Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 22

Après une bonne bière siroté au fond du canapé, nous gagnons notre lit, faisant une place à Ric entre nous deux (on ne sait jamais, une envie brutale en pleine nuit ? il vaut mieux l’avoir sous la main ? sous la bite plutôt !).   

Durant la nuit, j’ai fait un rêve érotique. Je rêvais que je me faisait sucer, j’ai repris conscience quand je me suis mis à éjaculer. Ouvrant les yeux, je vis Ric me ventouser la bite jusqu’aux couilles avec une telle force qu’il a réussi à tout avaler avant que je n’émerge du coaltar.
Alors que je l’engueulais tout bas pour ne pas réveiller Marc, il m’avoua lui avoir fait la même chose ½ heure au paravent. Je le traitais d’inconscient car il ne connaissait pas notre statu sérologique. Il me répondit assez justement que comme nous baisions Pierre sans Kpote c’est que nous étions clean et que son père avait fait faire des analyses et qu’ils étaient tous les deux ok aussi (son père ne baisant plus ailleurs depuis qu’il avait ce qu’il fallait à la maison).
Nous nous sommes rendormis et je me réveillais vers 10h, cette fois seul dans le lit avec Ric.
Une douche rapide en commun pour gagner du temps et juste une serviette sur le cul, nous rejoignons Marc à la cuisine. Le café nous attend chaud.

Comme je lui raconte notre nuit avec notre pompeur de rêve, il se rapproche de Ric et lui tire l’oreille lui interdisant ce genre de pratique pour sa propre sauvegarde !
Comme la piscine est hivernée, nous allons pousser de la fonte au sous sol. Les serviettes dépliées sur le skaï des bancs, c’est à poil que Ric et moi faisons nos exercices. Marc lui ne porte qu’un short vague qui laisse passer bite et couilles par les jambes.
Après 1h2/2 de bon travail, nous filons nous détendre sous les douches. Nous y restons tellement longtemps que Marc se demande si il ne ferait pas installer un petit hammam et / ou sauna dans une partie du reste du sous sol.
La présence de Ric nous fait bander tous les deux (même sans lui les douches à deux nous excitent). Marc nous dit de nous calmer car Eric doit nous rejoindre pour le café. Comme il est déjà 13h ça devrait le faire.

Nous remontons nous « habiller » pour le déjeuner. Marc passe un cycliste et un tshirt, moi j’enfile un de mes « short » en jeans à même la peau et un marcel et Ric reste avec un jock pour seul vêtement.

Eric nous rejoint 1heure plus tard, Marc lui dit de retirer son cuir pour être plus à l’aise. Il nous apparaît alors avec un shorty Aussibum qui lui fait un paquet encore plus gros que d’habitude et retirant son sweet, laisse voir un marcel débordant de muscle.
Je m’approche et examine de plus près pour m’apercevoir que ce modèle fait partie de la collection qui soutient les boules et les empêche de glisser entre les cuisses. Ça le fait bien et je pense que je ne tarderais pas à faire l’achats de quelques exemplaires.
Nous prenons le café et Eric demande le programme des réjouissances. Marc lui dit que nous ne serions que tous les quatre mais qu’entre moi et Ric, il y aura déjà quelques trous à boucher !
Nous allons au donjon, pour traverser la cour en hiver, Marc a acheté une demi douzaine de grand manteaux en peau retournée qui nous arrivent aux chevilles et qui nous permettent d’être quasiment nus dessous sans avoir froid dehors.
 Ric et moi sommes menottés au mur, bras et jambes en croix. Rapidement, nous nous prenons un, deux puis trois doigts graisseux dans le cul avant de subir les assauts de leurs bites. Marc m’encule nokpote quand Ric se fait saillir par les 26cm couverts d’Eric.  Secoués par les coups de reins, nous contractons dorsaux et abdos pour éviter l’écrasement sur le mur. 
Un bon ¼ heure de ce régime met nos muscles à rude épreuve. Le soulagement d’être détachés ne dure que l’intervalle de temps qu’il faut pour nous placer sur les slings et d’être de nouveau entravés.

A tour de rôle, Marc et Eric s’occupe de nous. Pendant que j’avale la bite d’Eric dans ma gorge et celle de Marc dans mon cul, Ric peut nous mater et inversement quand c’est au tour de Ric de passer à la casserole.
Nous en redemandons dès que l’un de nos deux enculeurs cesse un instant. Un peu de poppers et c’est à mon tour de subir la teub d’Eric dans mon trou du cul pendant que je pompe Marc comme un affamé depuis 8jours au moins !

