Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 178

La touze 2011 - 1

Toute la semaine qui a précédé la touze, avec Samir, Ammed et Jimmy quand il n’était pas auprès des clients, nous avons préparé la maison.

Le donjon a été revu, de la vérification des attaches aux lits de l’étage, des réserves de savon et PQ à celles des gels, kpotes et graisse à fist en cas de besoin.

La salle de muscu qui plaira sûrement à certains pour y baiser à coup sûr mais aussi à mettre les corps en valeur (je pense aussi bien à Ric qu’à moi même et même second, sans compter Arnaud qui ne sera pas insensible à paraitre sous son meilleur jour).

Le baisodrome du premier et le nouveau dortoir du second ont été équipés de leurs propres réserves de consommables pour jeux sexuels, les grandes glaces du premier dépoussiérées pour les plus narcissiques d’entre nous.
Avec Samir, j’ai fait un saut chez le marchand de « linge de maison» chercher notre commande de draps de bains et peignoirs.
Pour éviter l’effet maison de convalescence, nous les avons pris de toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Au dernier moment, je pense aux baises qui auront lieu autour de la piscine. elles vont produire une bonne quantité de sperme qui devra disparaître avant que les corps plongent à nouveau dans l’eau. Les douches de la salle de muscu ne suffiront pas et surtout seront trop éloignées pour qu’il n’y ait pas un mec couvert de sperme à tomber dedans !
J’appelle en urgence Maçon et lui explique la problématique.
Il arrive le lendemain avec Second et surtout avec la solution. Quatre douches d’extérieurs avec leurs bacs qu’ils installent en bout de terrasse. Seul marque de mon imprévoyance, les tuyaux d’arrivée et d’évacuation. Second y avait pensé et ils les ont recouvert d’un espèce de tube carré coloré façon bois.

Dans la semaine, j’ai reçu aussi ma commande de maillots de bains. Entre ES et Aussiebum, ce n’est pas moins de 60 boxers et slips que nous avons reçus. Deux par participant à notre touze, c’est cadeaux pour l’été. Comme j’avais prévu que nous aurions quelques impondérables, j’ai même ce qu’il faut pour note dernier invité, Second.

Nous aurons finalement 30 invités auxquels Marc, Jimmy et moi nous nous ajouterons !
Heureusement que la maison est isolée sinon les bruits qui vont s’en échapper ferraient jaser dans le village !

Comme la semaine avance, l’excitation monte dans la maison.

Jeudi : retour de Marc (je n’irai pas voir Emma cette semaine).

Il ne bosse pas vendredi. Dès qu’il entre dans la cour, je me précipite vers lui. Il m’a manqué comme à chaque fois. Nous nous embrassons passionnément. En simple short en jeans coupé, je sens se développer contre mon sexe déjà bandé sa propre bite.
Je le pousse contre sa voiture et m’agenouille rapidement. En descendant j’ai pris soin de défaire sa ceinture et de baisser pantalon et slip en même temps.
Ma bouche vient chapeauter son gland.
Je me l’enfonce profond jusqu’à ce que mes dents buttent sur son pubis et mon menton sur ses couilles. Ses mains viennent derrière ma tête appuyer pour vérifier que je ne peux en prendre plus.
En apnée, je sens mon sang affluer au visage. Il me relâche. J’entame alors une pipe comme il me dit que je suis le seul à lui faire (c’est gentil de le dire même si je n’en crois pas un mot, Jimmy, entre autre, est aussi bon sinon meilleur que moi !).
Je le suce comme si ma vie dépendait de ce qu’il allait me donner.
Au bout d’un bon ¼ d’heure, j’obtiens son précieux liquide. J’en avale un peu car vu le volume je ne peux tout garder en bouche et me relève dès que je sens ses couilles essorées.
Nous reprenons notre roulage de pelle avec cette fois un « lubrifiant » spécial. Trop, trop bon !
Nous ne cessons notre baiser que quand nous nous sommes partagés la totalité de ses spermatozoïdes.

