plein Sud (un bar homo de Nantes) avant d’aller en boite.
La musique est bonne  et les cocktails agréables (sans alcool pour Théo). Le barman est canon et le sait. Il a surtout un superbe cul que l’on aperçoit quand il nous apporte nos consommations. Je lui demande l’adresse de la boite gay en vogue et il nous explique la route nous disant que nous avions encore une bonne heure avant d’y aller.
Le trio que nous formons attire les regards et deux mecs nous abordent. Dans nos âges, mignons, je ne les éconduis pas. Nous discutons ensemble de la vie Gay sur Nantes. Franck kiff bien un de nos nouveaux copains et je n’ai pas l’air de laisser indifférent le second. Du coup je me retrouve avec Théo collé contre moi !
Nous levons le camp et allons en boite suivant nos deux nouveaux « amis ». La musique est bonne et nous nous déchaînons sur la piste.
Maintenant c’est plutôt Théo qui a du succès et je dois veiller sur lui, faudrait pas qu’on me l’enlève !! De toute façon nous ne sommes là que pour nous amuser.

Franck, lui, se laisse draguer par son nouvel ami et nous les voyons disparaître un bon moment. Quand ils reviennent à la lumière des spots, je vois sur le visage de Franck qu’il s’est vidé les couilles.
Il nous rejoint et me confie que son partenaire avait un super cul à bourrer. Par acquis de conscience je me fais confirmer qu’il l’a bien enculé avec Kpote.

Nous quittons la boite avant sa fermeture et je prends le volant pour rentrer.
Périphérique de Nantes, la police !
Mettez vous sur le coté.
J’obtempère, souffle dans le ballon que l’on me présente, négatif.
Papiers, je dois expliquer que l’on m’a prêté le véhicule.
L’un des policiers avait l’air un peu dubitatif en voyant trois jeunes dans une Audi A5 neuve. Mais tout étant en règle ils ont été obligés de nous laisser partir.

Arrivé à l’hôtel, nous (enfin moi) avons décidé de dormir tous ensemble. Enfin dormir, pas tout de suite.

Malgré les réticences de Théo, et surtout quand il a vu que j’allais baiser seul avec Franck s’il le fallait, il  s’est joint à nous,

Arès quelques minutes, il n’y a plus pensé et nous avons passé un bon moment de sexe. Théo nous a même accepté un dans son cul et l’autre dans la bouche (pour la double sodo, il n’est pas encore prêt). Il suffisait juste de le lancer. Après il s’est montré aussi vorace sur ma queue que sur celle de Franck.
J’ai pu constater les progrès de Franck aussi bien coté bouche avec une capacité immédiate à me prendre dans sa gorge, que coté cul.  Alors que je l’enculais en levrette, Théo sur le dos s’est glissé entre ses bras jusqu’à atteindre sa bite et la lui avaler.
Ça a fait de l ‘effet, quelques instants plus tard, Franck lui rendait la politesse en lui mangeant le cul.
Quand il s’est redressé pour me dire qu’il l’avait bien dilaté avec sa langue, je me suis reculé, j’ai balancé la kpote et suis allé enculer mon Théo.
Bien que bâillonné par les 19 cm de viande épaisse de Franck, je l’ai entendu gémir le temps que mes 20cm prennent place en lui.
Puis mes mains bien accrochées à ses hanches je l’ai enculé rudement (pour son plus grand plaisir).
Franck s’était redressé et sa bouche est venue me sucer les tétons. Bonne excitation supplémentaire, j’ai passé ma main derrière sa tête pour écraser sa bouche sur mon pec. Il a compris qu’il fallait plus qu’un simple suçon et j’ai bientôt sentit ses dents mordiller mes tétons.
Mes coups de rein se sont fait plus secs envoyant Théo se planter complètement sur la bite de Franck. Sentant mon excitation, il a joué de son anneau pour serrer ma queue et la freiner dans sa progression.
J’ai été le premier à jouir. Je me suis accroché, planté tout au fond de Théo et j’ai largué la sauce au fond de ses tripes. Moment divin !
Théo m’a suivi de près et s’est juté sur le ventre. Franck a juste eu le temps de sortir de la bouche de Théo et a ajouté sa production recouvrant le torse de Théo d’une nouvelle couche de sperme.
Avant que tout ce jus salope notre lit, j’ai pris Théo dans mes bras et l’ai porté jusqu’à la douche.  
Lavages rapides de nos trois corps puis dodo.

Dimanche :

10h quand nous sommes descendus prendre le petit déjeuner ! Servis en terrasse, nous avons été rejoint par le grand père de Franck à qui nous avons du raconter notre soirée (expurgée de l’épisode baise dans les toilettes de la boite) mais sans occulter le fait que nous ayons passé la nuit ensemble.

