Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 171

Ric en garde à vue chez DGSE

Comme DGSE m’avait passé commande de Ric, je suis passé un soir chez son père.
Nous en profitons (son père et moi) pour discuter de mes affaires propres (mon entreprise d’Escort-boys). J’en profite aussi pour lui déposer les recettes de la 15aine.
Nous discutons aussi du monde des affaires et je m’aperçois qu’il n’a pas grand chose à m’apprendre. Il m’en félicite.
Puis comme Ric est rentré de la Fac, j’aborde le sujet pour lequel je suis venu les voir. A savoir un plan « garde à vue » chez mon client DGSE. Celui qui avait soumis Ric à la stimulation électrique.
Ric est partant à 200%. André se fait tirer l’oreille. Je lui rappelle que grâce à son expérience, il a pu évoluer dans la domination de Ric comme jamais. Il le reconnaît et fini par accepter.
J’appelle alors directement DGSE pour fixer le rendez vous. Il décroche en me disant « bonsoir Sasha », facile avec les numéros enregistrés ! Je lui demande quand il pensait avoir besoin de Ric, réponse dans deux jours et si possible l’après midi entière. Je répercute sa demande. Ric est d’accord. Il me parle du tarif, je le laisse monter jusqu’au nombre que j’estime correct (environ le double d’une séance normale avec Ed ou Jimmy).
Après avoir raccroché, Ric me dit qu’il peut y aller tout seul maintenant qu’il a sa voiture. Je refuse, question de sécurité. Même si je commence à connaître DGSE, il se pourrait que ses pratiques le fatigue au delà de sa capacité de rentrer et je préfère être là. André me soutient.

Comme convenu, deux jours plus tard je passe prendre Ric en voiture. Il me reproche de ne pas être venu avec mon SLS. Je lui dis que, coté discrétion, il valait mieux que nous roulions avec l’utilitaire de la maison (une Chrysler 300C break quand même !).

Pendant le trajet, il me parle ouvertement de sa relation avec André, son père. Il me dit qu’ils deviennent tellement complice que ce dernier n’a plus rien à lui demander, qu’il sait exactement ce qui lui fait plaisir et qu’il s’exécute avant toute demande. Il me dit aussi qu’il apprécie les plans extérieurs que j’arrive à lui trouver.