Réajusté, et moi bandant serré/compressé dans le jeans, nous montons à la maison.

J’accompagne Marc qui se change pour une tenue plus WE. Comme il me voit très chaud et qu’il ne rebande pas encore, il attrape un plug dans notre table de nuit et me l’enfonce direct (de l’utilité de découdre les fonds de culotte), histoire de me faire patienter. Même excité comme je l’étais, je l’ai senti passer.
La pression du plastique sur ma prostate a entretenu ma bandaison comme la douce douleur de la compression de ma queue.

Nous descendons prendre un apéritif. Le dernier avant le rush du WE touze.
Malgré la chaleur, je me colle dos contre le torse de Marc. Nous passons un moment de tendresse où sa main libre me caresse le torse et les abdos s’autorisant parfois un pincement de téton.
Dès que je le sens bander de nouveau, je suis sur le sujet. Rotation avec glissement au sol et ma bouche retrouvait le gout de son sexe.
Il n’a pas fallut longtemps pour que sa tige soit de nouveau raide comme du bois. Là pas de tergiversations, j’expulse le plug et je m’assois sur ses cuisses en me plantant sur son pieu.
Je reste assis le temps que l’élasticité de mon anneau le fasse se coller au cylindre de sa bite. Puis, j’entame la chevauchée. Pour moi, sur mon homme, elle est toujours fantastique !

Me faire prendre ainsi (juste par la fente du jeans) me rappelle nos premières baises quand il m’enculait alors que je travaillais au jardin. Je me penche et nous nous roulons un patin.
Il me soulève et sans sortir de moi, me pose dos sur le canapé. Je lève mes jambes sur ses épaules, il reprend notre baiser tout en me limant à coups secs.
Ça, plus l’écrasement de mon paquet ajoutés à sa langue qui fouille ma bouche, j’explose de plaisir. mes contractions anales ont raison de sa résistance et je le sens se vider dans mon cul. Bon, très bon !

Je vais me changer, rester avec du sperme froid autour de la bite et le jeans trempé, c’est pas agréable. Mais je renfile le même modèle de short, après tout la soirée n’est pas finie et cela fait 1 semaine que nous ne nous sommes vu.

Diner en tête à tête. Je lui explique ou nous en sommes question préparation du WE. Il me fait parler des parents de Théo. Je lui explique le coup en détail, cotés sexe comme affaire.
Il me demande si j’ai bien briefé Samir et Ammed. Je le rassure. Il ont bien compris le rôle de « sécurité » qui leur incombe. Sécurité par rapport à l’extérieur : filtrage et surveillance, sécurité des participants : kpotes, gel et pratiques safe-sex obligatoires. Tout doit se faire dans l’accord des partenaires, pas de rapport non consentis. Là, je pense à Théo qui pour le moment reste encore très accroché à moi ! Même si je crois que ce WE va être pour lui un des grands moments de sa vie.

Dans la soirée, nous faisons l’amour avec une tendresse inhabituelle, probablement en compensation du sexe débridé que nous allons pratiquer dès le lendemain soir.

Vendredi :

Le premier à nous rejoindre est Arnaud notre jeune voisin. Il s’invite dès le café histoire de nous aider. Tic et Tac, peu de temps après, se font déposer par leur père (Igor) sur le chemin de son taf. Dans le milieu d’après midi, arrivent pêle-mêle : Franck, Ric, Jean, Phil et Luc, et nos amis de La Palmyre, Jérôme et son copain Frédéric, Manu et Le premier Théo (Théo1).
En fait nous avons récupéré tous les étudiants du « groupe ».
Ammed distribue à chacun sa dotation du WE (peignoir, drap de bain et maillots). Je les laisse autour de la piscine le temps d’aller chercher Ed et Théo.
Je prend la 300C et fait un aller et retour rapide même si j’ai du recevoir les conseils exceptionnels de leurs parents. Ed de s’interroger sur les raisons du changement parental et Théo de lui préciser, avec une pointe de jalousie, que ce n’est que pour mon cul et qu’ils n’en ont toujours rien a cirer de leurs deux fils. Je suis un peu choqué de la façon dont il dit cela mais Ed soupire de soulagement. Il ne se voyait pas surveillé et dans l’incapacité de continuer notre « petit arrangement ».