Ambiance détendue avec cet homme âgé mais compréhensif de la jeunesse. Ancien businessman, nous échangeons quelques considérations sur l’économie du moment. Je suis content de voir que nos analyses se rejoignent, ce qui ne me rassure pas !!!

Nous utilisons la piscine chauffée de l’hôtel pour passer un moment à faire baver les vacanciers (tous ayant dépassé la 50aine) devant nos plastiques de sportifs.
La première fois où nous revenons à la table du grand père de Franck, il nous fait part des quelques commentaires qui lui sont parvenus aux oreilles.
Pour certains, nous sommes des gosses de riche, pour d’autre, le diamant qui pend à mon oreille leur fait me classer comme trafiquant de drogue accompagné de son giton. Bonjour les clichés et les vieux films ! 
Mes yeux font le tour de la terrasse et les regards des hommes qui nous fixaient se détournent quand je les croise. Certains affichent de la surprise à nous voir nous installer avec quelqu’un d’aspect si respectable.
Par contre certaines femmes n’hésitent pas à me regarder dans les yeux et je peux y voir alors comme une invitation/défi. Une en particulier me déshabille du regard. Bon c’était facile vu que je n’avais sur moi qu’un maillot Aussiebum blanc qui, une fois mouillé, en révèle plus qu’il n’en cache.

Je décide de savoir jusqu’où elle est susceptible d’aller. Elle doit avoir la 50aine, look bourgeoise embagouzée, accompagnant un type (probablement son mari) d’environ 10 ans de plus.

J’enfile mon peignoir et laisse Théo avec mes amis, pour aller aux toilettes. 30 secondes plus tard je suis rejoins par la femme en question. Après un rapide regard pour vérifier que nous sommes seuls elle verrouille l’entrée et se colle à moi la main directement sur mon maillot. Pas de soucis, je bande direct.
J’entends un « je te veux ».
Réponse : « OK, tu as ce qu’il faut ? »
Là elle me sort un préservatif de son sac.
Je lui dis que c’est un début mais que je ne suis pas gratuit.
Elle me traite de pute.
Je lui renvoi que c’est elle qui est demandeur pas moi.
Elle fouille à nouveau son sac mais n’en sort qu’une centaine d’euros.
D’un sourire contrit, je lui fais comprendre que c’est un peu juste.
Elle me dit qu’elle n’a que cela sur elle. Alors tant pis, je commence à aller vers la porte quand elle se défait avec difficulté d’une de ses bagues et me la tend.
Elle me demande si ça me suffit. Je la prends dans ma main et l’examine brièvement. C’est un rubis de bonne taille. Pendant que je la regarde elle me dit qu’elle déclarera l’avoir perdue.
J’ouvre complètement mon peignoir, baisse mon maillot et lui dis « suce ». Elle s’agenouille et commence la pipe. 
Correct sans plus. Je lui demande si son mari se satisfait d’un travail aussi mauvais.
Elle s’arrête pour me dire qu’il ne lui avait jamais fait de remarque sur sa façon de sucer.
Je lui réponds qu’il va falloir qu’elle s’améliore sur le champ. Je lui prend la tête et m’enfonce dans sa bouche. Je lui ordonne un « avale » et m’enfonce brièvement dans sa gorge. Elle s’étouffe. Je lui dis que c’est cela une vrai pipe et qu’il faut qu’elle y arrive seule si elle veut que je la baise. Après de nombreux étranglements et haut le cœur, elle arrive à quelque chose de passable. Je la relève et la pousse contre les lavabos. Elle relève seule sa jupe, descend sa culotte et se penche sur un lavabo, une vrai chaudasse en manque !
Je me kpote et m’enfonce dans son vagin trempé d’excitation. J’ai beau bouger dans tous les sens je flotte dedans. Sans la prévenir, je sors et l’encule d’un coup sec. Elle commence à crier mais se rappelle où nous sommes et cela fini en geignement étouffé. Elle me dit de sortir, que jamais personne ne lui avait fait cela…
Je lui réponds qu’elle va aimer et que de toute façon sa chatte était bien trop large maintenant pour qu’un mec sauf ttbm s’y trouve bien.
Je ne cesse de lui labourer le cul et elle commence à y prendre goût. Mes doigt qui jouent avec son clito facilitent les choses. Elle hâlette et contracte spasmodiquement son anus. C’est enfin bon ! j’obtiens d’elle un premier orgasme qui la laisse à moitié inconsciente. Je continu à la labourer, je n’ai pas encore jouit. Elle me dit avoir mal a cul. je remets mes doigts dans sa chatte et elle repart. Comme je vais pour juter, je lui pince son clito et lui déclenche un deuxième orgasme qui la contracte totale. Coincé dans son anus, je jute par à-coup et rempli ma kpote.
Quand je me retire enfin, elle admet avoir jouit comme il y avait longtemps qu’elle ne l’avait fait.
Je retourne avec mes amis. Questionnements sur le temps que j’ai passé, jusqu’à ce que la femme rejoigne à son tour son mari. Là, Franck devine que je n’ai pas fait que pisser.
Nous retournons dans le bassin et tout en nageant, je surveille du coin de l’œil la table de la femme en question.
Ça à l’air de discuter ferme. Malgré la distance et le fond de teint, j’ai l’impression qu’elle rougit.
Quand nous sortons de l’eau et allons vers l’hôtel pour nous y changer pour le déjeuner, je me fais interpeller par le mari. Je confie la clé de la chambre à Franck et lui dit d’y accompagner Théo que je les rejoindrais plus tard.
Direct, il me demande comment j’ai fait pour baiser sa femme car lui, il n’y arrive plus à force de flotter dans sa chatte. Je suis rassuré, un moment j’ai cru qu’il allait faire un scandale. Je lui dis que c’est par derrière que j’y suis passé. Il me répond que même en levrette ça ne lui fait pas. Il a mal compris ! Je précise alors que c’est en l’enculant que ça va. Il ouvre de grand yeux n’ayant pas pensé à cette possibilité.
Il me demande si j’aurai un peu de temps à leur consacré dans l’après midi. Même réponse qu’à sa femme, mon temps est très cher. Réponse de sa part, pas de problème, combien ? Je cite un chiffre qui couvre au moins 4 fois les frais de notre W-E. il est accepté. Je lui dis que je serrais alors à leur disposition de 15h à 16h30.