Nous discutons aussi de Cédric. Il me dit avoir rarement vu un p’tit mec aussi volontaire. Il a pris l’option « prise de volume » et s’attelle 4 soirs par semaine à y réussir. Ric lui fourni les compléments alimentaires nécessaires et il me dit que cela commence à se voir. C’est Eric qui va être content !
Il me dit que cela ne l’étonne pas qu’Eric lui ait mis la main dessus, même « crevette » comme il est actuellement, il est sacrément mignon. Au club, il a surpris plus d’un regard d’envie posé sur lui quand il fait ses exercices. Et sous les douches, ils ne sont jamais seuls tous les deux ! Il y a surpris quelques queues bandées et il est sûr que Cédric y est pour quelque chose.
Du coup, je lui demande si ça craint pour Cédric. Ric me répond que non, même lui qui est franchement connoté homo n’a jamais été embêté par qui que ce soit. Et ce n’est pourtant pas certains regards ou certaines levées de bite en sa présence qui ont manqués.
Nous arrivons chez DGSE. Dès la porte passée, il prend en charge Ric me laissant simple spectateur (avec mon enveloppe à compter pour m’occuper).
Bras dans le dos, menottes aux poignets, Ric s’est fait pousser dans l’escalier du sous sol.
Assis brusquement sur une chaise en bois, il est questionné comme un petit malfrat de banlieue, intimidation (traité de tapette, de branleur de cité, qu’en tôle, vu sa gueule il servira de vide couille à toute son étage et que ça fait du monde), gestes forts (coups dans les épaules, sur ses pecs, sur les cuisses), mais mon Ric comme prévu dans le scénario, ne lâche rien.
Enervements (faux) du faux flic, il lui dit que puisqu’il ne le croit pas, il va lui donner un avant goût de la prison. Il le lève de sa chaise et le met nu. Il commence par le t–shirt qu’il déchire pour ne pas le démenotter. S’en suit le baggy et le shorty malgré les « non, non, nooon » de Ric.
Une fois nu, DGSE le fait se rassoir et lui demande à nouveau de parler. Mutisme complet de Ric. Pas de nouvelles menaces, DGSE se lève à nouveau et pioche dans son matériel de contention une barre à menotte d’environ 1m qu’il installe aux cheville de Ric. Maintenant ce dernier debout, il continu de s’attaquer à son corps. Claques sur les bras et les cuisses, pincements de téton, mon pauvre Ric se met à bander comme un malade (son coté maso si bien inculqué par sa folle de mère).
DGSE, lui crie dessus que cela prouve qu’il était bien une salope de Pd, y’avait qu’eux pour bander sous les coups !
Il le déséquilibre et Ric se retient de tomber en posant ses épaules sur le plateau du bureau. Du coup je vois que son cul est bien en évidence. Je me doute de ce qu’il va lui arriver. DGSE passe derrière lui et lui met direct un doigt graissé bien profond en lui disant qu’il va falloir qu’il s’habitue à la sensation car c’est ce qui l’attendra en tôle.
Ric joue le jeu et gueule qu’il ne dira rien quoi qu’on lui fasse, que c’est pas une balance.
DGSE de rebondir, que ce n’est peut être pas une balance mais un trou à bite, ça il le sera bientôt !
Entravé comme il est et en déséquilibre complet, Ric ne peut se dérober à DGSE.
Ce dernier lui dit que puisqu’il ne veut pas passer à table, il va passer à la casserole (humour policier !).
Je vois que maintenant ce sont deux puis trois doigts qui lui écartent la rondelle. Comme je suis de profil par rapport à eux, je vois aussi que Ric ne débande pas !
Entre deux gémissements qu’il ne parlera pas, la tête tournée vers moi, il me rassure d’un clin d’œil complice.
Le spectacle me fait bander. J’en ai mal sous la braguette ! Je n ‘hésite pas à ouvrir mon jeans et à sortir ma bite. ouf ! Je me paluche doucement. Pas la peine de jouir trop vite, la séance ne vient que de commencer.
Alors que je pensais que DGSE allait l’enculer, je le vois s’écarter et fouiller dans son étagère à accessoires. Il en revient avec une série de gode. 5 plutôt balaises je pense, vu de loin, que le plus petit fait déjà plus de 20cm, quand au plus gros, même le 28cm que j’ai à la maison me semble plus petit !
Il les place sur le bureau devant la tête de Ric et lui explique que tous il va se les prendre dans le cul pour qu’il se fasse à la chose.
Ric joue le jeu et rigole que des gros comme ça ca n’existe pas dans la réalité.
DGSE déboutonne alors son jeans et lui présente sa propre bite. Ses 26cm ne sont pas totalement déployés mais Ric fait semblant de ne pas en croire ses yeux.
DGSE lui prend la tête et pousse son gland contre ses lèvres en lui ordonnant de lui bouffer la teub. Ric résiste, cela lui vaut deux claques qui lui ouvrent le bec.
Dès qu’il commence à desserrer les mâchoires, DGSE pousse son gland et lui enfile profond dans la gorge. J’entends un « suce et si je sens les dents ça va être ta fête ».
Ric suce et je vois qu’à chaque fois il se fait élargir la gorge par le gros gland de DGSE.
Ce dernier commence à le flatter « c’est bien p’tite pute, tu commences à t’y faire, y’aura surement des blackos pour apprécier tes capacités ». Il sort de Ric ses 26cm raides, gonflés à bloc.
Il le replace épaule sur le bureau et passe derrière lui pour s’occuper de son cul. Un par un il fait entrer les 4 godes les plus « petits » si on peut dire !
Au premier Ric essaye de se dérober. Du coup il reçoit une volée de fessées qui lui laisse le cul tout rouge. Ça le calme et il accepte le godage. Je sais qu’avec son entrainement et la taille de la bite de son paternel, c’est pour lui une formalité. Mais il joue bien le jeu et gueule à chaque poussée dans son trou.
Je passe sur le dialogue insistant sur la nécessité de lui entrainer le cul avant son arrivée en prison au risque de se le faire casser pour de bon.

