Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 53

Rapport téléphonique de Seb sur son WE de rando :

Il n’a pu approcher Nicolas seul à seul pendant les deux jours. Le samedi soir il avait le sentiment qu’une gène s’était installé entre eux. Mais le dimanche au moment de se séparer, il avait eu la bonne surprise de voir Nicolas venir vers lui et lui demander de rentrer par chez lui.
Là , il lui expliqua qu’il avait eu l’impression que tous les autres n’arrêtaient pas de le regarder. Un peu de paranoïa, peut être que le 3ème partouzeur  avait cherché des signes de complicité entre eux mais pas plus !

Cela ne l’avait que plus excité et il se rattrapa du WE sec cherchant lui même la bouche de Seb pour lui batailler sa langue, puis son sexe pour le téter. Seb excité lui rendit la pareille, un bon 69 entama les « hostilités ».  Il fût content lorsque Nicolas lui demanda de l’enculer de nouveau et prit direct la position à 4 pattes. Seb lui prépara le trou au gel lubrifiant et quand il put y entrer 3 doigts, les remplaça par sa bite. Nicolas pourtant bien préparé, couina toute la progression de Seb dans son anus.

Comme ce dernier ne bougeait plus le temps que les muscles se fassent à l’écartement, Nicolas impatient se mit de lui même à bouger. Seb avait une vue imprenable sur le dos musclé de son copain et sur l’apparition de gouttelettes de sueur sur la surface de sa peau. N’y tenant plus, il le redressa, lui plaqua le dos sur son torse et tournant sa tête vint lui rouler un patin. Trop bon son pote ex hétéro mais bien viril.

Après avoir éjaculer presque ensemble Seb dans sa kpote et Nicolas sur le cuir du canapé, alors que l’excitation retombait, Seb demanda à Nicolas si il était intéressé par des expériences plus « radicales ». A la demande d’éclaircissement, il décrit touze entre mecs, WE non plus sport mais principalement sexe, pratiques plus hard, mecs bm…
Un silence s’installa et il attendit au moins 10 mn avant que Nicolas accepte à condition de pouvoir se barrer s’il le désirait.
Là au téléphone, ils attendaient la décision de Marc.
A ses cotés, je le poussait à accepter proposant d’y aller doucement et dans un premier temps de les faire venir avec Bruno et Arnaud ou Igor et les jumeaux. Ce qui lui laisserait la possibilité de se tester comme actif entre eux, moi et Seb (3 ages et types de mecs différents).

La rencontre fut acceptée pour le WE suivant.
 

Jeudi dernier, j’avais de nouveau rendez vous avec la nouvelle meuf, Emma.

Je commençais la journée plus tôt pour pouvoir partir dès 15h.
15h30 j’ôtais mon casque et sonnais à la porte. Dès cette dernière refermée, elle me prenait le cou pour attirer mes lèvres sur les siennes.
Je la pris dans mes bras et forçant avec la langue, lui roula une pelle. Je la plaquais au mur de l’entrée et continuant le baiser, me mis à la caresser par dessus sa robe légère. Mes mains sur ses seins alternaient pressions et rotations jusqu’à obtenir que ses tétons se dressent tout durs.
Je descendais alors ma main droite sur sa cuisse et remontais doucement le bas de sa robe sur ses hanches. Au passage je remarquais l’absence de culotte !
Je m’écartais un peu de coté, plaquant ma bite raide sur sa cuisse gauche et dégageant l’accès à sa chatte pour ma main. Je plaquais ma main, couvrant entièrement la chatte comme une coquille. J’imprimais de courts mouvements de bas en haut et sentais les grandes lèvres se gonfler.
Quittant sa bouche, je glissais alors à ses genoux et  m’attaquais aux lèvres du bas jusqu’à dénicher le clito. Je l’aspirais, le faisais tourner sur ma langue. Au dessus j’entendais Emma haleter de plus en plus vite. J’enfonçais ma langue dans son vagin et reprenais l’excitation du clito. Je lui arrachais quelques minutes plus tard un premier orgasme.
Je me relevais le nez et les lèvres pleins de sa lubrification et lui roulais une pelle.
Je lui demandais l’autorisation de me doucher. Elle m’emmena dans sa chambre cette fois. Une grande chambre avec un lit immense et derrière la tête un panneau en verre dépoli masque la salle de bain. Je me mets nu devant elle. Elle m’aide à me glisser hors de ma combi en cuir. Je sentais ses mains me caresser de haut en bas au fur et à mesure de mon « épluchage ».
Mon shorty et mes chaussettes sur le tas, je passais sous la douche (un espace délimité juste par deux verres verticaux sans porte).

Je me savonne vite fait et me détend sous l’eau tiède. Emma me rejoint nue. Elle me masse les épaules puis descend le long de la colonne vertébrale jusqu’aux fesses. Je m’appui sur le mur et savoure ce moment qui, bien que délassant, ne m’empêche pas de bander ferme.
Alors qu’elle est à genoux derrière moi pour masser mes reins, je me tourne  et lui présente ma bite, le gland à moitié découvert. Sans que j’ai eu à le lui dire, elle passe sa langue dessus, la léchant comme une glace, de bas en haut. Arrivée au gland, elle tire mon prépuce vers le bas et passe sa langue sous la couronne. C’est trop bon ! je lui prends la tête et l’enfonce sur ma bite. Sa langue ne cesse de tourner sur le gland et de l’exciter. La pression monte vite à ma grande surprise. Je lui relève la tête puis la relève complètement.
Tout mouillés, je la pousse jusqu’au lit et la couche dessus.

