Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 21

L’autre we, Marc me demanda de lui ramener Richard. Cela faisait au moins un mois que nous ne nous en étions occupés.

Je téléphonais dans la semaine à son père pour en avoir la disponibilité le we suivant.
Il me dit oui tout de suite, me disant qu’il ne saurait jamais assez me remercier pour la nouvelle vie qu’il avait bâti depuis que j’étais entré dans sa maison. Il me dit que tout leur entourage les trouve plus ouverts (je lui dis « surtout Richard » !), souriants et affables depuis que sa femme n’est plus là. De plus il n’a jamais été aussi comblé sexuellement.
Je lui dis que je passerais chercher Ric le vendredi en fin d’après midi.

Le jour venu, je passe chercher Ric en sortant du taf. Il est prêt avec un mini sac à dos (il sait qu’il va passer le plus clair de son temps à poil). Son paternel n’étant pas encore rentré du travail, c’est lui qui me remet l’enveloppe. Je lui passe le casque et en contrôle le montant pendant qu’il s’équipe. Il monte derrière moi, ses mains bien accrochées à mon paquet pour se tenir.
Malgré ma concentration sur la conduite de la moto, je ne peux m’empêcher de bander sous son massage. Ses mains pétrissent le cuir, le chauffe lui donnant plus de souplesse et lui permettant de mieux sentir ma tige se développer.

A l’arrivée, je gare directement la moto avec les autres. Pas de voiture, Marc n’est pas encore rentré. Nous allons à la maison, je quitte casque et cuir me retrouvant direct en shorty (déformé par ma bandaison). Ric pose son casque à coté du mien.
Je lui dis que nous avons le temps de nous préparer avant que Marc nous rejoigne. Et je le pousse vers le sous sol et la salle de muscu.

Une heure à travailler avec les barres ou aux poulies nous fait bien gonfler le buste et les bras.
Je stoppe tout et nous passons coté sanitaires nous faire tout propre.
Je traque sur Ric le moindre poil, rien, il s’était déjà bien préparé. Il me dit que son père l’envoyait se faire faire une épilation définitive du torse et de sa rondelle toute les semaines dans un centre esthétique jusqu’à ce que plus rien ne repousse et qu’en même temps il lui faisait une épilation des bras, aisselles et jambes tous les 15 jours avec un produit ralentissant la repousse. Je le félicitais du résultat, sa peau était devenue très douce. Je rafraîchissais la coupe de mon pubis pendant que Ric mettait en place une canule sur le flexible pour son lavement. Rapidement je fis de même. Un bon rinçage final à l’eau froide histoire de bien tendre la peau sur nos muscles, un séchage mutuel nous a permis de sortir vraiment sec et c’est à poil que nous sommes montés à l’étage chercher de quoi nous « vêtire ».

Je laissais Ric devant le placard du baisodrome (cf. moto4) plein de sous vêtements, jock strap, slips de bain, shorty… pour les invités qui auraient oublié quelques affaires. Moi je file dans notre chambre et enfile un jock blanc lacé sur le devant, un marcel atlétique et un de mes shorts en jeans coupe spéciale (fendu le long de la couture du cul).
Je retrouve Ric dubitatif devant l’importance du choix. Je lui donne un jock à mettre, taille junior histoire que la résille soit bien gonflée par sa belle bite.

Nous descendons dans le salon mater un film de cul en attendant Marc. L’intro à peine passée, nous entendons sa voiture arriver.
Il a juste le temps de refermer la porte d’entrée que nous lui sautons dessus. Je lui l’embrasse tout en lui faisant tomber sa veste et déboutonnant la chemise pendant que Ric s’attaque aux chaussures et s’occupe de lui descendre le pantalon. Une fois en slip, il nous stoppe. Il me demande de nous préparer des whisky. Nous rejoignons le salon, il s’enfonce dans le canapé, sourit du film que nous avions laissé avancer sur l’écran géant. D’un doigt sur la télécommande, il zappe sur une chaîne d’info en continu. Ric s’agenouille entre ses jambe et commence à lui bouffer le paquet au travers du slip. Quand j’arrive avec les trois verres, les effets de la bouche ont traversé le fin tissu et ses 22cm sont en déploiement.
Il sirote son alcool alors que Ric et moi nous l’enfilons direct ! les effets ne sont pas long à venir et ma vue se stabilise après quelques instant de flou. Ric lui est déchaîné et prend maintenant entre ses lèvres pulpeuses le gland rouge vif qui apparaît au dessus de la ceinture élastique. Je m’agenouille sur le canapé et reprend mon baiser. A chaque fois qu’il boit, je récupère les effluves avec ma langue.

