Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 19

Avec Marc, je discute de mes nouvelles fonctions de « coaching ». Il aime bien que je lui raconte mes « aventures extérieures ». Après lui avoir expliqué que la demande du boss est simple, sport puis enculade, je lui raconte le gardien et lui passe sur son PC l’enregistrement que j’avais récupéré sur ma clé. Sans que j’ai besoin de lui dire, il me demande l’age du gardien. Je lui dis, le décris et lui avoue que nous avons fait un bon 69 avec ses 19cm. Je lui dis aussi que j’ai décroché, en conseil de muscu, un jeune cadre tout mignon qui s’avère être l’un des préférés du boss. Je lui brosse son portrait. Il me demande combien il est monté, ça, je ne le sais pas, j’ai juste vu que sous la douche son sexe pendouillait d’environ 12/13 cm. Marc me dit que en érection il devrait atteindre les 19/20 cm sans soucis.

Je lui dis que j’aimerais assez me le faire. Marc me traite alors d’obsédé sexuel. Je lui dis que c’est de sa faute, car avant de le connaître je me comportais en bon hétéro avec des goûts et des envies simples.

Toutes ces considérations l’ayant bien chauffé, je sens sa bonne bite grossir sous le jeans. Je la libère rapidement et me penche pour avaler sa queue avant qu’elle ne soit complètement déployée. J’aime la sentir grossir dans ma bouche et écarter mes mâchoires.
Il me prend la tête entre ses mains et imprime le rythme qu’il désire. À moi de faire attention à ce que mes dents ne le blessent pas et de bien régler ma respiration en fonction de son passage dans ma gorge.

Il adopte un rythme lent, mais complet qui me met le nez dans sa toison quand le gland se fiche derrière ma pomme d’Adam, ses 22 cm enfoncés en moi.
Je sens son excitation monter, ses coups de reins deviennent plus saccadés. Il stoppe brusquement pour faire retomber la pression. Il me relève et me plie sur le dossier d’un canapé. J’écarte les jambes pour lui dévoiler mon trou palpitant d’envie de se faire prendre.
Il se penche pour me le bouffer et à grands coups de langue pousse sa salive dedans.
Il se redresse et immédiatement son gland remplace sa langue. Il le pousse doucement, entrant millimètre par millimètre ses 22cm, un vrai supplice. Avec un bon coup de cul, j’absorbe les 5 derniers centimètres et me ramasse une fessée magistrale pour m’apprendre à être patient !
Accroché au canapé, je me fais limer comme une reine, les grands coups de piston alternant avec de petits pilonnages en règle. Ses mains crochetées à mon bassin, il domine complètement la possession de mon trou. Ayant compris la leçon, je ne me risque plus à vouloir diriger le débat.

Il me redresse et me tourne la tête pour me rouler une pelle. Puis ses bras me ceinturant, il me mord l’épaule alors qu’il jute dans mon cul. Je pousse un hurlement, car il y a été franchement, et je récolte les marques de sa dentition pour un bout de temps ! De mon côté je largue tout dans ma main et la lèche pour ne rien perdre.

Le samedi arrive ou je dois conseiller Sébastien.
J’arrive à 9 h -1/4 à la surprise du gardien qui me laisse passer. Je rejoins directement le vestiaire et me change tranquillement en attendant le jeune cadre. Il arrive alors que je suis encore à poil et que j’enfile un jock strap. Alors qu’il se déshabille à son tour, il me demande ce qu’est ce « slip ». Je m’approche alors de lui, baisse mon short pour qu’il puisse le voir de plus près et lui explique la philosophie du suspensoir.

En fin d’explication, je pince le tissu de la poche entre deux doigts et l’écartant de mes couilles lui propose de toucher la texture antitranspirante. Il glisse ses doigts et entre en contact avec mes couilles rasées. Il s’écarte brusquement en rougissant. Je remonte mon short et comme il finit de se changer, l’emmène dans la salle de sport.
10 mn de vélo et nous voilà bien chaud pour les exercices.

