Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 179

La touze 2011 - 2

J’ai passé la nuit avec mon Théo et les jumeaux. Probablement pour retarder encore un peu l’échéance !
Au réveil, mon Théo était accroché à Tac !!
Je me suis glissé hors du lit et j’ai rejoint notre chambre (à Marc et moi). Je l’ai trouvé (Marc) endormi avec Ed et Jean. Je les ai laissé et suis descendu prendre un café.

Samir et Ammed étaient déjà sur le pied de guerre et les machines tournaient (cafetière, bouilloires…) une montagne de croissants, pains au chocolat et autres viennoiseries encombraient le centre de la table.
 
Un plateau entre les mains je suis sorti prendre mon petit déj sur la terrasse déjà ensoleillée.
L’eau calme de la piscine m’a attiré et je me suis glissé à l’eau pour réveiller mes muscles. Je finissais ma première demi-heure de nage à contre courant quand Ric m’a rejoint.
Il passe sous moi et le courant artificiel le pousse dans mes bras. Je suis obligé d’interrompre ma nage et nous nous embrassons. J’ai pu mieux le regarder que la veille. Son assiduité à la salle de muscu lui a forgé un superbe body. L’épilation intégrale fait ressortir le moindre bosselé de sa peau, un vrai gym-queen.
Nous passons une autre demi-heure à nager avant d’être rejoint par les autres.

Nous cédons la place à Franck qui veut lui aussi se « décrasser ». Mais il a plus de mal, dérangé régulièrement par un nouvel arrivant qui saute dans le bassin.
 
Ammed change mon café devenu froid et, accompagné de Ric, je descends une demi-douzaine de croissants !

Vers 10h, tout le monde est réveillé. Le tour de la piscine est coloré avec tous les peignoirs.
A 11h, Julien arrive avec son camion frigorifique. Je le reçois avec Samir et Ammed. Il nous explique le rangement des plats sur les étagères puis Samir le reconduit, il ne nous rejoindra que ce soir (la boutique à faire tourner).
Nos amis du sud, Alex et Johan arrivent peu de temps après.
Pour faire une blague aux autres, j’emmène Johan se changer. Je lui passe le même maillot que celui que je porte et un peignoir de la même couleur. Nous nous ressemblons toujours autant et je vais voir qui va se tromper. Il y a peu de gens qui connaissent nos amis du sud.
J’observe du salon son arrivée sur la terrasse. quelques amis se plantent jusqu’à ce qu’il ouvre la bouche. Ce n’est pas qu’il a une dentition pourrie mais nous n’avons pas tout à fait le même timbre de voix ! Il a beau essayer de masquer cette différence par un enrouement finement trouvé, mais ça ne marche que quelques minutes de plus.
Je sors à mon tour de la maison et là, c’est un concert de « mais c’est qui celui là ? », « je savais pas que tu avais un frère jumeaux », « putain la ressemblance » etc.
Nous faisons notre petit effet puis l’arrivée des Parisiens, Kev avec Bo-gosse et Moitié, de Seb et Nicolas, de Pierre avec Olivier ainsi que de Jean Black balaye notre bluff.
En deux temps et trois mouvements, ils nous rejoignent, arborant les nouveaux maillots. Pour Jean Black et les 20cm au repos qui occupent son entre cuisse, j’avais choisi avec soin un des maillots Aussiebum  avec soutien couilles. Ce n’est pas qu’il ait vraiment besoin de mettre en avant les atouts que lui a fourni la nature mais c’est plutôt pour éviter qu’ils tombent. D’ailleurs il me remercie et me dit que c’est la première fois qu’il se sent aussi bien dans un maillot.

Encore un nouveau ¼ d’heure de présentation. Puis ça cause dans tous les sens.
Kev retrouve avec plaisir les connaissances de La Palmyre. Moitié apprécie la place de choix que nous avons réservé à son œuvre dans le grand salon et Bo-gosse a déjà repéré les petits culs qu’il ne tardera pas à se faire.

Il ne nous manque que les « travailleurs » qui ne nous rejoindrons que dans l’après midi et la soirée.

Dans l’eau s’improvise une partie de Water polo qui dégénère vite à partir du moment où un maillot vole sur la terrasse.
Marc rappelle à tous, avant que cela dégénère, qu’il est formellement interdit de juter dans la piscine.
Du coup nous les voyons tous sortir. Pas un n’a la nouille molle ! Jean Black fait son effet avec ses 30cm. Bo-gosse aussi capte les regards avec ses 24cm.

Moitié se jette aux pieds de Jean Black et se met à le sucer profond. Les plus jeunes ne reviennent pas du fait qu’il le mange quasi en entier. Je reste parmi les spectateurs. J’aimerai bien savoir s’il va y réussir, après tout il se prend régulièrement les 24cm bien plus épais de Bo-gosse.

