Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 186

PH, vacances à la maison-3

Dans la semaine qui a suivi, PH a fait connaissance d’une partie de nos amis (connaissance normale pas biblique, non mais !!).

Le lendemain au petit déjeuner nous avons vu apparaître Jimmy, présentations, explications, acceptation (de toutes les façons, je crois qu’il a compris pour moi, on me prend comme je suis avec tout mes cotés !).

Un jour plus tard, dans la soirée nous avons eu le passage d’Eric et de Cédric. Ce dernier voulait vérifier quelques réglages sur nos motos et Eric ayant reçu un coup de fil de Marc venait lui, vérifier la véracité de mes dires (Marc m’ayant senti amoureux, suspectait la justesse de mon jugement).
Présentations, explications, nous avons passé une bonne soirée en les gardant tous les deux à diner.

ça me fait plaisir de les voir si collés tous les deux. Dès qu’il n’est pas occupé par une activité, Cédric se pose sur Eric. C’est amusant à voir ce petit bout blanc sur une belle masse noire.

La musculature d’Eric fait forte impression sur mon PH. D’autant plus que dès qu’ on les a invités, Eric s’était mis à l’aise en quittant sa combi cuir un peu chaude en été. Et c’est vrai qu’il est bandant en marcel et boxer « trop étroit » (son service trois pièces, déforme tous ses boxers au-delàs de la décence !), Cédric lui apparait en jock et marcel moulant, très sexy !

En attendant, Cédric m’a donné des nouvelles de Daniel (explication : mon vendeur de moto préféré), et il m’a dit qu’il venait d’avoir son permis A1. Ce qui va lui permettre de piloter une moto sur route (même pas très puissante).
PH demande alors combien il y a de motard parmi mes amis. je compte vite fait : Marc et moi pour ne plus y penser puis Eric, Luc et Phil, Franck, Daniel bien sûr et maintenant Cédric.
Il me demande alors s’il ne serait pas inutile qu’il le passe aussi. Je le serre dans mes bras et lui dit qu’effectivement ça me ferait plaisir.
Eric me dit qu’il peut se charger de la formation. Quand il nous dit « gratuitement », PH lui renvoie gentiment qu’il a les moyens de payer autrement qu’en nature (finot le jeune, il a bien senti que même s’il est maqué à Cédric, Eric n’est pas un homme en bois !).
Je confirme et Eric comprend que PH est à moi (façon de dire).
Il lui propose d’intégrer les stages pilotages de l’été, sachant que son code obtenu dernièrement pour son permis B est encore valable.
Discussion triviale et l’affaire est organisée avant qu’ils ne nous quittent.

Donc le lendemain,  en voiture vu les achats que nous avions prévus de faire, nous débarquons chez Daniel. Il n’est pas encore en vacances et quand un autre vendeur vient vers nous, je le remercie et lui dis que nous attendrons Daniel. Sourire en coin du vendeur qui me fait savoir qu’il savait qui j’étais en se souvenant de l’achat du 1100 GSXR emballé dans du papier cadeaux.

Nous trainons dans la concession. Après un tour auprès des motos, nous atterrissons coté accessoires. Comme Daniel ne nous rejoint toujours pas, nous commençons notre choix. Casque bien sûr, alors que je suis très « SHOEI »,  il en teste quelques uns et préfère un ARAI.
Pendant ce temps j’essayes les nouveautés, pour voir quel sera mon prochain achat.
Il me dit qu’il lui faut aussi un blouson. Quand je lui propose de lui en prêter un, de mes équipements, il me remercie mais tient à s’équiper perso. Ok, je l’aide donc dans son choix. Comme il se dirige tout de suite vers les combis, je le freine et lui dis que pour les cours, il serait plus raisonnable de se limiter à un bon blouson et une paire de botte.
Daniel qui vient de nous rejoindre abonde dans mon sens.
PH trouve un blouson qui lui va comme un gant. Serré à la taille et suffisamment long sur les reins, enveloppant bien ses épaules larges. Quand il me le montre, je suis sidéré. Il s’est choisi un ICON Field Armor Black, celui avec une tête de mort dessus ! je lui demande s’il est sûr de son choix, il me répond qu’il est fait. Je le regarde de plus près, et je dois avoué qu’il est top mon mec !
Daniel vérifie notre choix de casque et après l’avoir secoué alors que PH avait la tête dedans, il décide de changer la taille, c’est lui le pro ! il me demande s’il (en montrant PH) a les moyens. Comme je réponds par la positive, il va en réserve chercher un des tous derniers modèles qu’ils ont reçu. Le nouveau Casque ARAI RX-7 RC Carbon. Passage par les bottes, il choisit encore dans la marque ICON des chaussures montantes et le voilà équipé pour ses cours.
Au moment de régler, Monsieur sort son chéquier et demande à Daniel d’ajouter un deuxième casque (comme le sien), à ma taille avant de faire le total. Je le remercie d’un rapide bisou sur les lèvres. Quand je m’écarte de lui, je jette un coup d’œil autour de nous, pas de remarques ni de regards désapprobateurs.
Nous rentrons à la maison, tout contents de nos achats. Je l’engueule gentiment pour son cadeau, il tape les plus de 2 000 € le RX-7  Carbon !!