Quand nous arrivons, ils sont accueillis bruyamment par la troupe déjà présente. Ed est complètement dans le bain, Théo montre un peu plus de réserve et me colle.
Je lui présente tout le monde et le trouve fasciné par les jumeaux. Ils reçoivent leurs cadeaux et se changent devant tout le monde. Samir et Ammed se chargent de leurs affaires. Tac, qui a compris le « problème » de Théo, le prend sous son aile. Jusque là, tout le monde s’est retenu malgré quelques barres bien visibles sous les maillots.

Il faut dire que pour certains, cela fait une bonne année qu’ils ne se sont vu et ils ont plein de choses à dire.
Je passe d’un groupe à l’autre et saute d’une conversation où les mecs qui ne se connaissent pas se situent par rapport à moi et Marc (quand nous les avons rencontrés et comment) à une autre où ils s’expliquent leur situation actuelle question baises et financement de leurs études…

Marc nous rejoint en début de soirée quand Bruno et Igor arrivent.

Alcoolisation autour d’un Barbecue. Je suis étonné que personne n’ait encore ne serait ce que sucer une bite ! Je crois que tout le monde attend le top départ de Marc.

Il a lieu après le dessert, et c’est par Ric qui se met à poil pour plonger dans l’eau.
Tous les maillots volent en l’air (ça va être facile de retrouver le sien !) et alors commence la première touze du WE.
Alors que j’essaye de voir si tout le monde est ok, avec un ou plusieurs partenaires, je me fais happé par un trio composé de Franck, Manu et Théo1. J’ai juste le temps d’apercevoir mon Théo dans les bras des jumeaux.
Pèles dans tous les sens, mes lèvres s’écrasent alternativement sur celles de mes partenaires. Nos mains s’égarent qui sur une bite qui sur une rondelle. Et quand tout le monde est bien raide, nous passons aux pipes. Par 2 puis par 4, nous nous léchons la queue avec voracité.
Je pense que mes partenaires se sont mi d’accord et comptent me faire un début de WE en beauté.
Je me retrouve soudain avec Manu et Théo1 en train de me sucer à deux (trop bon de sentir les deux langues remonter ma tige et se battre sur mon gland) et Franck à me mettre la sienne (de bite, pas de langue) bien au fond de ma gorge. Ma situation évolue quand Théo1 s’attaque à ma rondelle.
Il a bien progressé depuis l’été dernier et son anilingus est parfait. Sa langue dépose une couche de salive puis il la met en pointe pour essayer de pénétrer. Entre mon cul, ma bite et ma bouche, je suis occupé de partout. A l’extrême, il me manque une queue dans chaque main et je me transforme en homme orchestre !

Je sens Manu dérouler une kpote sur ma bite et placer son trou jute devant. J’ai juste à donner un petit coup de rein et je suis dans la place. Gémissement de notre part à tous les deux !
Frank quitte ma bouche et s’équipe. Je veux sa bite en moi. Je lui demande de m’enculer et pour faciliter la chose m’écrase sur Manu pour rehausser mon anus. J’enfonce mes 20cm entiers dans Manu et attend Franck. Il écarte mes fesses avec ses mains et plonge son sexe dans mon trou. Yeahh, c’est bon !
Théo1, libre, remplace Franck dans ma bouche. En fait il alterne entre la mienne et celle de Manu. Quand il se fait sucer par ce dernier, j’ai sa langue qui vient se batte avec la mienne.
Le temps de se caler et nous bougeons tous en harmonie.
Nous ne mettons pas longtemps à atteindre le point de non retour et j’explose dans Manu quand je sens Franck remplir sa kpote. Théo1 n’a que le temps de se retirer de ma bouche avant de juter copieusement sur le dos de Manu qui jute à son tour.
L’échafaudage se défait et nous nous écroulons les uns sur les autres.

