Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 57

Le soir même je racontais à Marc l’approche des 30cm black.
Quand il a su que j’avais réussi à l’enculer,  il m’a félicité et aussitôt m’a demandé quand il viendrait à la maison. Je lui ai dit que j’étais sur la bonne voie et qu’il fallait que je le re contacte.

Dans la soirée je l’ai appelé et nous avons convenu qu’il passerait à la maison pour me « voir » le samedi suivant.

Rien de spécial durant la semaine. Mercredi PM j’ai amené Jean chez le vieux black ttbm pour se faire défoncer. Comme toujours chacun y prend son pied. Le vieux de pouvoir enfiler toute sa bite géante dans un cul et Jean de faire sa pute.
Le jeudi en fin d’après midi je retrouvais Emma. Jusqu’aux vacances elle m’a demandé de passer toutes les semaines. Vu le « dédommagement » y’a pas de problèmes !
Quand j’arrive elle est de plus en plus chaude. Jeudi dernier elle m’attendait juste vêtue d’une combinaison transparente sans culotte ni soutient gorge. Dès que je l’ai vue ça ma fait bander.
Je quittais ma combi et me suis mis à poil dans l’entrée. Je la plaquais contre moi et lui mettais 2 doigts pour m’apercevoir que sa chatte était brûlante et mouillée. Juste le temps de mettre une kpote et je la plantais, la collant contre le mur.
Comme a chaque coup de rein je la décollais du sol, elle prit le parti de me ceinturer la taille avec ses jambes.
Je la portais vers une commode (qui méritait bien son nom) et lui posais les fesses dessus poussant les bibelots posés sur le marbre.
Là je pu donner toute la puissance de pénétration que je pouvais, libéré de son poids, mes coups de reins ont gagnés en amplitude et j’ai pu la limer sur la totalité de mes 20cm.
Je me penchais sur elle et me mit à lui téter les seins jusqu’à obtenir que ses tétons soient gonflés et hypersensibles.
En insistant un peu plus, je lui provoquais son premier orgasme. Comme je n’avais pas joui, j’ai pu continuer doucement mes va et vient le temps que la pression retombe.
Je me retirais et m’épluchais le sexe de sa kpote. Vorace ! elle glissa à genoux pour me le sucer. Je laissais faire mais elle butait souvent contre l’entrée de sa gorge. Je la relevais et lui roulais un patin bien profond, sa langue n’était pas la dernière à participer à la monté de notre excitation. Je la poussais dans le séjour puis la salle à manger. Là je la fit se coucher le dos sur la table et la tête en dehors du plateau. Tout en l’embrassant je lui tirais la tête en arrière, les cervicales souples, je l’ai amené à la position voulue. Je me suis redressé et lui ai présenté ma bite. Sans chichi elle ouvrit la bouche et je pu m’y enfoncer. Arrivé à l ‘entrée de sa gorge, je lui dis d’avaler et poussais un grand coup. Comme mes couilles lui bouchaient les narines, je me retirais. Sans tousser, elle reprit sa respiration. Je lui disais à l’oreille que c’était comme ça le meilleur. Elle me dit de recommencer alors.
J’ai de nouveau investi sa gorge prenant soin de limiter au maximum le temps que je passais le gland serré tout au fond. Elle encaissait bien et trouva très rapidement le rythme pour respirer. Mes mains posées sur ses seins, entretenaient son excitation. Je glissais rapidement une vers sa chatte et accrochais 2 doigts dedans. Dès que je  coinçais le clito entre eux, elle se contractait. 
Après cette « mise en bouche », nous avons gagné le salon et je l’ai reprise à genoux sur le canapé, ses seins écrasés sur le dossier.
Mes mains sur ses hanches je lui pilonnais le fond du vagin puis, m’étant reculé, je la laissais se limer seule sur ma bite. D’elle même elle allongea le mouvement pour profiter de toute la longueur de ma queue. Quand elle s’avançait trop, ma bite sortait et venait claquer mes abdos.  En la replaçant entre les lèvres, j’en profitais pour la lui passer sur l’anus. Je lui ai détendu la rondelle doucement. Suivant la monté (ou y participant) de son plaisir,  j’augmentais la pression et bien lubrifié de salive y entrais l’index.
Vu notre position je le remplaçais vite par mon pouce qui n’eut aucune difficulté à entrer (j’ai remarqué que les meufs ont un sphincter anal moins « musclé » que ceux des mecs, du moins celles sur lesquelles j’ai pu essayer).