Quand le quatrième coulisse facile, (graissage et poppers en cause), DGSE lui dit qu’il va connaître la vraie queue. Le manche en chair, échantillon de ce qu’il aura bientôt régulièrement dans le cul.
Je le vois se kpoter et poser son gland sur l’anus de Ric. D’un coup d’un seul, il le perfore jusqu'à taper son pubis contre ses fesses. Hurlement de Ric (j’y aurais cru si je n’avais su que la bite de son père ne faisait pas 27cm x 7 de diamètre).
 Il est complètement dans le jeu. Il rue, gueule que c’est pas un Pd, ni une salope. DGSE le bloque bien contre le bureau et il ne peut s’échapper (en fait, vu sa musculature, ce ne lui serait pas si difficile que cela !).
Il se fait enculer durement. Ses tétons râpent le bureau et quand j’arrive à les apercevoir, ils sont tout rouges et raides. Soudain DGSE s’arrête. Je le vois déculer et enlever sa kpote.
Je me dis que s’il veut continuer sans, ça va pas le faire, c’est pas le contrat !
Mais non. En fait il compte achever Ric avec le dernier gode, plus gros que sa propre bite.
Il défait les menottes, juste le temps de placer les bras de Ric devant lui. Il le positionne dos sur le bureau , relève ses jambes et referme les bracelets après les avoir placées derrière les cuisses.
Il lui ordonne de tenir ses jambes et positionne l’énormité devant son anus.
Il a pris soin de le couvrir d’une couche de graisse à fist blanche.
Les mains occupées, il me demande de venir saturer les narines de Ric de poppers. La queue raide, je m’approche et dose mon Ric. Il chauffe. DGSE en profite pour lui entrer le gros gland noir en forme de champignon. Bien qu’habitué aux grosses dimension et même au fist, Ric accuse le coup.
Je lui prends alors la tête entre les mains et fixe mon regard dans le sien. Je veux être capable de tout arrêter si je vois dans ses yeux qu’il ne supporte plus.
Mais DGSE est un vrai pro. Il le laisse s’habituer au gros gland avant de pousser tout doucement le reste du gode.
DGSE nous annonce les dimensions, 30 x 8. ça devrait le faire, après tout quand nous avons double sodomisés Ric, le diamètre était encore pire. Par contre les 30cm de long !!
DGSE sait que je tiens à mon Ric et il prend beaucoup de précautions. Néanmoins, il arrive par petites rotations à lui mettre l’engin entier.
Ric, en brave petit soldat, n’a pas quitté mon regard et c’est même du plaisir que j’ai vu passer dans ses yeux. je n’ai pu m’empêcher de me pencher et de l’embrasser sur les lèvres pour le féliciter. DGSE a joué quelques instant avec le gode et le cul de Ric avant de le lui retirer.
Remplaçant se dernier par sa main,  il est venu caresser de l’intérieur la prostate de Ric. c’a été amusant de voir se dresser toute droite sa queue qui sous l’effet de la méga pénétration s’était un peu ramollie.
DGSE l’a amené plusieurs fois aux portes de la jouissance avant de retirer sa main.
J’ai repris ma place au fond de la pièce à me branler doucement.
DGSE a continuer son rôle de méchant flic. Il lui a annoncé que ce qu’il venait de subir, était un aperçu de ce qu’il subirait tous les jours en tôle. Qu’il y avait suffisamment de blacks pour défoncer son cul de salope en permanence et qu’après quelques années il serait même incapable de refermer sa rondelle et qu’il lui faudrait un bon plug pour retenir sa merde.
Ric est passé au mode pleurnichard, lui promettant de faire et dire tout ce qu’il désirait pour éviter cela. même a devenir sa pute attitrée à lui.
DGSE lui a alors flatté les flancs (comme à un bon cheval) et lui a dit qu’il avait enfin compris comment ça marchait.
Il a enfilé une nouvelle kpote et s’est enfoncer dans le trou de Ric qui entre temps s’était suffisamment refermé.
Ric de continuer à jouer, je l’ai entendu lui dire merci à chaque coup de rein qui le faisait se faire saillir.
 Puis DGSE s’est retiré. Il l’a pluggué et a fait le tour du bureau pour se finir dans sa bouche.
Ric la tête renversée en arrière s’est enfiler les 26cm de bite raide bien profond dans sa gorge. Placé de profil par rapport à eux, j’ai pu admirer la progression du gland dans Ric, lui soulevant la pomme d’Adam à chaque passage en force.
Intérieurement je me suis dit que sa voix allait descendre dans les basses. J’ai pu, au retour, confirmer que c’était le cas. elle n’était pas descendue d’une octave mais pas loin !
En attendant. Arrivé au bout de sa résistance, DGSE s’est retiré de Ric et l’a arrosé d’une dose de sperme impressionnante. J’en ai juté de mon coté. Pour Ric c’est au retrait de son plug et avec la moitié de la main de DGSE dans le cul qu’il a explosé à son tour.
DGSE a été parfait après. Il a démenotté Ric et l’a aidé à aller jusqu’à la douche qu’ils ont pris ensemble. Cette dernière étant dans un des coins de la pièce et totalement ouverte, j’ai pu voir qu’il lavait Ric avec beaucoup de douceur.