Déjeuner avec Théo, Franck et le grand père. J’en profite pour leur confier Théo pour l’après midi. Quand nous finissons le café, il est l’heure pour moi d’aller « travailler ».

Je retrouve le couple dans sa chambre. Ils sont à poil tous les deux. Corrects pour leurs âges. Elle, sans trop de peau en surplus et lui pas bedonnant et arborant un sexe de bonne dimension (dans les 18 cm épais).
Je me déshabille sous leurs regards. Le mec me dit que je suis bien foutu, comme si je ne le savais pas ! Je m’approche de la femme et lui demande si elle a sucé son mari. Réponse : pas encore. Je dis alors au mec de s’approcher et à elle de commencer sa pipe.
Elle démarre timidement et je suis obligé de lui rappeler l’expérience du matin. Elle approfondie alors et la première fois ou le gland de son mari pénètre sa gorge, nous l’entendons gémir de plaisir.
Du coup il me remercie de lui avoir appris cela. je lui montre qu’en plaçant ses mains derrière la tête de sa femme, il peut gérer la profondeur et le temps passé dans la gorge.
De mon coté, je kpote mes 20cm et après avoir tiré sur ses hanches pour la mettre à genoux, je m’enfonce dans sa chatte. Le mec est surpris et me dit qu’il croyait que j’allais l’enculer. Je lui précise que lubrifié c’est quand même mieux pour tout le monde et que deux/ trois va et vient dans le vagin de sa femme assurera ce service.
D’ailleurs je le lui prouve aussitôt en changeant de trou et l’enculant fermement. Elle ne peut émettre qu’un grognement étouffé par la bite de son homme. Il regarde ce que je fais fasciné par l’acceptation de sa femme à ces nouvelles pratiques. Mes mains écartent bien les fesses de la meuf pour que son mec voit bien son anus se faire défoncer.
Il me demande bientôt s’il peut me remplacer. Je me retire et lui cède la place. Je remarque que son sexe est bien raide. Il suit mon exemple, trempe sa queue trois fois dans le vagin avant d’enculer sa femme. Quelques coups de rein plus tard, il m’avoue trouver cela divin.
Afin de m’occuper, je passe une main entre ses cuisses et vient tâter l’accouplement.
Les boulles du mecs balancent et je les tire un peu vers le bas, ça n’a pas l’air de lui déplaire. Je vais plus loin et entre mes doigts dans la chatte. Avec trois doigts je flotte encore. 4 passent sans difficultés non plus.
Du bout de mes doigts enfoncés dans le vagin, je masse la bite du mari en train d’utiliser le trou d’à coté. Il réagit bien trouvant cela encore plus agréable. Je lui dis qu’avec un peu de pratique c’est la main entière qu’on pourrait y mettre et qu’alors la main en question pourrait quasiment le branler.
Je sens qu’il bande encore plus à mes propos.
Je sors mes doigts englués de mouille et les glisse sous les couilles remontant jusqu’à l’anus du mari. Là, je n’hésite pas (après tout il m’a payé pour avoir de la nouveauté non ?) et enfonce un doigt dans son cul.
Ça le fait s’enfoncer brutalement dans le cul de sa meuf pour essayer de m’échapper. Peine perdue, j’avance avec lui et le coince contre sa femme. Mon premier doigt étant passé facile, j’y ajoute un second en lui glissant à l’oreille que j’allais l’enculer pour qu’il sache pourquoi sa femme aime cela.
Il me dit qu’il n’avait pas payé pour cela. Je lui réponds « Cadeau ! ».
Je me capote alors que résigné il continu à limer sa femme.
Je le fait changer de position. Il encule maintenant sa femme qui est sur le dos les jambes relevées. Je me place derrière lui, écarte ses fesses et pose mon bout sur son anus. J’ajoute une bonne dose de lubrifiant et pousse pour entrer d’un coup mon gland.