Nous passons une après midi chez Emma. Pas question que je néglige ma « mère » !
Malgré le fait qu’il n’est pas hyper confortable à l’arrière de ma moto (problème de taille), comme il n’y a pas beaucoup de Km, il insiste pour y aller en moto, pour essayer ses équipements.

Arrivé chez Emma, nous la retrouvons auprès de la piscine. J’avais prévu le coup et avait fourré dans mes poches deux maillots. J’en jette un à PH et commence à me dévêtir auprès du bassin. Comme j’en suis à changer de boxer, j’avise PH un peu coincé avec son maillot. Je lui dis de se changer, qu’on ne regardera pas ;-)

Il s’écarte un peu pour se soustraire à notre vue directe. Il n’empêche que je ne peux pas ne pas le regarder, Emma aussi ! Comme il nous tournait le dos, il ne nous a pas vus. Par contre nous, nous avons pus admirer sa chute de rein et son beau petit cul!
Nous avons batifolé dans l’eau quelques instants avant qu’Emma et moi nous le laissions seul. PH a bien compris comment je fonctionne et il nous regarde nous éclipser.
Une fois seuls dans notre chambre, je bouscule Emma sur le lit. Pelles, caresses, nous nous chauffons bien. Ma bite dépasse du boxer alors que je sens qu’elle mouille au travers du maillot. La paume de main en coquille, masse ses grandes lèvres prisonnières du tissu. Je la pousse pour nous mettre en 69. Elle me gobe le gland alors que j’écarte son maillot pour que ma langue vienne lui titiller le clito.
Les maillots volent et sans entraves, nous pouvons faire l’amour. Rien à signaler de plus que son cul est toujours meilleurs que sa chatte et que je m’y vide les couilles avec bonheur.

Dans la phase de récupération post-coïtale, elle me demande carrément si je prend mon pied avec PH. Depuis qu’elle nous a vus Kev baiser avec moi chez son ami Henri, je la sens franchement plus libérée sur le sujet, à mon sujet.
Je reste vague, lui confirmant juste que nous nous entendions bien. Elle me questionne plus précisément. A la fin je lui demande si c’est pour baiser avec lui ou quoi ? Sa réponse m’aurait coupée les jambes si j’avais été debout.
Elle me dit que depuis qu’elle m’avait vu baiser avec Kev, elle se demandait si ce ne serait pas meilleur de faire l’amour avec deux mecs plutôt qu’avec moi et un gode.
A ma question de savoir si PH pourrait convenir pour tenir le rôle de deuxième homme, elle me dit que oui.
Je soulève le problème qu’il est exclusivement homo.
Elle me dit que c’est à moi de le convaincre et ajoute que si elle avait été moi, elle aurait ajouté un ultimatum du style : tu as intérêt de le convaincre si tu ne veux pas que je te grille auprès de sa mère.
Je me rassure en lui disant qu’effectivement elle n’est pas moi et qu’en plus une « mère » ne ferait pas un coup pareil à son fils chéri.
Nous en rions mais elle me demande d’y penser.

Nous rejoignons PH inconscient de l’enjeu le concernant. Quand je me penche pour lui rouler un patin, il me dit juste qu’il commençait à trouver le temps long.
Je le prends dans mes bras et le jette dans la piscine avant de le rejoindre.
Nous nous coursons, attrapons, battons dans l’eau, éclaboussant généreusement la terrasse autour.
Emma nous laisse et aussitôt PH se colle à moi. Je le laisse me coincer dans un angle du bassin.
Il me demande si je lui ai fait l’amour. A ma réponse positive, j’ai comme l’impression qu’une larme coule au coin de ses yeux ! Je lèche ses joues, c’est salé. Je lui dis de ne pas en faire tout un plat, je l’aime bien lui aussi. Il me boxe les cotes en me disant qu’en ce qui le concerne, « bien » est de trop.