Une fois secs, nous sommes remonté dans son salon où il nous a offert des rafraichissements. Il nous a remercié tous les deux pour les 4 heures (!) qu’il avait passé. Ric, de son coté, lui a retourné ses remerciements, disant qu’il s’était pris au jeu, que mentalement il avait trippé un max et que physiquement, les entraves et ses 26cm l’avait bien achevé.

Au retour en voiture, il  a absolument tenu à me sucer pour me remercier. Il sait que me faire une pipe quand je conduits, ça m’excite bien. Surtout sur l’autoroute où certains routier peuvent s’en apercevoir. Grace au régulateur de vitesse, la dangerosité de la chose est moindre.
Il est devenu un vrai pro de la pipe. Il a su tenir mon excitation au bord de l’explosion une bonne partie de la route. Je n’ai pu tenir et à la dernière aire avant notre sortie de l’autoroute, je me suis arrêté. J’ai garé la voiture au fond de la bretelle sous les arbres et nous nous sommes enfoncés dans le sous bois jusqu’à la clôture. Le coin doit être connu car malheureusement il était jonché de vieilles kpotes usagées et de kleenex !
N’ayant pas débandé, j’ai rapidement enfilé une kpote et dans la foulée le cul de Ric.
Le seul lubrifiant de cette dernière a suffit pour m’aider à glisser mes 20cm hyper excités au fond de Ric.
Pris debout par derrière, Ric a vu une table de pic-nic proche et nous y avons migrés pour plus de confort.
Je l’ai repris alors qu’il s’était installé dos sur le plateau de la table. J’ai pu ainsi le limer tout en noyant mon regard dans le sien.
Comme je l’ai dit, le coin était connu car nous n’avons pas tardé à voir apparaître trois mecs, vu les allures, deux chauffeurs routiers et un commercial encore jeune.
Ils ont entouré la table et nous ont maté la queue sortie et la main en mouvement.
J’ai jeté un coup d’œil, les chauffeurs montés normaux sinon petits, le commercial comme moi environ.
En deux minutes les routiers on jutés par terre et se sont barrés. Resté seul avec nous, le commercial m’a demandé s’il pourrait passer après moi, que le mec (Ric) avait l’air bien salope et que ça faisait longtemps qu’il s’en était tiré une.
J ‘ai hésité puis lui ai dit que la salope en question était ma pute et qu’on ne la tirait pas gratis.
Il m’a répondu « OK, combien ? 50 ? 100 ? ». Je lui ai dit plutôt 100 et voyant les billets dans son portefeuille qu’il venait d’ouvrir,  même 150 s’il voulait la pipe en plus.
Billet en main, je suis sorti de Ric et lui ai dit d’y aller.
Rci s’est remis debout et avant de se pencher pour engloutir la bite du client surprise, l’a recouvert d’une kpote que je lui ai passé. Pas la peine de prendre des risques avec des inconnus.
Légère vexation du type mais la bouche experte de mon Ric à fait passer la chose.
Le mec bavard, n’a pas arrêté de me parler. Il me disait ce qu’il ressentait, me posant des questions auxquelles je ne répondais pas.
Admiration pour les gorges profondes, il m’a dit avoir rarement été aussi bien sucé. Pressé quand même, j’ai fait un signe à Ric qui a accéléré les choses.
Il s’est redressé, s’est penché en avant les bras sur la table et s’est laissé enculer. Le mec très excité ne l’a limé que 5mn avant d’envoyer la purée. Affaire règlée en ¼ heure, pas mal.
Après qu’il se soit barré, j’ai mis une nouvelle kpote et me suis fini aussi dans Ric. nous avons repris notre position d’avant l’interruption et quand j’ai explosé dans son cul, il s’est badigeonné les abdos et le torse de sa crème.
Passage aux sanitaires, moi pour pisser et lui pour se laver le torse, et nous sommes rentrés.
Son paternel n’étant pas rentré, nous sommes allés piquer une tête dans leur piscine.
C’est là qu’il nous a retrouvé une heure plus tard.
Ri a du lui raconter par le menu ce qu’ lui avait fait subir DGSE. Au fur et à mesure du récit, la bit d’André s’est trouvé bien serrée dans son pantalon pourtant loin d’être slim !
Tout en continuant de raconter, Ric s’est mis à genoux entre les jambes de son père et lui a ouvert le pantalon. Il a extirpé du slip l’énorme engin en cours d’érection et s’est penché pour l’engloutir complètement.  J’ai pris la relève de la narration, le premier conteur ayant un empêchement majeur !
Cela faisait longtemps que j’avais vu André en action et ses 27 x 7 m’ont de nouveau impressionnés. Surtout c’est la capacité de Ric à tout prendre, même en érection maxi qui est phénoménale. Avec Jimmy ce sont les deux seuls que je connaisse qui sont capable d’un tel exploit. Moi je bloque au delà  d’Eric ! c’est déjà pas mal .
En attendant ça ma redonné la gaule et sans vergogne, j’ai passé bite et couilles au dessus du cordon du maillot.
André m’a alors proposé le cul de Ric. une si gentille proposition ne se refuse pas, ça pourrait vexer (lol). Je prends une kpote dans le coffret que m’indique André et m’enfonce dans le cul de Ric qui s’était mis à 4 pattes pour me faciliter les choses.
 