A l’occasion d’une nouvelle échappée, je plaçais mon gland gluant de sa lubrification vaginale contre son anus et d’un petit coup de rein le lui enfonçais dedans. Léger cri de surprise, redressement de buste. Mes mains ont alors quittées ses hanches pour aller pincer les tétons.
Un nouveau coup de rein et quelques cm de plus dans son cul, même réaction.
J’ai recommencé ce petit jeu jusqu’à être entré totalement, ponctué à chaque avancée du même petit cri de surprise plus que de douleur. 
Calé au fond, je la laissais s’habituer aux nouvelles sensations et à l’écartement de son petit trou.
Quand j’ai senti un léger relâchement de sa rondelle, j’ai commencé à bouger, ressortant lentement je me suis ré enfoncé avant d’être complètement sorti.  Au fur et à mesure, les petit cris ont laissés place à de francs gémissements et j’ai pu accélérer le tempo.
Même si l’envie était forte de me finir dans son cul, je me retenais et après encore quelques va et vient en suis ressorti. Le temps de changer de kpote, elle s’était tournée et m’embrassait à pleine bouche. Je la couchais en travers du canapé et lui relevant les jambes sur mes épaules reprenais position dans sa chatte. Quelle différence ! quelle mollesse après la pression du sphincter anal ! je me suis dit que pour la prochaine séance j’apporterais un gode pour que je puisse la faire jouir vaginalement pendant que je l’enculerais.
J’obtenais son orgasme et me sentais alors à ce moment là bien serré par les contractions. Je me retirais et après avoir dékpoté, de 2 coups de main, lui joui sur le ventre.
Un peu fatigué, je me couchais sur elle étalant mon sperme.
Après un bon ¼ heure dans ses bras, je me suis relevé et nous sommes allés nous doucher ensemble.
Comme je renfilais ma combi en cuir, elle m’apporta mon enveloppe et me dit avoir mis un supplément pour le petit « plus » de l’après midi.
Je lui dis alors que ça avait du lui plaire. Elle me confirma que ç’avait été très bon.

 

De retour à la maison, Marc était déjà arrivé. Il m’attendait dans la salle de muscu en poussant quelques poids. Je le rejoignais, excité par ce qui m’attendait. Quand je reviens de chez Emma, il réaffirme sa domination sur moi.
C’est vrai qu’avec Emma, j’ai une relation qui ne ressemble pas à celle que j’ai habituellement avec les meufs (sauf l’enveloppe). Elle n’est pourtant pas fragile mais je me surprend à faire attention à ses désirs (en même temps c’est pour ça que j’ai été « embauché » !).

En attendant j’ai à peine le temps d’enfiler un jock que l’ordre claque de me coucher sur un banc de muscu. Il m’attache les poignets et les chevilles aux anneaux du sol et va pour m’enculer direct (ayant prévu le coup, je m’étais graissé et pluggé le cul sur une aire de repos).
Il m’écarte les fesses et voit la base noire du plug. Il le retire brusquement en m’arrachant une grimace. Je n’ai pas le temps de me sentir « vide » qu’il remplace le bout de plastique par la gosse queue. Trop bon, quand je sens butter ses hanches contre mes fesses et ses boules taper les miennes, je suis bien, il me possède totalement. J’aime trop sa bite et l’effet que ça me fait quand il me la met.
M’estimant préparé par le plug, il n’hésite pas à me chevaucher et me fait sentir cm par cm les 22 de sa bite. De mon coté je participe en serrant ma rondelle le bloquant parfois dans sa progression, ce qui me vaut aussitôt un coup de rein plus violent histoire de « décoincer ».
 Il me ruine le cul une bonne demi heure avant de changer les choses.
Il me détache et m’ordonne de m’asseoir sur le gode de 28cm qu’il avait ramené du donjon. Depuis mon formatage pour la bite d’Eric, je n’y avais plus eu droit !
Sous son regard je commence à plier les genoux. Heureusement que je suis excité car il n’a pas l’air de vouloir m’aider avec du poppers.
Je prend le gland facilement, il n’est pas beaucoup plus gros que les 6cm de la bite de Marc.  Je m’assoie lentement, laissant mon anus se distendre autour de la hampe du gode. De temps en temps un relâchement plus fort de mes quadriceps m’en fait prendre un peu trop à la fois et me tire une grimace. Pour les derniers cm, Marc à pitié de moi et me fait sniffer du poppers. Aussitôt ça me chauffe la tête et je pose mes fesses sur le skaï du banc de muscu.
Il se place devant moi et je n’ai là pas besoin d’ordre pour savoir ce qu’il attend. Je me penche et lui avale le sexe. Je mets toute mon expérience dans cette pipe. Je m’applique à la rendre la plus excitante possible alternant les fonds de gorges avec un léchage tournant autour de son gland, utilisant ma langue pour écarter son trou à pisse, la faire glisser sur le renflement de la couronne, agaçant le frein…
Le cul écartelé par le gode, la bouche pleine, je lève les yeux vers mon mec. Il me prend la tête entre ses mains et décide du rythme de ma pipe. Il accélère, ralentit puis accélère de nouveau avant de me remplir la bouche de son sperme. J’avale chaque trait qui pulse hors de sa bite. Plusieurs gouttes s’échappent à la commissure de mes lèvres, je les retiens d’un doigt et les avale après lui avoir bien nettoyé la bite de toute trace de sperme.
Il me dit de me relever et encapuche d’une main mon gland pendant qu’avec l’autre il retire d’un seul coup les 28cm enchâssés dans mon cul.
Au passage du gland sur ma prostate j’éjacule dans sa main. Le gode tape le sol,  expulsé par mes convulsions de jouissance. Marc me retient de tomber et me fait boire mon sperme et lécher sa main.
Je m’accroche à son cou, j’ai les jambes coupées !
La tête enfouie dans son cou, je lui dit que je l’aime.
Pour la première fois je l’entend me dire que lui aussi tout en me traitant de petit con !

Je vais finir par remercier Emma !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.