Les autres s’égaillent mais je remarque qu’ils se mettent par 3 ou 4 au minimum.

Il faut 10mn environ pour que Moitié pose ses dents sur le pubis de Jean Black (JB).  Il nous confie que c’est rare qu’un mec y arrive. Depuis que je l’ai initié aux mecs (JB), ce n’est que le troisième à y arriver. Du coup je vois qu’il en profite et en cadence pour que Moitié trouve sa respiration, il lui lime la gorge. Ed à mes cotés veut s’y essayer. Moitié s’écarte et Jean Black pivote pour « servir » Ed.
Ce dernier en avale facilement presque 25cm avant que ça bloque. Il se recule et recommence. Il en avale un peu plus mais recule rapidement en toussant. Moitié s’apprête à reprendre Jean Black en bouche mais Ed s’entête et reprend le gland en bouche. Il le suce un peu puis commence à l’avaler de nouveau. Cette fois ci il force et alors que des larmes coulent de ses yeux, il n’en laisse que 2cm à l’air libre. Quand il recule, il nous dit qu’il va y arriver. Sa gorge n’a pas encore pris aussi long mais plus large, oui et de me citer un de mes clients méchamment monté (en fait la majorité de mes clients !). Il nous dit qu’il fait encore un essai et Jean Black laisse faire. Moitié le conseille alors qu’il arrive au stade précédent. Nous voyons de nouveau des larmes couler sur ses joues mais il insiste et devant nous ébahis il y réussit. Jean Black le retient quelques secondes, plaqué contre lui puis le relâche. Il le laisse reprendre son souffle puis tire à nouveau la tête d’Ed contre lui à fond. Plus il le fait et plus cela nous semble facile pour Ed.
Ed passe le relais à Moitié et ceux qui comme moi le regardaient faire le félicite avec de grandes claques dans le dos.  Quand il nous dit être content d’y être arrivé, c’est d’une voix que nous ne lui connaissons pas ! Il a du perdre une bonne octave avec ce petit exercice.
Avec les autres spectateurs, nous profitons de ses nouvelles dispositions et nous passons à tour de rôle dans sa bouche. C’est sans aucune résistance au passage dans sa gorge que nous pouvons enfoncer nos cm. Mes 20cm passent sans provoquer le moindre renvoi, c’est le cas des 22cm de Marc venu voir ce qui se passait dans notre coin.
Bo-gosse essaye ses 24cm et l’expérience d’Ed lui sert bien car, là, le diamètre est autrement plus épais que la longue bite de JB.
Théo, avec sur ses épaules le bras de Tac ouvre de grands yeux à la vue de la performance se son frère.

Je quitte ce groupe pour aller avec Seb, Nicolas et Franck. Accepté, je mélange ma langue avec celle des autres puis elle glisse sur la peau de Nicolas jusqu'à trouver sa bite. J’embouche le beau morceau qui régale habituellement Seb.
Pour plus de confort, je me couche sur le dos et continu ma pipe sur un Nico à genoux en train de sucer Franck. Je sens une bouche, que je devine être celle de Seb, couvrir mon gland. Il me trouble car sa pipe s’arrête à mon gland avec lequel il joue. Aspiration, roulage de « pelle », pointage dans mon trou et mordillement du frein, tout y passe et c’est très bon.
J’en avais presque oublié la bite qui occupait la mienne (de bouche). LMes mains de Nico sur ma tête m’ont rappelées à mes devoirs. Nico s’est mis à me limer la gorge avec son gland à grand coup de reins qui le faisait presque sortir de ma bouche mais s’enfoncer très certainement au fond de ma gorge.
C’est à ce moment là que Seb m’a aspiré dans sa gorge. De surprise j’ai faillit larguer la purée.
Nous nous sommes étalés afin que chacun suce une bite tout en se faisant sucer. Dans le mouvement j’ai pu voir que chacun était occupé avec quelqu’un et que les sodomies étaient déjà d’actualité.

Pour accélérer les choses, j’ai été le premier à glisser de la bite que je suçais à l’anus de son propriétaire. Quand j’ai senti la langue qui me suçais passer à ma rondelle, j’ai su que mon initiative avait fait le tour.
Kpotages et nous nous sommes essayés au « petit train ».
Explications techniques : Seb sur le dos, les jambes écartées et relevées se faisait prendre le cul par Franck tout en lui roulant un patin. Moi, je me suis collé au dos de Franck et lui ai mis mes 20cm dans l’oignon tour en repoussant l’ensemble afin de dégager mes fesses. Ces dernières, contractées par l’effort, n’ont laissé passer qu’avec difficulté les 20cm épais de la queue heureusement bien raide de Nicolas.
Quand nous avons fini de nous emboiter, le plus dur restait à faire, bouger sans faire s’écrouler la « construction ». Pour stabiliser j’ai écarté les jambes tout comme Franck et une âme charitable est venu mettre un gros coussin dans les reins de Seb.
Nous nous sommes limés un bon moment appréciant les culs que nous perforions comme les bites qui occupaient nos fondements.
Puis la position demandant trop d’efforts musculaires, nous sommes revenus à des pratiques plus « classiques » aboutissant à des éjaculations en cascades sur le ventre et le torse de Franck couché entre nos pieds.

