Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 52

Avec Marc nous avons passés un WE en familles.

Nan rassurez vous je parle de nous Marc et Moi (1ère), de Bruno et Arnaud (2ème) et Igor avec les jumeaux (3ème famille) lol

Ils sont arrivés dans l’après midi du samedi.
Pour éviter qu’Arnaud ne se casse une jambe en passant par dessus le mur mitoyen (2,50m) avec leur propriété, j’ai installé et fixé au mur de chaque coté une échelle. Nos voisins sont arrivés par ce chemin (par la route y’en a pour moins de 5mn mais  les risque de rouler avec + de 0,5g…), c’était plus simple !
Nous étions tous les 4 à poil autour de la piscine quand la 3ème famille est arrivée.
Nos trois « russes »  descendent de voiture et je les accueille en haut du perron. Léchages de museaux et pelle profonde du mâle dominant, me font bander direct.
Nous rejoignons nos compères sur la terrasse. Tic et Tac se mettent à poil en 2 secondes et nous, les jeunes, sautons dans l’eau histoire d’éclabousser nos trois aînés restés sur le bord, trempant Igor de la tête aux pieds.
Depuis que nous sommes aussi nombreux dans le groupe, Marc me laisse plus la bride sur le cou et, si il sait être très directif quand il le souhaite, je peux profiter un max de mes nouveaux petits amis.
De courses poursuites dans l’eau à tentative de nous couler les uns les autres, les bites se dressent. J’attrape Tac et descend en apnée lui tailler une pipe. Je manque de me noyer ! doit y avoir un truc. Faudra que j’essaye avec Ric, c’est celui qui retient le plus longtemps sa respiration quand un gland lui bouche la gorge.

Nous sortons de l’eau et nous attaquons, couchés sur les matelas à même la terrasse, un carré de pipes. Nous continuons avec deux 69 en parallèles.  Alors que je surplombe Tic et que Tac 69ises Arnaud, je sens deux mains écarter mes fesses et dévoiler mon anneau. Une langue vient le lécher. Je me détend et laisse mon anus s’ouvrir. La langue s’allonge et s’insinue, poussant la salive dans mon cul.
Je passe les jambes de Tic sous mes bras ce qui lui relève le cul et le met à la portée de mes lèvres. Je lui bouffe l’oignon comme on me le mange aussi. Alors que je me fais toujours déplisser l’anus à grands coups de langue et pénétration de doigts, je vois la bite de Marc se pointer sous mes yeux. Je lâche le cul pour avaler la bite jusqu’aux amygdales. La tête prise en étau par les mains de mon mec, je lui suce la bite comme si ma vie en dépendait. La salive en trop, tombe sur l’anus de Tic. Ça lui servira pour plus tard !
Je sens la langue et les doigts quitter mon trou. Mais aussitôt la poussée d’un gland kpoté se fait sentir et je m’ouvre au passage de la bite que je reconnais comme étant celle d’Igor.
Parallèlement, Marc encule sous mes yeux (à 5 cm maxi) Tic. Ma salive recouvrant le trou d’un bon cm servit de lubrifiant à la pénétration. J’en ajoute encore un peu sur les premiers va et vient et relève la tête pour voir ce qui se passe à coté.
Tac en 69 sur Arnaud se fait mettre par Bruno. Quand il se retire, je m’aperçoit Qu’Arnaud à délaissé la bite de Tac pour bouffer les couilles de son tonton ! Bruno à le service trois pièces complet au chaud !

Moi je profite bien de la bite d’Igor qui, si elle a les mêmes caractéristiques que celle de Marc, ne bouge pas du tout de la même façon. J’ai laissé les jambes de Tic sur les épaules de Marc et j’ai pu recommencer ma pipe.
Se faire enculer pendant un 69, c’est divin ! tous les trous sont bouchés et les sources d’excitations sollicitées.

Quand je jette un nouveau coup d’œil aux voisins, je vois que Tac en manque avait retourné Arnaud et l’emmanchait à grand coups de rein. Il faisait le « lien familial », relais de la bite de Bruno au trou d’Arnaud. Le traitement avait l’air de leur plaire et Arnaud émettait de petit gémissements de plaisir. Bruno quand à lui enculait Tac par de longue poussées de son gland à ses couilles.
Je faisais palpiter mon anus sur la tige d’Igor, freinant sa progression dans mon trou. Vu les commentaires, il appréciait les effets produits, me traitant de « belle salope ». Marc n’était pas en reste et lui dit qu’il avait la même chez lui, en l’occurrence Tic.
Une fois d’accord, ils nous ont enculer de plus en plus vite jusqu’à remplir les kpotes.
Cela faisait déjà quelques instants que nous ne pouvions plus nous sucer correctement car bien secoués par les coups de pines de nos aînés et nous nous sommes arrosés de nos jus, Tic sous moi en ramassant la plus grande partie.
Une fois débarrassé de nos a-saillants, nous avons rejoint le trio. Il restait deux places. Tic s’est couché sous Arnaud pour le sucer et je me suis accroché aux hanche de Bruno pour lui lécher la rosette.  Bruno c’ets alors immobilisé et a demandé à Tac de faire seul. Placé au milieu, ses mouvements de bassin faisaient alternativement entrer en lui la bite de Bruno et quand elle ressortait, le faisait lui même pénétrer Arnaud.
Sous les yeux de Marc et Igor, le trio a explosé son foutre. Arnaud au visage de Tic, Tac dans sa kpote au fond du cul d’Arnaud et Bruno dékpoté sur le dos de Tac.

