Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 49

Dimanche :

Le jour me réveille, je sens une tête sur mon bras. Je me tourne et vois que Pierre dans la nuit est venu se blottir contre moi. De l’autre coté de Pierre, Marc dors encore profondément.
Je me glisse hors du lit sans réveiller mes compagnons, me rafraîchit d’une douche froide et descend à la cuisine. Au passage, je regarde qui dors avec qui. Les portes des chambres sont entrouvertes ou carrément ouvertes. Arnaud est dans les bras de Bruno (normal), Eric s’est accaparé Ric (ce qu’il fait toujours quand ce dernier est avec nous).

Dans le baisodrome, un des grands lits est occupé par Igor avec un fils de chaque coté, l’autre par Phil et Luc. C’est dans une autre chambre que je trouve Jean en train de réveiller Seb par une bonne pipe bien profonde. Je reste à mater le spectacle jusqu’à ce que Jean se recule brusquement avant de recevoir partiellement sur le torse les jets de sperme. L’orgasme finit de réveiller Seb. Je les attends alors qu’ils se douchent et nous descendons tous les trois prendre un café.
Nous finissons de ranger la maison et la terrasse de la piscine. Il fait beau ce matin là et nous piquons une tête dans l’eau.

Petit à petit, nous voyons apparaître les partouzards. Après un passage en cuisine, ils nous rejoignent, café en main.
Alors que Luc et Phil se penchent pour nous faire la bise, Seb et moi les faisons basculer dans l’eau. Eclaboussures, protestations…rires de ceux restés à l’écart !
Bientôt nous sommes tous à patauger, délassant les muscles courbaturés par certaines positions de la veille.

Contrairement à la veille, l’ambiance est plus langoureuse et sensuelle que brutalement sexuelle. Caresses et bisous dans le cou remplacent pipes et sodomies.
Cette ambiance perdure jusqu’ après une sieste générale qui a pris tout le monde au sortir du petit déjeuner/déjeuner BBQ.
J’envoyais les 4 plus jeunes (Ric, Jean, Pierre et Arnaud) réveiller nos aînés par de lent, très lents passage de langue sur leurs sexes. A force d’être léchées façon cornet de glace, les bites se sont raidies et c’est plutôt façon dégustation de glace en bâtonnet que les pipes ont continuées. Il y avait presque un concours entre les suceurs pour être celui qui en prenait le plus dans sa gorge. Performance gagnée par Ric sur Eric bien sûr ! avec l’entraînement paternel, il est imbattable et non seulement il le prend entier dans sa bouche mais il arrive à bloquer le gland en fond de gorge plus d’une minute avec de fréquentes déglutitions qui font le bonheur du sucé.

Jean n’est pas loin de l’égaler. Mes clients TTBM commencent à bien lui formater sa petite gueule. Pierre et  maintenant Arnaud arrivent bien a avaler leurs 22cm.
Les jumeaux ont entamé un 69. c’est amusant de les voir faire l’amour. Est ce qu’ils baisent ou ne se masturbent ils pas ?
Après les avoir bien matés, nos bites claquant sur nos abdos, Seb, Phil, Luc en moi  avons rapproché des matelas de bronzage et nous nous sommes immiscés dans le duo. Caresses, léchages, bouffage d’oignons… eurent raison de leur isolement et à 6 nous nous sommes emmêles, alternant sous nos langues qui une bite qui une langue ou même une rondelle.

Comme je jetais un œil en dehors de la mêlée, j’ai pu voir que nos aînés étaient passés à la vitesse supérieure. Toujours étendus cote à cote sur les méridiennes, ils se faisaient chevaucher par leurs suceurs respectifs.