Même si je l’ai enculé il n’y a pas longtemps, je prends autant de plaisir. Mes mains enserrent sa taille fine et je laboure sec son trou. Qua j’arrive en butée, je pousse encore pour l’enfoncer à l’autre bout sur la bite de son père. Pui, je recule tout en me maintenant au fond de son trou pour le laisser respirer avant de déculer entièrement. Puis de nouveau mouvement inverse, pénétration complète et défonçage de sa gorge par le gland paternel.
Quand André me dit « à mon tour », je sors de Ric et laisse ce dernier se retourner pou s’asseoir sur les genoux de son père. Par genoux, j’entends plutôt sur ses cuisses avec le pieu en plein entre ses fesses. Je me lève et me place devant eux. Ric n’a alors plus qu’à se pencher pour me piper.
Je comprend mieux l’état musculaire de ses cuisses à le voir se relever en force et se rassoir tout en retenue. Je n’en peux plus. Je mets mes mains derrière sa tête et utilise sa bouche comme tout à l’heure son trou. je me lime le gland dans sa gorge avec même plus de plaisir, étant beaucoup plus serré sur mon extrémité.

Il aspire bien et je ne me retiens plus. Je ressort en urgence et mon sperme lui macule la face.  J’en suis encore à reprendre ma respiration qu’André Fixe Ric en position basse (sa queue au plus loin dans le boyau de son fils). Je le vois se contracter plusieurs foi et me dit qu’il doit lui en mettre une sacrée dose !
Encore dans son cul, il attire Ric contre son torse et une main le branlant, il use de l’autre sur son téton gauche. Ça ne manque pas, Ri se met à jouir dans la main de son père. Une fois ses couilles bien essorées, je vois la main pleine de sperme monter jusqu’à sa bouche et lui faire boire sa production encore chaude.

Après une bonne douche, je les quitte.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.