Ce petit échange nous avait amené à dîner assez tard. La soirée s’est passée calme et  nous avons regagné nos chambres famille par famille.

Dimanche :

Je me réveille de bon heure. J’aime être le seul debout dans la maison, je déambule, de pièce en pièce, ouvre la maison pour profiter de la fraîcheur du petit matin et prend mon café sur la terrasse sous le soleil levant, sur la piscine, une brume d’une dizaine de cm me cache la surface.

Marc me rejoint et sur une méridienne, je me couche dans ses bras. Je suis bien !
Je me rendors et fini ma nuit.
L’arrivé de nos invités me réveille et je m’aperçois alors que Marc n’avait pas bougé. Il s’étire et chasse quelques fourmis venues de muscles coincés sous mon poids.

L’ambiance est à la reprise de conscience calme. Bonjours calmes, bisous sensuels, caresses légères.
Je vais chercher les croissants. Juste en slip et chaussettes sous ma combi, j’enfile mon casque et file en moto à la boulangerie du village. Arnaud voulait m’accompagner mais ce n’est pas la peine d’alimenter les ragots ! j’y allais seul. Le temps de remplir le sac a dos de croissants et autres pains au chocolat et j’étais de retour.
La fin de matinée s’est passée au même rythme lent. De temps à autre un de nous glissait dans l’eau et paresseusement alignait au moins deux longueurs (20m !!).
Après avoir proposé discrètement un plan à Marc, j’entraînais les « jeunes » au sous sol, non pour faire de la muscu mais plutôt pour préparer nos « terrains de jeux ». Douches communes, massage au savon, rasage des couilles, et lavements (1ère fois pour Arnaud). Nous en sommes sortis propres de partout. A poil (ou ce qu’il en restait), nous avons gagné le donjon.
Avec Tac, nous avons placés Tic et Arnaud sur les slings et avons commencé à leur travailler l’anus.
Gel + doigt, gel + doigts, délicatement lentement nous leur avons déplissé l’oignon.
Une fois ouverts à 3 doigts profonds, nous leur avons placé un plug  et nous sommes placés à leur tête pour se faire faire une pipe.
Je tirais la gorge de Tic et Tac testait la profondeur de celle d’Arnaud. Comme il s’étonnait de la trouver aussi accueillante, je lui expliquais que je l’avait formé dernièrement à cette technique.
C’est alors que les adultes sont arrivés.
La vue de notre quatuor a réveillé leurs libidos et les quelques mètres nous séparant de la porte leur suffirent pour arriver à nous bandant comme des cerfs.

Je poussais Tac sur le sling central et rapidement lui mis trois doigts dans le cul. Une fois ce dernier dilaté, je retirais les plugs des deux autre jeunes salopes et présentais ainsi trois trous prêts pour la défonce aux trois enculeurs. Igor laissa ses fils à ses deux acolytes pendant qu’il s’essayait à la douce chaleur du cul d’Arnaud.
Marc s’attaqua à Tac plus serré que son frère occupé à satisfaire Bruno.
Mois je veillais a ce que tout se passe bien, lubrifiant une bite kpoté par là, étouffant un cri de surprise d’un enculé sous mes lèvres, excitant un téton par ci par là, me faisant téter le gland par les bouches avides de mes trois amis.

Marc me demanda de rester avec lui sur Tac pour bien qu’il apprécie la bite façon passif comme son frère. Je lui faisais alors bouffer ma bite jusqu’à l’os. Malgré quelques renvois, j’ai réussi à la lui mettre jusqu’à ce que mes couilles lui tombent sur le nez. Avec Marc nous nous sommes amusés à le remplir simultanément ou en alternance. Son frère la tête penchée vers nous, n’en revenait pas de ce que nous lui mettions, à lui le plus actif des jumeaux.
Igor félicitait ses fils de leur bon comportement sous la bite tout en balançant le sling d’Arnaud afin de le limer sans efforts.

Bien qu’en manque de bite dans le cul, la situation et la gorge bien serré de Tac m’excitèrent assez pour me faire jouir. Mon sperme sous pression, vint s’écraser sur les abdos de Tac rejoint par le sien propre et celui de Marc ayant eu juste le temps de sortir et de se dékpoter avant de juter.
Nos voisins à droite comme à gauche prirent la même option et mélangèrent leurs spermes surs les abdos accueillant des deux jeunes.

Après avoir traînés sous les douches, nous avons passé la fin d’après midi à bronzer au bord de la piscine, chacun se servant dans le frigo de ce qu’il désirait à manger.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.