A l’appel de Marc, je me rapprochais pour prendre les ordres. Il avait eu l’idée que Phil, Luc, Seb et moi allions nous intercaler. A cheval plantés sur leurs bites nous avons enfilé les précédents cavaliers. Arnaud couché sur le torse de Bruno, lui roulait une pelle bien profonde secoué par les coups de bite de Seb. Moi, planté à cru sur Marc faisait de même dans Pierre. Ce dernier s’était accroché aux épaules de Marc pour ne pas glisser en avant.
Sur ma gauche, Phil chevauchait Eric tout en sodomisant Jean et Igor bourrait Luc qui lui même enfilait Ric. Les jumeaux de leur coté avaient repris leur 69 masturbatoire.

Nous avons tous tenu la position et alors que notre trio avait la chance de juter sans kpotes, tous les autres ont rempli les leurs, les jeunes maculant les torses aînés de longues traînées blanches.
Ecroulés les uns sur les autres, nous avons repris notre souffle en matant les jumeaux se finir. Leurs bouches ventousées sur leurs bites, on a pu les voir déglutir à chaque éjaculation fraternelle. Trop beau à voir !

Marc exigea que tous nous passions à la douche avant de retourner dans la piscine. Pas question que du sperme flotte à la surface. Même si chacun fait bien attention, on est jamais à l’abri d’un accident.
 
La fin de journée s’est passée entre bronzage, nage, mini compétition où Ric nous a tous battu .
Le soir venu, alors que les « familles » et les motards nous quittaient, je ramenais Jean, Pierre et Ric chez eux.
Je laissais Jean devant chez lui. Je faisais de même avec Ric car le père de Pierre m’avait  fait passer le message qu’il souhaitait me voir. Je montais donc avec Pierre jusqu’à sa maison. Son père nous ouvrit et après avoir embrassé son fils, m’entraîna dans son bureau. Là, il me passa l’enveloppe de mes émoluments puis commença à discuter. Il voulait savoir comment ça allait avec Pierre. Je le rassurais, lui disant que je m’en occupais particulièrement et que s’il avait participé à des touzes, ce n’avait été qu’entre amis et jamais de façon tarifée. Ça l’a rassuré.

Il me demanda néanmoins d’espacer les WE afin que Pierre réussisse ses épreuves de fin d’année. Moi, je lui demandais des nouvelles de sa femme. Il me dit que de ce coté là, j’avais relancé la machine et que maintenant, il pouvait lui faire l’amour tous les soirs ou presque. Qu ‘elle avait pris en plus un amant avec qui elle s’envoyait en l’air plusieurs fois par semaines et avec qui de temps en temps ils baisaient à trois et elle appréciait d’être fourrée par les deux trous.

Ce qui lui permettait de retrouver le plaisir de la double pénétration qu’il avait testé avec moi lorsque tous les deux nous avions redonné le goût du sexe à sa femme.
Elle vint nous rejoindre dès que Pierre lui ait dit que j’étais dans le bureau de son mari. Comme je me levais, elle me serra dans ses bras, me fit un bisou sur les lèvres et me remercia d’avoir sauvé son couple. J’en attendais pas tant !

Comme elle me demandait comment elle pouvait me remercier, je lui assurais que son mari s’en était chargé. Elle me dit que si j’avais besoin d’un appui quelconque auprès de tout ce qui se faisait d’important dans la ville, il ne fallait pas hésiter, car ils en connaissaient tout le gratin économique, politique ainsi que toute la magistrature et le milieu médical.
Je la remerciais d’avance. Elle me demanda si je faisais toujours ce genre de prestation. Je lui disais que je n’ai avais plus trop le temps. Elle me dit alors que c’était pour une de ses bonnes amies qui saurait se montrer généreuse.

C’est en fait une jeune veuve qui s’était occupé longtemps d’un mari infirme et qui n’avait plus le courage d’aborder et de se laisser aborder par les hommes. 
Ha ! quand on pince ma corde sensible, j’ai du mal à refuser !! (serais je devenu vénal ? !)
Je réfléchissais vite pour trouver deux heures dans mon emploi du temps surchargé.
Je proposais deux fin d’après midi. Elle me contacterai pour me dire laquelle irait.

Quand je suis rentré à la maison, Marc s’amusa de mon nouveau plan meuf ! surtout que je sois pris pour un jeune homme si serviable !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.