Léger cri mais pas de débandaison, je continue ma pénétration. Il ne bouge pas planté au fond du cul de sa femme.
Quand je suis lui est enfin mis mes 20cm, je me recule en le tenant aux hanches jusqu’à ce que seul son gland soit emprisonné dans sa femme. Là, je lui dis qu’il peut y aller seul. Mouvement timide et lent, il s’enfonce dans sa meuf alors qu’il me fait sortir de son cul. Sa bite étant plus courte que la mienne, il m’en reste plus en lui que lui dans sa meuf en fin de mouvement. 
Il recommence à bouger dans l’autre sens et s’encule seul sur ma teub. Ça passe.
Du coup il accélère ses va et vient et commence à bien apprécier ma queue.
Il ne met pas longtemps avant de juter dans sa femme. Du coup son anus serre ma teub à chaque éjaculation. Mais j ne suis pas encore assez excité pour jouir aussi.
Quand il a fini de se vider, je sors délicatement de son cul et jette la kpote qui me couvrait.
Je me mets sur le dos et ordonne à sa meuf de me sucer. Elle s’exécute sous les yeux de son mari et s’applique à me prendre en entier. Comme le mec regarde ma queue disparaitre régulièrement entièrement dans la bouche de sa meuf, je lui propose de se joindre à elle. Il me regarde, hésite un moment puis se penche pour lécher mes couilles. De lui même, il fait suivre sa langue sur ma hampe et pousse sa femme pour me sucer. Je sens ses dents ! Je le lui dis. Il s’applique et c’est un peu mieux. Quad je lui dis de laisser sa place à sa meuf qui m’avale entier. il s’accroche à mes fesses et m’enfonce d’un violent coup de tête dan sa gorge. Il s’étouffe et me recrache ! Il revient à l’assaut, fermement décidé à ce que ça marche.
J’avise sa meuf désœuvrée et lui dit d’aller bouffer le cul de son homme pour le maintenir prêt pour ma prochaine saillie.
Mes propos donnent un coup de fouet à mon suceur qui s’applique à me satisfaire. Avec beaucoup d’efforts, il parvient à me prendre en gorge assez régulièrement.
Je suis bien raide et le temps commence à filer ! je leur dis de se mettre en 69avec lui au dessus et me place pour l’enculer. Je sens sa meuf me tenir la queue et la présenter devant l’anus de son mari. Elle a bien bossé et ce dernier est luisant de salive. Je pousse et rentre comme dans du beurre. En dessous elle suce la bite qui pend.
Mes mains sur les hanches du mec, je donne le rythme de ma sodo et par conséquent de la pipe.
Là, quand il jute dans la bouche de sa femme, je remplis ma capote.

Après quelques instants de récupération et un bonne douche plus tard (pour moi), je les quitte. Le mec me remercie de leur avoir appris des choses et je leur dis qu’ils n’ont plus qu’à se trouver des partenaires pour continuer.
Ils me demandent si je pourrais revenir les « voir ». ils sont gentils mais j’ai d’autre occupations. Je prends leur n° de téléphone et leur dit que j’essayerai de leur trouver quelqu’un. Au moment de passer la porte, le mec m’arrête et me glisse dans la main une autre des bagues de sa femme en s’excusant de ne pas avoir pris plus de liquide. Je lui dit qu’il avait déjà payé. Il me répond « oui, mais pas les extras ».
J’accepte donc et je suis rentré à ma suite en faisant sauter une belle émeraude dans ma main.

Comme Théo me faisait rire avec une crise de jalousie, je plaçais la bague sous son oreille en lui demandant si cela lui ferait plaisir de la porter.
Le fait d’avoir le même type de boucle d’oreille l’a fait se jeter à mon cou. Problème réglé !

Nous sommes rentrés à vitesse maxi pour finalement arriver dans une maison encore désertée du reste de la famille.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.