Nous passons quelques appareils en revue et je corrige une ou deux positions posant naturellement les mains sur son corps afin de le guider. Bon ! c’est sûr mes mains restent un peu plus longtemps que nécessaire, mais il ne me repousse pas.
La séance continue sur le même régime et même quand la position est bonne, je pose mes mains sur les muscles travaillés pour apprécier l’intensité de l’effort. Ses pecks au développé couché, ses dorsaux au tirage poitrine, ses cuisses.. Tous y passent. Lorsqu’à la fin il fait ses abdos, ma main sur son ventre provoque en lui une érection incontrôlable qui finit par déformer son short. Je fais comme si rien ne se passait et continue à compter sous mes doigts les carrés de sa « tablette de chocolat ».

10 h -1/4, je le pousse vers les vestiaires et nous allons nus à la douche. Il est vraiment pas mal, 1,80m pour 70Kg environ, châtain court, peu poilu (la bite et quelques poils sur les pecs), musclé sec avec de superbes yeux verts. Sa raideur ne l’a pas quitté alors que nous glissons sous les jets. Il me demande pourquoi je rase mes couilles et ce que je fais au reste pour que seule subsiste une ligne entre ma bite et mon nombril.
Je lui dis qu’en général mes partenaires préfèrent les couilles rasées, car de longs poils dans la bouche quand tu les bouffes c’est pas très agréable et que pour le reste c’est juste une question d’esthétisme.

Il me dit alors qu’il me trouve super musclé pour mon age (lui ne doit avoir que 5 ans de plus que moi maxi !). Nous nous savonnons chacun de notre côté. Avisant une large zone de son dos sans savon, je me rapproche et y étale mon gel douche de la main droite, la gauche posée sur son épaule gauche l’empêche de s’écarter. Après un sursaut de surprise, il se laisse faire, appréciant le massage de ses dorsaux et lombaires (ma main ayant tendance à descendre vers les fesses, une question de gravité comme dirait Newton).

Je passe à la vitesse supérieure, il m’énerve à bander ! je le plaque sur la vitre de séparation douches/vestiaire et dans le même temps, je glisse ma main entre ses belles fesses rondes et enfonce deux doigts savonneux dans son anus. Je maîtrise son sursaut de ma main posée sur son épaule et rapidement atteint la prostate avec mes doigts enfoncés en lui. À ce moment-là, il se fige. Je masse la glande du bout des doigts. Il se met à frissonner sous les jets brûlants qui nous arrosent et éjacule dans un grognement sourd une bonne quantité de sperme sur le verre. Je le fais pivoter et sans lui demander son avis plonge ma langue dans sa bouche pour lui rouler une pelle magistrale. Encore sous l’abrutissement dû à l’orgasme, il se laisse faire et j’en profite. Quand je sens sa langue attaquer la mienne, je me dis que c’est gagné.
Je me décolle, il me sourit en me disant que c’est la première fois qu’il a joui comme ça ! on finit la douche et alors qu’on se rhabille, il me tend sa carte de visite sur laquelle il note son tel perso en me disant de le rappeler.

J’ai juste le temps de l’enfouir dans ma poche que notre boss arrive. Alors que Sébastien va pour sortir, il l’interpelle pour savoir si son cours s’était bien passé. Seb le remercie de bien avoir voulu lui prêter son coach car il avait fait des progrès inattendus. Sous son regard interrogatif, je confirme qu’il avait eu besoin de rectifier quelques positions, ce qui lui permettrait maintenant d’être plus performant. Sur ces propos il nous quitta et je pus commencer à m’occuper du boss.

4 tours de piste, réalisés plus facilement que la semaine précédente et nous sommes de retour au gymnase pour les exercices de muscu. Comme il souhaite plutôt développer le haut de son corps, je m’attache à lui faire soulever ou tirer de la fonte au développé couché ou à la poulie.
Pendant les moments de récupération, il essaye de me tirer les vers du nez concernant son jeune cadre. Je lui dis juste que je l’avais trouvé sympathique, sérieux et bien foutu musculairement parlant, écoutant bien les conseils.
Alors qu’il me disait en avoir assez pour ce matin là, je lui demandais quand même de finir par deux séries d ‘abdos.