Je le serre dans mes bras. Il me demande comment je peux baiser avec les femmes et les mecs en même temps. Pour être sûr, bien que j’en doute, je lui demande s’il à déjà fait l’amour à une meuf. Réponse négative. Je lui demande si cela le dégoute. Réponse : pas spécialement, il ne connaît pas. Quand je lui demande si ça lui dirait d’essayer, il me dit «avec ta mère ?». Je rectifie «avec Emma et je serais là».
J’entends les rouages de son cerveau tourner à pleine vitesse. Il me demande de le ramener à la maison, fallait qu’il y pense et qu’on en discute plus.

Nous quittons Emma et rentrons.
Derrière moi sur la selle, il m’entoure de ses bras et se serre fort contre mon dos.

Dès que nous sommes arrivés, PH me dit qu’il a besoin de faire du sport. Quand je lui parle de la natation que nous venons de faire, il me rétorque qu’il lui faut du plus hard.

OK, nous descendons à la sale de muscu. Passage au jock, tenue obligatoire pour cet endroit de la maison. Il décide de commencer par les pecs et nous installons le développé couché.
La barre plus 30 Kg nous permet de nous échauffer.
La série d’après, nous plaçons 30Kg de plus pour PH et quand vient mon tour j’ajoute 20Kg en plus. Il finit sa 5ème série à 80Kg alors que je soulève 110Kg.

Nous complétons le travail des pecs avec un passage au papillon et des séries de développés inclinés.

Ça n’a pas l’air de suffire à PH qui continu sur un travail des triceps. Je fais l’alternance avec lui. Là il se met enfin à parler de ce qui le perturbe.

Il profite que je sois en train de pousser vers le bas pour me dire qu’il a un peu de mal à comprendre comment je fonctionne. Malgré tout ce que je lui ai dit de moi, il n’arrive pas à m’imaginer en train de faire l’amour à une meuf. Et du coup, le fait que je le lui ai proposé de le faire aussi, le trouble passablement.
J’interromps ma série et le prend dans mes bras. Il s’y serre fort. C’est encore un grand enfant !
Je le rassure en lui disant qu’il ne faut pas avoir peur de l’inconnu. Quand il avait fait l’amour la première fois avec son prof, il ne savait pas où cela allait l’emmener et pourtant il a trouvé cela bon. Je lui dis que c’est pareil avec chaque expérience nouvelle.
Là, il me dit que s’il avait déjà phantasmé sur des partouzes, ça ne lui était jamais arrivé sur des meufs. Et pourtant des biens foutues et pas moches, il en avait côtoyé à son cours de danse.     
Je lui demande comment il trouve Emma maintenant qu’il l’a vu en maillot de bain.
Il me dit que c’est sûr, c’est une très belle femme avec un corps parfait. Ce qui le gène c’est que c’est ma mère. Je lui dis qu’effectivement rapport à l’administration française c’est le cas mais ce n’est pas de cette façon que nous plaçons nos rapports. Il venait d’en avoir la confirmation l’après midi même.
Il m’avoue alors avoir peur de ne pas réussir à bander et à tenir son rôle s’il venait à faire l’amour avec nous deux.
Du coup, je lui demande s’il m’aime. Il me le dit se serrant encore plus fort contre moi.
Je lui dis alors qu’il n’y aura pas de problème. Nous ne le ferons que quand il sera prêt dans sa tête.

Comme s’il s’était libéré d’un poids, il passe la soirée à me demander ce qu’on peut faire à deux avec une meuf. Je lui explique qu’en plus des trucs que l’on peut faire à deux,  il y a les doubles pénétrations, un à chaque bout de la femme avec deux variantes avec une prise par la chatte ou l’anus, et  aussi les deux du même coté, l’un dans la chatte et l’autre dans le cul. Je lui explique le plaisir qu’il y a à sentir se frotter deux queues dans la même meuf.