En récupération, j’ai jeté un œil sur nos amis. Théo, le mien, se faisait démonter le cul par Igor tout en suçant la queue de Tac. Ils se sont trouvés ces deux là ! et d’ou j’étais je pouvais entendre les commentaires que Tac faisait à son père sur le plaisir qu’il y avait à enculer mon Théo.
Je déplaçais mon regard qui s’est fixé sur Bo-gosse en train d’enculer Ric.
Si on compare Ric et Moitié, c’est le jour et la nuit, David et Goliath. Autant Moitié est fin typé minet, autant Ric est musclé et Gym Queen. Mais ça n’a pas l’air de troubler Bo-gosse plus que cela.
Je m’approche d’eux et lui demande ce qu’il pense de mon élève (après tout c’est bien moi qui l’ai initié aux plaisirs entre mecs).
Bo-gosse me dit que j’ai bien enseigné et que mon élève à bien retenu ses leçons. Que la pipe que Ric lui avait fait tenait du chef d’œuvre et que son cul lui procurait une symphonie de plaisirs et de me glisser à l’oreille qu’il en tirait des sensations similaires à celles que je lui avait moi même procurées. Je caressais la taille de Ric et glissait mes mains sur ses tétons. Déjà le passage de ma paume dessus lui a fait de l’effet et Bo-gosse s’en est aperçu. Quand je les ai pris entre les doigts et que j’ai commencé à les rouler entre, les contractions su la bite qui le remplissait se sont amplifiées autant en force qu’en rythme. Bo-gosse a trouvé cela géant. Je lui confiais alors l’extrême sensibilité de Ric au travail des tétons. Bo-gosse s’est alors couché sur le dos de Ric et ses mains sont venues remplacer les miennes.
Il a lui même modulé les pincements et autres écrasements de téton en fonction de son ressenti sur sa bite.
Je l’ai laissé faire, l’avertissant juste de ne pas y aller trop fort sous peine de faire jouir son « instrument ».
Il s’est freiné un peu mais rapidement s’est pris a jeu et il a fait exploser Ric. Les contractions anales  de Ric, générées par son plaisir, ont essoré les couilles de Bo-gosse. Et ce de façon suffisamment peu discrète que tout ceux qui avait déjà joui s’en sont tournés vers nous !

Comme j’attendais mon tour pour prendre une douche (aux nouvelles installées en bout de terrasse), mon Théo m’a pris par la main et m’a entrainé vers le sous sol et la salle de muscu.
Là, nous nous sommes douchés, seuls. Je l’ai lavé tendrement me doutant que ce serait une des dernières fois à ce stade de notre relation. Il s’est mis à parler, avec hésitation il m’a dit tout ce qu’il avait ressenti en voyant, parlant, et baisant avec les jumeaux et Tac en particulier.
Tout penaud, il regardait le sol des douches.
Je l’ai pris dans mes bras et l’ai soulevé jusqu’à mettre son visage devant le mien et j’ai posé mes lèvres sur les siennes. C’est lui qui a ouvert la bouche et j’ai senti sa langue glisser entre mes lèvres. J’ai entrouvert ma mâchoire et ma langue est venue à la rencontre de la sienne. Elles se sont trouvées, enroulées alors qu’il ceignait ma taille de ses jambes.
Ce petit con m’a fait bander et je l’ai senti bouger jusqu’à ce que mon gland caresse sa rondelle. Son bras droit a alors quitté mon cou auquel il s’accrochait pour venir tenir ma queue afin de s’asseoir dessus.
Planté sur ma queue jusqu’à mes couilles, il m’a dit qu’il m’aimerait toujours. Nous avons fait l’amour calmement, doucement, chacun appréciant je pense la dernière fois seuls tous les deux.
Quand nous sommes remonté, nous avons croisé Tac qui cherchait mon Théo. Profitant que nous ne soyons que tous les trois, je l’ai prévenu que s’il lui faisait du mal, il aurait affaire à moi et que malgré note amitié antérieure, je lui en mettrais une.
Tac a bien compris le message et il m’a serré dans ses bras pour me rassurer. 

De retour sur la terrasse, nous avons rejoint les affamés qui avaient commencer à taper dans le buffet.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.