Reprise de souffle et je relève la tête pour voir ou en sont les autres. Je cherche surtout à savoir avec qui mon Théo baise.
Je le trouve en sandwich avec les jumeaux. J’avais raison quand je m’étais dit qu’il les avait kiffé ces deux là !
Tac lui façonne le cul quand Tic lui lime les amygdales. A ce que je vois il aime ça en plus, quelle belle petite salope !

Marc est sur Ric alors que Phil et Luc se font Ed. Plus loin j’aperçois Jimmy en train de se faire la bite d’Igor et Bruno se changer d’Arnaud en mettant entre ses cuisses le cul de Jean.
Quand à ce dernier, il teste les compétences des Palmyriens Jérôme et Frédéric.

Samir et Ammed passent entre nous et avec des coups d’œil discrets vérifient la présence de kpote sur toutes les bites qui s’enfoncent dans les culs.

Je leur fait signe et ils nous apportent à boire, la flemme de se lever !! Nous nous décollons quand même quand le sperme deThéo1 est froid et qu’il nous rend tout poisseux. Direction les douches de la salle de muscu.
Nous nous y lavons et massons les uns les autres jusqu’à ce que l’arrivée d’autres touzeurs nous en chasse.

Retour au niveau « baise ». Les derniers protagonistes en action explosent peu de temps après notre arrivée, belle performance ! je glisse dans la piscine et nage lentement, juste pour me décontracter.
Quand Ric nous rejoint, nous entamons une compétition en tout petit bassin (10m). Comme d’habitude, au crawl et à la brasse, je gagne, en papillon, je lui cède la première place. Franck arrive toujours 3ème mais c’est une histoire de centième d’après nos supporters.

Cette soirée de fin juin est bien chaude et nous sommes encore à minuit nus ou presque sur les galets … non la terrasse, certains encore emmêlés.

Mon Théo me rejoint au retour des douches avec Tac. Il tombe dans mes bras et m’embrasse avec la langue. Tac s’assoit à mes cotés et lui caresse les flancs. Je m’aperçois qu’il a du se passer quelque chose entre eux. J’ai juste un pincement au cœur. Après tout, ce serait plus simple qu’il tombe amoureux de quelqu’un d’autre que moi qui suis déjà doublement pris  (Marc et Emma). Mais quelque part cela avait flatté mon égo et je me vexe intérieurement de ce qu’il m’ait vite remplacé.
Peut être affabulais je ? D’autant plus qu’il se blotti au creux de mes bras.

Mais quand Tac me dit que j’ai trouvé là un super petit mec en continuant à caresser ses jambes venues se poser sur les siennes, je n’ai plus de doute, au moins de ce coté là.
Ce WE verrait il la fin de la relation fusionnelle entre les jumeaux ??
Non car Tic nous rejoint, s’assoit sur mon autre coté et avance la main pour caresser mon Théo.
Ce qui m’achève c’est la remarque de Théo. Levant la tête vers moi, il me dit que mes amis sont trop bons.
Je voulais qu’il perde son innocence et qu’il ne s’attache pas uniquement à moi. Je crois que c’est réussit !
Il me demande quand même si cette nuit il pourra dormir avec eux. J’acquiesce, que faire d’autre !
Je reste encore quelques instants avec eux puis les quitte pour retrouver Marc.

Il est en pleine discussion avec Igor et Bruno.je me mets derrière lui, me colle à son dos et mes bras sous les siens, le serre fort contre moi, la tête sur son épaule.
Il ressent mon léger désarroi et m’entraine à l’écart du groupe. J’ai beau sourire quand je lui raconte que Théo (le mien) est en train de tomber amoureux des jumeaux, il voit bien que cela me fait un peu mal et me serre très fort dans ses bras. J’y reste bien 5mn puis me secoue et lui dit que ça va passer.
Nous regagnons le groupe et nous leur demandons de nous suivre pour leur montrer les capacités de couchage.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.