Je ne sais si c’est le contact avec moi ou ce que je lui raconte, mais il bande ferme.
Moi aussi j’ai la queue raidie. Je glisse à me coucher, dos sur le canapé et il vient recouvrir mon corps avec le sien. Roulage de pelle, par nos sexes collés nous sentons chaque augmentation d’excitation chez l’autre.
Je le laisse gérer. Sa bouche quitte mes lèvres et glisse contre mon cou, dessine le contour de mon pec gauche et s’attarde un moment sur mon téton. Il me le fait bander et ne le quitte que gonflé à fond.
Sa langue dessine mon « six pack » et atteint mon gland qui recouvre mon nombril.
 Doucement, sa langue le lèche comme une glace en cornet. Il la glisse sous ma couronne jusqu'à trouver mon frein et à l’agacer.
Je me retiens de donner un coup de rein pour envahir sa bouche !
Il doit sentir la tension monter car il finit par prendre mon gland entièrement, ses lèvres se resserrant justes derrière. Là sa langue tourne et virevolte dessus, trop bon !! Puis d’un coup il m’avale jusqu’aux couilles. J’ai failli en juter tellement c’était bon.
Il me refait le coup jusqu’à ce que sa gorge m’accepte de façon régulière. J’adore les gorges profondes. Le gland est bien compressé par le larynx et avec le pouvoir que cela donne (la possibilité d’étouffer ton partenaire) ça décuple l’excitation.
Je bande à mort.
Je suis tellement excité par PH que pour un peu j’en oublierais la Kpote. Heureusement que c’est quasi un automatisme.  Je « m’habille » rapidement et le retourne pour profiter de son cul. Quand il est à 4 pattes devant moi, je reste un moment en contemplation. La vue qu’il m’offre est la plus belle que je n’ai jamais vue d’un mec. Un superbe cul blanc, musclé, des reins cambrés comme seul les danseurs peuvent le faire (avec peut être les gymnastes et contorsionnistes de cirque), un torse en V avec de belles épaules larges et au dessus un beau visage tourné vers moi encadré par une chevelure de dieu grec !
Dieu qu’il est beau !

Son « vas y » me décoince et je plonge ma bite avec délice entre ses fesses. Avec mes pouces j’écarte les deux globes et pose mon gland sur sa rondelle. Un petit coup de rein et il est emprisonné par ses chairs. Je pousse encore et encore jusqu'à lui mettre mes 20cm dans le cul. Il feule tout le temps de ma pénétration. Arrivé au fond je reste bloqué le temps qu’il s’habitue à ma présence. Puis retrait complet. Je recommence trois fois de la même façon, jusqu’à ce que je sente bien son anneau m’accepter.
Là, j’y vais à fond. Mes coups de reins deviennent impérieux, autoritaires, violents. Mes mains ancrées à ses hanches l’empêchent de se dérober (comme s’il en avait envie !). Je me couche su son dos et il tourne la tête pour que nous puissions nous embrasser. Mes reins continuent leurs mouvements et alors qu’il me tète la langue, je continue à le sodomiser.
Je me redresse et le prends par les épaules. Alors que j’avance mon bassin, je tire sur mes bras accentuant le claquement de mes couilles contre les siennes.
Il aime et me le fait savoir.
Il me surprend en se laissant aller à un langage sexuel loin de son éducation bien comme il faut. Il m’enjoint de l’enculer comme la salope qu’il est, d’utiliser son cul pour me vider, qu’il m’appartient et que je peux faire de lui tout ce que je veux.
Il entame après un registre plus grossier, me demandant de le saillir comme une jument, de l’engrosser de ma jute. Qu’il aime tellement ma bite qu’il me servira de vide couille, qu’il sera ma pute pour Marc et mes copains…
Finalement peu habitué, je me prends au jeu et lui glisse à l’oreille que je vais lui faire connaître des mâles comme il n’en a jamais rêvé. De ceux qui vont lui défoncer l’anus jusqu’à ce qu’il crie grâce. Je le sens jouir sous mes coups de boutoir et son anus spasme sur ma queue, me faisant juter dans ma kpote.
Je m’écroule sur lui, avant de me retirer de son cul, la kpote pleine de la preuve de mon plaisir.
Souffles repris, j’appelle Ammed pour qu’il vienne nettoyer son sperme sur le cuir du canapé avant qu’il ne soit sec.

PH ne dit rien mais se serre contre moi le temps de l’opération. Il n’est pas encore habitué à nos hommes de service.

Nous passons la soirée entre nous, lui dans mes bras à regarder un film sur Canal Sat.

Le lendemain matin je passe des coups de fil pour que nous puissions aller quelques jours au bord de la mer. J’arrive, avec un peu d’insistance, à trouver une suite à La Baule dans l’hôtel où je descends habituellement, pour la fin de semaine.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.