Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 68

Jean sous la douche, Xavier me demanda si je croyait possible que nous le fassions à sa femme. Je lui dis que déjà nous pourrions l’amener à nous prendre ensemble dans sa chatte ça ferait une première étape.  Si elle acceptait ça, ça ne devrait pas être trop difficile de passer à son cul. L’étape psychologique de se faire mettre par deux mecs avait déjà été franchie lorsque nous l’avions baisé ensemble un dans sa chatte et l’autre dans son cul.
Xavier était du coup impatient que l’on puisse avancer dans ce sens, persuadé que sa femme serait d’accord.

Depuis la « rentrée », je ne m’occupe plus du jardin des parents de Jean que pour superviser le travail. Je n’ai plus le temps et je leur ai fait un contrat d’entretien avec la société pour laquelle je bosse. Je n’ai plus qu’à passer une fois par mois pour vérifier le travail.
 Quand j’ai annoncé la nouvelle à la mère de Jean, ça s’est plutôt mal passé. Elle m’a accusé de ne plus vouloir d’elle (ce qui n’est pas entièrement faux) elle m’a proposé d’augmenter mon « salaire » (mais avec ce que je me fais par ailleurs, je n’en ai plus besoin) mais j’ai tenu bon. Je lui ai dit que je continuerai quand même à passer une fois par mois et que si elle a suffisamment bien baisé avec les copains de son fils et que ça m’a bien excité alors peut être que je la baiserais.

Par contre interdit formel de faire quoi que ce soit avec les jeunes jardiniers qui viendront faire le jardin.

Pour faire passer la nouvelle organisation, je la laisse me sucer et une fois bien dur, je l’encule direct debout, elle plié sur un dossier de fauteuil.

Je rejoins Jean dans sa chambre. Nous discutons du programme de sa semaine à venir. Il me montre les enregistrements qu’il a fait de ses potes avec sa mère. Quand je vois le nombre de fichier, je m’étonne. Il me dit qu’il avait profité des vacances pour augmenter la cadence des « visites » et l’enveloppe qu’il me tendit, une kraft, était bien épaisse. Il ajouta qu’il avait été obligé, pour garder ses « clients », de laisser certains sodomiser sa mère mais qu’il avait alors appliqué un tarif double. Je lui dit qu’il avait bien fait, il avait eu peur de ma réaction, et lui confirmais qu’il pouvait l’autoriser à tous avec ces conditions là. Je visionnais rapidement quelques baises et transférais tout sur ma clé USB pour pouvoir les regarder plus tard.

En rentrant à la maison j’ai fait un détour pour aller chercher Ric. Je voulais que Marc voit son évolution.
Le retour fut chaud, vu l’étroitesse de la selle passager de mon monster, il s’est accroché à mon paquet et s’est collé à mon dos qu’on n’aurait put glisser une feuille de papier à cigarette entre nous !
Dès l’entrée, comme je retirais ma combi, je lui dis de se mettre en slip. Il portait un jock qui soulignait bien l’arrondi de ses fesses.

J ‘avais été impressionné pas le changement physique. Marc le fut aussi. Comme nous lui en demandions le pourquoi et le comment, il nous dit que son père lui avait fait faire 4h de muscu et 4h de natation par jours pendant toutes les vacances car il aimait l’idée de soumettre un mec musclé.

Nous sommes descendus à notre salle de muscu. Après une demi heure d’échauffements et une autre d’exercices nous avons vu qu’il y avait réellement pris de la masse. Je me suis fait l’effet d’une crevette à ses cotés ! je lui demandais si il devait prendre encore plus. Il me dit que cela suffisait pour son père et qu’il n’avait plus qu’à entretenir. Comme je lui demandais si il avait pris des trucs illicites car en un mois il avait vraiment changé, il me dit qu’uniquement de la créatine (le truc des sportifs américains).

A vérifier ses nouvelles dimensions musculaires, nous bandions tous les trois. Les jocks distendus par nos bites laissaient sortir nos couilles sur les cotés.
Après une douche rapide, Marc me demanda de fixer Ric sur le sling et de le préparer. Une fois en position, les membres attachés aux chaînes de suspensions, je lui ai préparé le trou. Moins profondément que lors du gang bang !

J’ai Kpoté Marc avant qu’il ne l’encule d’une seule poussée. Placé à la tête de Ric, je bloquais le mouvement de balancier du sling en enfilant ma bite dans sa gorge. Chaque poussée de Marc propulsait mon gland derrière la glotte de Ric.
En me penchant un peu, j’ai pu lui attraper les tétons et les ai fait tourner entre le pouce et l’indexe. Malgré le bâillon de ma queue, il arrivait à gémir de plaisir, c’est son point faible les tétons ! Ils font presque 1cm de long et sont tout raides et gonflés quand il est excité.
Marc me dit que le cul de Ric est resté très agréable à sodomiser et qu’il sent bien sa rondelle serrée. Ric me fait signe qu’il veut parler. Je libère sa bouche et il nous dit qu’il continu toujours à serrer régulièrement son anus sur un plug fin comme je le lui avait montré. Son père exige de lui un anus digne de ce nom et non pas une chatte molle.

Comme nous le descendions du sling pour le prendre à deux, je poussais un doigt dans son cul et lui demanda de serrer. J’ai pu en effet sentir une bonne pression  alors que le diamètre de mon doigt ne fait qu’1,5 cm maxi.
 
Je me suis couché au sol et Ric est venu me chevaucher. Les genoux de part et d’autre de mes hanches, il s’est assis sur ma bite. je l’ai attiré vers moi, écrasant ses couilles et sa bite sur mes abdos, nos pecs en contact, j’ai écrasé ses lèvres sur les miennes.
Nos langues en bataille, nous avons senti Marc pousser sa queue le long de la mienne.
 Sans que Ric et moi ne bougions, l’excitation est montée par le frottement du pieu de Marc. Ses 22x6 ont fait un malheur par leur massage de ma bite et la dilation du sphincter.
Je passais les mains le long du corps de Ric jusqu’à ses fesses. Une dans chaque main, je les ai écartée pour que nous entrions encore quelques cm de plus.
Soudés par nos lèvres, j’ai ressenti sous ma langue et aussi par le « graissage » de nos abdos la jouissance de Ric.

Chaque éjaculation s’est accompagnée d’un resserrement de son anus, comprimant nos deux verges l’une contre l’autre. Ces massages répétés, nous ont fait jouir et nous avons copieusement remplis nos kpotes.

Marc s’est couché à coté de moi. Avec Ric j’ai basculé sur le coté et nous l’avons recouvert de nos deux corps et nous nous sommes fait un baisé à trois.
Le calme après la tempête, alors que nous menacions de tomber de sommeil, Marc s’est dégagé d’un coup de rein et nous sommes aller nous laver mutuellement sous les douches.
J’aime beaucoup c’est moments hyper sensuels qui suivent le déchaînement des sens.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.