Maintenant, Ric profite de la longueur totale de la bite de Marc et s’enfile le gland dans sa gorge à fois. Avec Marc, je note les progrès qu’il à fait en ce domaine. Je pense que son père doit passer pas mal de temps à lui défoncer la gueule.
Je prend la place de Ric et ma bouche accepte docilement l’envahissement. Pendant ce temps là, Ric me retire le short et me prépare le cul car je veux être le premier à m’asseoir sur Marc. Je sens bien la longue langue me déplisser la rondelle, la salive entrer dans mon petit trou et les lèvres ourlées de Ric me ventouser l’anus.
Quand je me sens bien « détendu », je me relève et vais m’asseoir sur Marc. Je lui tourne le dos et j’écarte bien mes fesses avec mes mains pour qu’il puisse admirer la pénétration. Je commence par poser mon anus sur son gland bien baveux puis, lentement ploie les genoux pour m’enfiler cm par cm les 22 dans mon derrière. C’est trop bon ! je bande à me faire mal.
Ric pour s’occuper s’installe à 4 pattes devant moi et embouche mon sexe.
Je fais l’ascenseur (heureusement que je n’avais pas travailler les quadriceps avant !) pendant bien 20mn.
Bientôt Marc veux m’enculer debout. Il bascule et je me retrouve à 4 pattes sur la table basse. Ric s’insinue entre elle et moi en 69 pour continuer sa fellation.
Je ne suis qu’un « sexe », la bitte de Marc me lime le cul magistralement. Je serre régulièrement mon anus sur la bite qui me perfore et j’entend Marc en gémir de plaisir. mon gland, lui, au fond de la gorge de Ric est massé par l’effet de ses déglutitions qui le comprime.
Dans un cri, je décharge sur le visage de Ric toute ma purée et la violence de mes contractions anales tire le jus de Marc au fond de mon trou.
Alors que Marc se retire, je serre mon anus afin de ne rien laisser sortir. Ric n’a pas jouit mais Marc lui interdit de se branler, la soirée ne fait que commencer.
Après un dîner léger où Ric a passé la moitié du temps à nous pomper sous la table en verre de la cuisine, nous sommes descendus à la salle de gym. Une douche rapide pour rafraîchir nos épidermes couverts de sueurs séchées, et nous avons repris nos ébats.
J’ai attaché Ric aux 4 coins du banc et ai commencé à lui travailler la rondelle. Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que je puisse y enfiler 3 doigts. Son anus est devenu assez performant. Il peu, en serrant très fort presque en interdire l’accès mais il sait le détendre aussi à volonté.

Je m’enkpote vite et m’introduis dans son boyau avec délice. Il y fait chaud et on sent bien les parois pendant toute l’intromission. Marc profite pendant ce temps là de sa bouche et lui défonce les amygdales à grand coup de reins.
Je cède bientôt ma place à Marc qui le pénètre d’un seul coup jusqu’aux couilles. Ric souffle, même si il est habitué à plus gros, c’est le mouvement qui l’a surpris.
Marc se met à le limer tout en faisant en sorte de ne jamais sortir son gland puis soudain il décule et demandant à Ric de bien serrer son petit trou, il replonge dedans forçant le passage. Je me coordonne pour investir au même moment l’autre ouverture de notre objet de plaisir.
Ric gémis de plaisir sous un tel traitement.

Marc décide de passer à la double sodomie. Nous détachons Ric et Marc se couche sur le banc. Ric vient s’asseoir sur sa bite puis se couche sur son torse me dévoilant ainsi son trou déjà bien occupé par le 22x6 de Marc. Sur ordre Ric commence à se faire reluire et je vois son trou pulser autour de sexe qui l’envahi. Je me place, pose mon gland sur la hampe de Marc et au moment propice, je pousse un coup sec pour faire entrer mon gland. J’arrache à Ric un bon souffle. Si son père est extrêmement bien monté, c’est quand même moins que nos deux queues réunies. Doucement j’enfile mes 20cm auprès des 22 de Marc et je vois lentement l’anus se dilater sous ma pression. Alors qu’il me reste encore 3 ou 4 cm dehors, je me penche et passant mes bras de chaque coté, attrape ses tétons entre mes doigts et leur inflige une torsion rapide. Ric cri un coup, je sens son sphincter se relâcher sous la douleur et j’en profite pour finir ma pénétration.

Nous nous bloquons tous les trois le temps que Ric se fasse au diamètre total.(c’est comme si il se faisait emmancher par une bite de section ovale de grand diamètre 10cm par 6cm de petit diamètre !!).
Je me redresse, pose mes mains sur ses épaules et commence à bouger doucement, Marc à pris ma relève et mordille alternativement les tétons de Ric. L’excitation de notre jouet sous les effets conjugués de la double sodo et de la stimulation « tétonale » se traduit par un tremblement total de son corps, faisant vibrer l’anneau qui nous enserre.
De lui même il se met en mouvement et se fait reluire sur nos deux bites accolées. A chaque fois qu’il recule et nous prend au maximum (je l’aide en tirant sur ses épaules), il souffle un « oui ! » convaincu.

A ce régime, 10mn après nous remplissons nos kpote alors qu’il jute des litres sur les abdos de Marc.
Les jambes coupées, nous basculons tous les trois sur le sol, nous détachant les uns des autres. Etalés, nous reprenons notre respiration mise à mal par le dernier exercice.
Je me tourne et observe l’anus de Ric se refermer doucement. Une dernière contraction et il se referme ne laissant plus voir d’un trait vertical d’environ 1,5 cm.
Je me lève, tire Ric par le bras et a nous deux nous aidons Marc à se relever. Direction les douches ! le jet brûlant en plus de nous laver, détend les muscles que nous avons sur sollicités lors de nos « galipettes ».

Après une bonne bière siroté au fond du canapé, nous gagnons notre lit, faisant une place à Ric entre nous deux (on ne sait jamais, une envie brutale en pleine nuit ? il vaut mieux l’avoir sous la main ? sous la bite plutôt !).

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.