Alors que je me mettais nu dans le vestiaire pour aller aux douches, je le vis faire de même. Je lui demandais alors pourquoi et il me dit qu’il y avait des travaux dans sa salle de bain privée. Sous les douches, je lui demandais de me frotter le dos. Il s’y mit et cela ressemblait plus à un massage qu’à un savonnage. Doucement il dériva vers mes abdos, mes pecks, me faisant bander comme un âne. L’eau qui coulait nous rinçait en permanence.
Brusquement, je lui ai appuyé sur la tête pour le mettre à genoux devant l’objet de son désir. Aussitôt, il m’avala le gland puis le reste de ma bite. En posant mes mains de chaque côté de sa tête, j’ai maîtrisé la vitesse et la profondeur de la pipe. Je suis resté une bonne demi-heure à me faire téter la bite. À la fin alors qu’il était couché sur le dos, je faisais des pompes en sens inverse pour bien enfouir mon gland au fond de sa gorge. J’aime cette position où il n’est plus qu’un trou à plaisir.

Je calme mon excitation et nous sortons des douches. Je le place sur un banc de dos, lui relève les jambes plaçant ses pieds sur mes épaules, lui écarte les fesses et plonge mon gland enkpoté dans son anus. Bien excité, son trou commençait à s’ouvrir et la lubrification de la kpote suffit pour me frayer le passage. Doucement j’ai entré mes 20 cm bien serré tout au long de ma progression. Il a placé ses mains sous ses cuisses et tirant vers lui, a écarté encore plus les fesses me permettant d’y aller franchement. Je me suis penché vers lui, mon nez à 10 cm du sien, j’ai pu voir, sur son visage, les effets de chacun de mes coups de buttoir dans son cul. Plongé au plus profond de son cul, il arborait une expression de plénitude, chaque passage de mon gland sur sa prostate lui tirait un gémissement.
Après l’avoir retourné, le fixant par les hanches j’ai pu accélérer le mouvement. Peu de temps a suffi pour le faire juter sur le banc alors que je remplissais la kpote, bien enfoui au fond de son cul.  

Une deuxième douche pour ôter le voile de sueur provoqué par l’effort et j’ai revêtu mon cuir pendant qu’il rejoignait son bureau. Je le suivais peu de temps après. Sa secrétaire me donna mon salaire et excusa son boss. J’ai compris que je n’étais qu’un prestataire comme un autre (sauf en ce qui concerne second sujet de mon job !).
Cette façon me convenait particulièrement bien, ce détachement me permettant de faire ce que je veux de mon côté avec ses collaborateurs !
Mon passage au poste de garde me prit plus de temps. En effet j’avais promis au gardien de passer à la vitesse supérieure.
À mon arrivée, nous avons commencé par copier les enregistrements sur ma clef et à les effacer du PC.

Le mec me prévient qu’il ne dispose que de ¾ heure avant la relève. Je le pousse alors dans l’arrière-salle et lui attrape le paquet bien gonflé par la vision des deux baises successives. Il me demanda si je comptais aller plus loin avec le jeune mec. Je lui dis oui. J’avais baissé la fermeture éclair de ma combi moto. Il tomba à genoux pour me sucer. Bien mieux que la fois dernière, penché par-dessus son dos, je glissais ma main le long de sa colonne vertébrale et pénétrant par l’entrebâillement de la ceinture je pus poser mes doigts sur sa rondelle. Cette position lui enlevait toute possibilité de retrait et j’ai pu copieusement lui bourrer la gueule.
Je l’ai relevé, impatient et de lui-même, il a descendu pantalon et slip d’un seul geste.
Je le retournais et le pliais sur la petite table, mes doigts pleins de salive ont vite trouvé le chemin de son petit trou. Un premier passa tout seul. Je lui crachais sur l’oignon pour pouvoir en entrer un deuxième. Bien que partant pour l ‘expérience, il était un peu tendu et je mis du temps à faire pénétrer mon index à côté du majeur.

Le minutes passaient et j’ai vu que je n’aurais pas le temps de l’enculer. J’ai donc joué des doigts, les faisant aller et venir, tourner jusqu’à ce qu’il jute en se retenant de crier.
Vite fait nous avons remis tout en place, vêture et coup d’éponge, plus de traces et je quittais juste le poste quand son collègue est arrivé. Nous avions eu chaud !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.