Comme j’ai déplacé et modifié le système de suspension au plafond que j’avais installé dans la salle de muscu, (cf. soumission 14), nous allons le tester.
Le nouveau système prend les poignets et les cuisses. Les chevilles sont tirées vers le haut de façon réglable (le but est de faire passer les jambes au dessus du plan de l’anus), le tout suspendu à une grosse chaîne dont nous pouvons maîtriser la montée et la descente d’une grosse poulie accrochée à une poutre par l’intermédiaire d’un gros ressort.
Nous y installons Ric et le suspendons à environ 1m du sol. Mar et Eric se couche l’un en face de l’autre pour accoler leurs deux bites ensemble. Je les équipe de Kpotes et fait couler dessus une grosse dose de lubrifiant. Doucement je fais descendre Ric jusqu’à ce que son anneau soit posé sur les deux glands. Marc tient l’ensemble serré et d’un signe m’ordonne de relâcher d’un coup. 

Dans un cri, Ric se fait empaler par les deux grosses bites. Je le laisse, les fesses posées sur les 4 cuisses le temps qu’il se fasse à la nouvelle dilatation de son anus puis doucement remonte la chaîne jusqu’à ce que seuls les deux glands soient prisonniers de son trou et la bloque.

Maintenant, il suffit à Marc ou à Eric d’appuyer sur ses hanches pour l’enfoncer sur leurs bites. Dès qu’ils le relâchent, le ressort fait son effet et le remonte à sa position initiale.
J’enjambe Marc et présente ma bite aux lèvres de Ric. Pour leur éviter le « travail »,c’est moi qui impulse le mouvement en appuyant sur les épaules de Ric ce qui permet aux deux enculeurs de restés couchés sur le dos à ne s’occuper que des sensations de plaisir que leur transmettent leurs queues.

Aux désir de nos deux « maîtres », je ralentis ou j’accélère le rythme, alternant de courts massages des glands avec des limages sur toute leur longueur de bite. De temps en temps je fixe Ric au plus bas, maintenant la pression pour qu’il reste emmanché à fond sans bouger.
C’est très excitant d’autant plus qu’il ne cesse de me bouffer la bite. J’accélère le mouvement, je me recule brusquement et jute su les pecs de Ric une quantité de sperme dont je ne me croyais pas capable ! Ric que je maintiens enculé au maxi pendant que je me vide sur lui se met à gicler sur Marc et lui en met jusque dans les cheveux. Du niveau du sol nous parviennent deux feulements. Je relâche brusquement Ric et le ressort le remonte cette fois jusqu’à le déculer, laissant apparaître les deux glands baignant dans le sperme prisonniers des Kpotes.
Doucement, je détache les chevilles et les cuisses du harnais pour que Ric se tienne debout et lui défait les poignets. Je le soutiens le temps qu’il se fasse à la position verticale. Puis nous allons nous asseoir sous les douches ouvertes en grand nous laver, reposer, notre énergie vidée par la dernière baise. Nous sommes vite rejoint par nos deux aînés. Un bon bouchonnage mutuel et nous voilà bien secs. Nous regagnons la maison nus, emmitouflés dans nos grands manteaux. Nous restons un bon moment devant la cheminée à somnoler pour récupérer nos forces.

Encore un peu fatigué, je ne me sens pas de piloter une moto et je reconduis Ric chez son père en voiture.
Comme à chaque fois, dès que nous avons passé la porte, son père lui ordonne de le sucer pendant que je lui fait mon rapport.
Se soir, il semble avoir envie de parler et m’invite à entrer au salon. Nous nous installons dans de vastes fauteuils et Ric trouve sa place à genoux entre les jambes de son père à continuer sa fellation.

Au bout de 5 mn, le père, bien chaud, me dit qu’il aimerait bien voir son fils se faire enculer par plusieurs mecs. Je lui dis que ce qu’il souhaite s’appelle un gang bang où un seul mec se fait utiliser par plein d’autre.
Il me dit que par contre il ne sait pas comment faire. Je lui dis qu’il faut que j’y réfléchisse mais que cela ne m’a pas l’air impossible à organiser. (dans ma tête je pense à mes « clients » de Jean qui ne seraient sûrement pas contre un tel trip, avec Marc et Eric nous pourrions être 9 !).
Je le quitte en promettant de le rappeler dans la semaine pour en discuter.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.