Je l’embrasse puis descend sur ses seins. Je lui bouffe les tétons, suçant et mordillant jusqu’à ce qu’ils soient violacés et raides. Je descends le long de son corps et me ventouse à sa chatte. Direct j’écarte les grandes lèvres pour m’attaquer au clito. Elle mouille. J’ajoute un puis deux doigts dedans pour varier la stimulation. Je les enfonce, les tourne, les écarte. Mes efforts sont récompensés par un 2ème orgasme.
Alors qu’elle en tremble encore, je ne lui laisse pas de répit et enkpoté, m’enfonce dans la chaleur moite de son vagin. Quelques va et vient pour m’installer complètement dedans et je la sens de nouveau monter en pression. Je lui relève les jambes, les plient sur sa poitrine et la fait basculer sur le coté. J’utilise quelques instants cette position puis la mets sur ses genoux. J’ajuste la hauteur de son trou en lui écartant les jambe et mes mains sur ses hanches, lui imprime un mouvement qui la fait se limer sur ma queue.

Quand elle recule d’elle même dessus, je fait glisser mes mains sur ses fesses pour les masser, écarter… je découvre un petit trou plissé qui n’a jamais du voir passer une bite.
Comme elle est bien chaude et qu’elle « remercie » ma bite de lui faire autant de bien, je laisse tomber un peu de salive sur son anus. elle glisse jusqu’à sa chatte ajoutant à sa lubrification naturelle. Je recommence et en même temps approche mes pouces de la porte arrière. J’en pose un dessus et commence doucement à pousser ma salive dedans. Elle me laisse faire. J’insiste en ajoutant de la salive. Bientôt, j’arrive à lui entrer la première phalange du pouce. Toujours pas de protestations, je continu et y met le doigt entier dedans. Quand elle serre son vagin sur ma bite, mon pouce se trouve pris dans l’étau de son anus.
Je libère ce petit trou et la reprend aux hanches pour moduler la pénétration.

J’alterne de grandes saillies à faire buter mes 20cm sur le fond à de courtes pénétration usant de mon gland sur les 5/6 premiers cm, le sortant pour jouer avec sur son clitoris. Les effets obtenus varient et je nous achève en de grandes pénétrations où je sort totalement pour re rentrer alors qu’elle contracte son vagin, ce qui me fait forcer l’entrée, pour son plus grand plaisir. un bon moment de ce traitement et je jute dans la kpote, enfoncé au plus profond de sa chatte la bite serrée par les contractions internes de son orgasme.

Je l’écrase sur le matelas et glisse sur son coté. Je dékpote et la jette dans un cendrier sur la table de nuit et me mets sur le dos.
Elle rampe sur mon torse et vient m’embrasser longuement. Je lui caresse le bas des reins. Elle chevauche ma cuisse et se masse elle même le clito dessus. Un frisson la parcoure et elle serre ma jambe entre les siennes.

Nous restons bien 1/5 heure sans bouger, repus de sexe. Je finis par me lever et me laver. Quand je repasse dans la chambre elle est toujours sur le lit à poil. Elle est vraiment bien foutu pour son age !
Elle me tend mon enveloppe et me demande de prendre la montre qui me plait dans toutes celle qu il y a sur une des commodes de la chambre. elle avait remarqué ma Tag. Je la remerciais et triant parmi la 30aine de montres, opta pour une grosse montre en or blanc, avec un cadran entouré d’un anneau de verre ou glissent de nombreux petits diamants roses. Peut être ferais je efféminé lorsque je la porterais, mais mon physique mâle compensera l’effet rendu.
Je n’hésitais pas longtemps avant de la lui demander. Elle apprécia mon choix car c’était une de ses préférées. Je lui proposais d’en choisir une autre mais elle me dit que non, ça lui faisait plaisir.
Je mettais ma Tag dans une poche pour pouvoir étrenner mon nouveau cadeau. Avec le cuir de la combi, l’effet était saisissant, difficile de faire plus éloigner l’un de l’autre comme style. Tout à fait moi !

Je lui donnais rendez vous pour la semaine suivante et rentrais à la maison pour montrer à Marc mon nouveau jouet.

Mon cadeau me valu d’être traité de « pute » ! Illogique, c’est quand je me fais payer en liquide que je suis une pute pas quand on m’offre un cadeau !
En attendant, ça ne lui fait pas tomber l’excitation et je me suis fait doser comme une vrai salope, nu avec ma nouvelle montre au poignet. J’adore quand Marc m’encule alors qu’il est animé d’un peu de jalousie. Il y va plus fort et j’aime trop ça.
Ça me fait penser qu’il tient peu être plus à moi qu’il ne me le dit. J’aime cette idée !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.